POUVOIR ET SUCCESSION EN IRAN

De
Publié par

Depuis l'introduction de l'Islam au VIIè siècle, l'Iran a connu des régimes politiques souvent éphémères. Les Qâjâr (1794-1925) ont su assurer à ce pays une stabilité politique relativement longue. Les questions concernant le processus de la formation du pouvoir et les raisons de la stabilité ou de la précarité des régimes politiques en Iran ont rarement fait l'objet d'études approfondies. Ce livre tente d'apporter des éléments de réponse à ces questions en examinant la genèse du pouvoir chez les Qâjâr.
Publié le : mercredi 1 mars 2000
Lecture(s) : 189
Tags :
EAN13 : 9782296407916
Nombre de pages : 334
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Moyen Orient & Océan Indien XVle- XIXe s.

Hormoz EBRAHIMNEJAD

Pouvoir et succession en Iran
Les premiers Qâjâr
1726-1834

12

Société d'Histoire de l'Orient
L'Harmattan
5- 7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L 'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc)- CANADA H2Y lK9

Rédaction Jacqueline CALMARD

Conseil scientifique Annie BERTHIER, Geneviève BOUCHON, Jean CALMARD, Ernestine CARREIRA, Jean-Pierre MAHÉ, Jacques PA VIOT, Francis RICHARD, Luis Filipe THOMAS

Moyen Orient & Océan Indien XVIe-XIxe s. a paru, de 1984 à 1990, comme périodique annuel. La collection est publiée désormais, sous la forme de recueils thématiques ou de monographies sans périodicité fixe, par la Société d'Histoire de l'Orient aux Editions l'Harmattan Paris

(Ç)Société d'Histoire de l'Orient

- L'Harmattan,

1999

ISBN: 2-7384-8915-X Ouvrage publié avec le concours de l'ESA Q8003 du C.N.R.S., Paris Composition, tableaux, cartographie, mise en page et maquette de couverture: Jacqueline Calmard

À mes parents

Mes recherches sur l'histoire de l'Iran Qâjâr n'auraient pu aboutir à cet ouvrage sans l'aide que j'ai reçue de diverses personnes et institutions. Je témoigne, en particulier, toute ma reconnaissance à Jean Calmard pour ses lectures critiques de mon manuscrit dès sa conception comme thèse de doctorat jusqu'à cette présente édition. Pour les aspects anthropologiques de ma réflexion sur le système successoral des Qâjâr, j'ai bénéficié des conseils scientifiques de Jean-Pierre Digard, que je tiens à remercier vivement. C'est avec grande compétence et amabilité que Jacqueline Calmard a bien voulu améliorer la rédaction de cette monographie et en préparer la mise en page; qu'elle veuille bien accepter ici toute ma gratitude. Je dois enfin rendre hommage à Anne-Marie Moulin qui m'a prodigué de précieux conseils pour améliorer la lisibilité pour les non-spécialistes de l'histoire de l'Iran. Mes travaux sur les source.s primaires et les archives, effectués en dehors de l'Iran, m'ont été grandement facilités par les archivistes et les bibliothécaires, en particulier ceux des Archives du Ministère des Affaires étrangères à Paris, du Service historique de l'armée de terre à Vincennes, de la Bibliothèque Nationale de France, du Public Record Office et de l'India Office and Records (British Library) à Londres, ainsi que de la Bibliothèque Nationale Saltikoff Schtchedrin à Saint-Pétersbourg. Paris, décembre 1999

TABLE

DES MATIÈRES

Avant-propos
INTRODUCTION Rappel historique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11 Méthodologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 Les sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 Limites de l'étude. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23 Succession et pouvoir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25 Légitimité et pouvoir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28 Quelques observations théoriques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28

Contexte socio-historique et pouvoir Qâjâr
Souveraineté et légitimité.

.32
. .. . . . .. ... .43

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36

Perspectives et problèmes spécifiques.. ... . . . .. . . ..

I. HISTORIOGRAPHIE ET POUVOIR
Nature des sources

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51

Caractères particuliers de l'historiographie persane. . . . . . . . . . . . . . .56 La fonction de l'historiographe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .58

La description de l'exercice du pouvoir.. .. .. . . . . . .. ... .. .. ... .63 La vision de l'historiographie persane. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63 L'espace et le pouvoir dans les chroniques qâjâres. . . . . . . . . . . .64 Le temps dans les chroniques qâjâres ..69
Pouvoir central et pouvoir local. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71

II. LA SUCCESSION VUE PAR L'HISTORIOGRAPHIE
Problèmes de style. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .77 Problèmes de chronologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80 La géographie du pouvoir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89 Le discours successoral. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .98 La souveraineté dans l'historiographie qâjâre. . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 102

III. LA TRIBU

QÂJÂR L'origine des Qâjâr. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Généalogies. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Les Qâjâr et les Mongols. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Les Qâjâr et les Turcomans... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Les Qâjâr et les Safavides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Les Qâjâr et les Turco-Mongols.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Données démographiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Les conditions de la montée au pouvoir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Les facteurs de la formation de la tribu Qâjâr. . . . . . . . . . . . . . . .. Le mécanisme de l'imposition du pouvoir. . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Particularités de la tribu Qâjâr. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

110 111 111 115 117 118 122 127 127 130 136

Structuration de la tribu pour l'accession au pouvoir. . . . . .. . . .. 139

IV.

LA FAMILLE
Les

QÂJÂR
Qâjâr

lignées

. .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . .. . . . . . . . . . . . .. 151
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 151 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 156 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 158

Les Les Autres

Davalu. Qovânlu. lignées.

Les familles Qovânlu
La famille de Âghâ Mohammad

..................................... 161
161
Khân. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 164

La famille de Mohammad Hasan Khân

La famille de Fath 'Ali Shoo. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 167 Parenté et économie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 170 Les mariages entre Qâjâr. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 171 Les échanges matrimoniaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 171 Le lévirat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 176 L'évitement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 178

Les mariages avec les non-Qâjâr. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 179 Parenté et succession. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 185

V. GROUPES

ET FACTIONS

Vengeance

et segmentarité

........... ..... .. ... ...... 201

Les facteurs politiques et la centralisation du pouvoir. . . . . . . . . . 209 Allégeances et hostilités entre Qovânlu et Davalu .......... 221

VI. LA SUCCESSION DE ÂGHÂ
Contexte historique. La succession.

MOHAMMAD KHÂN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233

Les guerres de réunification, 1780-1797 Les conflits entre prétendants, 1797-1802
Le rôle des puissances Le Conseil (showrâ).

236 241

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241 tribales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259

Vil.

LA SUCCESSION DE FA TH 'ALI SHÂH Le système d'exercice du pouvoir Les rivalités entre princes.

Qâjâr.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267

Fath 'Ali Shâh face à sa succession...

... .. .. . . .. . . . .. . . . . . . . . 276

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 279

L'autorité du Shâh dans sa succession
CONCLUSION

287

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 303

BffiLIOGRAPHIE

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315

TABLE

DES CARTES,

TABLEAUX

ET ILLUSTRATIONS

Cartes
1. Les principales villes de l'Iran Qâjâr

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 50

2. Répartition géographique des tribus aux XVIIIe et XIXe s.

91

Tableaux
1. 2. 3. 4. 5. Succession des Qâjâr jusqu'à Nâser od-din Shoo.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 17 Liens supposés entre les ancêtres des Qâjâr et les Mongols. . . . . . . . . . . . . 111 Ascendance mongole des Qâjâr selon E'temâd os-saltaneh. . . . . . . . . . . . . . 112 Liens généalogiques des Safavides avec les Aq-Qoyunlu ... .... ... ... .. 116 Dénombrements tribaux en Iran, 1ère moitié du XIXe s. . . . . . . . . . . . . . . . . 126

6. Les Davalu d'Astarâbâd 7. Alliance Davalu de Fath 'Ali Khân
8. 9. Les Qovânlu, Les Qovânlu, lignée lignée de Fath de Mohammad Khân.

.153

...................... 156
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158

'Ali Shoo. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157

10. Les Qâjâr 'Ezz od-dinlu de Marv
Il.
12.

159
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160

Les Qâjâr Ziyadlu du Sud-Caucase.
Échanges de femmes.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172

13. Termes de parenté (d'après Khoury) .187 14. Endogamie et exogamie dans les mariages des fils de Fath 'Ali Shoo. .189
15. 16. 17. 18. Les factions, facteur d'union. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .216 Allégeances et hostilités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .221 Allégeances et hostilités, représentation numérique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .230 Allégeances et hostilités, représentation graphique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .231

Figures
1. 2. 3. 4. 5. 6. Âghâ 'Abbas Fath Mohammad Mirzâ. 'Ali Shâh Shoo. Khân. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 76 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198 au début du XIXe siècle... .. . . . . ... . . .. . . . . . . .. . . . .. . .. . ..232 . . . . . . . .. . .302 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .266 DowlatshOO ... . . . .. ... . . .. .. . . . . . . . .

Vue de Téhéran Mohammad Mohammad

'Ali Mirzâ

Préface
Les études historiques sur l'Iran entre la chute des Safavides (15011722) et le règne de Nâser od-din Shâh Qâjâr (1848-1896) sont rares et de valeurs très inégales. C'est donc avec une grande satisfaction que la Société d'Histoire de l'Orient publie dans ses collections le présent ouvrage portant sur la problématique des systèmes de pouvoir tribal et dynastique en Iran, en traitant plus spécialement de la montée des Qâjâr et de l'établissement de leur dynastie (1794-1925). Se démarquant des recherches antérieures, utilisées de manière sélective, ce travail possède un caractère original et novateur, notamment par le fait qu'il se situe aux confins de plusieurs champs disciplinaires: histoire politique et culturelle; anthropologie historique; ethnographie tribale (parenté, segmentarité, règles de mariage, de succession etc.). Il présente une analyse critique de l'historiographie, du rôle important des historiographes, de leurs rapports avec le pouvoir, de leur vision de la succession. Le passé historico-légendaire des Qâjâr est analysé en détail, ainsi que les structures de parenté et le fonctionnement interne de la tribu. Géographiquement dispersés comme d'autres groupes tribaux sous les Safavides, les Qâjâr finiront pas se regrouper pour des raisons politiques. L'action de l'eunuque Aghâ Mohammad Khân dans la réduction des hostilités tant à l'intérieur de son propre clan (les Qovânlu), qu'avec ses rivaux Davalu, et les jeux d'alliances avec ces derniers, fut décisive pour sa longue conquête du pouvoir. Comme cela est démontré chronologiquement, ces luttes intra et inter-claniques (réglées par la politique ou par la violence) s'estompent progressivement avec l'accession au pouvoir. Après la prise du pouvoir, la succession en ligne agnatique tend à se substituer à la succession collatérale, bien que des divergences subsistent sur les modalités de cette succession. Cela est bien démontré par l'étude du processus de désignation des successeurs des deux premiers souverains, Aghâ Mohammad Khân (m. 1797) et Fath 'Ali Shâh (m. 1834). La désignation du prince héritier ne résultait pas seulement des structures lignagères et des règles tribales; elle mettait en jeu les pressions d'éléments extra-tribaux, notamment le poids de l'administration (les gens du divân, surtout les vizirs) et l'intrusion des puissances étrangères représentées en Perse, la Russie et la Grande-Bretagne (East India Company et/ou cabinet de Londres en ce qui concerne cette dernière).

8

Pouvoir et succession

En évitant de plaquer les systèmes de valeurs européo-centriques sur l'analyse des structures du pouvoir "tribal" et dynastique dans l'Iran des XVIIIe-XIxe siècles, Hormoz Ebrahimnejad aboutit notamment à une définition de la crise successorale comme facteur normatif. Loin d'entraîner l'effondrement du régime politique, souvent pronostiqué par les observateurs européens, les luttes intestines et les pressions internes et externes permettent à la dynastie Qâjâr de se stabiliser et de se maintenir pendant plus d'un siècle. Basée sur une démonstration pertinente, cette conclusion importante devra être prise en compte dans toute recherche sur l'Iran Qâjâr. Hormoz Ebrahimnejad a maintenant élargi son champ de recherche pour étudier, dans le cadre des contacts entre l'Iran et l'Europe, l'évolution de la médecine traditionnelle persane vers la pratique médicale moderne. Il a déjà publié d'excellents articles sur ce sujet. Nous avons eu le plaisir de le guider dans ses études et ses travaux depuis l'année universitaire 1987-88, et notamment d'assurer la direction de sa thèse de doctorat (Université de Paris III, octobre 1995, mention très honorable). Le présent ouvrage en constitue une édition largement révisée. Jean Calmard Président de la Société d'Histoire de l'Orient

Présentation
Cet ouvrage étant destiné tant aux spécialistes du domaine iranien qu'à un public cultivé plus étendu, la transcription des mots provenant de trois secteurs linguistiques (arabe, persan, turc) a été simplifiée et dépourvue de signes diacritiques. Nous avons choisi une transcription iranisante, dans une graphie française usuelle, la moins déroutante possible pour le non spécialiste. Nous n'avons donc pas différencié, par exemple, les quatre consonnes "z". On a opté, à l'anglaise, pour le "sh" [= ch] et pour le ')" [= dj]. Les voyelles sont utilisées à la persane, soit, respectivement pour les brèves et les longues: a / â, e / i, 0 / u. Suivant la préférence de l'auteur, nous avons conservé la finale "eh", invariable, pour rendre le son "é", "è", ou "a", selon les variantes de prononciation du persan. Nous avons choisi la seule forme "ey" pour les diphtongues "ai" "ey" ou "ay" ; "ow" pour "au", "ow" ou "aw" ; "iy" pour le "iyy" des arabisants. On écrit aussi, par exemple, Hâji (persan, pour arabe Hâjji), Hasan (pour Hassan). L'article défini "al" est écrit, à la persane, "01" ; il est assimilé, selon l'usage arabopersan, dans les noms propres: exemple Nâser od-din, pour Nâser aI-din. La lettre "eyn" et le hamzeh sont représentés, dans tous les cas, par l'apostrophe. Les mots transcrits en italique sont invariables. On indique, aussi à la persane, les voyelles longues du turc, souvent omises par les turcologues, en raison de leurs fluctuations dialectales ou régionales. Pour les composantes tribales des Qâjâr, on a retenu les formes persanes Davalu (pour Devehlu) et Qovânlu (pour Qoyunlu). Par convention, les noms propres de tribus (Afshâr, Qâjâr, Zand etc.) sont invariables. Dans les formes adjectivales, on différencie toutefois, par exemple, les princes Qâjâr des historiens qâjârs, des chroniques qâjâres etc. Dans les noms propres, souvent très longs, on évite l'usage du tiret ou de l'ezâfeh (enclitique noté "-e" ou "-ye" prononcé mais rarement noté, en persan, par un kasreh). Par exemple, au lieu de Fath-'Ali-Khân-e Qâjâr-e Qovânlu, on aura Fath 'Ali Khân Qâjâr Qovânlu. Nous avons toutefois conservé l'ezâfeh lorsqu'il s'agit d'une appartenance tribale inhabituelle ou une localisation géographique (par exemple, les Qâjâr-e Afshâr, les Qâjâr-e Marv). Nous écrivons aussi, sans tiret, l'appellation Qezelbâsh (invariable, lit. "tête rouge", disciple des Safavides) et, avec tiret, par exemple Ashâqehbâsh (invariable, groupe tribal Qâjâr).

10

Pouvoir et succession

Des confusions entre titres et fonctions existent dans l'usage persan. Par exemple, beglarbeg et beglarbegi désignent, l'un comme l'autre, un gouverneur, beglarbegi signifiant plus spécialement un gouvernorat. Les termes ilkhân / ilkhâni, ilbeg / ilbegi désignent, indifféremment, un chef tribal, les termes ilkhâni et ilbegi signifiant spécifiquement une chefferie. Nous avons conservé certains titres et fonctions existant dans l'usage français, tels que vizir, vizirat (transcrit vazir, vezârat, dans certains contextes), ou émir (amir). Pour les noms géographiques on a opté, dans la mesure du possible, pour la graphie française usuelle (Chiraz, Erevan, de préférence à Shirâz, Erivan). Lorsque ville chef-lieu et région portent le même nom, et que le contexte l'exige, on distingue le territoire par l'article défini. On aura, par exemple Astarâbâd et l'Astarâbâd (aire géographique recouvrant à peu près la province du Gorgân ), Kermân et le Kermân etc. Les régions situées au Nord de l'Araxe posent problème. Cette vaste zone, composée d'anciens khânâts persans conquis par la Russie tsariste, est habituellement désignée par les Russes sous le nom de Transcaucasie. Elle forme l'état moderne d'Azerbaïdjan; pour les Iraniens, ce nom ne s'applique qu'à leur province située au sud de l'Araxe. On peut donc désigner cette zone, bien que de manière peu satisfaisante, sous le nom de Transcaucasie, de Sud-Caucase, ou plus simplement de Caucase, ou du nom des divers khânâts, tels que Qarâbâgh, Nakhjavân, Ganjeh etc.
Dans le texte, les personnes ne sont mentionnées, le plus souvent, que par un nom (ex. Malcolm pour Sir John Malcolm). Dans les notes, les ouvrages ou articles sont cités, en abrégé, par le nom de l'auteur (dans le cas d'une seule référence) ou de ce nom suivi d'un "mot-clé" tiré de chacun de ses titres. On pourra donc se référer à la bibliographie pour avoir les intitulés complets sous les abréviations classées par ordre alphabétique. Les abréviations concernant les ouvrages collectifs, les périodiques et les archives sont données en tête de la bibliographie. Dans les tableaux généalogiques, lorsque les noms de personne ne sont pas mentionnés, les symboles suivants sont utilisés: cJ : pour un homme, et Q : pour une femme. La Rédaction

Introduction
Rappel historique Depuis la fin du règne des Sassanides, dans la seconde moitié du vne siècle, l'Iran a presque toujours été gouverné par des peuples de souche ou de langue non persanes et en particulier par des Turcs, dont les Qâjârl. Mis à part "l'intermède iranien" représenté essentiellement par les dynasties saffarides, samanides et bouyides, depuis l'intrusion des Turcs et des Mongols, à partir du XIe siècle, les quelques pouvoirs d'origine iranienne n'ont guère gouverné qu'à l'échelle locale. Par ailleurs, à partir de cette époque, l'Iran n'a connu que de rares périodes de stabilité politique, le plus souvent éphémères. Les plus longues ont été celle des Safavides (15011722), puis celle des Qâjâr (1794-1925). Ces derniers ont restauré le pouvoir central et conjuré l'anarchie qui avait régné dans le pays pendant la majeure partie du XVIIIe siècle. Au XIXe siècle, alors qu'ils gouvernaient un pays de structure socio-économique agraire et tribale, les Qâjâr durent affronter l'expansionnisme russe et l'impérialisme britannique, dotés de technologies nouvelles. Le seul moyen de résister à la domination de ces puissances et de faire respecter l'integrité du territoire fut de jouer sur leur constante rivalité2. Mais durant la seconde partie du XIXe siècle, les hommes d'État Qâjâr, pour moderniser leur pays, confièrent l'exploitation de ses ressources aux Européens. Cette politique d'équilibre conduisit en fait au partage des richesses de l'empire entre ces derniers. À mesure de l'éveil de la conscience politique dans la société Qâjâr, apparut l'idée de tenir la dragée haute aux diverses puissances occidentales en revenant sur les concessions faites aux unes et aux autres. Le pari pris sur ce nouvel équilibre n'est pas sans rappeler le mot d'ordre "Ni Est ni Ouest" qui fut celui de la République Islamique d'Iran en 1979. Ainsi, vers la fin du règne de Nâser od-din Shâh (1848-1896), on tenta d'annuler les concessions accordées aux puissances étrangères. Cette politique n'eut cependant pas assez de fermeté pour s'imposer, si bien que la fin du règne des Qâjâr fut caractérisée par toutes sortes d'interventions des puissances européennes.
1. La classification ethnique des populations du plateau iranien a parfois été faite à partir de leurs appartenances linguistiques. Les Qâjâr, en l'occurrence, sont un peuple turcophone mais l'origine ethnique turco-mongole qu'on leur a attribuée, comme nous le verrons, n'est pas confirmée par les faits historiques. 2. Pour un témoignage contemporain, voir Croizier, p. 9.

