//img.uscri.be/pth/b3798787ed2b0ca4f587a99d39a24f7ab52b4f38
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,59 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Le naufrage de l'autonomisme corse (1982-1987)

De
144 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 0001
Lecture(s) : 89
EAN13 : 9782296198937
Signaler un abus

/

Le naufrage de l'autonomisme

corse

LA CORSE À L'HARMAITAN
...

POIZAT-COSTAM-F:

Le problème corse-Essai Première

d'anthropologie

philosophique; 190 p.
GRIFF! T. et PREZIOSIL.: Présentation BONNARD! .: F mission en Corse occupée 192 p.

avec le sous-marin" Casabianca" (déc. 1942-mars 1943) ..
de Jean ROllS; Préface de Henri Noguères, Corse - La croisée des chemins.. 118 p.

Ange-Laurent

BINDI

.'

LE NAUFRAGE DE L'AUTONOMISME
1982-1987
Essai

CORSE

Éditions L'Hannattan 5-7 rue de l'École-Polytechnique 75005 - Paris

L'auteur

Ange-Laurent BINDI a trente-neuf ans. Il est avocat à Bastia et volontiers journaliste. A été l'un des responsables du mouvement étudiant à Nice quand l'autonomisme prit le pas sur le régionalisme corse (1973). Sa formation (sa tradition) est le gaullisme mais l'ont aussi modelé la revue" Esprit" et la collection IILibre" surtout concernant la vision de l'État, les réponses pour une" redécouverte de la question politique", le totalitarisme, la révolution (1975-80). Membre de la direction de l'Union du Peuple Corse (upc), de 1984 à 1986, et à la tête de la rédaction du journal Arritti (1986). Exclu de son mouvement à la suite de la publication dans la presse locale d'un article au titre significatif: "Inconscience ou tromperie? " - le désaccord éclatant sur la remise sine die de la relance de l'autonomisme et la manière de conduire la politique d'union avec les nationalistes de la l.l.n. (lutte de libération nationale). Du même auteur: L'autonomisme - Les luttes pour l'émancipation en Corse et ailleurs (/984-1989), préface d'Olivier MONGIN, L'Harmattan, 350 p.

Couverture par PRIsMA-Micro-Éditions (Bastia)

@ L 'Hannauan, 1990 ISBN: 2-7384-0570-3

REMERCIEMENTS Toute ma gratitude à P-L.A., M.E- V et à J-P.E. pour leurs avis éclairés et leurs encouragements amicaux. Mais aussi à L.M., M-O.M., et à I.M. pour leur aide et leur collaboration. Sans oublier, bien sûr, P.B., J.P., M.C. et A.B., tous très heureusement mis, à divers titres, à contribution. Que A.D. soit assuré ici de ma reconnaissance et de ce que sincèrement je m'honore de sa considération.

"Celui qui veut du bien aux Allemands devra veiller, pour sa part, à grandir toujours davantage audessus de ce qui est allemand. C'est pourquoi l'orientation vers ce qui n'est pas allemand fut toujours la marque des hommes distingués de notre peuple. "
(NIETZSCHE, "Le voyageur ")

Index des Organisations
- C.C.N. : Réunion des Comités Nationalistes, 1980-1984, (lIn). - C.P.R.: Corse Française et Républicaine. - F.L.N.C. : Front de Libération Nationale de la Corse, (lIn). - Intergroupe (ou Non-alignés) : regroupement de dissidents et de personnalités à l'Assemblée de Corse (19831984), comprenant des autonomistes. - L.L.N. ou l.l.n. : Lutte de Libération Nationale (Autodétermination). - M.C.A. : Mouvement Corse pour l'Autodétermination, (Un). - Muvristes (ou corsistes) : autonomistes d'avantguerre. - Riscossa : Organisation de défense des emprisonnés politiques, (lIn). - S.T.C.: Syndicat des Travailleurs Corses, (lIn). - Unità Naziunalista (ou Unità N.) : Unité Nationaliste, (lIn). - U.P.C.: Union du Peuple Corse (Autonomiste).

8

AVANT-PROPOS
Pour la première fois, vu de l'intérieur, par un responsable, est examiné, au tenne d'une crise d'existence, l'autonomisme corse. C'est l'occasion d'un bilan. Le parti pris de ne pas citer de noms, de ne pas appuyer la démonstration par la référence à certains documents résulte de ce que le mouvement autonomiste, l'u.p.c., bien que réduit à l'état qui est le sien actuellement, continue d'agir. Également, pour des raisons évidentes, que chacun peut comprendre. D'où l'allure et le ton du présent ouvrage. Dans un langage militant, direct, le plus souvent simple, des faits précis, une introspection rapide, qui va à l'esssentiel, des analyses volontairement brèves sur l'échec d'une revendication que beaucoup, il y a quelques années, indépendamment du tumulte, pensaient voir un jour s'imposer. A bien distinguer l'autonomisme luttant pour... l'autonomie interne (ce qui ne semble pas évident à tous) de la "lutte de libération nationale" prônant, elle, le principe de l'autodétennination. Pas forcément, dit-on de ce côté-là, l'indépendance, mais, cependant, la lutte par tous les moyens, y compris, et en réalité surtout, la violence clandestine. L'autonomisme sur le plan externe aussi, et à partir de lui. Notamment dans son rapport aux Corses, face à l'État, vis-à-vis de son entourage immédiat - au sein même du nationalisme dont il est une composante et sa première expression dans le temps. Ainsi, face à la lutte de libération nationale avec tous ses contre-pouvoirs, à la tête de laquelle se trouve le F.LN.C., force rivale qui l'a supplanté. la La désillusion, certes. Davantage encore, la nécessité d'une évolution de l'idée, de ses concepts et thèmes, tous à repenser, redéfinir, redéployer. Donc des propositions 9

concrètes pour en sortir, ainsi qu'une ébauche du cadre dans lequel doit s'inscrire la véritable cause de l'émancipation. Au-delà, c'est l'affirmation d'une vision des choses qui, si elle n'a pas toujours été perçue comme suffisamment différente, n'en a pas moins - c'est l'essentielréussi à se concevoir bien à part, dans un cheminement propre, radicalement neuf. Cet essai est, ainsi, celui d'un combat. Sa prétention: offrir à la réflexion une pratique, un cas à considérer comme expérimental pour d'autres luttes ailleurs. Enfin, il est à rapprocher d'un autre ouvrage, à paraître, dans lequel sont rapportés des événements, insérés dans une perspective différente. Celle d'une étude plus ambitieuse, à l'objet plus large, destinée à une remise en cause (entreprise bien avant l'exclusion de l'auteur, en octobre 1986, de l'u.P.c.)et, tout en même temps, d'une dénonciation-coup de poing, pour une actualité à faire. Et: complémentaire de celui que voici.

10

PRÉLIMIN AIRES

SITUATIONS

..

Le sot ne voit pas le même arbre que le sage."
(William Blake, cité dans La Voie des choses de Marguerite Yourcenar).

I
-Janvier 1980. Le
({ coup" de Bastelica. Dans une

demeure autonomiste.

- Tu étais à Bastelica? Alors...? Rien de nouveau. C'est calme. Le village est en état de siège, les trois barbouzes sont neutralisées, leur arsenal saisi. Elles sont coupées de tout, piégées.
-

-

On marque des points définitifs. C'est important

pour la suite des événements. Les agressés, chez eux, dans leur village, c'est nous, les autonomistes. - Sans doute. Les nôtres sont désormais tous là. Ils tiennent bon. - Et les autres (le FLN.C.) ? - Ah! Ceux-là, on ne les a pas encore vus... - (Rires). Tu vois (se tournant vers un autre qui écoute), lorsque ça durcit un peu, ils disparaissent... Erreur sur toute la ligne. Dès le début, on était loin de la " tradition" autonomiste dans l'action violente, celle dont 11

on a, à longueur d'articles et de discours, tant vanté les mérites - car, elle seule, supposée être" authentiquement corse" -, et selon laquelle il n'y a de violence permise, acceptable, que si, d'emblée, comprise, sinon avalisée, par l'opinion publique. Les militants de l'v.p.c., appelés tous en renfort, n'auront servi que de piétaille, en quelque sorte pour faire nombre. Tout se terminera, bien après, par des " démissions" (ici, on ne parle jamais d'éviction) ; celles des meneurs entre autres, après avoir, ceux-ci, vainement tenté de contrôler de bout en bout cette opération, en marge d'une v.p.c.depuis longtemps dépassée. Cette manière d'apprécier les choses et de considérer le F.L.N.C. disparaîtra que plus tard. Sous l'action acharnée ne des partisans de la lutte de libération nationale (1.1.n.)contre le Statut Particulier (1982-1983) et après" l'affaire Orsoni" 1983-1984, du nom d'un militant nationaliste assassiné, chaque fois en opposition virulente avec I'v.p.c.. Pour autant, dans les rangs autonomistes, aura-t-on fait l'effort de comprendre ce que signifie et implique la lutte pour l'autodétermination? Non, jamais! Jusque-là, 1984, le F.L.N.C., comment a-t-il été perçu par les autonomistes? En guise de réponse, deux faits: 1. La destruction sur une piste de l'aéroport de Campo dell'Oro (Ajaccio) d'un Bœing d'Air France, en septembre 1976. Après l'émeute populaire, la revendication est laissée au F.L.N.C. n'en demande pas tant. Ce cadeau présente qui pour tous quelque avantage aisément imaginable... le F.L.N.C., toute façon, ne pesant pas lourd (sa création dans de la précipitation et l'improvisation remonte à peine à quelques mois). 2. Les prO-EL.N.C. mènent la vie dure aux" Comités de soutien aux emprisonnés de Bastelica" en ce mois de décembre 1980, afin que la défense politique et judiciaire soit explicitement étendue aux leurs, sous les verrous pour d'autres causes. Or, l'amalgame est suicidaire pour la mobilisation des foules, en vue du procès imminent des

12

autonomistes, avant l'élection présidentielle au printemps (1981). Les mêmes que précédemment. Cette fois-ci, pas de rires, mais la rage. Le théoricien, toujours aussi catégorique: - Ils font ch. ..! Tu verras, la pente, ils devront la gravir et raide comme ça (la main ouverte, bien à la verticale, comme pour un serment). Je te promets, avec moi, ils vont en baver! Remarque: le F.L.N.C. gravi comme il a pu, tant bien a que mal, la pente; l'u.p.c., elle, l'a dégringolée, interminablement. Vraiment! rien ne peut être compris de la politique autonomiste si on ne tient pas compte de cette morgue, de cette prétendue assurance de tout savoir, de tout pouvoir, comme en témoignerait un passé que l'on assure. . . " héroïque n, tout simplement.

Il -Juillet 1981. Avec une Chambre des députés rose, la

victoire du 10 Mai est devenue écrasante. Pour la Corse, ce sera donc le Statut Particulier. Tout le monde respire. Les autonomistes aussi, qui finissent par accrocher leur wagon au train socialiste. Encore les mêmes, dans une autre demeure.

Comment va-t-il notre ami, le "ministre de la n? Bof! (sourire complice). Dès lors que tout le est au tapis, pour lui tout va bien... - Les clans, cette fois-ci, en ont pris un sacré coup. Pour eux, plus jamais, ce ne sera comme avant. - Ce qui m'inquiète vois-tu, c'est l'u.P.c.. Elle ne fonce pas, et depuis plusieurs mois rechigne et pose des conditions. Et, pour d'autres, les nationalistes! NE-SONT-RIEN! Les idiots que nous sommes, nous devrions pavoiser et dire: "En Corse, nous sommes, 13

Corse monde

-

Les nationalistes?

Les na-tio-na-lis-tes!

ILS-

nous, les vainqueurs! Statut Particulier égale victoire autonomiste!' Désormais, en vérité, il n'y a plus qu'une seule stratégie.: la prise du pouvoir! Et basta! ". Mais comment prendre le pouvoir sans une organisation militante (si l'on préfère, avec seulement une structure à prétention élitiste, donc très légère, à la démarche volontiers populiste), alors que la victoire est celle des socialistes parisiens? Que peut signifier une telle" victoire", si aucune force, sur place, n'est capable de servir de relais, d'assumer sa propre part d'action? Dans ces conditions, l'accusation du pouvoir d'État" toujours allié du clanisme" a-t-elle un sens?

III - 1983. En vue, les élections municipales de mars. À
Bastia, nouvelle réunion des militants de la section UP.C.

Le leader reprend ses explications, la salle est pleine à craquer. Éprouvant. Au sommet, pour l'occasion, on semble avoir décidé de ne pas jeter l'huile sur le feu, car la partie est difficile et les risques d'éclatement trop grands. Ceux qui sont capables de se taire ne bronchent pas. - Je vous dis que je n'ai pas pu mieux faire. - Tu prétends que nous ne sommes pas réalistes. Mais tu avoueras que c'est dur à avaler. Une alliance réduite à des gens de la "famille" progressiste et nationaliste, ceux-là même qui nous ont toujours combattus et dont personne ne veut! - Je le répète, une fois de plus: je n'ai essuyé que des refus. Certains d'entre vous le savent. Il reste ce qu'il reste. Moi, je dis que ces gens-là sont valables. - Sur une liste de 43 noms, toi la tête-de-liste, tu es le seul V.P.e. armi les 10 premiers. Les nôtres viennent après. p Mais quel résultat espères-tu réaliser? Tu nous a trahis! 14