Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Coeur de Lys

De
705 pages
Collection regroupant deux romans historiques. Fille de roi Fille du roi et Ententes à l'anglaise.
Fille de roi Fille du roi : ce roman d'amour et d'aventure historique nous ramène au temps de la colonie, où les filles à marier débarquaient en Nouvelle-France après un périlleux voyage sur l'océan. L'écrivaine relate avec moult détails la traversée, l'arrivée et la vie des Filles du roi en 1673. Un premier roman réussi qui nous fait vivre un beau voyage rempli d'émotion.
Ententes à l'anglaise : à la suite du succès obtenu avec son roman portant sur les Filles du roi, l'écrivaine récidive avec un second ouvrage, tout aussi captivant. Elle nous transporte cette fois à la fin de la rébellion des patriotes et au début de la guerre d'Aroostook, un conflit frontalier opposant l'Amérique du Nord britannique aux États-Unis d'Amérique. La romancière enchaîne avec brio les événements historiques des années 1837 à 1842. Une seconde histoire de cœur, de guerres et de malentendus qui regorge de finesse et de passion.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Ulysse 1781 T01

de delcourt432

Marie l'Acadienne

de jc-lattes

Tristan et Iseult

de fichesdelecture

.
. Productions BSL
Coffret Collection Coeur de Lys, regroupant les deux titresFille de roi Fille du roietEntentes à l'anglaise
Courriel : m-lt@outlook.com www.productionsbsl.com
Marie-Lyne Trépanier (Directrice générale) 67, rue des Pins Saint-Arsène (Québec) G0L 2K0 Téléphone : 418 867-5354
ISBN : Papier : 978-2-9816513-6-5 | PD F : 978-2-9816 513-8-9 | ePU B : 978-2-924815-00-7
er Dépôt légal : 1 trimestre 2017
.
. Productions BSL
Courriel : m-lt@outlook.com www.productionsbsl.com
Marie-Lyne Trépanier (Directrice générale) 67, rue des Pins Saint-Arsène (Québec) G0L 2K0 Téléphone : 418 867-5354
ISBN : Papier : 978-2-9816513-4-1 | PD F : 978-2-9816 513-2-7 | ePU B : 978-2-9816513-3-4
er Dépôt légal : 1 trimestre 2017
Précédemment publié par :
Maison d’édition Les Éditions de la Paix inc. Courriel : info@editpaix.qc.ca www.editpaix.qc.ca
ISBN : 978-2-89599-114-4
Janine Perron (Courrier administratif) 412, rue Maupassant Saguenay (Québec) G7J 4P6 Tél. + télécopieur : 418 690-2335
Pierre Tuinstra (Gestion Salons du livre et entrepôt) 626, rue du Marquis-De Vaudreuil Québec (Québec) G1K 5G1 Tél. + télécopieur 418 522-4822
Direction littéraire : Gilles Côtes Révision : Hélène Bar d Collaboratrice : Francine Legault Illustration : Félix LeBlanc Infographie : JosianneFortier.com
.
. J’ai écrit ce roman en hommage à tous ces fiers déf enseurs de la langue française au Québec. Adoptée le vingt-six août 1977 à l’Assemblé e nationale du Québec, la loi 101 ne peut pas être considérée, à elle seule, comme le ch ien de garde de notre langue. Nos ancêtres ont su défendre cette dernière avec courag e et vaillance. Leur idéal n’a jamais flanché. Certes, le combat se poursuit, mais la lan gue française perd de plus en plus de terrain, en particulier dans la grande région de Montréal. Et ce n’est pas sans raison que le Mouvement Québec français a été créé ; il l’a été po ur continuer de promouvoir notre langue. Bon nombre d’organismes, d’ailleurs, travaillent toujours à la protection de la langue française au Québec. Il s’agit d’une mission somme toute délicate, puisque progressivement, les Québécois francophones se bili nguisent. Fort heureusement, les Canadiens français sont de nature fidèle. Souhaitons qu’il en reste ainsi. Vive nos ancêtres qui sont venus de France, vive les Filles du roi !
Prologue
À genoux, petits-enfants de France ! Agenouillez-vou s devant votre souveraine, la reine d’Angleterre !
Quel paradoxe, n’est-ce pas, que cette exhortation ! Quand on pense que pendant dix ans, soit entre 1663 et 1673, le roi de France, Lou is XIV, peupla la Nouvelle-France de petits Français grâce à l’envoi de huit cents coura geuses Filles du roi. Elles accomplirent remarquablement leur devoir et leurs enfants grandirent au fil du temps. Quarante ans plus tard, ce même roi céda l’Acadie à l’Angleterre, un territoire stratégique, très rapproché de la Nouvelle-France. À cette époque, la Nouvelle-Anglet erre comptait environ un million sept cent mille habitants et la Nouvelle-France en comptait seulement soixante-dix mille. Étant en nombre inférieur, les Français perdirent contre les Anglais lors de la fameuse bataille des plaines d’Abraham à Québec. Conséquemment, vingt-quatre ans plus tard, en 1783, le traité de Versailles scellait officiellement le destin des fils de France. La mère patrie abandonna ainsi ses petits-enfants de Nouvelle-France aux mains des Britanniques.
