CAMISOLE

De
Publié par

Il s'était installé dans une anormalité confortable, dans un monde où l'émotion n'existait pas. Son quotidien ressemblait à celui d'un animal de boucherie élevé et confiné dans une cage métallique. La conviction d'un inconnu le fit sortir de cette torpeur chronique, réveillant involontairement ses sens. Il réalisait progressivement que ses yeux n'étaient pas qu'utiles ou nécessaires, que la vie pouvait avoir du goût et de la couleur. Sa métamorphose spectaculaire, chaotique, angoissante, intrigante, enchanteresse opérait pour le plonger dans une torture insupportable.
Publié le : vendredi 10 juin 2011
Lecture(s) : 57
EAN13 : 9782304019803
Nombre de pages : 185
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Camisole
3
Titre Pierre Gueulle
Camisole
Roman noir
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-01980-3 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304019803 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-01981-0 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304019810 (livre numérique)
6
.
8
Je vivais seul depuis toujours. Je n’avais au-cun ami, mes relations de travail étaient aussi insipides que moi. Je passais inaperçu et cela ne me préoccupait pas. La seule addiction qui me caractérisait était la cigarette. Nous vivions en-semble ! Socialement, J’étais l’archétype de l’homme lisse, sans histoire ni aspérité. Dans ma vie, les habitudes n’étaient qu’automatismes. Les émotions ne faisaient pas partie de mon arsenal psychologique jusqu’à cette soirée quand à vingt deux heures, je reçus l’appel télé-phonique anonyme d’un homme à la voix grave, claire, volontaire. Sans jamais citer mon nom, dans un mono-logue, cet inconnu évoqua le quotidien de ma vie avec une synthèse surprenante sans agressi vité, comme un résumé succinct mais précis, puis raccrocha…
9
Camisole
La surprise passée, cet appel me fit songer à un canular téléphonique émanant d’un acteur professionnel, pour une station de radio. J’imaginais qu’il avait pris au hasard dans l’annuaire un numéro avec l’adresse d’une per-sonne résidant dans un quartier de logements sociaux. Ainsi, il a pu déterminer aisément mon profil et de ce fait, imaginer facilement les conditions de vie qu’avaient les personnes comme moi. Après maintes réflexions, je commençais à être troublé par le fait qu’il avait parfaitement décrit mon fade et monotone emploi du temps. Devant l’absence de réponses cohérentes aux questions que je me posais, je préférais en conclure qu’il devait s’agir d’une plaisanterie. Malgré cette hypothèse que j’avais voulu rassu-rante, je parvins difficilement à trouver le som-meil, ressentant une forme d’angoisse associée à de l’amertume. C’était il y a quelques jours… La journée suivante accompagnée de sa mo-notonie habituelle ressembla ni plus ni moins aux autres. A 22 heures… le téléphone retentit. Malgré l’envie pressante de décrocher, je laissai sonner
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.