//img.uscri.be/pth/e0c88a893d1105183dfae0e592bb44176bb6e478
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Zec ou la joie de vivre (suivi de) Camp secret

De
164 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 1997
Lecture(s) : 225
EAN13 : 9782296335301
Signaler un abus

Huguette GRAY

ZEC, OU LA JOIE DE VIVRE
suivi de

CAMP SECRET

L'Harmattan 5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L 'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

Collection Théâtre des Cinq Continents dirigée par Gérard da Silva

1- Aouad Basbous Thérèse, Hp. 2- Aouad Basbous Thérèse, Seuls comme l'eau. 3- Aouad Basbous Thérèse, La coincidence. 4- Driss Ilias, Absences. 5- Aba Noureddine, Une si grande espérance. 6- Reza Ghassemi, Portrait. 7- Reza Ghassemi, À vous de jouer, Mercutio ! 8- Couao-Zotti Florent, Ce soleil où j'ai toujours so~f. 9- Kazem Shahryari, Aller/Retour. 10- Jocelyne Sauvard, Matèré. 11- Philippe Caspar, Peer Gynt. 12- Daniel Boukman, Délivrans ! 13- Michel Ecoffard, L'écrabouilleuse ou la révolte des gueux". 14- Caya Makhele, Lafable du cloître des cimetières suivi de Picpus ou la danse aux amulettes. 15- Kazem Shahryari, Sous la voie lactée. 16- Edith Habersaat, La cellule des ombres. 17- Thérèse Aouad Basbous, La nonne et le téléphone. 18- Christiane Saleh, Chants d'automne. 19- Philippe Caspar, Beethoven. 20- Abdul Ali War, Génial Général Président.

1997 ISBN: 2-7384-5134-9

@ L'Harmattan,

ZEC, OU LAJOIE DE VIVRE
Pièce en 3 Parties et 17 tableaux

PERSONNAGES

Zee. Victor BESSE Joséphine BESSE(son épouse) Christophe BESSE(fils adoptif du couple Besse) Hannah (nièce de Zec) BERKEIM (expert en ivoire ancien) Le Docteur

PREMIÈRE

PARTIE

Scène I

Zee

- Joséphine

Pavillon des Besse. Le living de lappartement des Besse, et la chambre qu'ils louent à Zee, sont mitoyens. Ils donnent sur un même couloir, débouchant sur la porte d'entrée de la maison. Chacune des pièces sera simultanément éclairée ou dans l'ombre, suivant la scène. Joséphine introduit Zec dans la chambre qu'elle lui loue.

Joséphine (la cinquantaine - physique effacé - voix perchée) ; Voilà! c'est ici! Posez vos valises dans ce coin... je vous aiderai à tout ranger, Monsieur... ? - Oh quel nom compliqué... ! je n'y arriverai jamais! Monsieur... ? aidez-moi!
Zec (petit personnage singulier. Mince, d'une soixantaine dannées

- petite
chapeau

moustache
melon

- ton

- soigneusement
bougon,

vêtu d'un pardessus et d'un
irrité) :

légèrement

Le plus simple, appelez-moi Zec ! - c'est le diminutif de mon prénom! Joséphine: Zec... ? oui, c'est bien plus facile! C'est drôle, j'avais un chien que nous avions prénommé

9

Zec... non! Zef! Qu'est-ce que je raconte... Ziegfried... ! Mais, vous n'avez que ces deux valises, monsieur Zec ?
Zee:

Oui! et c'est bien suffisant... ! (il maugrée, penchant la tête vers le public, reprenant un accent prononcé) Pour ce que ça nous a rapporté de trimballer nos valises... !
Joséphine (allant et venant dans la pièce) : Qu'est-ce que vous disiez... ? (distraite) Là, c'est votre placard - Ici le lavabo et la douche... enfin, le coin cuisine! Votre balcon donne sur le jardin, venez

. , VOlr... .

