50 REGLES ESSENTIELLES GRAMMAIRE FRANCAISE

De
Publié par

Une hésitation ? Un oubli ? Les Incontournables, collection de référence, répertorie 50 règles essentielles à la connaissance de la grammaire française. Véritable outil pratique, ce guide permet d'éviter de nombreux écueils et parer aux erreurs les plus courantes. Chaque règle, illustrée par de nombreux exemples détaillés, s'accompagne d'exercices d'application pour un entraînement efficace. Des tableaux, en annexe, vous aideront à acquérir de solides connaissances en grammaire. Clair et complet, cet ouvrage s'adresse aussi bien à des étudiants qu'à des adultes désireux d'entretenir leur pratique de la langue française.
Publié le : mardi 1 mars 2016
Lecture(s) : 69
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
EAN13 : 9782759027996
Nombre de pages : 128
Prix de location à la page : 0,0050€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
50 RÈGLES ESSENTIELLES GRAMMAIRE FRANÇAISE e 2 édition
Corinne FRANÇOIS-DENÈVE
L’auteur tient à remercier Susan Baddeley, Morgane Beaumanoir-Secq, Florence Bistagne, Guillaume Cingal, Liza Méry, Claire Placial et Yen-Mai Tran-Gervat pour les fructueux échanges grammaticaux.
_____________
AVANT-PROPOS
Si le mot « grammaire » provoque en vous des réactions incontrôlées, soit parce que vous en avez fait et avez tout oublié, soit parce que vous n’en avez jamais fait et avez l’impression de ne rien comprendre, cet ouvrage est fait pour vous !
Il est vrai que la grammaire est une chose difficile : ses spécialistes se divisent sur les nomenclatures et les appellations consacrées. Faut-il dire « déterminants » ou « adjectifs déterminatifs » ? Ces hésitations se reflètent dans les programmes scolaires, et l’apprentissage de la grammaire ressemble parfois à un parcours du combattant où il s’agit d’ânonner la terminologie en vigueur, en espérant qu’elle ne changera pas trop vite. Quand il ne s’agit pas d’éliminer purement et simple-ment la grammaire du champ des connaissances de base !
De la première grammaire « raisonnée » de Port-Royal aux codifications de Vaugelas (c’est lui, le responsable de l’accord des participes passés…), en passant par le Grevisse (qui, d’ailleurs, ne fait jamais qu’enregistrer les pratiques des « grands » écrivains), la grammaire est en effet au cœur de la relation des Français à leur langue. Il n’est qu’à voir les courriers adressés aux journalistes, et en retour les rubriques spécialisées, de « médiation », créées dans les journaux, pour mesu-rer combien la maîtrise de la langue française et de ses codes est essentielle. Cela ne va d’ailleurs pas sans ambiguïté : si votre patron, ou votre professeur, commet une « faute », presque rentrée dans l’usage, qui consiste à mettre le sub-jonctif après « après que », allez-vous donc le corriger ? Allez-vous en revanche pratiquer la concordance des temps et ne parler qu’au subjonctif imparfait quand les circonstances l’exigent, au risque de passer pour un cuistre ? Ou, au contraire, allez-vous dire « malgré que », parce que… « vous l’avez entendu » ?!
De fait, on ne peut améliorer sa façon d’écrire sans avoir un minimum de notions de grammaire, dont l’étymologie est précisément « l’art de lire et d’écrire ». La langue française fonctionne en effet selon un certain nombre de principes, souvent transparents, et les connaître aide beaucoup à améliorer son « style ».
3
Car le style, c’est bien ce dont il est question ici : c’est la connaissance du mode d’emploi qui vous permettra de jouer avec la machine.
Cet ouvrage est conçu comme un guide pratique qui vous permet de reprendre pied avec la grammaire française et ses règles de base. Les premiers chapitres reviennent sur des définitions indispensables. Sont abordées ensuite, tour à tour, des catégories essentielles. Les dernières leçons de l’ouvrage se consacrent à des questions plus épineuses. L’ouvrage prend acte des préconisations duJOdu 6 décembre 1990 sur les « retouches et aménagements correspondant à l’évo-lution de l’usage ».
Comme il est d’usage, l’astérisque * indique une formule irrecevable, les crochets [ ] indiquent un son (celui qui nous a paru le plus transparent), les guillemets entourent une graphie.
Tous les corrigés des exercices...............................................p. 106 En annexe, tous les tableaux récapitulatifs....................p. 122
4
SOMMAIRE
1.Quelques définitions simples : la nature des mots .............................................................................6 2.La fonction des mots......................................................................................................................................8 3.Les principaux signes de ponctuation..................................................................................................10 4.Ponctuation : la virgule...............................................................................................................................12 5..................................................................................................................................................cle.............Litra14 6.Le genre des noms .......................................................................................................................................16 7.Le féminin des noms ...................................................................................................................................18 8.Le pluriel des noms (1)................................................................................................................................20 9.Le pluriel des noms (2)................................................................................................................................22 10.Le féminin des adjectifs ...........................................................................................................................24 11.Le pluriel des adjectifs..............................................................................................................................26 12.L’accord des adjectifs................................................................................................................................28 13.L’accord des adjectifs : cas particuliers...............................................................................................30 14.La place de l’adjectif .................................................................................................................................32 15.Les comparatifs et les superlatifs .........................................................................................................34 16.Les possessifs...............................................................................................................................................36 17.Les démonstratifs.......................................................................................................................................38 18.Interrogatifs et exclamatifs.....................................................................................................................40 19.Indéfinis – Chaque, chacun, aucun......................................................................................................42 20.En – y ..............................................................................................................................................................44 21.Les relatifs .....................................................................................................................................................46 22.Le pronom « on »........................................................................................................................................48 23.Les adverbes ................................................................................................................................................50 24.Voix active, voix passive, voix pronominale .....................................................................................52 25.Le verbe et son sujet.................................................................................................................................54 26.Le verbe : les temps simples de l’indicatif .........................................................................................56 27.Le verbe : les temps composés de l’indicatif....................................................................................58 28.Accords avec les auxiliaires « être » et « avoir » ...............................................................................60 29.Accords particuliers avec l’auxiliaire « avoir » (1) ............................................................................62 30.Accords particuliers avec l’auxiliaire « avoir » (2) ............................................................................64 31.L’accord des verbes pronominaux .......................................................................................................66 32.Les accords difficiles : les pronominaux suivis d’infinitifs............................................................68 33.Le conditionnel...........................................................................................................................................70 34.L’impératif .....................................................................................................................................................72 35.Le subjonctif : formation .........................................................................................................................74 36.Le subjonctif : emplois .............................................................................................................................76 37.Les participes...............................................................................................................................................78 38.La négation (1) ............................................................................................................................................80 39.La négation (2) ............................................................................................................................................82 40.Ne.....................................................................................................................................................................84 41.Mi-, demi-, semi-, nu- / Tel (que) ...........................................................................................................86 42.Tout .................................................................................................................................................................88 43.Même .............................................................................................................................................................90 44.L’ordre des mots dans la phrase............................................................................................................92 45.De / des..........................................................................................................................................................94 46.Qui / qu’il – qui / qu’y................................................................................................................................96 47.Quelque / quel que / quelle / quel / qu’elle......................................................................................98 48.Quoique / quoi que ................................................................................................................................100 49.Remue-méninges (1) .............................................................................................................................102 50.Remue-méninges (2) .............................................................................................................................104
5
1
Règle
QUELQUES DÉFINITIONS SIMPLES : LA NATURE DES MOTS
Leverbeindique l’action. Lenomdésigne les êtres et les choses. Il peut être propre (« Jeanne », « Martin ») ou commun (« une vache », « le professeur »). L’adjectifpeut être ajouté à un nom. Il peut être qualificatif ou déterminatif (adjectifs possessifs, adjectifs démonstratifs, adjectifs interrogatifs/exclamatifs, adjectifs indé-finis, adjectifs numéraux). L’articlese place avant le nom et le précise. Il peut être défini, indéfini ou partitif. Lepronomse met à la place d’un nom. On distingue les pronoms personnels, possessifs, démonstratifs, relatifs, interrogatifs, indéfinis. L’adverbemodifie le sens d’un adjectif, d’un verbe, d’un autre adverbe, ou d’une phrase. Lesprépositionsétablissent des rapports entre les mots et les groupes de mots. Lesconjonctionsétablissent des rapports entre des propositions. Lesconjonctions de coordinationrelient des propositions coordonnées, égales entre elles, qui pourraient exister l’une sans l’autre. Lesconjonctions de subordinationrelient une proposition principale à une ou plusieurs propositions subordonnées, qui ne pourraient exister seules. L’interjectionest un mot qui indique un cri, une exclamation.
Les« propositions »(segments de phrase dotés d’un verbe conjugué) ont aussi des « natures ». DansJe te dis que je n’en veux pas,« que je n’en veux pas » est une proposition subor-donnée conjonctive, introduite par la conjonction de subordination « que ».
Exemple 1 :Florence a une grippe carabinée. « Florence » et « grippe » sont des noms ; « a » est le verbe « avoir », « une » est un adjectif déterminatif (indéfini). « Carabinée » est un adjectif qualificatif.
Exemple 2 :Elle est allée chez le médecin et va se reposer. « Elle » est un pronom (qui remplace « Florence »), « le » est un article, « chez » est une préposition, « et » est une conjonction de coordination.
Exemple 3 :Elle retournera au travail dès qu’elle le pourra. « Dès que » est une conjonction de subordination ; « dès qu’elle le pourra » est une proposition subordonnée conjonctive.
6
EXERCICE 1 : Identifiez la nature des mots en gras. a)Desenveloppespleines de billets de banquearriventdans les boites aux lettres de plusieurshabitants de la villedepuisla fin de l’année dernière. b)L’identité du bienfaiteur reste à ce jourinconnue. c)La paroisse catholique a reçu les billets accompagnés de petits mots découpés dans des journaux,alors quele pasteur,lui, a reçu juste un petit mot accompagnant la liasse. d)Certainsdisent queçapourrait être de l’argentgagnéau noir etainsirecyclé,ou le fruit d’un braquage. e)Oh !Ce n’est pas ànousque ça arriverait !
EXERCICE 2 : Identifiez la nature des mots en gras. a)Lespompiers sont intervenusce matinvers7 heures dans le secteur de la rue des Écolespourporter secours auTitanoc. b)Cebateau,amarréà quelque 400 m du pont Bazin, appartientaucapitaine Adhoc. c)Laglaceavait figé une pompederefroidissement et l’eau a commencé à s’introduire par cette voie bloquée par la glace. d)Lebateau commençaitàcouler avecunecinquantaine decentimètresd’eaudans les cales. e)L’opération de pompage des pompiers et lecolmatagede la voie d’eauont permis d’éviter le pire.
7
2
Règle
LA FONCTION DES MOTS
Leverbeindique l’action qui se fait :Jemange. La question « qui ? » permet de trouver lesujet :Jemange. La question « quoi ? » permet de trouver lecomplément d’objet direct (COD) : Je mangedes pommes. Attention :avec les verbes « être », « rester »… (verbes d’état), on parled’attribut du sujet:Nelly est idiote :« idiote » donne une qualité à « Nelly » ; (voirinfra,« l’adjectif »). Les questions « à qui », « par qui », « par quoi » permettent de trouver lecomplément d’objet indirect (COI). Je répondsau professeur. Je plais beaucoupà mon époux. Lecomplément d’objet second (COS)répond à la question « à qui », quand il y a déjà un COD. Je demande des éclaircissementsà ma collègue. NB :On appellecomplément d’attributionce COS quand on exprime en faveur de qui l’action se fait. J’ai remis ce cadeauà JeanMarc. Lescompléments circonstanciels (CC)indiquent le temps, le lieu, la manière, la cause, le moyen. Le mois dernier [CC de temps], j’ai acheté des pommesau supermarché [CC de lieu], parce que j’avais envie de faire une tarte [CC de cause], Lecomplément d’agentrépond à la question « par qui ?», « par quoi ? » dans une phrase à la voix passive. Elle a été arrêtéepar la police.
Exemple 1 :Florence a une grippe. « Florence » est le sujet du verbe « avoir ». Elle a quoi ? « une grippe » : COD.
Exemple 2 :Elle confie sa santé au médecin. « Sa santé » est COD, « au médecin » est COS.
Exemple 3 :Elle reviendra dès qu’elle le pourra. « Dès qu’elle le pourra » répond à la question « quand reviendra-t-elle ? » et est donc com-plément circonstanciel de temps.
Exemple 4 :Elle a été contaminée par Mimi. « Par Mimi » est un complément d’agent. La phrase est à la voix passive.
8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant