//img.uscri.be/pth/a7451428193537367864ef2ed5d8bee1dacb54ce
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'ecole est finie

De
246 pages
Ce livre est un journal thématique tenu pendant un an par un professeur de français. Semaine après semaine, il rapporte le quotidien de sa mission d'enseignant dans un établissement public du secondaire. S'appuyant sur sa pratique pédagogique, tout en observant l'évolution "politique" inquiétante de l'Education nationale, il montre la difficulté croissante, mais aussi la beauté de ce métier. Résister devient une évidence et une nécessité.
Voir plus Voir moins
L’École est finie
Savoir etFormation Collection dirigée par JackyBeillerot (1939-2004), MichelGault etDominiqueFablet
Ala croisée de l'économique, du social et du culturel, des acquis du passé et des investissements qui engagent l'avenir, la formation s'impose désormais comme passage obligé, tant pour la survie et le développement des sociétés, que pour l'accomplissement des individus. La formation articule savoir et savoir-faire, elle conjugue l'appropriation des connaissances et des pratiques à des fins professionnelles, sociales, personnelles et l'exploration des thèses et des valeurs qui les sous-tendent, du sens à leur assigner. La collectionSavoir etFormationveut contribuer à l'information et à la réflexion sur ces aspects majeurs.
Dernières parutions
AlainMARCHIVE,Un collège RAR.Ethnographie d’une rentrée en classe de sixième, 2011. ValérieBARRY,Identifier des besoins d’apprentissage. Fondements, méthodologie, études de situations, 2011. Jean-Luc PRADES,Sociopsychanalyse et participation sociale. Etudes méthodologiques comparées (vol. 2 – 2005-2010), 2011. JeanCHAMIetDominiqueFABLET (coord.),Professionnels de santé et analyse des pratiques, 2011. SéverineCOLINET,LaCarrière de personnes atteintes de sclérose en plaques, 2010. Léo THIERS-VIDAL,De l'Ennemi Principal aux principaux ennemis, 2010. ChristianeMONTANDON,Pédagogies de l'interculturel à l'école primaire.Découvrir la langue de l'autre, 2010. JoëlGAILLARD,Comprendre la réclusion scolaire, 2010. Jean-PierreBIGEAULT,Une poétique pour l'éducation, 2010. HervéCELLIER,La démocratie d'apprentissage, 2010. DidierJOURDANetFrank PIZON,Tabac, alcool, drogues : la prévention au lycée, 2010. ValérieBARRY,Dialectiser la recherche et l’action, 2010. CatherineBORÉ,Modalités de la fiction dans l’écriture scolaire, 2010. ChristianALIN,LaGesteFormation, 2010.
FrançoisAugé
L’École est finie
Préface de Philippe Meirieu
L’HARMATTAN
Recueils du même auteur, parus chezL'Harmattan : Lumière cachée, 2007. Vigne, 2008. Le Noyer-Seul, 2009. Le divan dans les arbres, 2010.
© L'HARMATTAN, 2011 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN: 978-2-296-55021-6 EAN: 9782296550216
Àmon père
« Le vrai miroir de nos discours est le cours de nos vies. »
Montaigne
Préface
Aventures pédagogiquesen milieu scolaire
Rien n’est plusennuyeux qu’unemploidu tempsdenseignant, horloge bien huilée,reproduisantchaquejour les mêmes gestes, chaque semainelemêmehoraire, chaque annéeles mêmescours.Rien n’est plus tristequeles souvenirsamersdeprofesseurs, égrenésàlongueurde pages,quidisent leur rancœurdenepasavoirdesélèvesjà «éduqués », epourquoi pt – a«s ? – bienéduqués ».Rien n’est plus alarmant que ces témoignages sur « l’école» où lanostalgiene débouche quesur lahaine :haine deps « édagogues »etdes parents,haine du monde entier voué aux gémonies pour n’êtrepointagenouillé devant le «corps professoral ».Rien n’est plussespérant que ces ouvrages marketés pour un succèsderentréequisignentdesboucsémissaires pour tous nos problèmeséducatifset scolaires, exonérant leurauteur –et leurs lecteurs par lamêmeoccasion –detouteresponsabilité… la nonciation vaut,ici, commeunemanière des’innocenteret,par la mêmeoccasion, des’exonérerdetouteresponsabilitéprésenteou future : qui nesesait pas partieprenante du problèmenepeutêtrepartieprenante delasolution.
Cest pourquoi onest sicontentdetrouver, à côté de ceflot d’ouvragescalibrés pour les polémiques qu’ils suscitent,un texte aussi merveilleux queleprésent livre deFrançoisAugé.Dabord,parceque cest un livreprofonment humain:il nesuccombejamaisàlatentation de« l’effet »et ne confondpas laformulequi fait mouche avecles mots qui sonnent juste.Il s’efforce, à chaqueinstant, dêtre,simplement – mais cest la choselapluscompliquée! –au plus prèsdu plus vif.De dire ce qui setrame dans la classe, aucœurdelarelation pédagogique,quandun adulte– professionneldel’enseignement – rencontre desadolescentset que– tâcheimpossibles’ilenest ! – il leurdemande demobiliser leur liberté dapprendre dansdes situationscontrainteset surdes objets imposés.FrançoisAugésait la difficulté del’entreprise.Il sait qu’on ne peut se débarrasserdela contradiction pardécret, enenrôlant sesélèves 9
dans unemécanique didactiquevolontaristeouen semettantbéatementà l’écoute deleurs «aspirations »,fussent-elles « profondes ».François Augésait que cestde cette contradiction quenaît la«conscience pédagogique», et l’inventivité aussi.Il sait que cestainsi qu’on peut transcender laroutinenécessaire du fonctionnaire.Et sortirdelanaïveté etdela désespérance àlafois.Cest pourquoi il nous offre, contretoutes les machinesà caricaturesetàpolémiques,un véritablelivre daventures pédagogiques. Car, danscelivre,on trouvelesdeux réalitésconstitutivesdu vrai métierdeprofesseur:lesélèveset la culture.Lesélèves, évidemment. Desélèvesconcrets, décrits sansaffectation. «Nianges,nimons », maisdesêtrescomplexes, àprendre commeils sont… pour nepas les laisser où ils sont.Desêtresàprendre au sérieux,jusque dans la résistancequ’ils nous opposent.Parceque cest là, au quotidienetdans le moindregeste,ques’éprouvent lavolonté d’instruire et le choix déduquer…La culture aussi: celivre estceluid’un hommequi vitdela culture.Pas seulement lelivre d’un professeur quidoit transmettreune culture engrangéejadis pendant sesétudes,mais lelivre d’un hommequi faitdela cultureun moyendepensercequ’il vit, etdéclairer laquestion même desapropretransmission.Contrairementàtousceuxetàtoutes celles pour qui la culturerelève d’unetransactionbancaireoud’une complicité culturelle,FrançoisAugé ala culture chevillée aucorps.Et cest parcequ’ilenest pétri qu’ellelui fournitdes outilsd’intelligibilité deson métiercomme des situationsdans lesquelles il l’exerce.Cest parcequ’il la conçoitcommeunemanière dereliercequ’il vitdeplus singulieravec cequiest leplus universel qu’ila, auprèsdesesélèves, ce «crédit » sans lequel nulle entreprise éducativen’estenvisageable. Il faut faire créditàFrançoisAugé.Son livre a dabord cette vertu:il réinscrit l’enseignantdans le cercle ducrédit.Sansconcession, il montre,jour par jour, cequ’est un professeur:unêtre animépar la passiondapprendre.Pour luiet pour lesautres.Indissociablement.
Philippe Meirieu Professeur à l’université LUMIERE-Lyon 2