Vous serez comme un prince ici, Monsieur Zec, comme un prince ! Zec (pressé de se retrouver seul la pousse insensiblement vers la sortie) : Je vous remercie Madame Joséphine! Je serai comme un prince, c'est sûr, comme un pacha, tout ce que vous voudrez... mais je serai chez moi! et ça n'a pas de prix! Surtout, ne vous dérangez pas pour vider mes valises, je le ferai moi-même, j'ai tout le temps... ! Encore un grand, grand merci!
(Joséphine Zec (ferme monocorde, sort) la porte à clef et s'assoit sur ses valises, posées au centre. et dans un débit ininterrompu

Les yeux dans le vague, il bougonne vers le public, d'une voix

- en

semi-confidence)

:

Vider mes valises... ! et pourquoi pas me vider la cervelle... ou me vider les poches... ! Valises pour valises! pourquoi je les collectionnerais! Avec deux c'est bien suffisant! - une pour les livres,
10

l'autre pour les vêtements! On est bien assez riche comme ça ! Ah ! on a bien été assez bêtes pour fourguer tout le meilleur là-dedans, quand on nous promettait du bon , temps a l' Est.... Et que j'te fourgue les bijoux, et que j'te rajoute les foun:ures, et tout ce qu'on avait de plus précieux... ! Et ils nous ont possédés jusqu'à la moelle, parce que le plus précieux c'était la vie, et qu'en final, ils nous l'ont prise avec le reste... ! Que pour les valises, ça s'entassait comme des montagnes ! des montagnes de valises... - et c'était vraiment pas la peine de les bourrer de naphtaline parce que les mites, là-bas, y en avait pas... ! vu qu'on portait jamais de laine (ni 100 % woolmark, ni 10 %...) et vu qu'à moins 30 degrés sous zéro, mes amis, vous ne verrez pas l'ombre d'une mite! C'est pas qu'elles nous aimaient pas... (même les insectes... !) mais, yen avait pas! et pour ce qui est de ces satanées valises qu'ils nous en ont dégoûtés à jamais! ces deux-là me suffisent largement, et d'ailleurs! (il se lève) elles vont disparaître illico sous le lit!

-

'

J'ai de la mémoire, moi!
( On ftappe à la porte)

Voix de Joséphine: Monsieur Zec ! mon minet ne serait pas caché dans votre chambre? je ne le retrouve plus!
Zec (maugréant) : Son minet! - Y en a un chat ici?
(à Joséphine)

Non! il n'y est pas! - je l'aurais senti tout de suite, parce que moi et les chats, on se renifle... on se devine... ! Pas de chat ici, madame Joséphine! 11

Voix de Joséphine; Ah! bon! - peut-être au jardin... !
(elle s'éloigne)
Zee (grognon) :

Il y aurait là toute une ménagerie! des chats, des chiens et pourquoi pas un poisson volant... ! Appeler son chien Ziegfried ! faut-il les aimer, les "Pritz"... Se méfier... ! Voyons comment ils ont appelé le minet, si c'est encore du Wagner... et restons sur nos gardes!
(Il fait le tour de la pièce)

Zee Voilà donc ta nouvelle demeure! Pour un homme - tout à fait seul - c'est bien suffisant! Je serai comme un Prince, elle l'a dit! - va pour les Princes à présent échoués dans des meublés, l'Histoire en a fabriqué pas mal ces dernières années... une sacrée Dynastie... ! des Princes avec deux valises - assis sur leur passé - et sur leur derrière - et qui se croient pour cela, à l'abri! , . . ça, on l est pmaIs.... I Inspectons déjà combien il y a de placards, d'étagères et de caches possibles! on ne sait jamais... ! - qui peut , . prevolf l'AvenIr.... '

,

Zec se plonge dans l'inspection de sa chambre, ouvrant portes une à une.

toutes les

Noir

12

Scène II

Joséphine -Victor
Living des Besse

- puis

Zee seul.

- sur

le mur mitoyen à la chambre de Zec est

accroché un grand tableau représentant une chasse à cour. Victor, assis, termine son casse-croûte de 10 heures, tandis que Joséphine va et vient.

Victor
l'estomac)

(soixante ans
:

- grand

et très costaud

- plutôt

gras de

Il est levé? Joséphine (faisant pivoter le tableau vers la gauche, debout, par un orifice dans le mur) : Il se rase!
observe

Victor: ToUt de même, Joe! j'ai eu une fière idée quand j'ai installé ce système! Il faut toujours savoir qui on fait entrer dans la bergerie... ! Joséphine: Et si c'est le loup...
C'est sûr! on n'est que deux!

- on

pourrait

nous assassi-

ner comme un rien - et nous dépouiller ensuite... Victor (satisfait) : Te voilà comme au cinéma! Sa glace est sans tain, et par cet oeil, sous le tableau, on peut suivre tous ses faits et
13

gestes - ni vu ni connu... ! Si c'est un loup, il est bel et bien sous surveillance ! Joséphine: Tout de même, cet homme n'a plus de vie privée! On a évité les frais d'agence, mais vois toutes les précautions qu'il faut prendre... ! Victor: Ah! ne commençons pas avec les délicatesses... ! C'est à prendre ou à laisser! Joséphine
observation) :

(pas mécontente

de son cinéma,

reprend

son

Il fini t de se raser! Oh ! le coquin, il fait des grimaces dans le miroir! - je les reçois en plein! (elle recule) Voilà qu'il s'est mis à danser! Quelle drôle de danse! Les mains tournées vers le haut et qui s'agitent! (elle se retourne, effrayée) : Victor! est-ce qu'on n'hébergerait pas un fou? Victor (amusé): Bah! un excentrique, tout au plus! Tout le monde a le droit de danser chez soi... ! et si moi je le fais pas, c'est que...
Joséphine (le coupe, moqueuse) :

C'est que tu es trop balourd pour ce genre de choses...

Victor:

Non! C'est que j'ai tellement monté de sacs de charbon
dans les sixièmes, que j'ai les reins cassés... pourquoi je ne peux plus danser! ! Voilà

14

Joséphine: Ah ! tu ne vas pas jalouser le locataire, à présent !

Victor: Jaloux! Je m'en voudrais! Jaloux d'un petit avorton à moustaches - qui porte un chapeau melon et qui parle avec un accent de nulle part !
Joséphine: Comment

ça de Nulle part?

Victor: Oui! un accent, à la fois de tous les pays et de nulle part... J'ai bien die!

Joséphine: En somme il traverserait les pays en prenant les accents, sans se fixer... ! - Pour moi c'est un Mormon!
Victor:
Mais non!

cet accent exprés ! pour se démarquer... c'est un cosmopolite - un sans-pays!
tu n'y es pas!

- il prendrait

Joséphine (candide): Et pourquoi se démarquer! on est pourtant nous! Pour moi, c'est un Tzigane!

bien chez

Victor: Mormon ou Tzigane, je ne veux pas de loup dans ma bergerie... et j'en aurai le coeur net! Joséphine (jetant un oeil versZec) : Tiens, le voilà qui se badigeonne les joues à l'eau de Cologne! (elle hume l'air avec plaisir). C'est là qu'il va chanter son Figaro si ! Tu l'entends, Victor? (elle chante avec Zec) Figaro-si - Figaro-la - Figaro-si... ! C'est dix

15

heures pile! toujours à la même heure! Quel homme organisé! Vietor (jaloux): Et alors? Toujours à la même heure il nous inflige son opéra, voilà tout!
Joséphine (poursuivant pour l'émoustiller) :

Quel homme gai! Quelle belle vie il a dû avoir! bien loin de sa joie de vivre, Victor!

- Tu

es

Victor (râlant) : Illes a pas montés les étages, avec 50 kilos sur le dos... Sa boutique de Farces et attrapes, c'était quand même plus rigolo que le charbon, non? Joséphine: Possible, mais nous, à la retraite à présent, on pourrait tout de même vivre un peu! Victor: Tu apprendras que le charbon, ça laisse des traces!
Joséphine: Des traces grises et noires, tu peux le dire! y a que la gnole qui t'fait chanter, et pour ça, il faut attendre les grandes occasions: un mariage ou un enterrement... ! (elle reprend son observation) :

Tiens, il s'est posté dans un angle et il se dandine en regardant le plafond... Chutt... ! mais qu'est-ce qu'il raconte? - Les enfants... protégez les enfants... (elle recule) une prière!

Vietor: Qu'est-ce que les enfants ont à voir avec Figaro-si?
16