12

Pouvoir et succession en Iran

Mais la politique anti-concession resta au stade d'un idéal qui, après la seconde guerre mondiale, aboutit à la mise en place, sous l'égide d'un ancien dignitaire Qâjâr, le premier ministre Mohammad Mosaddeq, de "la politique d'équilibre négatif'3, qui fut à l'origine de la nationalisation du pétrole en 1951. On peut penser que l'action de Mosaddeq a inspiré d'autres mouvements de nationalisation dans le Moyen Orient, comme celui qui fut dirigé par Gamal Abd el-Nâser en Egypte. La configuration géopolitique actuelle de l'Iran s'est établie au XIXe siècle, au terme d'un processus historique marqué notamment par l'invasion d'une partie de ce pays par la Russie, ainsi que par la politique de ses dirigeants préoccupés de retrouver les frontières de l'empire safavide. Cette politique se solda finalement par la perte d'Erevan et d'autres territoires au nord de l'Araxe, dont la Géorgie, ainsi que par l'abandon de la suzeraineté sur les provinces d'Asie centrale. L'intégration politique de l'Iran Qâjâr en un pouvoir centralisé s'est réalisée en trois étapes majeures: Âghâ Mohammad Khân (1741-1797, r. à partir de 1794), mit fin à la guerre de vengeance qui déchirait chroniquement les clans Qâjâr. Ses successeurs réalisèrent une liaison assez efficace entre les différentes parties de l'empire, notamment grâce à un système de parenté soutenant leur organisation politique. Tout en assurant une autorité souveraine au roi, à la fois représentant de la tribu et appartenant à la lignée royale, les Qâjâr partagèrent les gouvernements locaux, à l'échelle de la province [eyâlat] ou du district [velâyat], entre les membres de la famille royale et leurs contribules. Parallèlement à cette distribution, ils désignèrent les chefs locaux à la tête des communautés. Le chef local d'une tribu était nommé ilkhân et celui d'une ville, y compris sa région, vâli. Jouissant de l'autorité au sein de sa communauté, en vertu du consensus de ses membres, le chef local reconnaissait son allégeance au pouvoir central en ce qu'il était désigné et soutenu par ce dernier. Dans les villes, d'autres postes furent créés ou réhabilités après être tombés en désuétude au cours des siècles précédents; par exemple, l'emâm-jom'e (guide de la prière du vendredi), le sheykh ol-eslâm (qui supervisait la communauté religieuse), le kalântar (qui supervisait les kadkhodâ, chefs de quartiers), les mirâb (distributeurs d'eaux), etc.4 D'autres agents administratifs ont vu leur effectifs augmenter comme les mostowfi (qui établissaient l'assiette de

. .

.

3. Siyâsat-e movâzeneh-ye manfi. 4. Abrahamian [Iran], p. 22.

Introduction

13

l'impôt pour le compte des collecteurs) et les lashkar-nevis (secrétaires qui tenaient le registre des effectifs militaires de chaque province ou canton destinés à l'armée du Shâh) ainsi que les ruznâmeh-nevisân (lit. journalistes) qui informaient les ministres concernés du travail des mostowfi et des lashkar-nevis, en contrôlant leur action5. C'est aussi au XIXe siècle qu'une classe de propriétaires des domaines, absents du territoire qui leur était désigné, fut imposée aux communautés6. Tous ces agents servaient entre la population locale et l'autorité centrale, et renforçaient ainsi le contrôle de cette dernière sur l'empire. Au niveau du pouvoir central, le corps ministériel avait été, au départ et par mesure d'efficacité, principalement composé de notables de plume appartenant aux dynasties de vizirs, souvent d'origine iranienne. Puis, à mesure que les Qâjâr établissaient leur pouvoir, les membres de la tribu, et a fortiori les princes, qui s'étaient qualifiés par une haute éducation, se retrouvèrent aussi dans le corps viziral, comme le prince E'tezâd os-saltane, ministre des sciences et de la culture sous Nâser od-din Shâh (r.1848-1896) ou le prince 'Eyn od-dowle, premier ministre sous Mozaffar od-din Shâh (r.1896-1906). Ainsi, les Qâjâr assurèrent-ils l'unité politique du pays, d'une part, en irriguant ses différentes régions du sang Qâjâr et, d'autre part, en créant de nouveaux dignitaires, non-Qâjâr, au sein des communautés; ces dignitaires leur étaient liés par affiliation politique ou par mariage. La cohésion sociale à l'échelle nationale devait nécessairement passer par l'intégration politique dans un pays où les populations avaient tendance à s'identifier par rapport à leurs communautés et non par rapport au pouvoir central. À cette époque, les termes pays et nation n'étant pas encore utilisés, on désignait l'unité politique et géographique de l'empire par l'expression plurielle mamâlek-e mahruseh [provinces protégées]. Le terme protection impliquait tant la protection divine de la Providence que celle, séculière, du Shâh. Une communauté pouvait prendre diverses formes: famille (comptant plusieurs générations), clan [tireh, tâyefeh], tribu [il, qabileh], quartier [mahalleh], village [deh, âbâdi ou rustâ], canton [velâyat] ou province [eyâlat]. Ses critères étaient, pour les uns, les rapports de sang, l'appartenance ethnique ou tribale et, pour les autres, la langue, la culture, l'affiliation politique ou même les limites géographiques. La longue durée de la dynastie Qâjâr,
5. Jahângir-Mirzâ, p. 189. Sur ce sujet voir Mostowfi. 6. Lambton [Landlord], p. 2-8.

14

Pouvoir et succession en Iran

malgré les bouleversements causés par le mouvement bâbiste au milieu du XIXe siècle et la Révolution constitutionnelle au début du XXe siècle, trouve son explication, du moins en partie, dans cette cohésion socio-politique. Un autre aspect fondamental du système Qâjâr est que les ruptures se sont opérées au travers des continuités, et que les réformes ont été réalisées en tenant compte des traditions. Les révolutions et changements qui avaient entraîné la chute des Safavides en 1722, puis le triomphe des Qâjâr à la fin du XVllIe siècle, constituent encore la pierre angulaire du système social et politique dominant au XIXe siècle. La résurgence des pouvoirs tribaux, consécutive à la désintégration de l'empire safavide, marque alors profondément le pays et conduit à une forme particulière de cohésion politique: l'administration de la population tribale de l'empire passe désormais sous l'autorité des ilkhâns ou ilkhânis7 (chefs de tribu), nommés par le Shâh Qâjâr. Cette institution politique tribale a marqué même la Révolution constitutionnelle du début du XXe siecle, dans la composition de l'Assemblée nationale figuraient aussi les dignitaires tribaux et leur forces militaires jouèrent un grand rôle dans les guerres contre les anticonstitutionalistes soutenus par les Russes et Mohammad 'Ali Shâh (r. 1906-1911). C'est finalement la force tribale de Sardâr As'ad, ilkhân des Bakhtiyâri, qui aura le dernier mot face aux éléments anti-révolutionnaires comme aux éléments ultra-révolutionnaires. Outre sa configuration géopolitique, l'Iran moderne aura hérité d'un autre choix fondamental des Qâjâr, qui joue sans doute encore aujourd'hui un grand rôle dans les destinées politiques et économiques du pays. Il s'agit du choix de la ville de Téhéran comme capitale, confmné par les régimes successifs, tandis que précédemment chaque changement de dynastie entraînait un changement de capitale. Le gouvernement de la République Islamique avait envisagé, dans les années 1980, le transfert de la capitale. Mais il a dû se désister en raison du coût excessif d'une telle opération8.
7. Ilkhân est le titre du pesonnage, ilkhâni, la fonction. Mais ce dernier terme peut être employé dans les deux sens. 8. Au cours de sa défense, au tribunal en mai 1998, Gholarnhoseyn Karbastchi, l'ancien maire de Téhéran, a expliqué que ses efforts pour moderniser la capitale avaient épargné à l'État les milliards de dollars nécessaires à son transfert. Téhéran ne répondait plus à la croissance vertigineuse de sa population due à l'immigration massive sous la pression de la crise économique et de l'explosion démographique du pays. La question de son transfert reste toujours d'actualité.

Introduction

15

Qui étaient les Qâjâr et d'où venaient-ils? Quelles étaient leur origine ethnique et leur organisation politique? Pourquoi ne trouve-t-on pas leur nom dans les sources antérieures au xye siècle? Comment apparaissentils? Divers travaux de valeur inégale ont voulu clarifier l'histoire des Qâjâr, demeurée obscure notamment en ce qui concerne leur appartenance ethnique et leur origine géographique. Ces qustions seront examinées plus en détail; mais il est nécessaire, quitte à y revenir dans les chapitres suivants, de dresser un rapide tableau de l'histoire des Qâjâr depuis le XIIIe siècleépoque à partir de laquelle leur nom est théoriquement associé à l'histoire des Mongols - jusqu'à leur arrivée au pouvoir vers la fin du XYllle siècle. Un peuple du nom de Qâjâr est évoqué, pour la première fois, dans le contexte des luttes inter-tribales des Âq-Qoyunlu (1378-1508), puis dans le cadre de l'empire safavide. D'une manière générale, les chroniques postmongoles soulignent l'appartenance, tant ethnique que politique, des Qâjâr aux Mongols. Mais dans les sources d'époque mongole et timouride (Xllle_ Xye siècles), on ne trouve pas de témoignages confirmant ces assertions9. Il n'y a pas non plus d'indications précises sur leur localité d'origine, leurs occupations et leur nombre. Lorsqu'il est question d'eux, il s'agit plutôt d'individus remplissant des missions militaires et politiques sous divers pouvoirs, depuis la fin du Xye siècle. Cependant, on les mentionne parfois collectivement. Par exemple, une "armée Qâjâr" s'allie, en 1491-92, à Dânâ Khalil (du clan Bâyondor des Âq-Qoyunlu), qui met sur le trône Rostam Beg, jusque là emprisonné par la branche rivale. Là encore il n'est pas évident qu'il s'agisse d'une armée composée d'individus Qâjâr ou seulement dirigée par un commandant Qâjâr. Par ailleurs, le mot "qâjâr", en turc, signifiant parfois celui qui marche ou qui fuit rapidement, on ne peut savoir si ce qualificatif indique l'attribution d'une qualité à un individu ou un groupe, ou bien s'il fait référence à un peuple particulier, d'identité précise, celui que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de Qâjâr. Le silence ou l'imprécision des sources sur les Qâjâr signifie qu'ils ne faisaient pas l'objet de l'histoire officielle. Cela s'explique par le fait qu'ils n'apparaissent comme prétendants au pouvoir qu'à la fin du XYllle siècle. Ils deviennent alors plus régulièrement objet de l'historiographie. Lors de la chute des Safavides, quel qu'ait été leur lieu d'origine, les Qâjâr, se trouvèrent dispersés dans les contrées du nord de l'empire depuis la Géorgie
9. Lambton [Kâdjâr], repris dans [Qajar].

16

Pouvoir et succession en Iran

à l'Ouest jusqu'à Marv à l'Est, leur implantation la plus importante se trouvant dans l'Astarâbâd, au sud-est de la mer Caspienne. Ils s'organisèrent alors en deux branches rivales, les Yukhâri-bâsh (chefs d'audelà ou d'en-haut) et les Ashâqeh-bâsh (chefs d'en-deçà ou d'en-bas); les premiers se situant au-delà de la forteresse de Mobârakâbâd - nommée aussi Âq-qal'e ("forteresse blanche") - et les seconds en-deçà. Cette forteresse avait été construite par ordre de Shâh 'Abbâs Le Grand (15881629) qui y installa les Qâjâr pour défendre les marches nord-est de l'empire contre l'incursion des Uzbeks et des Turcomans. Chacune de ces deux branches se subdivisait en plusieurs clans, dont les plus importants, quant à leur rôle dans l'établissement du pouvoir Qâjâr, étaient les Devehlu (ou Davalu, éleveurs de chameaux) appartenant à la première et les Qoyunlu (ou Qovânlu, éleveurs de mouton) à la seconde. Mais comme nous le verrons, les termes Davalu et Qovânlu, appliqués aux Qâjâr, n'impliquent pas nécessairement qu'ils élevaient des chameaux et des moutons. Dès les premières années du XVllIe siècle, le pouvoir safavide fut harcelé par des rébellions de Turcomans, d'Uzbeks, de Baloutches, d'Afghans, d'Afshâr et de Kurdes. Nâder, membre des groupes Afshâr du Khorâsân, fit une ascension rapide grâce à son talent militaire. En canalisant ces forces rebelles dans une mobilisation armée, il vint à bout de l'occupation étrangère: il refoula les Afghans qui avaient envahi Ispahan et d'autres régions, repoussa les forces ottomanes et russes à l'Ouest et au Nord et mit fin aux incursions des Uzbeks. Il poursuivit son action par la conquête de l'Inde et, finalement, par celle du trône des Safavides. On ignore si les Qâjâr avaient participé à des mouvements de rébellion, mais nous savons par contre que, de façon sporadique ou organisée, ils se mobilisèrent contre l'invasion afghane. La désintégration de l'empire safavide ouvrit la voie à une lutte générale pour le pouvoir central. Les Qâjâr, organisés en différents clans, ne pouvaient y participer avant de régler la question du leadership entre leurs clans. Ainsi, Fath 'Ali Khân Qovânlu, de la branche Ashâqeh-bâsh, fut assassiné, en 1726, par Mohammad Hoseyn Khân (un Qâjâr de la branche rivale Yukhâri-bâsh) qui devint gouverneur de l'Astarâbâdl0. La division des Qâjâr en clans et leurs rivalités explique qu'un certain nombre d'entre eux se soient soumis à l'autorité de Nâder et aient été nommés gouverneurs

10. Hambly [Qâjâr Dynasty], p. 108.

Introduction du Mâzandarân l'opposition. et de l'Astarâbâd, tandis que d'autres restaient

17
dans

Path 'Ali Khân Qovânlu (1686-1726)

I

Mohammad

Hasan Khân Qovânlu (1715-1759)

I

Âghâ Mohammad Khân (1742-r.1794-1797)

Hoseyn Qoli Khân (1750-1777)

fille de Moh. Âqâ 'Ezz od-dinlu

..-------

Fath

l

'Ali Shâh

Âsiya Khânom fille de Path 'Ali Kh. Davalu
I

(1771-r~98-1834)

'Abbâs

Mirzâ

(1789~833)

Jahân Khânom fille de Moh. Kh. Beglarbegi Davalu
I

Mohammad Shâh (1807-r.1834-1848)

Malek Khânom fille de Amir Qâsem Kh. Qovânlu

Nâser od-din Shâh (1831-r.1848-1896)

l

Tableau 1. Succession des Qâjâr jusqu'à Nâser od-din Shâh
(tableau simplifié)

18

Pouvoir et succession en Iran

Après l'assassinat de Nâder Shâh en 1747, le pouvoir Afshâr étant affaibli, puis réduit au gouvernement de Mashhad dans le Khorâsân, quatre forces majeures se disputèrent désormais le trône safavide : les Qâjâr, les Zand, les Afghans et les Bakhtiyâri. Mohammad Hasan Khân, fils de Fath 'Ali Khân Qovânlu, semble avoir été nommé par le Shâh safavide Soleymân II (roi de quarante jours, en 1750) beglarbegi (gouverneur militaire) de l'Astarâbâd. Mais peu après, ce Shâh fantoche, mis en place par une faction, fut déposé. Mohammad Hasan Khân s'empara du Mâzandarân et du Gilân et devint pratiquement indépendant. Karim Khân, le chef Zand, tenta sans succès de prendre possession du GilânIl. Mohammad Hasan Khân repoussa les attaques d'Ahmad Shâh Dorrâni (ancien général de Nâder Shâh) qui, après avoir pris la ville de Mashhad, poussait vers l'Ouest. Il infligea aussi une deuxième défaite à Karim Khân Zand en marchant sur Ispahan en 1756. Il retourna ensuite vers le Nord pour réduire Âzâd Khân Afghân qui revendiquait la souveraineté sur l'Azerbaïdjan et s'empara de cette province en 1757. Au printemps de l'année suivante, il conquit l'Arménie et une partie de la Géorgie, puis il marcha sur la province du Fârs dans le Sud pour en terminer avec l'autorité de Karim Khân Zand et assiégea la ville de Chiraz. Mais le siège fut levé suite à la désertion des Afghans12 de son armée, ainsi qu'à la division entre les Qâjâr. Profitant de ces dissensions, Karim Khân Zand s'empara du Gilân et du Mâzandarân. Mohammad Hasan Khân périt en 1759 dans une escarmouche contre l'armée de Sheykh 'Ali Khân Zand ; une partie de sa famille fut contrainte de s'exiler dans les steppes du Turkmenistan tandis que l'autre demeurait en otage à la cour de Karim Khân à Chiraz. À l'issue de ces guerres, les Zand (1750-1794), sous le commandement de Karim Khân, s'emparèrent du pouvoir et les Qâjâr (du clan Davalu) furent confirmés dans leur poste de gouverneurs du Mâzandarân et de l'Astarâbâd. Âghâ Mohammad Khân (1741-1797), fils aîné de Mohammad Hasan Khân, se trouvait, depuis 1759-60, en résidence surveillée, avec son entourage, à Chiraz. Son frère puîné, Hoseyn Qoli Khân (1750-1777) père du futur Fath 'Ali Shâh - l'accompagnait dans cet exil. En 1769, Karim Khân envoya Hoseyn Qoli Khân au gouvernorat de Dâmghân, à 70
Il. Lambton [Kâdjâr], p. 406. 12. Mohammad Hasan Khân avait recruté ces Afghans dans les rangs des troupes ce Shâhpasand Khân (le commandant d'Ahmad Shâh Dorrâni) et de Âzâd Khân après les avoir mis en échec.

Introduction

19

km au sud d'Astarâbâd, afin de contrebalancer le pouvoir des Davalu. Mais Hoseyn Qoli Khân passa outre et s'en prit farouchement aux Qâjâr Davalu pour venger le sang de son père et de son grand-père. Ces guerres continuèrent plusieurs années, jusqu'à ce que Hoseyn Qoli Khân soit assassiné à son tour en 1777 par les Qâjâr Davalu. À la mort de Karim Khân en 1779, Âghâ Mohammad Khân s'enfuit de Chiraz, accompagné de ses proches et, à partir de 1780, employa de subtiles stratégies pour réunir les forces Qâjâr. Il lutta énergiquement contre les dissidents et les divergences entre Qâjâr, en recourant tantôt à la force tantôt à la diplomatie. En 1794, lorsqu'il s'empara du dernier bastion des Zand à Kermân, l'empire lui était pratiquement soumis. Le règne des Qâjâr commence réellement à cette date, bien qu'il dût affronter encore régulièrement des rébellions jusqu'à la fin de la première décennie du XIXe siècle.

* * La dynastie Qâjâr naquit ainsi, assurant à l'Iran - après un siècle, marqué par de longues périodes de guerres civiles - la tranquillité et la stabilité politique pour une durée de 125 ans, en dépit des bouillonnements sociaux, religieux et politiques qui ne cessèrent de se produire tout au long de son règne. Mais cette stabilité fut pourtant, plus ou moins constamment, menacée par le problème épineux de la succession, la pratique du pouvoir Qâjâr donnant prise à d'incessantes revendications au trône. Ces guerres successorales, objet par excellence de l'historiographie traditionnelle, ne constituent pas le propos principal de cet ouvrage. Elles sont utilisées ici en tant qu'instrument pour l'étude du pouvoir Qâjâr. La question successorale implique toute une structure sociale et politique, et ne se limite pas aux querelles des prétendants, aux intentions personnelles du Shoo ou à la personnalité du prince. Au-delà des conduites humaines, ce qui nous intéresse, ce sont les structures qui sous-tendent ces actions de surface. Il n'est pas absurde d'expliquer, par exemple, l'accession au trône de Mohammad Shoo (1834-48) par Ie fait que, dans Ie traité de Torkemantchây (1828), la Russie garantissait sa succession; qu'il était, en même temps, favorisé par les Anglais qui lui ont effectivement apporté un soutien militaire pour conquérir Téhéran où son oncle, Zell os-soltân, gouverneur de cette ville, s'était proclamé roi dès la mort de Path 'Ali Shâh; qu'en tant que fils de 'Abbas Mirzâ, il devait tout naturellement prendre sa place d'héritier à la

*

20

Pouvoir et succession en Iran

couronne après la mort de celui-ci; qu'il était plus jeune (26 ans) que ses oncles et par conséquent le favori de Fath 'Ali Shoo, etc. Mais l'examen de la succession dynastique sous cet angle peut tout au plus nous informer des faits et événements qui ont contribué à l'accession au pouvoir d'un roi, sans éclairer pour autant le mécanisme sociologique de cette accession. En outre, une simple analyse événementielle risque de nous cacher bien des réalités historiques qui, contrairement à ce que l'on pense souvent, ne font surface que grâce à l'observation minutieuse des détails et à une réflexion approfondie. Comment expliquer par exemple par une simple lecture superficielle des sources qu'aucun des rois Qâjâr n'ait pu régler définitivement l'affaire de sa succession avant sa mort, de façon à prévenir les luttes pour le trône. Il importe de comprendre comment fonctionnait ce système de pouvoir qui sut toujours absorber les chocs de ces rivalités. La question successorale implique surtout la manière de gérer les conflits entre clans, tout en assurant l'unité politique du pays et la cohésion sociale des Qâjâr. L'examen de la succession dynastique peut apporter une réponse adéquate à la question de savoir comment les Qâjâr ont pu asseoir leur autorité sur le plateau iranien, de coloration ethnique, culturelle et linguistique si diverse, en surmontant leurs conflits internes. À travers les guerres successorales, c'est en fait le système du pouvoir Qâjâr qui sera ici étudié, car ces guerres font partie intégrante du système.

Méthodologie Les sources Quelques remarques préliminaires sur les matériaux que nous utilisons s'avèrent nécessaires. Le présent ouvrage utilise essentiellement trois types de sources: les chroniques persanes, les archives diplomatiques françaises et britanniques et les récits des voyageurs européens en Iran aux XVIIIe et XIXe siècles. Dans les premières, la question de succession ne constitue pas un thème particulier, elle se trouve reprise dans le récit des campagnes militaires et des luttes pour le pouvoir; les informations sur la succession dynastique doivent donc être extraites du flux de l'histoire événementielle. Par ailleurs, dans l'exploitation des sources Qâjâr, il faut tenir compte de la différence entre l'origine sociale et culturelle des chroniqueurs, souvent de souche persane et

Introduction

21

issus de familles savantes, et celle des princes Qâjâr, de langue turque et de culture tribale; de là, des informations parfois contradictoires sur la succession; de là aussi, la nécessité de confronter le discours historiographique et la pratique successorale. Pour les Qâjâr du XVIIIe siècle, nos sources primaires se trouvent principalement dans l'historiographie des Zand et des Afshâr, dont Hekâyat os-salâtin de Esfahâni, historien personnel de Nâder ; Ruznâmeh-ye MirW Mohammad-e kalantar, Târikh-e Gitigoshâ de Nâmi; Favâ'ed-e Safaviyeh de Qazvini et Rostam ot-tavârikh de Rostam ol-Hokamâ. Or ces sources nous informent peu sur les Qâjâr de cette époque. Notre référence principale sera donc l'historiographie qâjâre dont une partie fut rédigée dans la première moitié du XIXe siècle. Parmi les textes les plus importants citons: Târikh-e lahânârâ de Marvazi ; Ahsan ot-tavârikh de Sâru'i ; Târikh-e Zu'l-qarneyn de Khâvari ; Ma'âser-e soltâniyeh de Donboli; Târikh-e rowzat os-safâ-ye Nâseri de Hedâyat et Nâsekh ottavârikh de Sepehr.

Le contenu de ces ouvrages montre que nos chroniqueurs s'appuient, dans l'élaboration de l'histoire qâjâre, sur trois types de données: 1. les documents historiques, les registres et les lettres qui étaient en leur possession; 2. les renseignements transmis oralement par leurs aïeuls ou bisaïeuls; 3. leurs propres témoignages. Nous ignorons quelles sont exactement les sources écrites de ces chroniques lorsqu'elles évoquent les Qâjâr du XVIIIe siècle. Mais les deux autres types d'information ne sont pas d'un moindre intérêt historique et leur importance ne ne le cède en rien à celle des documents écrits. On peut même penser qu'ils sont, en certains cas, plus crédibles que ces derniers, compte tenu de deux considérations. En effet, les auteurs de ces chroniques sont tous nés pendant la seconde partie ou au milieu du XVIIIe siècle. Ils ont donc été parfois les témoins directs de plusieurs événements de ce siècle. Au plus, ils n'étaient séparés des événements du XVIIIe siècle que d'une ou deux générations. Pour la transmission orale des événements, des faits et des informations concernant les personnages, la mémoire pouvait être encore suffisamment intacte pour que l'on accepte leur part d'authenticité historique.

À l'exception des chroniques qâjâres, nous ne disposons pas d'autres documents persans parlant de la succession. Dans l'état actuel de nos recherches, les archives européennes sont les seules qui discutent de la question ou de la crise successorale, avec une fréquence régulière, dans un

22

Pouvoir et succession en Iran

grand nombre de correspondances. Ces renseignements recueillis par les membres des missions diplomatiques s'adressent à leurs gouvernements respectifs pour qu'ils servent à des fins politiques. Ces informations, une fois dépouillées des commentaires et des jugements personnels de leurs auteurs, qui peuvent parfois être divergents ou contradictoires, s'avèrent pour la plupart concordantes, indice qui plaide en faveur de leur véracité. Au premier regard, ces sources offrent une analyse critique des relations internationales entre les pays européens et illustrent les rapports de chacun avec le gouvernement Qâjâr. Elles nous font connaître la conjoncture politique de l'époque et brossent également un portrait du système de pouvoir. Les archives diplomatiques permettent ainsi l'étude de deux domaines distincts: les relations diplomatiques de l'Iran avec les pays européens; le système administratif et politique interne. Le présent travail les exploite dans ce dernier domaine, notamment pour l'étude de la succession dynastique à partir de l'examen de la structure du pouvoir Qâjâr. Des informations de première main concernant notre sujet se trouvent également dans des ouvrages européens, notamment des récits de voyage, écrits aux XVIIIe et XIXe siècles. Leurs données concordent généralement avec celles des archives diplomatiques. Au XVIIIe siècle, il y eut assez peu de voyageurs étrangers en Iran qui transmirent leurs témoignages. Mais dès l'établissement de la souveraineté Qâjâr, à partir de la dernière décennie du XVIIIe siècle, les récits de voyages se multiplient. Ils sont porteurs d'informations très utiles sur les routes, les établissements, les villages ou l'emplacement des tribus, qui montrent encore les traces récentes des événements survenus durant les décennies précédentes. Adrien Dupré13, par exemple, qui parcourut l'Iran de 1807 à 1809, décrit des villages et des caravansérails à demi-ruinés ou complètement ruinés et abandonnés, des villages ou des villes dont les habitants, ne se soumettant pas encore à l'autorité des Qâjâr, veillaient, les armes à la main, jour et nuit pour prévenir l'attaque du gouverneur de la province dont ils dépendaient. Ces descriptions reflètent la situation sociale et politique du XVIIIe siècle. L'étude systématique et comparative de ces documents permettrait d'établir une cartographie plus précise de l'emplacement des communautés sédentaires et nomades et de mieux saisir la vraie dimension des événements de ce siècle. On pourrait, en s'appuyant sur ces sources, établir une carte des pouvoirs séculiers et religieux, en dénombrant les forteresses, les
13. Dupré, I, p. 284-285 et passim.

Introduction

23

mosquées et les mausolées intacts, touchés ou ruinés. On pourrait aussi faire une étude démographique par une comparaison des estimations fournies par les récits, d'après le nombre des villages, bourgs ou villes, et en comparant l'état dans lequel ils se trouvaient lors des visites de nos voyageurs. Autant de données essentielles que l'on peut puiser dans ce type de documents pour une étude sociale et économique. Nous ne les avons exploitées cependant que de façon sélective dans le cadre de notre recherche.

Limites de l'étude Les Qâjâr ont été étudiés par la grande majorité des historiens en liaison avec l'État qu'ils fondèrent au cours de la dernière décennie du XVIne siècle. Ils ont également fait l'objet de recherches dans le cadre de l'empire safavide. Mais la rareté de documents les concernant, et la place marginale qu'ils occupaient dans l'État safavide n'ont pas permis aux historiens d'avoir une connaissance suffisante des Qâjâr de cette époquel4. Après l'écroulement du pouvoir safavide, l'Iran connut une succession de dynasties, Afshâr, Zand et Qâjâr, dont les règnes constituent le thème des ouvrages historiques de l'époque. Les Qâjâr n'ont donc pas fait l'objet d'une étude sérieuse et exclusive avant la mort de Karim Khân Zand et la prise du pouvoir par Âghâ Mohammad Khân Qâjâr. En fait, les études historiques ont suivi un programme pédagogique, fondé sur la succession des dynasties: qui dit absence du pouvoir, dit absence d'historiographie. C'est cette histoire politique qui aura largement influencé les recherches ultérieures. La carence ou l'absence même de pouvoir d'État expliquent en effet que non seulement les Qâjâr mais aussi toute l'histoire du XVIne siècle soient mal connusl5. En dehors du cadre étatique et en tant qu'organisation sociale, les Qâjâr ont rarement été l'objet de recherches approfondies. D'une manière générale, chez les historiens modernes, cette négligence a été justifiée par l'idée que la littérature historiographique persane n'apportait pas
14. Voir par exemple, Reid [Uymâq], p. 117-143 ; Reid [Rebellion], p. 35-53 ; Helfgott [Rise]. 15. Les recherches sur les Qâjâr du XVIne siècle sont très rares. Notons: Hambly [Qâjâr Dynasty] ; Perry [Karim-Khlln] Perry [Âgâ] et Perry [Safavids] ; Komaki ; Navâ'i [Fath-'Ali Khân] ; Hambly [Introduction] ; Bakhash [Evolution]. Ces deux derniers travaux ne font en fait qu'effleurer la fin du XVIne siècle. Le premier concerne essentiellement l'époque de Fath 'Ali Shâh et le second se préoccupe davantage des Qâjâr du XIXe siècle. Voir aussi Amanat ; Busse.

24

Pouvoir et succession en Iran

grand-chose à la réflexion sur l'état socio-politique des Qâjâr. La mise en valeur des chroniques officielles ouvre donc une nouvelle perspective de recherche sur l'histoire Qâjâr, et nous chercherons à replacer cette littérature dans l'ensemble des relations de pouvoir entre la classe dirigeante et la
société ci vile.

La succession au trône paraît aux historiens actuels, comme aux historiographes qâjârs, une question réglée par une sorte d'institution monarchique. C'est pourquoi elle n'a été abordée qu'en marge de la recherche16 ou à peine effleurée dans un discours qui se borne à reproduire celui des chroniques officielles qâjâres17.Une lecture critique de ces sources permet d'entreprendre l'examen de la succession dynastique du point de vue de la structure sociale. Le décryptage de ces textes permettra d'aller au-delà du langage académique et conventionnel, afin de dégager le champ d'observation de tout énoncé ou expression préjudiciables à la compréhension du problème. Puis nous procéderons à l'examen de l'organisation sociale des Qâjâr, en nous fondant, non pas exclusivement mais essentiellement, sur les chroniques officielles. Cette analyse a pour but d'étudier la succession dynastique dans son rapport avec le processus de formation du pouvoir. En relevant les faits et les événements propres à l'affaire successorale, et en nous appuyant sur des témoignages de provenances diverses, notamment sur les archives européennes, nous nous emploierons enfin, d'une part, à conforter et appuyer notre argumentation et, d'autre part, à voir comment la structure du pouvoir Qâjâr se vérifie et s'articule dans la succession dynastique. Nous nous proposons donc: de discerner, comme dans toute science, l'objet de l'étude historique et préciser la méthode du travaille concernant. D'une façon générale, cet objet est le corpus littéraire et l'époque dont il parle à lafois. Car il faut considérer le rapport entre les sources et l'ensemble du système socio-politique. En histoire, il n'existe pas de méthode préétablie et définitive. Il faut se déplacer d'une discipline à l'autre, en fonction du sujet, des besoins de l'analyse, de l'époque étudiée et des sources disponibles. Ces paramètres nous conduiront, dans le cadre de notre étude, à adopter une approche anthropologique du pouvoir et de la succession.

.

16. Voir par exemple divers articles dans Lambton [Qâjâr Persia]. 17. Hambly [Qâjâr Dynasty], p. 142.

Introduction

25

. d'étudier la société Qâjâr et ses relations de pouvoir sous toutes leurs formes, des plus structurées aux plus rudimentaires, dépouillées de toute combinaison conjoncturelle et politique, espérant ainsi pénétrer les facteurs les plus élémentaires de l'organisation sociale qui pourraient révéler le cheminement des règles et des anomalies de la succession. . d'exposer les témoignages et les observations des contemporains de l'époque étudiée sur le déroulement de la succession. À la lumière de ces données, nous pourrons vérifier dans quelle mesure notre travail théorique correspond à la réalité. Nous nous attachons donc moins à l'étude d'une période - qui serait déstinée à tout évoquer, de 1726 à 1834, et à reconstituer tous les événements de cette période - qu'à la mise en lumière d'une question importante mais négligée. Il s'agit d'analyser un problème, celui du pouvoir Qâjâr, pour en comprendre la nature et décrire le champ relationnel dans lequel s'inscrit la pratique successorale. Il nous faudra expliquer, en définitive, la stabilisation inattendue d'un pays ravagé par les guerres civiles qui y sévissaient depuis le début du XVllIe siècle. La pacification de l'Iran, au tournant des XVIIIe-XIxe siècles, est-elle due à l'ouverture des relations diplomatiques des puissances anglaise, russe et française avec les Qâjâr ou bien tient-elle à des raisons internes? N'oublions pas qu'aucun des contemporains européens de Âghâ Mohammad Khân, qui furent témoins des « événements qui provoquèrent l'élevation de ce chef et lui procurèrent promptement la possession d'un vaste domaine »18, ne crut un seul instant que sa dynastie allait durer.

Succession

et pouvoir

Le régime successoral constitue la pièce maîtresse de tout système politique. La constitution, écrite ou coutumière, du pouvoir en place, définit, en premier lieu, les règles du changement de détenteur de l'autorité ou du pouvoir, qu'il soit un monarque, un despote, un parlement ou une assemblée d'élus ou de notables. La loi ou le régime successoral a pour fonction de garantir la continuité d'un pouvoir à travers les changements de son détenteur. Les lois électorales concernant l'élection du président ou de l'assemblée dans les régimes républicains ou parlementaires, ou les pratiques d'héritage dans les systèmes patrimoniaux et monarchiques,
18. Forster, II, p. 287.

26

Pouvoir et succession en Iran

répondent à la question successorale. Cela implique que la transmission du pouvoir s'opère selon la nature de celui-ci. De ce fait, on peut évaluer la stabilité d'un pouvoir politique selon que celui-ci est ou non doté d'un système de succession défini, ou même suivant la nature ou la forme de ce système. Il convient de préciser ici les termes "pouvoir", "autorité", "souveraineté" et "État" qui seront fréquemment employés dans cet ouvrage. Quoique tous ces termes soient liés à un même sens générique, ils ne sont pourtant pas utilisés ici de façon interchangeable. Le "pouvoir" revêt un sens général et exprime les relations de pouvoir quelque soit le système politique. L"'autorité" est liée à l'influence et à la personnalité du prince ou du vizir, de sorte que, par exemple, l'autorité du Shâh peut interférer avec celles d'autres dignitaires tribaux, civils et administratifs (notamment les vizirs). La "souveraineté", dans le sens que nous employerons souvent ici, a trait à la structure de tel ou tel pouvoir ou organe. Par exemple, la souveraineté tribale est structurellement différente de la souveraineté royale ou de la souveraineté cléricale. L '''État'', enfin, dans le cas de l'histoire persane, consiste en un "appareil" (ou une "technostructure") administratif, juridique et militaire mis en place et développé sous les dynasties précédentes. Dans un ouvrage tout récent, Creve Id considère que l'État, "State", a été élaboré en Europe à partir du XIVe siècle, prenant sa forme moderne au XIXe siècle et se répandant ensuite dans d'autre pays du monde19. Cette définition est quelque peu européo-centriste. Or il apparaît que les caractéristiques de l'État, énumérés par cet auteur, telles que son contrôle direct sur les provinces, son caractère impersonnel, son armée de métier, son institution ministérielle etc., ont aussi existé dans d'autres pays non européens avant le XIXe siècle. En Iran, en l'occurrence, l'institution vizirale constituait la colone vertébrale de tout pouvoir et l'élément le plus permanent et stable de l'État à travers les changements de dynastie. Les pouvoirs successifs, qu'ils soient de structure tribale ou non, s'emparaient de cette institution déjà élaborée pour être en mesure de gouverner. Sous les Qâjâr, c'est grâce à cette institution ancienne que la centralisation du pouvoir se renforce. Dans le cadre de l'État, le grand-vizir acquiert de plus en plus de puissance vis-àvis de la noblesse locale, liée ou non à la tribu Qâjâr ou à la famille royale. Déjà, tout au début du règne de Fath 'Ali Shâh, en 1801, le grand-vizir
19. Creveld, passim.

Introduction

27

Mirzâ Ebrahim Khân Shirâzi et ses parents proches sont assassinés surtout parce que le Shâh est alarmé de la puissance grandissante de son premier ministre au sein de l'État20. Le lien entre le pouvoir et la succession nous amène à examiner la forme ou la structure du pouvoir afin de voir où se situe la souveraineté. Se trouvet-elle entre les mains du monarque ou appartient-elle au peuple, sous forme de tribu, de confrérie, de communauté citadine ou de nation? L'affinement de ces questions dépasse le propos de notre travail. On se bornera ici à étudier les groupes sociaux susceptibles de participer à l'exercice du pouvoir, et d'être entièrement ou partiellement les détenteurs de la souveraineté. On essayera de définir les principes, les pratiques ou les codes propres à chacun de ces groupes, qui peuvent régir la transmission du

20. Le cas de deux grand-vizirs successifs sous Mohammad Shâh (r. 1834-48) et Nâser od-din Shâh (r. 1848-96) est, à cet égard, marquant. Hâji Mirzâ Âqâsi, le premier ministre de Mohammad Shâh, devint pratiquement maître du royaume, guida toute action du Shâh dans sa politique intérieure et étrangère. Hâji Mirzâ Âqâsi et son successeur, Mirzâ Taqi Khân, s'opposèrent fermement à l'indépendance des notables locaux du Khorâsân. Vers le milieu du XIXe siècle, cette province était gouverné par Allâhyâr Khân Âsef od-dowleh chef de la branche Yukhâri-bâsh des Qâjâr, traditionnellement hostile au clan royal. Il avait contracté des alliances politiques et matrimoniales avec les chefs locaux du Khorâsân, de l'Afghanistan et du Turkmenistan. La famille de Âsef possédait une grande richesse que lui procurait la gestion des biens du sanctuaire de l'Emâm Rezâ à Mashhad ; elle ne payait aucun impôt à l'État et la solde des troupes régulières d'infanterie qui tenaient garnison dans le Khorâsân était payée par le trésor du Shâh. A la même époque, l'Angleterre qui cherchait à étendre son influence en Asie centrale et surtout en Afghanistan, apportait son soutien aux souverains de ces pays et aux chefs locaux du Khorâsân dans leur conflits avec le pouvoir central en Iran. Nous sommes en 1847. A l'instigation du premier ministre, les relations diplomatiques avec la France se renforcent au détriment des puissances anglaise et russe. Les préparatifs de campagnes en direction du Khorâsân ont lieu. Âsef, qui vient à Téhéran afin de dissuader le Shâh de marcher sur cette province, est envoyé en exil avec sa sœur (la reine mère qui l'appuie dans cette démarche) à La Mecque. (CPP, vol. 22, dépêches n° 34, 37, 39.) Lors de la révolution des Bâbis, au début du règne de Nâser od-din Shâh le scenario se répète et le nouveau premier minitre, Mirzâ Taqi Khân Amir Kabir reprend la situation en main au nom de l'intérêt de l'État. Dans un entretien avec le prince E'tezâd os-saltaneh, Mirzâ Taqi Khân soupçonne l'attachement de ce dernier au mouvement bâbiste. Il lui rappelle alors que l'intérêt de l'État [molâhezeh-ye dowlat] est supérieur à toute tendance ou valeur intellectuelle ou politique (E 'tezâd os-saltaneh, p. 98).

28

Pouvoir et succession en Iran

pouvoir lors de la succession. Si, par exemple, la souveraineté est parlementaire, sa transmission ne peut se faire par décision arbitraire.

Légitimité

et pouvoir

Toute affaire successorale implique la question de la légitimité, c'est-àdire d'abord la légalité du droit de celui qui accède au pouvoir. Mais la légitimité d'une autorité ne peut être considérée comme un phénomène qui transcende les rapports concrets au sein desquels cette autorité s'exerce. Pour étudier la légitimité, il faut la replacer dans le champ de ces rapports. Or les études historiques, voire sociologiques, ont envisagé la légitimité dans un sens abstrait, de façon à lui reconnaitre une existence et une essence distincte de l"'autorité" ou de la "souveraineté" auxquelles elle renvoie. TI nous faut donc examiner la notion de légitimité en rapport avec son contexte historique et social, et voir ainsi quel rôle elle joue dans la pratique d'un "pouvoir", en d'autres termes, quel sens il faut lui accorder lorsqu'on l'évoque dans l'étude de cette pratique.
Quelques observations théoriques

La question de savoir qui, parmi les prétendants au trône, était plus en droit d'y accéder, sous-entend la notion de la "légitimité" du pouvoir ou du prétendant au pouvoir, car à tout pouvoir on accorde nécessairement une dose de légitimité ou d'illégitimité. Cette acception courante de la légitimité suggère la distinction de deux éléments dans un pouvoir: son "exercice", au sens où il exerce une domination, aspect matériel d'un État que l'on peut nommer "appareil du pouvoir" ; sa "légitimité", qui est du registre juridique. Quoique toute lutte pour la succession ait pour objet de dispute la "légitimité", celle-ci n'a pas d'existence propre et son emploi n'a qu'une fonction rhétorique. Autrement dit, la légitimité est un terme ou un concept qui apparaît dans le discours, un jugement que l'on porte sur un ordre établi ou sur une autorité. En ce sens, elle est un attribut du pouvoir mais reste un élément subjectif détaché de la substance même du pouvoir. Or on ne peut étudier la légitimité d'un pouvoir en lui accordant une sphère ontologiquement distincte de celle du pouvoir. Ce postulat méthodologique repose sur une hypothèse de recherche historique, suivant laquelle le pouvoir et sa légitimité sont les parties intégrantes d'un "devenir", d'un "phénomène" ou d'une "action" socio-historique.

Introduction

29

Par le terme de légitimité, j'entends un ensemble dynamique d'interactions entre des éléments sociaux, psychiques, physiques, religieux, naturels et spirituels. Il est impossible de reconstruire cet ensemble dans son intégralité, mais il faut néanmoins le prendre en considération lorsque l'on étudie tel ou tel phénomène, celui-ci ne pouvant être compris que dans ses rapports avec d'autres phénomènes. L'objet de l'étude historique ne saurait être d'examiner un sujet quelconque dans le temps ou dans l'espace en faisant abstraction de ses liens intrinsèques avec l'ensemble socio-historique qui est un ensemble socio-temporel. Le temps n'est pas un phénomène abstrait; il indique la rapidité du changement ou la continuité. Son rythme suit les événements historiques ou les évolutions sociales. Ainsi, les Qâjâr effectuent un véritable saut pendant le XVIIIe siècle et leur organisation marque une rupture avec celle qu'ils avaient auparavant. En ce cas, ce phénomène (le pouvoir Qâjâr) doit trouver en lui-même ses ressorts explicatifs au cours d'une période de temps limitée21. Ce qu'il est essentiel de retenir ici est que toutes les questions - en l'occurrence la légitimité du pouvoir Qâjâr ou de la succession dynastiquequi préoccupent l'historien d'aujourd'hui, ou qui agitaient la période étudiée, ont été suscitées dans le cadre de cet ensemble socio-historique. Il reste à savoir dans quelle mesure l"'ensemble" qu'il nous semble pouvoir discerner ici peut correspondre à la réalité. La thèse aujourd'hui dominante veut que, comme l'histoire nous est transmise par des textes, elle est nécessairement éloignée de la réalité concrète de l'époque étudiée22. Autrement dit, le texte dresse un mur infranchissable entre l'historien et l'époque qu'il étudie. Certes, ce dernier tâche de saisir un phénomène, en tant qu'objet de son étude, à travers le matériau. Mais ce n'est pas parce qu'on n'a, pour outil de travail, que le corpus littéraire, que l'on puisse supposer que l'objet de l'étude historique est réductible aux valeurs ou aux concepts formulés par les auteurs des documents ou par les contemporains de l'époque étudiée. La culture,
21. Pierre Chaunu (I, p. 43) délimite l'objet de l'étude historique selon deux critères: connexion interstructurelle latérale réservée à « des structures différentes (secteur religieux, secteur social, démographique..) simultanées» et les liaisons logiques internes qui « sont celles qui s'établissent au sein d'une même structure (secteur religieux), mais à des époques différentes (entre le lye et le XIe siècle par exemple) ». 22. Yoir par exemple Bredero.

30

Pouvoir et succession en Iran

représentée par les archives, ne fait-elle pas partie d'un vaste ensemble social ou historique? Affirmant que la réalité - en l'occurrence ce que nous appelons l'ensemble socio-historique, par exemple la société féodale en Europe du Moyen Âge se compose d'une infinité de relations, d'idées, de comportements, d'intérêts, variables d'un individu ou d'une époque à l'autre, Max Weber soutient que c'est une naïveté que de prétendre pouvoir reconstituer cette réalité ou d'ordonner ses éléments dans un discours, un livre, quel qu'en soit le volume. La réalité ne serait pas saisissable et ce n'est d'ailleurs pas toute la réalité qui intéresse l'historien, mais seulement une partie, à laquelle il attache une signification culturelle. Il n'étudie que cette portion de la réalité. Il la choisit, consciemment ou inconsciemment, en fonction de l'étalon de valeur qu'il donne à l'objet de sa recherche23. La réalité est infinie et donc, on ne peut la dominer que par portion, taillée à la mesure de la signification que la pensée lui prête. Et « le plus simple extrait d'un acte ou document ne peut avoir scientifiquement de sens que par le rapport à des "significations" et donc en dernière analyse par un rapport à des idées de valeur »24. Selon Weber, l'historien travaille donc nécessairement avec des concepts, dès qu'il s'élève au-dessus de la simple constatation de relations concrètes, pour déterminer la signification culturelle d'un élément singulier. Il propose donc - et cela par souci d'efficacité pour la connaissance - que ces concepts soient précisés de façon rigoureuse et univoque sous la forme d'''idéaltypes''25. Celui-ci n'est d'ailleurs pas un but de travail en sciences sociales mais seulement un moyen. « L'idéaltype est un tableau de pensée, il n'est pas la réalité historique[...], il n'a d'autre signification que celle d'un concept limite [Grenzbegriff] purement idéal, auquel on mesure [messen] la réalité pour clarifier le contenu empirique de certains de ses éléments importants, et avec lequel on la compare »26. La force de l'argument vient du fait qu'il s'établit dans un environnement logique que Weber dessine à partir de sa conception propre de l'histoire. Mais d'une part, cette conception exclut toute saisie directe de la réalité puisqu'« on ne peut se rendre maître de données empiriques que

23. 24. 25. 26.

Weber [Essai], p. 156-157. Idem, p. 174. Idem, p. 175. Idem, p. 176.

Introduction

31

par les concepts et en l'occurrence par des "idéaltypes" »27. Par conséquent, il n'est utile, ou possible, de les aborder que si on les traduit en "concepts". L'objet de la connaissance ne peut être que l"'idée", et non pas la réalité concrète. En vertu de ce principe, un État n'est pas tel qu'il existe dans sa réalité sociale ou juridique, mais tel qu'il est conçu par ses contemporains28. Il Ya donc là une distinction fondamentale entre l'univers de l'idéaltype et l'univers physique, c'est-à-dire le contexte historique et social. Celui-ci, dans sa totalité, ne pourra jamais être objectivé ou reconstitué par l'esprit. Non seulement de par son infinité, mais aussi de par sa substance, il reste en dehors de la sphère de la connaissance. Si la théorie de Weber n'est pas une apologie des concepts, aux dépens de la réalité concrète, sa méthode de travail y conduit forcément. Cet auteur étudie le phénomène social à partir de l'empirisme subjectif, la seule méthode pour lui scientifiquement possible. D'après lui, nous procédons à l'étude de la réalité par la pensée, grâce aux concepts; ceux-ci changent d'un individu à l'autre, d'une époque à l'autre, et par conséquent la saisie de la réalité est conditionnée par l'existence des concepts. Or l'examen des documents d'une époque donnée montre qu'il n'existe pas de grand changement de concept d'un auteur à l'autre, ce qui traduit le rapport intime entre l'univers des concepts et des valeurs et la réalité sociale. Par conséquent, le matériau ne représente pas seulement l'univers conceptuel et subjectif des auteurs, mais traduit également les conditions historiques. Par ailleurs, selon Weber, il est improbable de pouvoir décrire la réalité dans sa totalité et il est donc logique de penser que, comme seule une partie de cette réalité peut être conceptualisée, celle-là seulement portera signification, soit pour l'observateur soit pour l'auteur du document d'archive. Cette réalité ne dépasse guère l'idée que l'observateur, ou les contemporains de l'époque étudiée, peuvent avoir d'elle. Cette thèse se rapproche de celle de Popper lorsqu'il critique les visions "totalistes" en histoire et en sociologie29, bien que ces deux auteurs appartiennent à deux
27. Weber [Essai], p. 193. 28. Ibid., p. 184. 29. «C'est une erreur de croire qu'il peut y avoir une histoire au sens totaliste, une histoire des états de société représentant la totalité de l'organisme social ou 'tous les événements historiques et sociaux d'une époque ». Cette idée dérive d'une conception intuitive d'une histoire de l'humanité entendue comme un vaste et immense courant d'évolution. Mais une telle histoire ne peut pas être écrite. Toute histoire écrite est

32

Pouvoir et succession en Iran

écoles de pensée divergentes. La question de l'universalité ou de la fragmentarité de l'objet d'étude engage également, mais d'une autre manière, la réflexion de Foucault dans son Archéologie du savoir30. Il n'est certes pas facile, ni même possible, de reconstituer ou de saisir une période historique à partir des archives. Il est, en revanche, tout à fait vrai qu'une période historique ou un phénomène comme le féodalisme en Europe, peuvent être reconstitués et saisis à différents degrés, en fonction du choix théorique retenu, de la disponibilité des sources ou du choix du matériau. C'est le cas pour les recherches sur une période donnée d'un pays ou sur deux pays différents, par exemple dans l'histoire de l'Occident du Moyen Âge par rapport à celle de l'Iran de cette même époque, ou encore l'histoire Qâjâr de la fin du XIXe siècle (qui est nettement mieux saisie, vu la quantité des documents) par rapport aux Qâjâr du début du XVIne siècle, et ainsi de suite. On peut de la sorte, en accumulant les archives, se rapprocher davantage de la réalité. Mais la quantité de documents ou de données n'est ni le seul facteur, ni toujours le plus décisif pour indiquer la possibilité d'approcher la réalité historique; car la rareté des documents est parfois d'autant plus significative qu'elle est causée par une forme spécifique de réalité historique. Par exemple dans une société patriarcale, comme le remarque bien Chaunu, « le patriarche et le conseil des anciens [...] ne recourent pas à l'écrit »31. Et pour quelle raison pourrait-on substituer à la totalité d'un phénomène en tant qu'objet d'étude, les jugements, les étalons de valeur et les idées de ses contemporains? La réponse de Weber, comme nous l'avons vu plus haut, serait: parce que la réalité est inconcevable par la pensée (sans l'intermédiaire des concepts).

Contexte socio-historique et pouvoir Qâjâr Une autorité peut avoir un caractère temporel ou spirituel. Plusieurs sources d'autorité du même type ou de types différents peuvent, soit coexister dans un ordre hiérarchique, soit se trouver en conflit. En tout état
l'histoire d'un aspect limité de cette évolution 'totale', et elle est, de toute façon, une histoire très incomplète de l'aspect choisi particulier, lui-même incomplet» (Popper, p.103.) 30. Ce qui, pour Weber, est improbable, pour Foucault est non pertinent ([L'archéologie], p. 209-211). 31. Chaunu, I, p. 82.

Introduction

33

de cause, elles baignent dans un environnement socio-historique qui, dans le contexte de l'Iran du XVllIe siècle, consiste en une constellation de constantes comme: -une population à majorité tribale induisant une variabilité des frontières de l'empire en fonction des migrations pastorales ou forcées. -des fluctuations démographiques en fonction des aléas politiques. -des productions agricole, pastorale ou artisanale soumises aux caractéristiques démographiques diverses des régions montagneuses, désertiques et des plaines alluviales ou non. -une domination effective sur les provinces, réduite à certaines périodes de l'année. -l'absence d'un pouvoir clérical structuré (du point de vue doctrinal et institutionnel) à l'échelle de l'empire, mais présence aléatoire d'éléments religieux divers au niveau local. -la prédominance de l'aristocratie tribale sur l'aristocratie urbaine ou foncière. -la variabilité de l'intégration politique à l'échelle de l'empire en fonction de la distance, de la présence militaire ou administrative du pouvoir central.
Ce qu'on désigne par "pouvoir" Qâjâr est conditionné par le dynamisme de tous ces éléments concrets parmi tant d'autres. En d'autres termes, il reçoit de ces constantes une caution d'en bas; ce sont elles qui, dans leurs tâches menues et dans leur fonctionnement, naturalisent l'exercice du pouvoir. Ainsi la qualification "socio-historique" entend-elle souligner les dimensions diachronique et synchronique dudit ensemble ou entité. Il ne s'agit pas d'une approche historiciste ou "totaliste" comme celle critiquée par Popper. Il s'agit plutôt de la nécessité, dans l'examen d'un phénomène, de l'observer dans son cadre socio-historique, même si notre connaissance du cadre, au sein duquel ledit phénomène a été engendré, est incomplète. Les constantes susmentionnées peuvent être communes à différents phénomènes ou périodes historiques, mais ce qui différencie l'un de l'autre c'est l'importance relative des constantes qui les caractérisent. Par exemple, si l'on considère que le rôle du lien de parenté dans la constitution du pouvoir et la suprématie de la noblesse tribale sur les notables citadins sont des éléments qui existent sous les Safavides, les Zand et les Qâjâr, ce qui distingue ces derniers des autres c'est que, chez les Qâjâr, la part de ces deux éléments est proportionnellement plus grande. Une différence de cette nature se répercute dans les rapports aux autres composantes et amène une

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.