MOSCOU ET LES VILLES NOUVELLES DE SA REGION

De
Publié par

Ville à la fois ancienne et nouvelle, Moscou fait partie d'une des plus grandes métropoles du monde. En tant que modèle de la première " ville socialiste " et centre de décisions politiques et économiques d'un grand pays multinational, Moscou devient pour les nouveaux dirigeants, dès après la révolution de 1917, le lieu privilégié des transformations urbaines et architecturales.
Publié le : mercredi 1 septembre 1999
Lecture(s) : 221
Tags :
EAN13 : 9782296392465
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

MOSCOU ET LES VILLES NOUVELLES DE SA RÉGION
Évaluation comparative avec l'agglomération parisienne

Collection Villes et Entreprises dirigée par Alain Bourdin et Jean Rémy
La ville peut être abordée selon des points de vue différents: milieu résidentiel, milieu de travail, milieu de culture. Ceux-ci peuvent être entremêlés ou séparés. Il en va de même des groupes sociaux qui communiquent à travers ces divers types d'enjeux. La dimension économique n'est jamais absente, mais elle entre en tension avec la dimension politique. Ainsi peut-on aborder la conception urbanistique ou architecturale, l'évaluation des politiques sociales ou socio-économiques et les formes d'appropriation par divers acteurs. Pour répondre à ces interrogations, la collection rassemble deux types de textes. Les premiers s'appuient sur des recherches de terrain pour dégager une problématique d'analyse et d'interprétation. Les seconds, plus théoriques, partent de ces problématiques; ce qui permet de créer un espace de comparaison entre des situations et des contextes différents. La collection souhaite promouvoir des comparaisons entre des aires culturelles et économiques différentes.

Dernières parutions

B. MONTULET, es enjeux spatio-temporels du social, 1998. L V. HEYMANS, es dimensions de l'ordinaire, 1998. L F. MARTINELLI, Pauvreté et misère à Rome, 1998. P. ORÉOPOULOS, modèle spatial de l'Orient hellène, 1998. Le A. MOLES,E. ROHMER,Psychosociologie de l'Espace, 1998. R. BOUSQUET, Insécurité: Nouveaux risques, 1998. O.TRIC, Conception et projet en architecture, articulation des composantes enveloppe, sructure, usage et coût dans la conception et au sein du système d'acteurs, 1999. A. FISHERet J. MALÉZIEUX (SOUSla direction de), Industrie et aménagement, 1998. P. CHEVRIÈRE, Dire l'architecture, 1999. M. MARIÉ,D. LARCENA P. DÉRIOZ(eds), Cultures, usages et stratéet gies de l'eau en Méditerranée occidentale, 1999. P. BouDoN (sous la direction de), Langages singuliers et partages de l'urbain, 1999.

@ L' Harmattan, 1999 ISBN: 2-7384-8084-5

Mortéza TALA TCHIAN

MOSCOU ET LES VILLES NOUVELLES DE SA RÉGION
Évaluation comparative avec l'agglomération parisienne

L'Harmattan 5-7, rue de l'ÉcolePolytechnique 75005Paris -FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

DU MÊME AUTEUR

Sovremennie osobennosti razvitiia naseleniia Il'e-de-Fransa, Moscou, 1992, Vestnik MGU - n05, pp. .95-99 Sravnenie nekotorykh aspektov razl'itiia aglomeratsii A/oskv" i Parija, Moscou ,1993, MGU, 182 p. Etude comparative de quelques aspects du développement des agglomérations parisienne et moscovite, Villeneuve d'Asq, 1998, Presses universitaires du Septentrion, 321 p.

INTRODUCTION L'urbanisation et le processus d'apparition des villes depuis la révolution d'octobre 1917 font partie des transformations les plus visibles de l'ancienne société soviétique. Un an avant l'éclatement de l'URSS, on dénombrait 2200 villes dans le pays, dont 1045 sur l'actuel territoire de la Russie*. Parmi ces villes, plus des trois quarts (1525) furent créées pendant la période soviétique. L'exploitation des sources de matières premières et la mise en valeur des différentes régions, subordonnées aux directives des plans économiques, ont été à l'origine du peuplement et de l'urbanisation rapide du pays. Dans ce processus, la région capitale en tant que centre de décisions politiques et économiques a été l'objet de soins permanents. En l'espace de sept décennies, la superficie de Moscou a quadruplé pour atteindre presque 1000 km2, et sa population est passée d'un peu plus d'un million d'habitants en 1920 à près de 9 millions de nos jours. Les zones périphériques de la banlieue de Moscou ont également fait l'objet d'une intensive urbanisation. C'est ainsi qu'autour de la capitale furent fondées 56 villes à vocations industrielle ou scientifique. La population de l'agglomération moscovite dépasse actuellement celle de plusieurs pays dans le monde (comme la Suède, la Finlande, le Danemark, la Belgique, la Grèce, ou encore en Europe de l'Est, la Hongrie, la Slovaquie, la Bulgarie et la République Tchèque). La superficie de la région capitale dépasse même celle de la Bulgarie ou de la Hollande. L'étude de la croissance, l'organisation et le peuplement de cet immense foyer urbain offient à la fois
* Le recensement de Goskomstat, Moscou, 1990.

7

l'exemple du développement d'une métropole dirigée et planifiée par un système socio-économique différent (en tout cas jusqu'à ces dernières années) de celui de ses équivalentes européennes ou américaines, et l'emprise qu'elle a exercée sur le destin d'un grand pays multinational. Le besoin d'une étude urbaine sur l'agglomération moscovite et ses villes nouvelles s'impose aussi parce que cet aspect des réalités est longtemps resté négligé. De nombreux ouvrages et documents ont été consacrés à l'architecture (surtout celle des années 20 ), ou à l'économie de la période soviétique ou encore depuis ces dernières années, au changement politique qui touche la Russie et les anciennes républiques de l'ex-URSS. Ce qui témoigne de l'intérêt toujours présent des chercheurs pour ce pays. L'urbanisation et le peuplement de l'agglomération moscovite, sauf erreur de notre part, n'ont intéressé que de rares auteurs*. Par ailleurs, l'ensemble des villes de la région de Moscou ne font l'objet d'aucune étude chez les chercheurs francophones ou anglo-saxons. Dans le cadre de la préparation d'une thèse de doctorat, nous avons pu séjourner pendant plusieurs années à Moscou et accéder sur place aux sources statistiques et documentaires ainsi que mener des enquêtes auprès des habitants des deux villes nouvelles de la région de Moscou.
* Notons par exemple, les travaux des professeurs : GEORGE P., La ville, le fait urbain à travers le monde, Paris, PUF, 1952, pp. 329-358. KOPP A, Ville et révolution, Paris, Anthropos, 1967,317 p. KERBLAY B., Les grandes villes du monde - Moscou, Paris, La documentation Française, Notes et études documentaires, n03493, 1968, 79 p. MERLIN P., Urbanisme et villes nouvelles en Union Soviétique, Paris, Cahiers de l'I.AURP, vol. 38, 1974,99 p.

8

La présente étude a pour objectif de démontrer la dynamique spatiale et démographique de l'agglomération moscovite et des villes nouvelles qui l'entourent. Nous avons également essayé de comparer nos observations sur cette agglomération avec celles de son équivalente parisienne, afin de dégager les traits spécifiques et les traits communs du développement des deux métropoles. Ce qui devrait nous permettre de connaItre et partager leurs expériences de planification et d'aménagement. Les agglomérations moscovite et parisienne ont en effet beaucoup de traits géo-urbanistiques communs. Le bienfondé de leur comparaison repose avant tout sur l'idée de la similarité de leur centre. Paris et Moscou se sont développés le long de grands fleuves qui sont. devenus des axes de développement industriel. Les deux capitales possèdent une structure urbaine de type radioconcentrique. Les zones suburbaines des deux capitales intègrent des villes anciennes et des villes de création récente. Sur le plan politique, ce sont des centres extraordinairement influents en raison de leur extrême centralisation qui caractérise les deux Etats (particulièrement dans le cas de la France), ceci malgré leur grande différence essentiellement dans le domaine socio-économique. Enfin, elles englobent la plus grosse concentration industrielle et tertiaire à l'échelle de leur pays. Cette énorme accumulation d'hommes et d' activités dans les deux métropoles a entraîné un étonnant foisonnement de fonctions. Cette recherche se propose donc, d'une part d'analyser la croissance de l'agglomération moscovite et de ses villes nouvelles, et d'autre part d'exposer les méthodes et les résultats de comparaison géo-urbanistique des éléments les plus importants de développement des deux capitales. La constitution et l'examen des sources documentaires et statistiques nous ont poussé à limiter notre champ d'investigation. Dans un ordre progressif, le premier 9

chapitre a pour objectif de décrire et d'analyser la morphologie urbaine et les étapes de l'expansion spatiale de l'agglomération moscovite. Le deuxième chapitre étudie structure et évolution de la population de Moscou et sa région. Au troisième chapitre, seront exposées à travers les étapes de la planification urbaine de Moscou et sa région, les solutions officielles de l'organisation et la maîtrise de la croissance de l'agglomération. Entin, le dernier chapitre s'efforcera de montrer le rôle et la particularité de la formation des villes nouvelles de la région de Moscou. Nous verrons également, d'après notre enquête effectuée auprès des habitants des villes nouvelles de Zélénograd et Doubna, le comportement de ceux-ci dans leur espace vécu ainsi que leurs relations fonctionnelles avec la capitale. Les évaluations comparatives avec l'agglomération parisienne, en fonction des thèmes étudiés, concluent chaque chapitre de ce travail. Ajoutons que, dans le cadre de cette recherche, beaucoup d'éléments géo-urbanistiques importants, comme les questions du logement, du transport et de l'environnement, n'ont été abordés que partiellement. Le délai limité pour préparer ce travail, ainsi que l'accès difficile voire parfois impossible aux sources d'informations en sont les causes. Cependant, les changements socio-économiques actuels en Russie ouvrent la voie aux chercheurs pour approfondir et compléter utilement ce travail. Ils offtent également aux géographes et urbanistes l'occasion de réflexion et de partage des idées sur la planification et l'aménagement des agglomérations urbaines.

10

CHAPITRE I L'AGGLOMÉRATION MOSCOVITE ET SON EXPANSION SPATIALE L'agglomération moscovite, comme les autres grandes métropoles du monde, possède sa propre loi de développement. Si les agglomérations des pays capitalistes avancés ont suivi un long processus de développemennt, l'agglomération moscovite se caractérise par une période de formation assez courte, étroitement liée au développement du capitalisme au 19ème siècle et, particulièrement, à l'établissement de nouvelles relations économiques après la révolution. En effet, après deux siècles d'inertie urbaine et architecturale en faveur de Saint-Pétersbourg, Moscou devenue la capitale politique et économique de la Russie en 1918, puis celle de l'Union Soviétique en 1922, retrouve sa place politique au sein d'un Etat multinational. Les plans successifs d'urbanisme depuis les années 1930 (cf ch. ill) ont assuré le développement accéléré de la ville et de sa région. La superficie de la ville a été multipliée par 4 pour atteindre presque 1000 km2 et sa population équivaut aujourd'hui à celle des grandes métropoles du monde (près de 9 millions). Moscou rassemble plus des 3/4 de la population de l'ensemble de son gglomération (13,3 millions) sur seulement 7 % du territoire de cette dernière (13.500 km2). En fait, si l'agglomération moscovite a aujourd'hui atteint des proportions énormes, elle le doit en grande partie à la situation économique et géographique de son centre, ou la ville même.

11

1- Apparition de Moscou: le poids de la géographie et de l'histoire Le site originel de la ville de Moscou est une butte dominant de quelques dizaines de mètres la rive concave de la Moskova, (cf figure 1). Cette petite colline était protégée par deux affluents de la Moskova, la Néglinnaia à l'ouest (aujourd'hui devenue souterraine) et la Yaouza à l'est. C'est. à cet endroit que fut fondée, au début du 12ème siècle sous la règne du prince Jouri Dolgorouki, la première enceinte en bois de la ville, le Kreml' (Kremlin). Deux siècles plus tard (vers 1339-1340), sous le règne d'Ivan Danielovitch (nommé Kalita), cette dernière fut remplacée par une enceinte en pierre. L'apparition de Moscou en 1147 est contemporaine de celle des autres villes anciennes de sa région (Volokolomsk, Dimitrov, Zvenigorod, Kolomma) (cf ch. IV, tableau 10). Toutes ces villes avaient des fonctions religieuses, administratives et défensives, mais Moscou se développa plus rapidement grâce à sa situation géographique privilégiée. Située au centre géométrique de la plaine russe entre l'Oka et la Volga et protégée par ses enceintes, Moscou se trouvait au croisement d'importantes voies de communication terrestres et fluviales. Ces conditions avantageuses ont favorisé, au fil du temps, le développement de zones économiques diversifiées autour de la cité. Cependant, il faut signaler que les facteurs historiques ont joué un rôle déterminant dans son essor ancIen. D'après les historiens, Moscou devient au début du 14ème siècle la capitale de la principauté de Moscovie et du duché de Vladimir, puis sous le métropolite Pierre, la résidence du patriarche de toutes les églises russes. A la fin du même siècle, elle est assiégée et partiellement détruite 12

~

= ::s .g
Co:)

~

~ ... ! or) o \0

~ ~
~ ~

= ~ -~ '" ~ g ~ o :E -8 = ~ 6:: I -

-I ~ o \0 -

13

par les Lituaniens et les Tatars. En fait, ce n'est qu'à partir de la seconde moitié du 15ème siècle que la ville devient le principal foyer culturel de toute la Russie et confirme, de ce point de vue, sa suprématie sur ses concurrentes (Novgorode, Vladimir, Tver, etc.). Au cours du 16ème siècle, grâce à son rôle de capitale et aux avantages tou jours plus grands que lui vaut sa situation géographique, Moscou devient un grand carrefour du commerce. L'élévation de nouvelles fortifications à cette époque atteste l'influence grandissante de Moscou. Avec l'accession au trône du premier Romanov (1613) et après une période de troubles, Moscou reprend son extension pacifique en tant que métropole politique et culturelle de toute la Russie, résidence du tsar, siège du gouvernement et de l'Eglise russe. Sa population qui atteignait alors le chiflTe de 200.000 habitants, vivait essentiellement du commerce. Après le transfert de la capitale à Saint-Pétersbourg en 1712, elle connai't une période de décadence, sa croissance se ralentit et sa population diminue. En 1812, date à laquelle Moscou, occupée pendant cinq semaines par les troupes napoléoniennes, fut incendiée, s'amorce une nouvelle phase de l'histoire de la ville, marquée par le développement de l'industrie et l'urbanisation de toute la région. Reliée par voie ferrée à SaintPétersbourg (1851), puis aux autres grandes villes du pays, elle en devient rapidement, grâce à sa position centrale, le principal nœud ferroviaire et le plus grand centre commercial du pays. Redevenue en 1922 la capitale du nouvel Etat soviétique, Moscou voit croître très rapidement son territoire et sa population et devient en l'espace de quelques décennies une des plus grandes agglomérations du monde.

14

I.

. Vue de l'enceinte de Kitaï Gorod du côté de la rue Varvarka (photo fonds de musée de l'histoire de la ville de Moscou).

(actuellement

Razina) en 1880

Il.

. Fractions de tour et porte de l'enceinte de Kitaï Gorod (Proeznaia Bachnia) conservées jusqu'à nos jours. Elles se trouvent au bord de l'avenue Okhotni Riad. (Photo M. Talatchian)

15

Quelles furent les causes et les modalités de cette croissance? Quelles en furent les incidences sur la morphologie du plan urbain de l'agglomération? Nous allons tenter d'apporter des réponses à ces questions à travers les étapes de la croissance de l'agglomération moscovite. 2- Les étapes et les formes de la croissance de l'agglomération moscovite L'expansion du noyau de l'agglomération moscovite ressemble, à bien des égards, à celle de son équivalente parisienne. L'éclatement des enceintes successives construites autour du Kremlin a modelé, comme dans le cas de Paris, la configuration radioconcentrique de la ville. Les cartes ci-jointes (fig.2 et 3) montrent l'emplacement et les étapes de la formation des enceintes de Moscou. La première, Kitaï Gorod, fut construite entre 1535 et 1538, à l'est du Kremlin sur la rive gauche de la Moskova. La deuxième, Biély Gorod ou ville blanche (1585-1593) qui ne dépasse pas la Moskova, se trouve approximativement à l'emplacement de l'actuel anneau de boulevards (Boul'varnoe Koltso), et la troisième, Zemlianoï Gorod ou ville de terre (1591-1592), qui forme un anneau complet, se prolonge sur la rive droite du fleuve et intègre les quartiers de Zamoskvorétchié et Zaiaouzié. Cette dernière enceinte, remplacée par la ceinture des jardins (Sadovoe koltso), marque aujourd'hui les limites du noyau historique de la ville. A partir de la fin du 18ème siècle, et surtout au cours du siècle dernier avec l'apparition de l'industrie et du chemin de fer, la ville a dépassé les limites de son noyau historique (cf figure 4). En 1917, la superficie de celui-ci fut multipliée par douze (228 km2). Les effectifs recensés traduisent bien l'ampleur de ce changement. Dès la seconde moitié du 19ème siècle, la 16

;;

!IU!ldtl

~ ~,~ ,H' 1:" \:O.~

:n::<~~:~~~-~
'"

" " "

~" -,,:::

1.0 C\I co
T'""

c: Q)
::J 0 0 (/) 0

, ~

v

.... ..... " .....
~ .....

~ ~
~

i::I

,.

~J'

Q)
"C

c:
tU
I

a:
N OJ

.!:;: '~

~ bJ ~

iL

.,.~ If-:::U:~'
... ., '"

: ~ :~qi!n~: . I.~~;';,: ~~ ~ LI !'~~'!~'i:': ,
,~

. .'

.
i

. . .

."". ..:.~..;>:.;~

~~v.

QI 'S ca ca "g en QI

.!!! ,!!!~ .!!! ~ :a ca ~~ ~ ca~~oica~~ca~ca ~c ~~~ ~ ~~caen ~ ~~«~I~~~~ê~~~~~en~I~~ « c: CD c: en ::.
en ~ ~ en c:.f!!« en ~ ca .!II

~
:> !:!

ca a. ~~M~~~~~~~~~M~~~~~~o

~

]~j~IJllj~JJi~IIJjl~
('\j

~

17

,t

/~

'?-1

fA

~

~~
:

~I\\

1It..
r::: 3

(~~

( #;\ .J
Il

""(--- ~'

~ #;l'.
""

~
"

:;t,'

~~
b ,\
$-11

~ ~

~ ~ IITl wl-~~
D
8

(~

~~

I

. xrem/in
Corod

Il . /(ito/ IV

III- 8ie1yCfYod (vi/le blonche)

- Zem/lonoi Gorod (ville de t.erre)

a. Zomosxvorétchit! b - Zbiaoyzié

1,2 3 .q. 5 6,7,8.9

.

É~s des 13Of1ords {13oiors/(iej XIIi'.!me siècle
Ét~s Princ'Iêresr /(niQ./es/(iej XV-'ème Siècle ÉtoMS lSorisles (TSor.s/(ie) XVII ~me siècle

-)US?U' ou
10 Fin

mi lieu du

- .Jusqu'à

/0 1/71 du dv

-,/vS9iJ'O

Fig. 3- Etapes de la formation des enceintes de Moscou
Source: Urbani.~me de J'ancienne Russie-Xème-XVème sièdes-M06OOu 1993

18

population de Moscou augmente très rapidement, on dénombre un peu plus de 700.000 habitants en 1882, et plus d'un million en 1897. Au début du siècle, juste avant la première guerre mondiale, la ville compte 1,7 million d'habitants. En fait, cet accroissement démographique fut étroitement lié à l'industrialisation de Moscou et sa région au cours du siècle dernier. 2-1. L'expansion industrielle de l'agglomération

Avec l'apparition de l'industrie vers la fin du 19ème siècle, le peuplement de la région de Moscou s'accélère. Les données statistiques nous informent qu'à cette époque, sur le territoire actuel de la région, il existait 19 villes et localités de type urbain. TI faut signaler que, parmi ces villes, la plus grande était Moscou même, occupant 1/12ème de sa superficie actuelle avec une population de 340 à 350.000 personnes (1). La situation géographique favorable de ces villes a permis le développement de différentes branches d'industries qui donneront naissance à des centres industriels polyfonctionnels. Des localités agricoles entourant Moscou sont devenues les lieux privilégiés des établissements industriels. Ces industries, étroitement liées à l'industrie moscovite, ont créé une couronne compacte de localités industrielles en banlieue de Moscou: Chelepikha, Spaskoie, Khorochovo au nord, Aleckceevèkoe, Rostokino, Leonovo à l'ouest, Izmaillovo, Perovo, Gaivaronovo à l'est, et Danilovskaia et Semenovskaia Slobodi au sud (2). La construction du chemin de fer a joué un rôle important dans le développement de l'agglomération moscovite. Le chemin de fer a été à l'origine non seulement de la croissance de la proche banlieue de Moscou, mais également de l'ensemble de sa région. Il a renforcé la structure radiale du peuplement, la concentration des 19

2,5

o

2.5

7.5

!IDIIJ
IIIIIIIIIIIII
IIII\!IIIIIII
.

~ ~ r:=J

Enceinte et bourg<?CIe II-,jsi«les lIers 10. Fin dlJ IS Wm siècle (Kremlin. /(,zo,' a_I vers 10 Fin dU 16 ~ SI&.é (t. ",,~/e Nonche. 2. ville D'ii tV~)
V~ b I;-n du tf)1me Sfè€ole Au début dU 20 bne sitk:Je

~ lZ.Za
~ '-=dl

~

vers

Vers t9/7
19~

Vers IfJ60
Limites de MOSCOU étoô',es d'~s le DkJn oénérol de Mdscou en (9~'!J l.imi~ ot! Ait:JSCOI.I 1960 I!n

Source: Grande encyclopédie

Fig. 4- Expansion de Moscou jusqu'en 1960 soviétique - Tom 17- Moscou 1974

20

entreprises industrielles et de la population le long des lignes de transports, ainsi que favorisé l'apparition des nouvelles localités de type urbain. Le processus de concentration industrielle et le développement du chemin de fer ont accéléré la croissance de la banlieue de Moscou, surtout dans ses parties sud et est. «La construction et le passage du chemin de fer dans la partie sud et est ont transformé les villes de cette partie de la région en grands centres ferroviaires (par exemple, Kolomna, Cerpukhov, Podolsk, Pavlovskii Pocad, Lubertsi, etc.), mais sur les territoires ouest et nord-ouest où se trouvent des villes comme Mojaisk, Vereia, Rouza, Voskresensk, Kline et Dimitrov, l'industrie n'a pas suivi le même rythme de croissance»(3). Vers la fin du 19ème siècle et au début du 20ème, plusieurs agglomérations sont ainsi apparues dans la région (4). La plus grande d'entre elles était l'agglomération de Moscou englobant une population d'un million d'habitants et qui, avec l'ensemble de sa région (Moskovskaia gubemia), représentait 2,3 millions de personnes. En 1897, on comptait 122.000 personnes dans les 13 villes et les 2 bourgades de la région (pour 80.600 personnes en 1861). Parmi elles, Cerpoukhov avait une population de 30.600 habitants, Kolomna, avec sa banlieue agricole de 25.400 habitants, Bogorodsk de Il.100 et Pavlovskii Posad de 10.000 (5). Au cours du 19ème siècle, Moscou occupait une place très importante par rapport aux villes de sa région. Par exemple, au début des années 1880, Bogorodskii pour le nombre de ses entreprises et de ses ouvriers (157 entreprises industrielles et 33.000 ouvriers) occupait la deuxième place après Moscou (6). Mais déjà, au début du 20ème siècle, la banlieue de Moscou commence à grandir plus rapidement que Moscou même. Ainsi, de 1897 à 1912, la population de Moscou passe de 1.038.600 à 1.617.700 21

habitants, tandis que sa banlieue passe de 60.100 à 218.200 habitants. Les zones industrielles de la banlieue avaient, à cette époque, une superficie de 150 km2 soit deux fois la superficie de Moscou (7). L'apparition d'entreprises industrielles autour de Moscou et l'aftlux de travailleurs furent les principales raisons de ce processus. Ces entreprises étaient essentiellement concentrées dans les régions suivantes: Préobrajenski, Semenovcki, Krestovski, Serpoukhovski, Presnenski, Trekhgorni. Il faut ajouter par ailleurs que la construction du chemin de fer a également favorisé l'apparition de nombreuses résidences secondaires (datchas) qui furent construites dans un périmètre de 10 à 15 km autour de Moscou, d'après Lappo (8). Ces résidences se transformeront par la suite en «résidences (localités) satellites» de la capitale (perovo, Kouskovo, Lublino, Kountsevo, Losinoostrovskoe) (9). Ces localités satellites, en combinaison avec des entreprises industrielles de cette partie de la région, formèrent une deuxième couronne industrielle autour de Moscou. C'est dans cette couronne que commencèrent à se développer de nombreuses cités ouvrières, en particulier près des gares de triage comme Birulevo, Beckoudnikovo, Lublino, etc. Ainsi, avec l'apparition du système capitaliste, naquit l'une des premières agglomérations urbaines du pays au centre de laquelle était Moscou, entourée par ses couronnes industrielles. A partir de cet ensemble, le peuplement de la région capitale du pays s'est effectué le long des lignes de transports. 2-2. Transformation de l'agglomération depuis la révolution de 1917 Avec la restitution de son statut de capitale depuis la révolution, Moscou et sa région subissent des transformations très radicales. En tant que modèle de la première 22

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.