Salomé et les hommes en noir

De
Publié par

Quand Salomé s'installe avec sa mère à Outremont, à Montréal, elle découvre des voisins très différents. Son quotidien se transforme alors en une exploration de la communauté hassidique. Une bande dessinée pleine d'humour sur la rencontre des cultures.
Publié le : lundi 19 octobre 2015
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782895797449
Nombre de pages : 93
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Amiraux, Valérie
 Salomé et les hommes en noir  Bandes dessinées.  ISBN 978-2-89579-705-0  I. Desharnais, Francis, 1977- . II. Titre. PN6734.S24A44 2015 741.5’971 C2015-940935-7
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2015 Bibliothèque et Archives Canada, 2015
Direction éditoriale : Thomas Campbell, Gilda Routy Illustrations : Francis Desharnais Révision : Josée Latulippe Mise en pages : Janou-Ève LeGuerrier
© Bayard Canada Livres inc. 2015
Financé par le gouvernement du Canada Funded by the Government of Canada
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour des activités de développement de notre entreprise.
Nous remercions le Conseil des arts du Canada de l’aide accordée à notre programme de publication.
Cet ouvrage a été publié avec le soutien de la SODEC. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.
Bayard Canada Livres 4475, rue Frontenac, Montréal (Québec) H2H 2S2 Téléphone : 514 844-2111 ou 1 866 844-2111 edition@bayardcanada.com bayardlivres.ca
Imprimé au Canada
9782895797449
Plusieurs soutiens financiers ont permis de concrétiser ce livre.
Nous remercions le CRSH (via la Chaire de recherche du Canada en étude du pluralisme religieux) et l’Université de Montréal (via les Subventions de valorisation du bureau Recherche-Développement-Valorisation).
Nous avons commencé à réfléchir ensemble à ce projet au printemps 2010. Tout au long de ces années, plusieurs personnes nous ont encouragés et nous souhaitons les remercier.
Javiera Araya, Samuel Blouin, Valentina Gaddi, David Koussens, Bochra Manaï, Barbara Thériault ont été les premiers lecteurs et supporteurs du projet. Sivane Hirsch nous a amicalement conseillés sur plusieurs aspects linguistiques et liturgiques. Elle nous a aussi mis en relation avec Dovid Lewin, de Québec. À Montréal, Mindy Pollack a mis Francis en contact avec monsieur Zvi Hershcovich, qui l’a aussi aiguillé vers monsieur Yanky Pollak. Merci à Pascal Girard d’avoir partagé l’anecdote du balcon.
Martin Winckler et Erwan Le Seul nous ont placés sur la route de Gilda Routy et Thomas Campbell, de Bayard Canada, qui ont accueilli notre projet avec enthousiasme et en permettent la publication.
Enfin, nous avons « testé » les versions successives auprès de jeunes lectrices critiques mais toujours convaincues: un grand merci à Salomé et Delphine !
Salomé est née à Paris, le 24 février 2004. Lorsque nous sommes venues vivre à Montréal en août 2007, après trois ans passés à Florence en Italie, nous nous sommes installées à Outremont, où nous résidons toujours. Les questions de Salomé sur notre nouveau chez-nous et ses habitants ont commencé à fuser et n’ont jamais réellement cessé. Tout était tellement différent de ce qu’elle connaissait ! Je les ai mémorisées, notées, sans objectif précis, mais avec l’idée que la naïveté des questions d’une enfant pouvait peut-être permettre de parler du quotidien pluraliste montréalais sans drame, loin des controverses.
Croiser le travail de Francis Desharnais et les tribulations de Burquette a été un motif supplémentaire de vouloir faire quelque chose de ces discussions ordinaires entre une mère et sa fille. Ses mobilités géographiques étaient un peu à l’inverse des nôtres, mais scandées par les mêmes épisodes : en 2004, lors des débats français sur le port des signes religieux auxquels Salomé avait assistéin utero, Francis était en France et en 2007-2008, alors que nous nous installions à Montréal, il avait lui aussi cette impression étrange qu’avec les accommodements raisonnables, le Québec était rattrapé par les mêmes démons.
Ce livre est l’illustration par Francis de mes conversations quotidiennes avec Salomé sur le monde qui nous entoure à Outremont.
Valérie Amiraux
Lorsque Valérie m’a demandé de raconter des moments de sa vie et de celle de sa fille dans le quartier Outremont, mon premier réflexe a été de me réjouir à la perspective de dessiner des Juifs hassidiques.
Avec leurs papillotes, leurs gros chapeaux, leurs barbes et leurs longs manteaux, ils ont un aspect « graphique » indéniable qui promettait un amusement certain dans leur représentation. Ensuite est venue la curiosité d’observer un peu plus longuement cette communauté réputée « fermée » aux non-juifs. Et au-delà de l’observation, un désir de les rencontrer, de surmonter une certaine méfiance à l’égard de ces gens au mode de vie différent du mien, moi qui ne suis pas croyant. J’ai ainsi pu rencontrer des gens de cette communauté prêts à partager leur vécu avec moi.
Ces observations et ces rencontres ont donné lieu à des dessins qui devaient me servir pour raconter l’histoire de Salomé. Rapidement, il m’est apparu que ces croquis, ces dessins à l’exécution très rapide, devaient aussi faire partie du livre. Ces pages de croquis, insérées entre certains chapitres de l’histoire de Salomé, sont le résultat de mes observations, de mes rencontres et de mes questions à propos de cette communauté.
Francis Desharnais
Valérie Amirauxne sait pas dessiner. Elle est professeure de sociologie à l’Université de Montréal, où elle est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en étude du pluralisme religieux. En fait, elle travaille sur le sujet depuis plus de vingt ans et a publié toutes sortes de textes sur les minorités musulmanes en Europe (valerieamiraux.com). Du coup, observer, écouter, décrire la vie des autres pour mieux la comprendre a un peu déteint sur son quotidien et sur sa façon de parler avec sa fille de la différence et du pluralisme. En prêtant attention aux gens, aux gestes, pour que les conversations continuent, respectueusement.
Francis Desharnaisn’a pas passé un an sous une burqa pour la bande-dessinéeBurquette(400 coups, 2008). Il n’a pas non plus voyagé dans le futur pour vérifier que le Québec avait bien colonisé l’Univers pour écrire le scénario des trois tomes deMotel Galactic(éditions Pow Pow, 2011-2013). Pas plus qu’il ne s’est fait kidnapper par des extraterrestres en manque d’artistes avant d’écrireLa guerre des arts(éditions Pow Pow, 2014). Par contre, c’est avec plaisir qu’il s’est promené à Outremont, qu’il a rencontré des rabbins et assisté à une cérémonie du shabbat pour les besoins de cet album.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Mon pays, c'est un roman

de editions-du-boreal

L'ombre du gardien

de bayard-canada

Pierre Elliot Trudeau

de editions-du-boreal