Londres sur Seine

Publié par

Publié le : lundi 1 janvier 1996
Lecture(s) : 235
Tags :
EAN13 : 9782296319486
Nombre de pages : 96
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

@ L'Harmattan,

1996

ISBN: 2-7384-4280-3

LONDRES SUR SEINE

Collection: "Culture et diplomatie françaises", dirigée par Norbert Dodille.

La présence culturelle de la France à l'étranger s'appuie sur un dispositif impressionnant, composé d'établissements et de services souvent ignorés du grand public, et qui cependant fait partie de notre Histoire, au même titre que nos batailles et nos traités. Cette collection se propose de raconter la vie souvent prestigieuse, toujours passionnante et difficile, de nos Instituts et Services culturels qui ont joué et jouent encore un rôle capital dans la défense et l'illustration de nos valeurs dans le Monde. A paraître dans la même collection: Une passion roumaine. L'Institut français des Hautes Etudes de Bucarest (19241948), par André Godin.

INSTITUT FRANÇAIS DU ROYAUME UNI

Textes réunis par: Virginie DUPRAY, René LACOMBE, et Olivier POIVRE D'ARVOR

LONDRES SUR SEINE
Une histoire de l'Institut français du Royaume-Uni (1910-1980)

Editions L'Harmattan 5-7, rue de l'Ecole Polytechnique 75005 Paris

L'Harmattan INC 55, rue Saint Jeacques Montréal-Québec H2Y I K9

Comité de rédaction: Sophie Djian, Virginie Dupray, René Lacombe, Chantal Morel, Olivier Poivre d'Arvor Remerciements: Cet ouvrage est publié à l'occasion de l'inauguration des locaux rénovés de l'Institut français du Royaume-Uni le 15 mai 1996 par M Jacques Chirac, Président de la République. Au moment où l'Institut rouvre son centre culturel à South Kensington, l'histoire assez brillante de cette maison prend une saveur toute particulière. Plus que les murs, les figures qui ont traversé ce siècle, ont retenu notre attention. Cet ouvrage n'aurait pu être imaginé sans le souci de Chantal Morel, bibliothécaire à l'Institut français, de conserver et de classer les archives d'une maison qui lui doit beaucoup. Grâce aux contributions actives de Sophie Djian et de Virginie Dupray et à la proposition d'éditer ce travail faite par Norbert Dodille, directeur de l'Institut français de Bucarest, cet ouvrage a pu voir le jour. Une mention spéciale pour Eric Simon, qui depuis des années, contribue avec talent à l'animation cinématographique de ce lieu. Merci enfin à tous les auteurs de cet ouvrage collectif. Nous voudrions à cette occasion saluer le travail des équipes qui se sont succédé brillamment depuis des années à South Kensington. L'Institut leur doit sa réputation à Londres et plus généralement au Royaume-Uni. Nous pensons tout particulièrement à nos enseignants: l'histoire est parfois ingrate, elle retient toujours le nom des intellectuels, des cinéastes, des artistes. Les dizaines de milliers d'étudiants qui sont passés par l'Institut témoignent, pourtant, de la contribution extraordinaire de nos professeurs. Nous remercions aussi les personnes et organismes qui ont bien voulu nous ouvrir leurs archives: la Comtesse Kinsley, Jean-Paul Evans, William Godwin, Marguerite et Enid Marx, Frédéric Marx, M Massip, Maurice E. G. & Christopher Thiéry, BBC, Kensington Public Library, Marylebone Public Library, Westminster Public Library, University of London Library, The Times. Merci enfin au comité de parrainage du nouvel Institut. Français et Britanniques, ils ont tenu à témoigner, par leur présence, de leur adhésion à notre projet de "maison française du livre et de l'image". Honorary patrons de l'Institut français du Royaume-Uni: Gilbert Adair, Julian Barnes, Alain de Botton, François Bedarida, David Campbell, William Boyd, Marc Fumaroli, Sylvie Germain, Isabelle Huppert, Howard Machin, Jean Rouaud, Helen Wallace, Theodore Zeldin.

SOMMAIRE
Londres, une maison habitée, par Olivier Poivre d'Arvor Une histoire de l'Institut français du. Royaume-Uni (1910-1980) Les interfaces de South Kensington. Petite chronique du temps passé, par François Bédarida L'entente cordiale ('1910-1938), par Chantal Morel. 17 Queensberry Place, un nouvel Institut (1938-1960), par Sophie Djian Témoignages Héroïque, par Frédéric Marx Un âge d'or, par André Zavriew Trois années à Londres, par Pierre de Boisdeffre Les rendez-vous de l'Institut, par Jean-Pierre Angrémy Les images de notre mémoire, par Eric Simon . Histoire(s) parallèle(s) Londres sur Seine, par Olivier Poivre d'Arvor Annexes 79 93 51 55 59 65 67 13 27 37

9

Londres, une maison habitée
par Olivier Poivre d'Arvor Directeur de l'Institut français du Royaume-Uniet Conseiller culturel auprès de l'Ambassade de France à Londres.

Jamais le terme "habiter" n'a été si fortement vécu. Cette maison où je vis et travaille tout à la fois en perdant parfois la notion de ce que vivre et travailler veulent dire, cette maison est "habitée". Pour les Anglais et les gens du quartier qui la fréquentent, c'est l'Institut français du Royaume-Uni, un de ces lieux à Londres où la passionnante complexité de la relation franco-britannique s'exprime librement depuis des années, depuis qu'une certaine Marie d'Orliac, jeune Française installée dans la capitale anglaise, prit l'initiative de fonder en 1910 à Marble Arch, une sorte d'Université des lettres françaises, ayant pour but de présenter au public cultivé de Londres des écrivains et des artistes en vogue. On oublie parfois, en rappelant à juste titre que l'Institut français du Royaume-Uni a été l'un de nos plus anciens et importants établissements culturels de par le monde, que cette maison, placée dès 1913 sous le patronage de l'Université de Lille, a cependant changé plusieurs fois d'emplacement. La maison où je vis et où je travaille a été construite à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Le président Lebrun l'a, en compagnie de la princesse Alexandra, inaugurée en mars 1939. Quelques mois plus tard, la France de de Gaulle s'installait à Londres. Le Lycée, situé dans le même bâtiment, était occupé par le quartier général des Forces aériennes françaises libres. La maison rentrait dans I'Histoire, la grande. De ce jour, cette bâtisse en brique rouge, mélange assez séduisant d'Orient et d'Art déco, a été "habitée". Hantée, possédée par le souvenir de ceux qui y sont passés.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.