Aujourd’hui, le peuple québécois compte huit millio ns d’habitant s ; le Québec est bordé par les États-Unis qui ne comptent pas moins de trois cent douze millions d’habitants, tandis que le reste du Canada en compte vingt-six millions. À l’image des irréductibles Gaulois, les Québécois défendent leur territoire en préservant l eur langue. Certains spécialistes prétendent même que ce peuple a davantage su conser ver le français d’origine que les Français eux-mêmes. Et les Québécois continuent san s cesse la bataille pour la conservation de leur langue. Notre peuple tiendra-t-il encore bien des années ? S’il existe, sur cette planète, un peuple loyal envers sa mère patrie, c’est bien la nation québécoise. Ce roman trace le parcours de combattantes et de comba ttants qui ont œuvré pour la sauvegarde de leur langue et de leurs origines. Il illustre notre devise « Je me souviens. » Une large part romanesque accompagne les faits hist oriques, leur conférant ainsi une interprétation personnelle renouvelée.
Chapitre 1
Prise au dépourvu, Jessica ne sait plus où se réfugier. Le terrible vacarme l’attire à la fenêtre, elle y jette un coup d’œil rapide ; le vent souffle en rafales dans toutes les directions, il arrache les toitures, catapulte des tonnes de débris dans les airs. Le vent semble provenir directement de l’enfer. La pluie s’abat sur le sol comme de la brique venue du ciel. Jessica tente d’atteindre le combiné téléphonique, mais voilà, juste au moment où elle s’éloigne de la fenêtre, une poutre métallique fracasse la vitre. La femme s’affaisse alors sur le plancher du salon. Elle ne sent plus ses jambes et elle est incapable de se relever.
Aidez-moi, aidez-moi ! Elle crie. Mais personne ne l’entend. Et puis, elle perd connaissance. Tout devient alors un immense bruit de fond et un assourdissant chaos.
Le téléphone retentit ce jour-là dans l’appartement d’une femme qui vit ailleurs aux États-Unis. – Allo ! – Êtes-vous Sarah Baxter-Wallace, demeurant sur la rue Broadway, à Cincinnati ?
– Oui, c’est bien moi.
– Je suis Jack Crawford, chef du département de police de Louisiane. Nous avons une bien mauvaise nouvelle à vous annoncer. Nous croyons avoir retrouvé le corps de votre mère. – Maman ! Sarah s’effondre sur le parquet de la cuisine. Mickaël se précipite auprès de sa femme et l’aide à se relever.
– C’est à propos de maman !
En prononçant ces mots, Sarah fond en larmes et tend le combiné à son mari. – Oui ? – Monsieur, êtes-vous le mari de Sarah Baxter-Wallace ?
– Oui, je suis Mickaël Sarandon.
– Comme vous devez le savoir, l’ouragan Katrina s’est abattu sur la Louisiane dans la matinée du vingt-neuf août dernier. Nous avons retrouvé ce qui semble être le corps de madame Jessica Baxter-Wallace dans sa résidence. Nous avons aussi repéré ses papiers d’identité dans son sac à main, ainsi que vos coordonnées à Cincinnati. Êtes-vous en mesure de venir ici jeudi prochain pour identifier sa dépouille ?
Mickaël met du temps à répondre au chef Crawford. La gorge nouée et le trémolo dans la voix, il accepte bien malgré lui.
– Rendez-vous donc jeudi prochain à treize heures à la morgue centrale de Louisiane. Entre temps, si vous avez besoin des services sociaux, je peux vous diriger vers des gens compétents pour obtenir du soutien.
– Non, merci, ça va aller. À jeudi, au revoir.
L’annonce de cette triste nouvelle jeta une douche froide sur tous les membres de la famille. Touché par cette tragédie et embarrassé par les nombreux inconvénients routiers, Mickaël se rendit néanmoins à la morgue centrale de Louisiane. Son père l’accompagnait, mais Sarah n’eut point le courage d’entreprendre le voyage avec eux. Elle ressentait une profonde solitude et ne cessait de sangloter depuis l’appel fatidique. Elle ne pouvait concevoir que sa mère ne soit plus de ce monde. Elle tint à demeurer à la maison avec sa fille Jennifer, c’était là
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin