Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

CHEMIN DANS LA BRUME

De
0 page
La vie n'est pas un long fleuve tranquille. Atteint d'un cancer de la prostate, j'ai décidé d'écrire mon parcours médical face à la maladie. J'espère que ce témoignage pourra renseigner les malades atteint de cette maladie sournoise.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

La Perle bleue

de ibooktheque

Amblystome 3

de les-editions-quebec-amerique

Dame de trèfle

de le-masque

cover

 

 

 

 

 

Chemin dans la brume

 

Parcours médical face au cancer de la prostate. Etats d'âme.

 

Gilles Heuline.

 

Publié via Bookelis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parcours médical face au cancer de la prostate

Le 30 décembre 2014

Le chemin de la vie que je suivais depuis 60 ans s’est brusquement recouvert de brume. Ce jour-là mon urologue m’informais que j’étais atteint d’un adénocarcinome prostatique à un stade avancé. J’ai décidé de raconter ce qui m’arrive dans ce blog que j’ai intitulé Chemin dans la brume.

Cette nouvelle m’a complètement anéanti. Aussi, je tiens à signaler que le soutien des proches est primordial. En cela je veux nommer mon épouse, Joëlle, qui est constamment à mes côtés dans cette épreuve.

Cette pathologie est silencieuse, sournoise. Je n’avais pas de symptômes spécifiques à proprement parler. Cependant quand j’y repense, avec le recul, mon jet d’urine était moins puissant qu’avant, surtout le matin, mais pas tous les jours. J’avais aussi moins de libido que je mettais sur le compte de l’âge. J’ai peut-être était négligent avec mon état de santé! Pris par mon activité professionnelle, les amis, les loisirs, j’avoue que je n’ai pas toujours été à l’écoute de mon corps ces temps-ci. Maintenant, le principal c’est d’essayer de s’en sortir.

J’ai commencé mon traitement depuis peu, hormonothérapie et prochainement radiothérapie. Vous pouvez suivre mon parcours de lutte contre la maladie en cliquant sur l’onglet CHRONOLOGIE (menu du haut) .

Si ce modeste blog peut renseigner d’autres personnes, il aura au moins le mérite d’exister.

Avril 2014-Taux de PSA

Par une belle matinée de printemps je me dirige vers le pôle de santé. Tous les trois mois j’ai rendez-vous avec mon médecin généraliste pour le renouvellement de mon ordonnance. J’ai 60 ans et je souffre d’hypertension artérielle et mon taux de cholestérol est trop élevé, quoi de plus banal.

Cependant, à la fin de la consultation, mon médecin me dit:

-vous devez commencer à avoir des troubles urinaires.

Je reste sans réponse un moment puis je répond.

-effectivement le matin le jet d’urine est un peu moins puissant qu’avant.

Mon médecin continue.

-à votre âge c’est normal. Vous ai-je déjà fait contrôler votre taux de PSA?

Je reste dubitatif et surpris.

-non, c’est quoi le taux de PSA?

Mon médecin m’explique que le PSA est l’Antigène Spécifique de la Prostate. C’est un élément primordial pour un diagnostic précoce de cancer. Il permet aussi de suspecter un adénome ou hypertrophie bénigne responsable des troubles urinaires.

Je repars donc pas très rassuré avec mon ordonnance habituelle et une analyse de sang à faire.

La semaine suivante je vais au laboratoire faire la prise de sang. Mon épouse passe chercher les résultats dans l’après-midi. Le laborantin lui dit que tout est normal, mon taux de PSA est à 18.

Le soir, en rentant du travail, je me sens rassurer par ce résultat et l’affirmation du laboratoire. La vie reprend son court normal et je n’y pense plus.

Début de l’aventure sur le chemin plein de brume.

Juillet 2014-Echographie de la prostate

Mi-juillet, mon médecin traitant étant en congés, c’est une femme médecin qui me reçoit pour le renouvellement de mon ordonnance trimestrielle. Je lui montre les résultats du taux de PSA du mois d’avril. Stupeur, elle m’annonce que le taux est trop élevé.

Devant mon étonnement, elle m’explique que pour mon âge il devrait être en-dessous de 10. Puis elle me prescrit UROREC pour faciliter la miction et me fait une ordonnance pour faire une échographie de la prostate.

Je ressors du cabinet médical un peu abasourdi. En arrivant chez moi, je fais part de mon inquiétude à Joëlle. Aussitôt, nous nous précipitons sur internet pour faire des recherches sur le taux de PSA. Et là, effectivement, nous avons toutes les explications voulues adénome, adénocarcinome, hypertrophie, cancer. Rien de très rassurant!

Le lendemain, le rendez-vous est pris pour l’échographie.

L’appareil d’échographie est le même que celui utilisé pour les femmes enceintes. La partie du corps à explorer est enduite de gel qui facilite le déplacement de la sonde. L’examen est totalement indolore et dure une vingtaine de minutes (2 fois 10 minutes).

Au centre de radiologie, on me fait allonger sur un lit. J’ai la vessie pleine et j’ai du mal à me retenir. L’opérateur muni de la sonde échographique me balaie le bas du ventre qui est enduit d’un gel. Puis, après avoir uriné, je repasse le même examen. Le verdict ne tarde pas à tomber:

-vous avez un adénome de la prostate, augmentation du volume d’environ 50% et un résiduel d’urine dans la vessie. Je vous conseille de consulter un urologue si les troubles urinaires persistent.

Pas très sympathique le médecin opérateur, professionnel mais totalement fermé au dialogue. Du moins, c’est ce que j’ai ressenti. Par ailleurs, il n’a pas parlé de cancer.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin