//img.uscri.be/pth/055360d2721d0f33c9d4440b0cbe77c1cd86ba00
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,21 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

LE PAPIER À TRAVERS LES AGES

De
176 pages
Ce livre traite de l'origine du papier, de son usage et de son après-usage, du support et du contenu, des déchets de langues aux récupérations littéraires ou artistiques. Mais parler papier, c'est aussi faire vibrer la fibre écologique. Le papier-déchet reste un défi à l'innovation, pour que se produisent de nouvelles métamorphoses, des belles lettres aux vieux papiers, ou vice-versa.
Voir plus Voir moins

Le papier à travers les âges~L'Hannattan, 1999
ISBN. 2-7384-7624-4Gérard Bertolini
Le papier à travers les âges
Du premier âge au recyclage
L'Harmattan L'Harmattan Inc.
55, .me Saint-Jacques5-7, me de l'École Polytechnique
75005 Paris -FRANCE Montréal (Qc) - CANADA H2YIK9Du même auteur (ouvrages les plus récents) :
-Le marché des ordures, éd. L'Harmattan, 1990.
- Homo plasticus ,. les plastiques, défi écologique,
éd. Sang de la terre, 1991.
- (avec d'autres auteurs) Déchets d'oeuvres,. la
littérature et le déchet, coéd. Ademe-Le
Polygraphe, Angers, 1992.
- La double vie de l'emballage, éd. Economica,
1995.
- Déchet mode d'Emploi, éd. Economica, 1996.
- Déchets et Design,. .les ambassadeurs du futur,
éd. Société Alpine de Publications, Grenoble,
1998.Préface
Depuis plus de vingt ans, un dialogue constructif s'est établi
entre notre profession et Gérard Bertolini, chercheur au CNRS.
Il sait puiser aux meilleures sources, et sa connaissance profonde
du sujet se double d'une culture étendue; de plus, la. rigueur du
scientifique s'allie avec des qualités littéraires.
Même si les vues exprimées restent propres à l'auteur, la plume
de ce chercheur-valorisateur contribue à mieux faire connaître le
contexte et les réalités de notre métier.
Au quotidien, nous sommes des médiateurs de la matière; après
usage, nous lui épargnons les ténèbres en lui conférant une deuxième
Vie.
Ce livre porte un éclairage supplémentaire sur une activité
ancestrale, mais que la vie moderne consacre comme besoin social..
Dominique Maguin, Président
du Syndicat National de la Récupération et
du Recyclage des Papiers et Cartons (SNRP)
et de la Fédération Française de la Récupération
pour la Gestion Industrielle de l'Environnement
et du Recyclage (FEDEREe).
101, Rue de Prony 75017 - ParisIntroduction
Des belles lettres aux vieux papiers
-7;.Le papier sera considéré dans tous ses états: papiers d'écriture
ou d'impression., emballages, papiers domestiques et sanitaires, et
autres, industriels ou spéciaux. Dans sa chanson Les p'tits papiers,
Serge Gainsbourg les introduit de façon plus poétique. On s'intéressera
en outre à ses maîtres et servants, ainsi qu'à quelques objets-
compagnons, notamment des instruments d'écriture. De plus, le papier
est à la fois matériel et immatériel: contenant, support matériel, et
contenu immatériel, message, véhicule de l'information, de la langue, de
la pensée. Ne jetez plus vos idées à la poubelle! Mieux vaut les jeter
sur le papier; même si, au final, il faudra bien s'en débarrasser.
.
Parler papier, c'est aussi faire vibrer la fibre écologique, et
retracer son origine, son usage et son après-usage. Pour une large part,
ce livre propose une lecture de l'envers du décor. Sur lui plane le
spectre du déchet.
Au plan étymologique, l'ancêtre du déchet est le déchié; ce mot,
emprunté au bas-latin et datant du treizième siècle, constitue une forme
irrégulière de. participe passé du verbe" déchoir; mais la confusion
s'instaure ensuite avec le produit de la décharge du ventre, les excreta,
en quelque sorte le déchet originel. Il en résultera des pérégrinations
pouvant aller du scatologique à l'eschatologique, des champs
sémantiques aux champs d'épandage, ou vice versa.
Le déchet est aujourdhui" défini communément comme ce qu'on
met à la poubelle, ce qui fait figure de métonymie; le contenu renvoie
au contenant. Papier-corbeille, papier-poubelle. Peut-on réveiller la
poubelle au bois dormant? Comment échapper à l'ordurier? Le
papier-déchet reste un défi à l'innovation.
_0_En contrepoint au déchet, le verbe-clé de ce livre est récupérer.
En latin, recuperare vient de capere, prendre, et signifie reprendre. De
plus, en droit romain, on appelait récupérateurs un collège de juges
tirés au sort, pour statuer sur des questions de propriété générale
[réf.l]. On peut remarquer au passage que la langue française est
pleine de subtilités: je récupère, avec un accent grave; mais, au futur
de l'indicatif et au présent du conditionnel, jerécupérerai(s), avec un
accent aigu.
Au delà de la récupération, il s'agit de recycler, les cadres et les
autres, les idées ainsi que leurs supports, les vieux papiers.
Merci à tous ceux dont les oeuvres ont nourri ce livre. Au risque
d'abuser de citations, il a puisé à de nombreuses sources, classiques ou
plus originales. Même s'il ratisse large, il est le fruit d'une collecte
sélective, qui comporte toutefois une part d'arbitraire, et dont le tri
reste imparfait.
Son ambition majeure est en réalité de décloisonner certains
champs de préoccupations et d'établir un dialogue sur des bases
renouvelées, entre écologistes et productivistes, littéraires et
scientifiques, sciences dures et sciences molles, culture générale et
culture technique. .
La culture générale sur le sujet mérite en effet, à notre avis,
d'être élargie, parce que les papiers sont omniprésents. Vers un monde
sans papiers? Ils nous accompagnent encore pratiquement dans tous
les instants de notre vie, du registre d'état civil au testament, du berceau
au tombeau. Sous forme d'applications durables ou éphémères, ce
matériau a traversé les âges (sans prendre une ride ?) et les lieux,
sacrés ou profanes, publics ou intimes; n'est-il pas tentant de parcourir
les uns et d'essayer de pénétrer les autres? On cherchera de plus des
portes de connnunication, et des clés de lecture, dans le cadre d'une
histoire à rebondisstfllents.
_10_Chapitre I
Bouts de passé, bribes d'histoire
11Un retour sur le passé n'est sans doute pas inutile, pour
comprendre demain.
Le papyrus
Les anciens Egyptiens utilisaient largement cette plante, qui
pousse dans des zones marécageuses, en particulier dans le delta et la
vallée du Nil. La partie molle, au bas de la tige, servait d'aliment aux
pauvres. Avec la tige, l'écorce ou la moelle, on faisait des sandales que
portaient les prêtres, des ceintures, des objets de vannerie, des
cordages, des embarcations légères, etc.
L'histoire a surtout retenu son utilisation comme support
d'écriture. La date de cette invention n'est pas connue. Cependant, un
rouleau de papyrus a été trouvé à Seqqarah, dans la tombe de Hemaka,
une haute personnalité de la première dynastie, ce qui permet de faire
remonter son existence à environ 3100 avant Jésus-Christ.
Malheureusement, ce papyrus était vierge [2].
Les écrits sur les plus anciens - connus - sont des
fragments de livres de comptes du temple funéraire du roi Neferirkere,
de la Vème dynastie. Ces fragments ont été dispersés entre les musées
du . Caire et de Berlin, les collections de Borchard et de l'University
College' à Londres [2]. On peut également citer Les Perses de
Timothée, datant du quatrième siècle avant lC.
Recette de fabrication
. Commentétait fabriquécepapier? Plinel'Ancien,àpeu près en
l'an 50 après Jésus-Christ, en fournit un exposé; mais il est difficile à
lire, confus, déformé par les termes utilisés, qui sont susceptibles d'être
.
interprétés de différentes façons.
Hassan Ragab [2] apporte diverses précisions:
* la plante doit être récoltée à un stade optimal de maturité: si les tiges
sont immatures, les bandes qui en seront extraites bruniront au
battage ou au laminage. A l'inverse, les tiges trop mûres sont
lignifiées; lors du battage, elles se couvrent de taches brunes, et
l'adhésion entre bà11desest réduite;
- 13-* l'écorçage de la tige doit être réalisé de façon minutieuse: les restes
d'écorce sur la moelle provoquent ensuite des irrégularités à la surface. . .
de la feuille;
* la partie. basale de la plante fournit des bandes qui adhèrent mieux
entre elles; cependant, elles sont moins opaques et moins solides que
celles coupées en haut;
* le coeur de la tige offre en principe les meilleures caractéristiques.
Toutefois, il est intéressant que la bande soit le plus large possible, à
la fois pour réduire le temps de fabrication et pour limiter le nombre
des raccords, donc les épaisseurs gênantes résultant du
chevauchement des joints. Or, la moelle, comme la tige, est de forme
trigone. Si les bandes sont découpées longitudinalement, en .allant des
plus larges aux plus étroites, les plus larges ne passent pas par le
coeur. En outre, la partie résiduelle de la tige, la plus étroite, doit être
rejetée;
* l'épaisseur optimale dépend de l'état de la plante, de la saison, et de la
portion de tige retenue. Elle sera généralement de quelques
,millimètres.
La fabrication ne s'accompagne pas d'une mise en pâte. Les
bandes découpées sont placées côte-à-côte, avec un léger
chevauchement puis une autre couche est disposée
perpendiculairement. L'ensemble est pressé. Ce pressage libère des
gommes contenues dans la sève de la plante, qui assurent l'adhérence
des bandes entre elles, sans ajout de colle.
Le cas échéant, la feuille obtenue était polie, et frottée à l'huile de
cèdre, pour la rendre incorruptible. Les qualités étaient en réalité
variables, allant du papyrus sacré au papyrus grossier.
Le scribe et ses instruments d'écriture
Le titre de scribe était très envié; son statut était celui d'un haut
fonctionnaire. De plus, hiéroglyphe signifie écriture des dieux; le dieu
Thot en aurait fait don aux hommes, et les scribes sont les passeurs des
vivants au royaume des signes.
Le rouleau de papyrus represente également la figure symbolique
des instruments du scribe, il en est le signe hiéroglyphique.
Le pinceau dont ils se servaient pour écrire fut d'abord constitué
par une tige de jonc dont l'extrémité, coupée en biseau, était fendue en
- 14-plusieurs endroits, puis mâchée, pour obtenir un pinceau relativement
.
souple et absorbant l'en.cre.
Ensuite, vers la fin du troisième siècle avant lC., les Grecs
d'Egypte puis les Egyptiens eux-mêmes utilisèrent une plume - ou
calame - faite à partir d'un roseau taillé en biseau à son extrémité et
fendu en son milieu (comme la plume d'oie). Les roseaux les plus prisés
pour cet usage venaient de Cnide, d'Arménie ou de Memphis. Le
calame de roseau restera longtemps employé, y compris pour écrire sur
les parchemins; il l'est même encore aujourd'hui chez les Orientaux:
c'est le Kalam des Arabes. L'encre utilisée est alors plus épaisse
qu'avec le pinceau.
Les Egyptiens utilisaient l'encre noire ou l'encre rouge. L'encre
. noire était faite de noir de fumée gratté sur la vaisselle et mélangé à une
solution légère de colle; on a retrouvé un tel mélange dans des jarres
datant de l'époque prédynastique. L'encre rouge était préparée en
mélangeant de l'ocre rouge finement broyée avec de la colle et de l'eau;
elle était utilisée notamment pour écrire les noms des dieux. (*). Ces
préparations étaient séchées, puis solidifiées sous forme de petites
tablettes.
Le scribe disposait ainsi de deux pinceaux, dont l'un était souvent placé
sur l'oreille, et de deux petits pots ou encriers, contenant de l'eau, dans
lesquels il faisait dissoudre les tablettes d'encre. Ces instruments étaient
placés sur une palette, en bois ou en ivoire. Les palettes, dont la forme
deviendra progressivement plus longue et plus étroite, pouvaient être
munies d'un couvercle coulissant, comme nos plumiers. S'y ajoutait un
morceau d'étoffe servant à essuyer les pinceaux ainsi qu'à effacer les
fautes fraiches ou les taches (plus tard~ on utilisera également à cet
effet de la mie de pain), le cas échéant un grattoir, pour corriger les.
fautes sèches, les erreurs ultérieurement reconnues.
(*) L'encre rouge sera ensuite utilisée pour les rubriques (en latin, rubrica signifie -
littéralement - terre rouge), en particulier pour des colonnes, ainsi que les titres
dans des ouvrages de droit civil et de droit canon.
- 15 -Postures
Le scribe était quelquefois debout, notamment quand il écrivait
sur des petits morceaux de papyrus; il sUPPQrtaitalors la feuille sur
son avant-bras et sur la paume de sa main ; mais cette position n'est
.pas très confortable.
Pour écrire sur de grands rouleaux, il s'asseyait en tailleur,
comme on peut le voir sur la statue du Musée du Louvre (Le scribe
accroupi, premier ministre du nom de Kai, Vème dynastie, provenant
. de Saqqarah, célèbre cimetière de l'antique Memphis). Le pagne du
scribe sert alors de support au rouleau de papyrus.
Signes hiéro~lyphiques
- les instruments d'écriture du scribe:
la palette et le pinceau
o
Q
- 16--le rouleau de papyrus ficelé et scellé
~
chiffon servant
à effacer l'encre
pour comger
une erreur
Source: H. Ragab [réf 2].
- 17-