La ronde des fourmis folles

De elyse telchid (auteur)
Publié par

Publié le : mardi 15 mars 2011
Lecture(s) : 77
Tags :
EAN13 : 9782296373211
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Elyse TELCHID

La ronde des fourmis folles
suivi de

Difé an ti poulayé

L'aribeennes

,ç- ditipns

5, rue

Lallier 75009 Paris

Illustrations d'Anne Buzet Maquette: Myline @ Editions CARIBEENNES, 1985 et de reproduction réservés pour tous pays ISBN 2-903033-714
Tous droits de traduction, d'adaptation

INTRODUCTION

LA DANSE DES FOURMIS FOLLES suivi de DIFE AN TI POULAYE *

Les comptines de ce recueil ont pour objectif principal de sensibiliser l'enfant à son milieu socioculturel. Elles sont (deuxième partie) véhiculées dans la langue maternelle, le créole, pour des raisons multiples, entre autres: - compréhension rapide et aisée, - langue se prêtant parfaitement au rythme, riche en images, en onomatopées, - résonance affective. Conçues et rédigées particulièrement à l'intention des parents, des instituteurs, des animateurs, ces comptines sont un outil pour tous ceux qui ont la charge d'éduquer, de valoriser la culture, sans laquelle l'enfant est privé de ses racines. Cela ne signifie pas qu'il faille l'enfermer dans un ghetto culturel néfaste au développement de sa personnalité. Une meilleure connaissance de sa réalité lui fournira des éléments de comparaison qui lui permet.:. tront de mieux appréhender la culture des autres peuples de la terre. Ces comptines ont été créées au fil des jours, souvent dans le souci de « coller» les activités verbales à ma pratique pédagogique. Les thèmes abordés sont les suivants: - les éléments naturels - le temps, l'environnement (animaux, plantes...),

-

* «Difé an ti poulayé» : ce titre est riche de deux symboles. Le feu, énergie inépuisable des petits, et le ti-poulayé qui désignait naguère les premières classes enfantines. Les comptines sont doublées d'une traduction française, ce qui permettra aux non-créolophones d'élargir leur sphère culturelle.

:5

les fêtes traditionnelles, la littérature orale (contes, comptines, croyances, proverbes, devinettes, etc.). Les enseignants exploiteront ces comptines comme ils le désirent, les réactions collectives ou individuelles des enfants dictant souvent la conduite pédagogique à tenir. Les parents joueront un rôle d'animateur en disant la comptine à l'enfant de manière expressive. Ils éviteront la répétition monotone qui favorise certes, la mémorisation du texte, mais qui lui ôte son aspect attrayant. L'enfant peut exprimer la comptine à travers son corps, en l'accompagnant des mains, des pieds, etc., en pratiquant le mime, le dialogue, la dramatisation. Il peut éprouver le désir de la clamer, de la chanter, de l'accompagner avec un instrument de musique. Les parents peuvent également inciter l'enfant à continuer les comptines (par ex. : Difé pri-ola...) et à en produire, stimulant ainsi son imagination créatrice. Les possibilités d'exploitation sont illimitées. Cependant, outre qu'elles contribuent à nourrir l'imaginaire, elles sont et demeurent pour les enfants, d'abord objet de plaisir grâce à leur rythme fortement marqué, leur brièveté, leur jeu d'assonance, grâce aussi à l'humour dont souvent ces comptines sont empreintes. Elles seront, j'en suis persuadée, bien accueillies par les enfants qui y puiseront la naïve fraîcheur de l'authenticité. Elyse Telchid.

-

I LA DANSE DES FOURMIS FOLLES

LES

FETES

C'EST LA NOEL

C'est la Noël La fête du boudin chaud Enlacé de ficelles C'est la Noël La fête du pois d'Angole Qui chante de plus belle Et si tu meurs d'ennui Viens donc dîner cette nuit

9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi