Le chemin de traverse

De
Publié par

Publié le : lundi 1 janvier 1996
Lecture(s) : 187
Tags :
EAN13 : 9782296329379
Nombre de pages : 70
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Le chemin de traverse

Du même auteur:

-Petit Lu et la Licorne, Editions

de la Table Ronde, 1987.

@ L'Harmattan, 1996 ISBN: 2-7384-4811-9

Jacques GALAN

Le chemin de traverse

L'Harmattan 5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

DONNER

ASILE

échange les frileuses pintades du petit jour en cohorte vacillante dans tes enclos secrets

échange l'étoile égarée aux fenaisons des hanches pour les mains reconnues échange le cri du fleuve innocent la luciole du regard qui s'éloigne sinon tu n'auras plus la force de perdre et de gagner ta maison échange et dis la chaleur de ton enfant qui mène les abeilles à la plus longue soif de leur danse sinon tu auras dans la poitrine une odeur de cendre échange pour sauver ton désert pour justifierton arbre qui n'a pas pris échange en ton propre nom avec toi-même pour t'agréer

7

COLLINE

cueilleuse sage cueilleuse de fruitsnoirs guidant ton petit enfant orageux cueilleuse de tilleul femme qui vient des sables profonds ne perds pas ce coquillage incandescent ce soir nous dormirons sur nos planches de salut il n'est pas permis de savoir il n'est pas permis de douter que la couleur du cri extorqué tremble d'être nommée chaque soir j'ai regardé si l'enfant était bien couvert
peut-être me sera-t-il tenu compte de cela

8

TU \TOIS

je change en toi de douleur l'enfant amerrit dans ses présages et tu puises les jours d'une main coutumière je change en toi de naufrage mes masques se tolèrent je reviens de tes paumes limpides le coeur empli de.rire tu vois les filsont été noués la mise en gerbe n'a pas été reportée intendant des moissons notre été jugulé bruit inlassablement dans l'or vieillides granges nos gestes mesurés ouvrent des fruitstorrides
tout ce qui fut brûlé est un pollen un embrun qui descend nos poitrines

je reviens dans nos pas dans nos gestes connus les cerisiersvenaient d'un livre qu'on ne retrouve plus je te garde les yeux vivants je rassemble les pigeons de la lumière balancée la fêlure douce de ton regard le silence l'a visitée et remplie de son vol le bonheur tombe droit comme la pluie nous irons à la même allure mon enfant à main mise sur les prairies comme un enfant je suis blotti au plus près de ces rivages de fable nous gouvernons les feux mitoyens de l'amour

9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.