Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,00 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

500 sites pour réussir à l'école (2010-2011)

De
100 pages
Le Guide annuel 2010-2011 – 500 sites Web pour réussir à l’école, c’est…
-un guide annuel qui recense les meilleurs sites Web pour réussir à l’école;
-une sélection rigoureuse de 500 sites Web : des sites de qualité, décrits et commentés, classés par discipline et par clientèle cible;
-un dossier de 20 pages sur le livre et la lecture chez les jeunes à l'ère du numérique;
-un cahier détachable de 8 pages sur les ressources éducatives en ligne;
-un outil indispensable pour les élèves;
-un ouvrage de référence pour les parents et les enseignants soucieux de la réussite des jeunes.
Voir plus Voir moins

Sommaire
Je lis, tu lis, nous lisons à l'ère du numérique 5
Plan d'action sur la lecture à l'école 11
Comment apprend-on à lire? 13Dossier
Le manuel scolaire en transformation 17
Une série pensée pour les ados 18
Des bibliothèques publiques à la hauteur des jeunes 20
500 sites classés en 14 sections
L'art de naviguer sur Internet 315 Des sites de référence 33
L'aide aux devoirs 36
Domaines généraux de formation 37
Préscolaire 47
Le parent bien informé 49
3
Adaptation scolaire 51
Développement personnel 53
Arts 57
Mathématique, science et technologie 60
Langues 67
Univers social 75
Développement professionnel 82
Cahier détachable Le prof branché 84
Ressources éducatives
en ligne : l'évolution de la
recherche documentaire Index des sites 89
Lecture
Pages
centrales
500 sites Web pour réussir à l’écoleVoyez cette sélection de sites Mot de la rédac’
ainsi que plusieurs extras
gratuitement en ligne :
Du papyrus au codex, du manuscrit à l’imprimé, de www.ecolebranchee.com
la photocomposeuse à l’imprimante laser, du
Abonnez-vous à l’infolettre de papier à l’écran… Peu importe le support utilisé,
l’Infobourg, le site de l’actualité les écrits restent et la lecture traverse le temps.
pédagogique :
www.infobourg.com De nos jours, les manières de diffuser du contenu
quel qu’il soit et de rester en contact avec les siens Commandez d’autres
se multiplient. Les gens sont de plus en plus exemplaires de ce magazine
mobiles et recherchent des outils complets tout sur le site de notre partenaire :
aussi mobiles. Le livre papier se retrouve en www.pedagolivres.com
compétition avec toutes sortes de gadgets
électroniques.
Éditeur Clément LabergePour quelqu’un comme moi, qui a toujours dévoré des livres, la diffusion
Rédactrice en chef Martine Riouxdu livre sur de multiples plateformes électroniques constitue une bonne
Collaborateurs Sylvain Bérubé, Lucile Donnat, nouvelle. Je me réjouis que le livre soit plus accessible que jamais, que
Catherine Lapointe, Marie-Christine Leblanc, Véronique
de nouveaux supports puissent donner l’occasion à un éventuel lecteur Lavergne, Marie D. Martel, Audrey Miller, Marielle Potvin
de « rencontrer » une œuvre qu’il n’aurait pas découverte autrement. Illustrateur Nazario Graziano, colagene.com
Images Photos.com, Shutterstock.com
Réviseure-correctrice Catherine HouleCertains diront que l’écran d’un iPhone est trop petit pour pouvoir lire
Graphiste Comimageaisément, que l’écran d’un ordinateur est trop lumineux et qu’il s’agit
Publicité Éditions EJSd’un outil de travail avant tout, que lire sur une liseuse est froid et moins
Préimpression / Impression Diapasonchaleureux qu’un livre…
Distribution Messageries de presse Benjamin
101, rue Henry-Bessemer, Bois-des-Filion (Québec) J6Z 4S9
À cela, je réponds que, peu importe, l’essentiel est que 450 621-8167
le livre soit là, qu’il existe. Il prend vie de différentes
façons, il se décline en plusieurs versions. Ce qui a
4 l’avantage de plaire à un plus grand nombre de lecteurs,
Le magazine l’École branchée est publié par De Marque.
aux goûts, intérêts, modes de vie différents.
Président
Marc-Alexandre Boutet
Voilà pourquoi, au cours de la prochaine année, je Directeur général
Clément Labergesouhaite que chaque enfant ait la chance de lire un
livre qui lui fera découvrir le plaisir de lire. Qu’il lise sur un écran
d’orLe masculin est utilisé comme genre neutre afn d’alléger
dinateur, sur un iPad ou sur papier, qu’importe réellement. L’important, le texte. Il ne faut y voir aucune discrimination.
c’est qu’il ait l’occasion de faire un premier pas vers l’univers merveilleux
La reproduction des textes, des photos et des illustrations
de la lecture. Et ensuite, le plaisir croît avec l’usage ;) présentés dans ce magazine est interdite sans autorisation de
l’éditeur. Toute demande de reproduction d’articles doit être
adressée à Copibec.
514 288-1664 – 1 800 717-2022
© De Marque Martine Rioux
eDépôt légal – 3 trimestre 2010Rédactrice en chef
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
martine@demarque.com Bibliothèque et Archives Canada
ISSN 1706-0907
Société canadienne des postes
Envoi de poste – Publications
Convention no 40020514
De Marque inc.
400, boulevard Jean-Lesage, bureau 540
Québec (Québec) G1K 8W1
Tél. : 1 888 458-9143
Téléc. : 418 658-9171
info@ecolebranchee.com
Guide annuel 2010-2011Dossier
lecture Je lis, tu lis, nous lisons
à l'ère du
numérique
Par Lucile Donnat,
Marie-Christine Leblanc et Martine Rioux
La technologie a révolutionné de
nombreux aspects de notre vie
quotidienne, dont nos habitudes de lecture.
Aujourd’hui, le lecteur peut choisir entre
différents supports : papier, ordinateur,
livrel, téléphone intelligent, tablette,
etc. Ces nouveaux médias intéressent
particulièrement les jeunes de la
génération C. Loin d’être en voie d’extinction,
comme certains l’avaient craint, la lecture
évolue plutôt vers de nouvelles formes.Dossier
lecture
« Mes élèves n'ont jamais autant lu et écrit depuis que j’ai fait entrer
la technologie dans ma classe », confe Pierre Poulin, enseignant
ede 6 année à l’école Wilfrid-Bastien de Saint-Léonard. Sa classe,
baptisée la iCl@sse, est probablement l'une des plus technos au
Québec. Les élèves de M. Poulin n'ont pratiquement pas de papier
dans leur classe, mais ils lisent continuellement. Ils consultent entre
autres les blogues de leurs camarades de classe, les commentent,
puis partagent le contenu avec d’autres élèves. Cela ne veut pas
dire pour autant qu'ils ne plongent pas dans un roman jeunesse à
l'occasion.
qui en faisait des lecteurs réguliers, selon les analystes. Et parmi ces
lecteurs, 65 % disaient lire pour se détendre et relaxer, et 21 % pour
le travail et les études. Tout groupe d'âge confondu, on retrouvait
59 % de lecteurs réguliers. On ne peut donc pas dire que les jeunes
lisent moins que les autres.
L’enquête québécoise confrme que les journaux, les magazines et
autres périodiques sont affectés négativement par la progression
de l'utilisation d'Internet. Au milieu des années 1990, environ 75 %
de la population consacrait régulièrement du temps à ce genre de Les différentes formes de lecture coexistent; elles se complètent et
lecture, alors que le pourcentage se situe plutôt autour des 50 % ne se substituent pas l’une à l’autre. Elles feraient même en sorte
aujourd'hui. « La lecture-détente paraît moins affectée par Internet que les lecteurs soient exposés à un nombre croissant de mots
que la lecture-information », lit-on dans le chapitre consacré à la dans une journée. Une étude de l’Université de Californie à San
lecture (http://bit.ly/9oPBx1). Diego révèle que l’idée selon laquelle les gens lisent moins relève
6
plus d’une perception populaire que de faits réels
(http://tinyurl.com/ydd75l6). Le comportement
Selon les données de cette étude, le nombre de mots employés du lecteur
quotidiennement par un Américain moyen, sur un support imprimé,
a passé de 26 % en 1960 à 9 % en 2008. Toutefois, l'utilisation Le réfexe de s'informer en ligne s'accentuerait même au fur et à
d'Internet compenserait ce défcit en détenant 27 % de la consom - mesure que de nouveaux outils technologiques, comme les télé-
mation de mots. Les chercheurs croient que, si on additionne le phones intelligents, apparaissent et favorisent la mobilité et donc
27 % d’Internet au 9 % des médias traditionnels, on arrive au l'accès au savoir en tout temps. Les gens recherchent l'information
constat suivant : la lecture n’aurait pas diminué au cours des la plus à jour possible et ils savent qu'ils peuvent la trouver sur
Inter50 dernières années. Il y aurait simplement eu migration d’un net. Ce faisant, ils lisent, bien sûr, mais ils lisent autrement...
support à l'autre.
« Avec le numérique, on passe d’une lecture linéaire à une lecture
De fait, l’enquête nationale canadienne de 2005, « Lecture et achat principalement axée sur la recherche d'informations », soutient
de livres pour la détente », avait établi une corrélation positive entre Thierry Baccino, un psychologue français qui a étudié le
coml’usage d’Internet et les taux de lecture. Elle précise que la progres- portement des lecteurs. Selon lui, la lecture à l'écran permet une
sion d’Internet ne s’est pas faite au détriment de la lecture de livres immédiateté et une effcacité dans l’accès aux informations. Cette
pour la détente, mais au détriment de la télévision, des journaux et immédiateté a toutefois un revers. Elle entraîne une lecture souvent
des magazines. peu profonde et entrecoupée de distractions diverses, alors que se
trouvent juxtaposés des textes, des vidéos, des images,
susceptiAu Québec, l’Enquête sur les pratiques culturelles, réalisée par le bles de faire « dévier » le lecteur de l'objet de sa lecture initiale.
ministère de la Culture, des Communications et de la Condition
féminine (MCCCF) et publiée au début de 2010, indique que les Il oppose ainsi la lecture sur Internet, plus rapide, avec la lecture sur
jeunes lisent plus qu'on ne le croit. En effet, 54 % des 15 à 24 ans papier, plus attentive et concentrée. À terme, « la lecture sur écran
déclaraient lire des livres « très souvent » ou « assez souvent », ce perturbe le comportement du lecteur », affrme-t-il. Dossier
lecture
Ces points soulevés lors d’un forum sur la lecture numérique en
France trouvent des échos au Québec dans le rapport du MCCCF.
« Naviguer dans Internet, c’est lire, mais lire d’une autre façon, à
un autre rythme, pour d’autres motifs. Internet ne révolutionne pas
seulement le support, il réorganise l’univers de l’écrit et, ce faisant,
modife la relation au texte, les façons de lire : lecture en diagonale,
lecture interrompue, lecture ponctuée de retours en arrière et de C'est également ce que croit Claire Belisle, chercheuse en
bonds en avant, lecture par balayage (scanning), lectures sélecti-sciences sociales au Centre national de la recherche scientifque
ves, rapides, pratiques, qui glissent de page en page souvent sans (CNRS), un organisme public français. « La lecture utile, ainsi que
ordre prédéterminé, mais qui ont en commun une fragmentation la lecture distractive, prend le pas sur la lecture littéraire, qui perd
plus ou moins prononcée de l’information. » sa place centrale », soutient-elle. « Avec le numérique, de nouvelles
façons de lire sont apparues : une lecture plus fragmentée, avec
Et suivent les questionnements… Internet risque-t-il de faire perdre des hyperliens, dans un contexte multimédia, et une lecture
interl’habitude de la lecture continue ou le goût de l’intégralité du texte? active et dynamique dans un contexte multitâche. »
La non-maîtrise de la lecture traditionnelle peut-elle engendrer une
nouvelle forme d’illettrisme, l’illettrisme informatique? Même s’il Elle précise cependant que ces types de lecture « supposent des
expose le lecteur à davantage de mots, Internet incite-t-il réellement compétences techniques nouvelles », que tous les lecteurs ne
à lire? Produit-il des lecteurs?maîtrisent pas. Il ne s'agit plus seulement de décoder et de
comprendre le sens d'un texte, il faut aussi acquérir tout un éventail de
Pour l’instant, il existe encore bien peu de réponses claires et pré-compétences jumelées à la lecture sur Internet : sens critique,
cises. Le MCCCF se fait cependant rassurant en notant, dans son esprit de synthèse, comportement responsable, gestion de
l’idenétude, que « parmi les jeunes, les plus grands utilisateurs d’Internet tité numérique, etc.
sont de plus grands lecteurs de journaux et de périodiques. Ils
ont également une vie culturelle plus active que les autres, ils sont Alain Giffard, directeur du Groupement d’intérêt scientifque (GIS)
de plus grands cinéphiles, vont davantage aux spectacles, aux Culture, médias et numérique en France, se dit d’ailleurs un peu
7concerts et au théâtre ».inquiet de la situation. Il confrme que tous les lecteurs ne sont pas
à égalité face à la lecture numérique. « Lire sur Internet et sur les
nouveaux supports numériques ne permet pas de démocratiser
la lecture. Au contraire, cela creuse un écart entre deux types de
lecteurs : d’un côté, le lecteur capable d’utiliser l’outil numérique et
d’utiliser son esprit critique, et de l’autre, le lecteur qui n’a que la
culture de l’écran. » Dossier
lecture
Les pratiques culturelles s’additionnent. Les jeunes d’aujourd’hui Une question de culture
sont curieux et allumés. Ils ont une soif d’apprendre et de découvrir
et ils sont axés sur le plaisir. Rejoignons-les là où ils sont! Lire Ainsi, l’enjeu, à l’ère du numérique, serait davantage culturel. « Le
devrait être un plaisir. S’ils ont du plaisir à lire, ils liront, tout simple-contact avec la culture, peu importe la forme qu’elle prend (théâtre,
ment », fait-il valoir. cinéma, musée, livre, etc.) devrait primer. Si l’on est intéressé par la
culture en général, on s’intéressera à la lecture et à ses dérivés », croit
re Sa recette est d’ailleurs très simple. Dans sa classe, les livres de Yves Nadon, enseignant de 1 année à l’école Notre-Dame-du-
littérature jeunesse occupent une place de premier plan. « Je ne Rosaire de Sherbrooke, reconnu pour intégrer la littérature
veux pas d’un cadre strict pour apprendre à lire, avec une méthode jeunesse dans sa classe.
et des manuels scolaires. Je veux que les jeunes découvrent des
œuvres pensées pour eux et qu’ils se les approprient. On me cite Selon M. Nadon, il faudrait cesser de mettre l’accent sur les
souvent en exemple, mais je ne devrais pas être un cas d’excep-changements dans les pratiques de lecture (Lit-on plus ou moins
tion. L’école devrait être un lieu où lire est un plaisir, surtout pas un qu’avant? Que lit-on?...) pour se concentrer davantage sur
l’ouverlieu où l’on impose des temps de lecture et où l’on choisit pour les ture à la culture sous toutes ses formes et sur la transmission du
jeunes ce qu’ils doivent lire », renchérit-il. plaisir de lire aux enfants.
e« Au début du 20 siècle, on annonçait la mort du livre avec
l’apparition du vélo. Puis, on a annoncé la mort du livre avec la
radio, la télévision, le cinéma, etc. Pourtant, le livre n’est pas mort.
L'apprentissage de la lecture
8
L’enfant qui apprend à lire est une source intense de motivation pour une enseignante qui comprend le long – et parfois diffcile –
processus d’apprentissage de la lecture.
Nous n'en sommes pas toujours conscients, mais l'enfant développe des habiletés indispensables à la lecture dès sa plus tendre enfance
lorsqu’il est en contact avec des adultes qui lui lisent par exemple des histoires ou lui chantent des comptines en jouant avec les mots et les
sons, le langage oral étant indissociable de l'apprentissage de la lecture. De plus, l'enfant emmagasine déjà une foule d'outils dans son
environnement qui lui permettront de faire ses premiers pas dans l'univers de la littératie : pancartes sur la route, mots dans un menu,
boîtes de céréales, etc. Le secret des mots ne se trouve donc pas uniquement dans les livres!
Les premiers balbutiements de la lecture s'expriment au terme de beaucoup d'efforts. Voilà pourquoi il est primordial d'être un modèle de
lecteur pour nos enfants. Que ce soit des albums, des documentaires, de la poésie même, le jeune lecteur en herbe va vite comprendre le
but de la lecture : s'informer et s'amuser.
Alors, la question qui se pose dans le grand bouleversement de l'éducation à l'ère du numérique est « Pourquoi et comment intégrer les
technologies dans l'apprentissage de la lecture? ». Selon moi, l'univers de la lecture non seulement peut, mais DOIT être bonifé par le
enumérique. La bibliothèque du 21 siècle compte maintenant sur les supports technologiques pour jouer le rôle d'accompagnateur-
motivateur à la lecture. Le côté interactif des livres numériques est un atout de taille qui mène les élèves vers des ressources pertinentes
et inspirantes. J'ai un immense respect pour les livres « papier », ils font partie de notre vie et il n'est pas question de les bannir. L'enjeu
réside dans l'intégration de ces ressources virtuelles dans nos classes, afn de faire bénéfcier nos futurs lecteurs d'une banque gargan -
tuesque de livres mis au goût du jour. Et à ceux qui seraient encore frileux à l'idée de faire entrer des livres numériques dans les classes, je
leur dis que nous n'avons pas renié nos pieds au proft de la voiture hybride, mais celle-ci peut nous mener loin...

Catherine Lapointe, enseignante, http://pedagogie.csdecou.qc.ca/catherinelapointeDossier
lecture
En ce sens, malgré la place de plus en plus grande que peuvent
prendre les parents (et autres médias) dans la découverte du livre
et de la lecture, le rôle de l’école demeure primordial. « C’est par
l’école, plus que par le milieu d’origine, qu’une grande partie de la
population québécoise acquiert un capital culturel et une mobilité
sociale », conclut l’étude du MCCC.
Dans le contexte numérique, la mission de l’école est notamment
de permettre aux jeunes lecteurs d’acquérir le plus tôt possible
les compétences entourant l’acte de lire, en lien avec la lecture en
ligne, plus fonctionnelle (cueillette et traitement de l’information,
« Autrefois, l’offre culturelle externe à l’école était inexistante. Main- esprit critique, éthique du Web, etc.). Elle leur permet non seulement
tenant, la culture est partout. Elle est plus accessible que jamais. d’avoir accès au savoir, mais de pouvoir également en tirer proft et
Les jeunes ont l’embarras du choix. S’ils ne rencontrent pas de de participer à la vie sociale en ligne et hors ligne.
livres sur leur chemin, comment apprendront-ils à les apprécier?
Si personne ne leur permet de découvrir le plaisir de lire, pourquoi
auraient-ils envie d’ouvrir un livre? » M. Nadon se désole d’ailleurs à
la seule pensée que certaines écoles du Québec n’ont toujours pas
de bibliothèque scolaire en 2010…
La lecture à l'ère du numérique
9
Avec le développement de la lecture numérique, certains parlent d’un changement aussi important que l’apparition de l’imprimerie!
Selon moi, ce que le support numérique apporte, c’est un éclatement des structures linéaires à la base même du livre. Les textes sont
plus courts, remplis d’hyperliens pointant vers diverses informations multimédias. Aux textes, s’ajoutent des images, des extraits
sonores, des vidéos, etc., dans un foisonnement toujours plus dynamique. Souvent, on peut même ajouter son grain de sel, via un
commentaire ou une rédaction indépendante qu’on place sur son propre site. L’interaction peut être maximale pour qui prend le temps de le faire
avec des outils de plus en plus conviviaux.
Face à cet éclatement, la capacité de synthétiser une quantité exponentielle d’informations est devenue une nécessité, tout autant que la
capacité de valider une information et celle de la juger. Le jugement critique est devenu un besoin à un âge où ce jugement est, selon des
chercheurs, à peine en développement.
Notre rôle d’enseignant s’est modifé ou devrait se modifer largement avec l’avènement du numérique. Les informations ne sont plus
seulement (ou surtout pas!) l’exclusivité du prof, car elles sont omniprésentes sur le Web. Par contre, y mettre de l’ordre, juger de la
crédibilité, faire la différence entre l’information et l’opinion, alors qu’elles se confondent ou s’additionnent, voilà des tâches auxquelles
les profs peuvent se consacrer. Ils accompagnent donc leurs élèves, leur suggèrent et leur enseignent quelques principes de base.
Avec toutes ces informations qui circulent, on a devant soi un tourbillon d’idées et d’infos, à l’image des nuages de mots-clés que l’on
retrouve sur certains blogues. On zappe et clique à qui mieux mieux. Et quand les infos demandent un temps d’appropriation, chacun
doit alors développer sa capacité à s’arrêter pour réussir à voir à travers la brume apparente du nuage. Celui-ci révélera bien des
éléments précieux, pour qui s’y donne la peine.
Sylvain Bérubé, enseignant, www.sylvainberube.comDossier
lecture
Coups de cœur Le plaisir, des jeunes lecteurs
Chaque année, depuis 1984, Communication-Jeunesse publie un facteur infuent son palmarès des livres préférés des jeunes. Celui-ci est établi à
partir du vote des jeunes des Clubs de lecture et du Réseau CJ.
Il se divise en trois catégories : Livromagie (5-8 ans), Livromanie Par Marie-Christine Leblanc
(9-11 ans) et Réseau CJ (12-17 ans), et compte cinq titres par
catégorie. Pour l’édition 2009-2010, voici le top 3 de chaque Le plaisir relié à la lecture serait
catégorie. un facteur important dans les
habitudes de lecture des jeunes.
Dans la catégorie Livromagie : Chester – Le retour (Éditions Selon une étude du Programme
Scholastic), Sur le bout de la langue d’Alain M. Bergeron international de recherche en
(Éditions Imagine) et Un amour de Nicolas! de Gilles Tibo lecture scolaire (PIRLS), réalisée
(Éditions Scholastic) en 2001 auprès de 4 000 jeunes
de 10 ans, ceux qui choisissent
Dans la catégorie Livromanie : Galoche – Sauve qui pique! de lire par plaisir obtiennent un
d’Yvon Brochu (Éditions FouLire), Premier frérot pour Momo de meilleur rendement en lecture.
Sinro de François Barcelo (Québec Amérique jeunesse) et Le
rêve de ma vie de Johanne Mercier, Reynald Cantin et Hélène Par ailleurs, près de 100 élèves ont mentionné lire pour le plaisir
Vachon (Éditions FouLire) selon un sondage réalisé par l’École branchée auprès de
163 jeunes âgés de 10 à 12 ans; les autres ont affrmé lire par obli -
Dans la catégorie Réseau CJ : Championne d’India Desjardins gation. Les devoirs de lecture en font évidemment partie. Parmi les
dans la série Le journal d’Aurélie Laamme (Les Intouchables), 163 élèves, 140 ont des devoirs de lecture chaque soir. Les jeunes
Le dix-huitième chant de Michel J. Lévesque (Les Intouchables) estiment à moins d’une heure le temps consacré à ces devoirs.
et Les liens de l’amitié de Maryse Dubuc (Éditions Dupuis).
Toujours selon le sondage réalisé par l’École branchée, les bandes
Pour en savoir plus : www.communication-jeunesse.qc.ca dessinées ont la cote auprès des jeunes. Les récits et romans
10 viennent au deuxième rang. Seulement 34 jeunes affrment que leur
principale activité de lecture est destinée aux courriels. Et, le plus
souvent, les jeunes lisent dans leur chambre.
L’étude du PIRLS révélait, quant à elle, que les garçons sont de
plus grands lecteurs de bandes dessinées que les flles, que ces
dernières lisent davantage des récits, des romans ou des revues et
que la fréquence de lecture des courriels est assez semblable chez
les deux sexes.
Toujours selon le PIRLS, 80 % des garçons et 90 % des flles
ont souligné qu’ils ressentiraient du plaisir à recevoir un livre en
cadeau. Plus de 50 jeunes sur 163 ont estimé à plus de six le
nombre de livres reçus en cadeau au cours des 12 derniers mois.
Par contre, 19 d’entre eux ont admis n’en avoir reçu aucun.
Naviguer sur Internet et la pratique d’activités sportives semblent
être les deux passe-temps (autre que la lecture) les plus
populaires chez ces élèves. Questionnés à savoir s’ils considèrent lire
lorsqu’ils naviguent sur Internet, ils avaient une opinion assez
partagée : certains croient que oui, d’autres que non. Pourtant,
naviguer sur Internet est une forme de lecture. Les jeunes liraient
donc plus qu’ils ne le pensent!
fDossier
lecture
Plan d’action sur la lecture à l’école :
Développer des habitudes pour la vie
Le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) du
Québec a mis sur pied, en 2005, un Plan d’action sur la lecture à La bibliothèque
l’école. Le plan visait à améliorer l’accès à des ressources
docuscolaire devrait être… mentaires et littéraires variées sur les plans physique, pédagogique
et culturel. Puisque la première évaluation du plan s’est révélée
Pour les élèves : positive, le MELS a décidé de le renouveler pour une période de
• Un lieu de recherche trois ans, soit de septembre 2008 à juin 2011.
• Un lieu de développement du sens critique
• Un lieu de connaissance du monde et de la culture Dans la seconde phase du plan, les mesures qui avaient été
• Un lieu d’apprentissage de l’autonomie amorcées dans le but de créer un rapport positif à la lecture se
• Un lieu de détente et d’émerveillement qui stimule leur curiosité poursuivent, en plus de l’ajout graduel de nouvelles mesures
• Un lieu d’intimité qui permet de répondre à des questionnements comme l’embauche de bibliothécaires, la mise à jour du personnel
personnels enseignant et l’accompagnement de la famille dans le
développement des habitudes de lecture chez les jeunes. Ces nouvelles
Pour les enseignants : orientations tiennent compte des études qui ont démontré que
• Un complément essentiel aux cours l’attrait pour la lecture ne dépend pas seulement de l’accès à des
• Un lieu d’appui à l’enseignement ouvrages documentaires de qualité, mais aussi de la présence de
• Un lieu de découverte de nouvelles ressources personnes qui offrent un soutien spécialisé en lecture.
Pour en savoir plus : www.mels.gouv.qc.ca/lecture
Aide fnancière
11Les cinq grands pour les écoles
objectifs du Plan d’action
Dans ses règles budgétaires, le MELS prévoit une allocation
(mesure 30270) pour contribuer au fnancement de l’achat de livres 1- Doter les bibliothèques scolaires de ressources variées et de
de fction et de documents de référence, sous forme numérique qualité;
ou imprimée, dans les bibliothèques scolaires. La participation du 2- Soutenir les commissions scolaires pour qu’elles aient accès à
MELS correspond à 55 % de la dépense totale de la commission des ressources humaines spécialisées en bibliothéconomie;
scolaire. Le MELS contribue également à l’embauche de nouveaux 3- Développer des habiletés et des stratégies qui mènent au
bibliothécaires (par une somme de 50 852 $ par bibliothécaire), développement d’habitudes durables de lecture chez les jeunes;
afn de mieux guider les écoles dans l’acquisition, l’animation et 4- Renforcer le lien entre l’école, la famille et la communauté au
l’utilisation pédagogique des ressources documentaires de la regard de l’importance de la lecture;
bibliothèque. Annuellement, le MELS injecte un montant de 8,3 M$ 5- Favoriser une dynamique régionale pour ce qui est de l’action
dans cette mesure, auquel s’ajoute une participation de 6,7 M$ des et de l’engagement du milieu sur le plan de la lecture à l’école.
commissions scolaires.
Prix de reconnaissance « J’ai la tête à lire »
Chaque année, le MELS invite le milieu scolaire à déposer des projets ayant pour but de promouvoir la lecture auprès des jeunes du primaire,
du secondaire, de la formation professionnelle et de la formation générale des adultes. Les prix de reconnaissance « J’ai la tête à lire » sont
ensuite décernés aux projets les plus novateurs et porteurs d’effets à long terme pour développer les aptitudes de lecture chez les jeunes.
Découvrez les projets primés pour l’année scolaire 2009-2010 au www.mels.gouv.qc.ca/lecture. Dossier
lecture
Camp de lecture Lecture à l’écran : nouveaux défs
pour enseignants L’une des prémisses de ce camp est la suivante : La lecture
numérique a amené un bouleversement radical des modalités de
producLe Plan d’action sur la lecture à l’école inclut un volet de formation tion, de transmission et de réception de l’écrit : comment cela se
pour les enseignants et le personnel scolaire (conseiller pédagogique, traduit-il dans l’expérience scolaire quotidienne? « Avec les écrans,
direction, bibliothécaires, etc.), qui se traduit notamment par l’organi- il ne s’agit plus simplement de lire ou d’écrire. Les possibilités
d’insation de trois camps de lecture. Chaque année, ceux-ci se déroulent teractions sont nombreuses. Il se crée un va-et-vient naturel entre
à divers moments de l’année et dans différentes régions du Québec. lecture, écriture et communication, et les jeunes sont capables de
s’investir dans cet univers », résume André Roux, qui participe à
La « formule camp », privilégiée par le MELS, permet aux parti- l’organisation de ce camp. Selon lui, la notion de littératie prend
cipants d’être ensemble pendant trois jours. Il s’agit donc d’une tout son sens avec la culture du numérique.
formation intensive. Les camps visent à ce que les participants
« adoptent des stratégies pédagogiques effcaces en langue Selon l’Organisation de coopération et de développement
écod’enseignement et qu’ils jouent leurs rôles de médiateur, de guide nomiques (OCDE), la littératie est « l’aptitude à comprendre et à
et de passeur culturel auprès des élèves ». utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au
travail et dans la collectivité, en vue d’atteindre des buts personnels
« Les camps s’avèrent être des environnements favorables à la et d'étendre ses connaissances et ses capacités ».
lecture en permettant un contact constant avec des livres variés et
des ressources numériques diverses. Ils permettent aux personnes Le camp amène à réféchir sur cette notion dans un contexte
présentes de vivre des expériences culturelles diverses et favori- numérique, en plus de proposer des outils de travail (blogue,
sent des relations continues entre les participants », fait valoir Élyse réseau social, partage de signets, etc.) qui permettront de tirer
Dion, coordonnatrice des camps de lecture. proft des nouvelles avenues pédagogiques.
Pour connaître les lieux et dates, les personnes intéressées doivent
communiquer avec le responsable de la direction régionale du
MELS dans leur région. Développer le plaisir de lire chez les 12
élèves de 4 à 7 ans
Ce camp propose aux participants de réféchir sur des problémati -
ques relatives au développement de la compétence de lecture des
tout-petits et sur des moyens de mieux collaborer avec la famille et
la communauté. Il vise également à concevoir des projets
stimulants pour les jeunes qui permettront notamment de faire de l’album
jeunesse un outil de travail quotidien.
La lecture dans toutes les disciplines
Ce camp est offert pour la première fois en 2010. Il vise plus
particulièrement à faire prendre conscience des caractéristiques des
situations qui amènent les élèves à apprendre par la lecture, et ce,
dans l’ensemble des disciplines scolaires. Les participants sont
invités à utiliser des outils et des ressources liées à la recherche
ainsi qu’au traitement de l’information, afn d’être en mesure de
repérer des sources variées à proposer aux élèves. Ils peuvent
aussi identifer des critères de sélection de textes propices à
l’apprentissage et explorer des façons de soutenir les élèves dans
l’appropriation des informations contenues dans ces textes. Dossier
lecture
Comment apprend-on à lire?
Par Martine Rioux

L’apprentissage de la lecture est probablement l’un des apprentissages les plus scrutés par les spécialistes et les chercheurs en
éducation. Rien d’étonnant puisque le fait de savoir lire a une incidence dans toutes les matières scolaires, donne accès aux savoirs dans tous les
champs d’intérêt et permet de communiquer et de s’intégrer de façon plus signifcative dans la société. De plus, il ne s’agit pas uniquement
de lire, mais également de comprendre ce que l’on lit. Comment apprend-on à lire? Par quels mécanismes le cerveau nous permet-il de lire?
Et surtout, quelles sont les prémisses essentielles à l’apprentissage de la lecture?
logique linguistique afn de pouvoir lire. En mathématique, on « Bien avant d’apprendre à lire et à écrire, il est essentiel qu’un
n’apprend pas à multiplier et à diviser avant de savoir additionner et enfant maîtrise bien sa langue maternelle à l’oral. Le lien est
soustraire », souligne Mme Pierre. extrêmement important entre le langage oral et les premiers
apprentissages en lecture et en écriture », affrme Marine
Elle déplore d’ailleurs que le matériel vendu aux écoles québécoi-Blondeau, orthopédagogue, conseillère pédagogique en
adaptases par les grandes maisons d’édition depuis la fn des années tion scolaire à la Commission scolaire Marie-Victorin.
1970 délaisse le décodage au proft du déchiffrage des mots en
tant qu’image visuelle. « Reconnaître les mots globalement et devi-De là l’importance des jeux de mots, des rimes et des comptines
ner les mots qu’on ne reconnaît pas en s’appuyant sur le contexte, avec les tout-petits. Car faire régulièrement la lecture aux petits,
sur ses connaissances antérieures, sur le reste de la phrase ou de même que pratiquer toute activité qui leur permet d’acquérir un
dans les mots déguisés sont des stratégies spécifques à cette certain bagage de mots de vocabulaire, leur permet également de
approche », note Mme Pierre. Selon elle, il s’agit d’une façon de comprendre que l’écrit a un lien avec l’oral.
faire complètement erronée qui ne fait qu’induire les jeunes en
13erreur et ne leur apprend pas à lire correctement. Bref, l’enfant doit d’abord être conscient de la sonorité des mots
afn de pouvoir associer plus facilement les sons avec des graphies
(il y en a 70 différentes en français) lorsqu’il commencera
l’apprentissage de la lecture. C’est ce qu’on appelle la conscience
phonologique.

« Les 26 lettres qui forment notre alphabet n’ont pas de valeur en
elles-mêmes », fait remarquer Régine Pierre, didacticienne de la
lecture à l’Université de Montréal. C’est en les mettant en relation
entre elles que l’on obtient des syllabes, des mots, des phrases.
Il s’agit alors de comprendre le fonctionnement de la langue : les
lettres forment des graphèmes qui correspondent à des
phonèmes qui, fusionnés ensemble, forment des syllabes, les mots
pouvant être composés d’une ou de plusieurs syllabes. Ce sont
des concepts abstraits, mais heureusement, il existe des façons
ludiques de les apprendre aux enfants (voir encadré p.15).

« C’est ce qu’on appelle le décodage, que certains nomment aussi
la méthode syllabique. La majorité du temps d’enseignement en
re1 année devrait être consacré au décodage de la langue, qui sera
eensuite consolidé en 2 année. L’enfant doit acquérir une certaine Dossier
lecture
naient par cœur se sont mis à perdre du terrain. Ils mémorisaient Or, elle a fait l’analyse de la nature des activités proposées dans
plus diffcilement les nouveaux mots et oubliaient ceux de la veille, chacun des six manuels approuvés par le ministère de l’Éducation,
alors que ceux qui apprenaient les lettres en décodant progres-du Loisir et du Sport (MELS) du Québec pour l’enseignement de la
saient lentement mais sûrement. Ils parvenaient même à déchiffrer lecture. En moyenne, seulement 22 % de l’ensemble
correspondes mots qu’ils n’avaient jamais vus. » dait à la méthode syllabique, ce qui a pour conséquence que les
enfants devinent davantage qu’ils ne lisent, qu’ils ne comprennent
De plus, d’après les travaux de Stanilas Dehaene, professeur au pas réellement le mécanisme derrière la lecture, d’où les diffcultés
Collège de France et directeur d’un laboratoire de neuro-imagerie en lecture rencontrées par plusieurs.
cognitive à Orsay, en France, le système visuel humain ne traite pas
les groupes de lettres comme des photos, car images et mots ne De là à remettre en question les méthodes employées
présentesont pas évalués dans la même partie de l’encéphale. ment dans les écoles, il n’y a qu’un pas… que Mme Pierre n’hésite
pas à franchir! D’autant plus que ses dires sont corroborés par
M. Dehaene étudie depuis plus de 15 ans le fonctionnement du plusieurs recherches.
cerveau dans l’automatisation de la lecture. En 2007, il a publié
un ouvrage de 478 pages sur le sujet, intitulé Les neurones de la
lecture. Il y écrit : « Apprendre à lire les mots comme on regarderait
de petits dessins équivaut tout simplement à forcer des passages
qui n’existent pas. »

Bref, selon ses travaux, la méthode globale qui vise à reconnaître
les mots comme des images mobiliserait un circuit inapproprié du
cerveau, un circuit neurologique associé au traitement de l’image
et non aux traitements phonologiques et lexicaux, ce qui rend
l’apprentissage de la lecture plus fastidieux. D’où l’importance
d’apprendre à décoder.
Le fonctionnement du cerveau
14
Quelle méthode?Si la méthode du déchiffrage, aussi appelée par certains la
méthode globale, permet aux jeunes de progresser rapidement au
La meilleure façon de savoir si une approche fonctionne ou non, départ, il semble qu’elle ait ses limites. En effet, les jeunes seraient
c’est de l’utiliser avec des élèves souffrant de troubles d’apprentis-freinés un jour ou l’autre dans leur apprentissage, parce que leur
sage, comme la dyslexie. « Ce sont nos guides. L’apprentissage de cerveau ne sera pas en mesure de reconnaître rapidement une
la lecture est constitué d’une multitude de " microétapes " que les grande quantité d’images complètes. Ils seraient alors tentés de
élèves réguliers franchiront sans anicroche, alors que les élèves en deviner les mots sans avoir de véritables repères linguistiques.
diffculté pourront buter sur certaines. Si ceux-ci réussissent avec
une approche, il y a fort à parier que la majorité réussira, mais s’ils Ce constat a été fait par Bruce McCandliss, professeur à l’Institut
échouent, il vaut mieux trouver une autre façon de faire », soutient Sackler à New York. Après avoir conçu un nouvel alphabet, il a
Josée Laplante, orthophoniste qui a été guidée par cette philoso-demandé à deux groupes de volontaires de le déchiffrer : un
phie lors de la conception de divers matériels d’apprentissage groupe devait le faire à partir de la méthode globale et l’autre à
(voir encadré p. 15). partir de la méthode syllabique. « Les volontaires qui les appre-

Conseil de Marine Blondeau
Conseil d’Andrée Jolicœur
« Utilisez un vocabulaire adéquat pour désigner les concepts
traités : phrase, mot, syllabe, son, lettre, graphie (groupe de « Enseignants, n’hésitez pas à reprendre le matériel utilisé
lettres qui forme un son). Utilisez des référentiels stables : un par les orthopédagogues et orthophonistes en classe. Ce
son s’entend, une lettre ou un graphème se voit ou s’écrit. matériel est adéquat pour tous les élèves et la répétition
Précision et constance sont nécessaires pour éviter de favorisera l’apprentissage chez les élèves en diffculté. »
mélanger l’enfant. » Dossier
lecture
« Le fait que de plus en plus d’enfants se trouvent catalogués
comme ayant des diffcultés d’apprentissage et plus précisément Références :
- DUBÉ, Catherine. Des synapses et des lettres, Québec Science, de lecture et qu’on demande aux orthopédagogues et orthopho-
septembre 2008, vol. 47, no 1, p. 18-25. nistes de leur réapprendre à lire est un indice que la méthode
- ROBERGE, Isabelle. « L’ABC de la lecture », Site Web Pluie de science, [En ligne].
employée pour la masse ne fonctionne pas et devra être révisée », www.spst.org/pluiedescience/0608/0608_02.html (Page consultée en juin 2010)
conclut Mme Pierre.


Comprendre aussi
Lire, ce n’est pas tout. Il faut aussi comprendre (encoder). « Bien des enfants sont capables de lire un texte de façon mécanique, mais au
terme d’une lecture, ils n’auront rien retenu. Ils doivent apprendre à suivre la ponctuation, à s’arrêter en cours de lecture pour valider leur
compréhension », indique Andrée Jolicœur, orthopédagogue à la retraite et coauteure de la Trousse de dépannage en lecture.
Au fl de ses années de pratique, elle a développé plusieurs exercices visant à favoriser la compréhension de texte (lecture par groupe de
mots ou par section, défnition d’un nouveau mot en cours de lecture, etc.). Elle encourage les enseignants à passer du temps à valider la
bonne compréhension de texte des élèves, car cette compétence leur sera des plus utiles tout au long de leur vie, afn de pouvoir accéder à
des textes de plus en plus diffciles.

« Enseigner la lecture est un art, soutient Mme Jolicœur. Cela demande un excellent mélange de pédagogie, d’expérience et de passion
pour la lecture! »
simples jusqu’aux textes, en passant par les syllabes, les mots Des ressources pour apprendre à lire
et les phrases. Le cahier d’exercices permet aux enfants de
s’initier à l’écriture également. « Nous sentons un regain d’intérêt Trousse de dépannage en lecture
pour cette méthode d’apprentissage depuis quelque temps.
Nous avons voulu offrir un outil aux parents, qui y retrouveront La Trousse de dépannage en
de nombreux conseils. Plusieurs enseignants s’intéressent aussi lecture, publiée chez Guérin
à nos ouvrages », indique Corinne Audinet, directrice des Éditeur, comprend huit boîtiers
15éditions pédagogiques aux Éditions Marcel Didier. d’activités (Conscience
www.marceldidier.com phonologique, Alphabet, Les
sons, Les syllabes, Les mots,
Les phrases, Les textes 1, Les
Raconte-moi les sons textes 2), qui s’adressent à tous
les élèves du préscolaire
e Josée Laplante, orthopho-jusqu’au 2 cycle du primaire. Chaque boîtier comprend un guide
niste à la Commission de l’enseignant, des fches et jeux plastifés, ainsi qu’un cahier
scolaire Marguerite- d’activités. Cette trousse, conçue par les orthopédagogues Andrée
Bourgeoys, a conçu Jolicœur et Luce Sabourin, pourra être utilisée autant par les
l’ensemble Raconte-moi les enseignants que les professionnels de l’éducation. Les cahiers
sons pour l’apprentissage d’activités peuvent être achetés séparément par les parents.
du système graphophonéti-www.guerin-editeur.qc.ca
que chez les élèves de
re 1 année (publié chez
Septembre éditeur). Son approche est basée sur de courtes Méthode et cahier de lecture syllabique
histoires illustrées qui associent les lettres avec sons sans qu’un
mot particulier soit donné comme repère. « Il est essentiel de En 2008, les Éditions Marcel
faire le lien entre un son et la graphie correspondante et non Didier ont adapté l’ouvrage
avec le nom d’une lettre. » Elle a aussi conçu Raconte-moi Méthode de lecture syllabique
l’alphabet pour les petits de la maternelle et un cahier d’initiation et son cahier d’exercices publié
à la lecture Enquête au village des sons, qui devrait plaire autant en France par Clémentine et
aux enfants qu’aux parents. Le premier de la série de trois est Jean Delile. Ceux-ci proposent
déjà disponible. une approche progressive, en
www.septembre.com partant des lettres les plus Dossier
lecture
Éveiller les enfants à la lecture
Par Martine Rioux De plus, la popularité du iPod Touch et de l’iPad n’est pas sans
bouleverser l’apprentissage de la lecture chez les jeunes. D’un
La lecture à l’écran n’a pas que des travers et des désagréments. simple toucher, l’enfant peut se faire lire une histoire, voir des
perPour certains jeunes souffrant de troubles d’apprentissage, elle sonnages s’animer sous ses yeux, tracer des lettres dont il entend
peut faire la différence entre le succès et l’échec. Pour d’autres, le son, etc. L’application-livre pour iPad Les trois petits cochons de
elle constituera une bougie d’allumage qui pourra favoriser leur So Ouat est un bon exemple.
progression.
Pour les jeunes atteints de troubles d’apprentissage comme la
« Un cap déterminant a été franchi avec la présence de la tech- dyslexie et la dysorthographie, la technologie peut aussi être d’un
nologie dans la vie des jeunes. Ils disposent maintenant d’une grand soutien : ils peuvent se faire lire la question d’un problème,
multitude d’outils (p. ex. les jeux électroniques) qui favorisent leur entendre un extrait d’œuvre littéraire qu’ils pourront ensuite
coméveil à l’écrit, et ce, dès leur plus jeune âge », affrme Régine Pierre, menter, etc.
didacticienne de la lecture à l’Université de Montréal.
Selon Mme Pierre, sans vouloir bousculer les apprentissages
De fait, certains jouets font chez les petits, ceux-ci pourraient développer leur compétence de
dans la synthèse vocale, lecture et d’écriture de plus en plus jeunes. « Ils comprennent
rapifacilitant la conscience du lien dement comment fonctionne la technologie et celle-ci leur donne
entre l’oral et l’écrit chez les accès au savoir », dit-elle.
tout-petits. Également,
plusieurs logiciels éducatifs ont
été développés afn de les
appuyer dans leur découverte
de l’écriture et de la lecture. Il
sufft d’effectuer une recherche en tapant le mot-clé « lecture » sur
le site Logiciels éducatifs (logicielseducatifs.qc.ca) pour constater
l’éventail de produits disponibles.
16
En train de lire?

Lors d’un récent voyage en train, je fus quelque peu intriguée par ce jeune garçon qui était absorbé, tout à son écran. D’habitude, il s’agit d’un
Nintendo DS. Ça, je connais bien, quand même… Je l’observais du coin de l’œil pour me rendre compte qu’il tournait des pages. Il était là,
depuis plus d’une heure, et ma foi… il lisait!
J’appris bientôt qu’il avait reçu un livre électronique, dans lequel il pouvait télécharger des lectures, selon son goût et son humeur. D’ailleurs,
ce petit appareil, me dit-il, en comptait déjà plusieurs dizaines. Il me montra comment il arrivait à obtenir la défnition d’un mot en cours de
lecture, si par hasard il en avait besoin. Fascinant!
Je connaissais déjà les avantages de la lecture à l’écran. En tant qu’orthopédagogue, j’utilise parfois des logiciels qui permettent aux élèves en diff -
cultés d’apprentissage d’avoir accès à la connaissance et à la culture. Les fonctions de synthèse de la parole sont parfois la seule issue possible pour
amener ces élèves à découvrir ces avenues. En surlignant un texte, ou une partie d’un texte, la personne se fait lire tout ce qu’elle veut, dans de petits
écouteurs. De plus, avec les hyperliens que l’on retrouve souvent sur les sites Web, il est possible d’approfondir une connaissance d’un seul clic.
De retour à mon siège, je me dis qu’il y avait bien longtemps que je n’avais vu un jeune garçon lire, simplement pour le plaisir. Et ne pas
demander cent fois à ses parents « quand est-ce qu’on arrive »… ;-)
Marielle Potvin, orthopédagogue, www.mariellepotvin.wordpress.comDossier
lecture
Le manuel scolaire en transformation
Par Martine Rioux ses élèves », reconnaît M. Martin. « Cependant, la version
numérique s’enrichira graduellement d’hyperliens et d’activités
rétroacAvec l’arrivée du numérique à l’école et d’une panoplie d’outils tives », prédit-il. La présence de tableaux blancs interactifs dans
d’apprentissage multimédias, il est permis de se demander quelle les salles de classe facilitera notamment l’utilisation de ce nouveau
est la place du manuel scolaire imprimé dans l’enseignement du matériel numérique mis à la disposition des enseignants.
e21 siècle et si le manuel peut se réinventer à l’ère du numérique.
Nous avons demandé l’avis de deux éditeurs scolaires. « Il faudra encore du temps avant que le manuel scolaire ait trouvé
son langage propre dans l’univers numérique et nous n’en
som« On parle de l’arrivée du numérique dans les écoles depuis plus mes qu'aux balbutiements. Toute une série de questions doivent
de vingt ans. L’implantation de la technologie s’est faite lentement, encore trouver réponse : plateforme de lecture (ordinateur, tablette,
en raison de deux facteurs principaux : l’appréhension des ensei- téléphone, etc.), canaux de distribution, modèle d'affaires, etc. »,
gnants devant les problèmes techniques que générait l’utilisation renchérit M. Rossi.
de l’ordinateur en classe et le manque de matériel numérique en
lien avec leur programme d’études », croit Louis Martin, président Il poursuit : « Bien qu’elle soit basée sur le manuel scolaire, la
des Éditions Grand Duc. version numérique ne devrait pas se contenter d'être une simple
transposition du papier à l’écran. Il y a une différence réelle entre un
Aujourd’hui, les écoles seraient prêtes à passer à une utilisation manuel scolaire "numérique" (une version PDF du livre papier) et un
plus intégrée, mais pas à n’importe quelles conditions. « Ce dont manuel scolaire "numérisé" (un manuel pédagogique repensé pour
les écoles québécoises ont aujourd'hui besoin, c'est d'une vraie le numérique), avec son interactivité naturelle, son accessibilité
politique nationale pour réussir l'école numérique », affrme Joseph particulière, ses composantes multimédias, etc. »
Rossi, directeur des nouveaux médias chez Pearson – ERPI.
Quoi qu’il en soit, il semble que la balle soit maintenant dans le
Selon lui, cette politique devrait préciser les trois paramètres camp des éditeurs. « Aux éditeurs maintenant de proposer des
suivants : les technologies éducatives en ligne (accès à Internet, solutions innovantes, simples et performantes, grâce auxquelles
projecteurs, tableaux blancs interactifs, ordinateurs, tablettes, etc.), les enseignants pourront favoriser la réussite de leurs élèves. Car,
la formation des enseignants, ainsi que le budget d’acquisition au-delà de l'aspect "branché" ou "dans le vent" du numérique,
17
destiné à l'achat du matériel didactique numérique. l’objectif premier demeure toujours celui-là », conclut M. Rossi.
Pour en savoir plus sur ces deux éditeurs : Et justement, à quoi devrait ressembler ce matériel didactique
www.grandduc.com et http://enligne.erpi.com numérique? « Actuellement, le manuel numérique reproduit en tous
points le contenu de la version papier que l’enseignant utilise avec
Le livre sur tous les écrans
Principal diffuseur de ressources éducatives en ligne au Québec, De Marque, éditeur du magazine l’École
branchée, offre maintenant aux éditeurs une plateforme de distribution de livres numériques. Ils peuvent y
déposer leurs livres et les rendre disponibles à la vente en version numérique (format PDF ou ePub).
« Notre objectif avec cette plateforme est de rendre les livres disponibles sur tous les écrans : ordinateur, tableau blanc interactif, iPad
et autres liseuses électroniques, ce qui inclut de les rendre accessibles dans les écoles pour les élèves et les enseignants », soutient
Marc Boutet, président de De Marque.
Parallèlement, De Marque a lancé une application pour iPad permettant l’achat et la lecture de livres numériques québécois. Baptisée
La hutte, celle-ci est disponible gratuitement dans la boutique d’Apple (AppStore).
Pour en savoir plus : www.entrepotnumerique.com et www.demarque.comDossier Entretien
lecture
Une série pensée pour les ados
Par Martine Rioux EB : Quel est le rôle du Web dans la collection Epizzod?

Fondée à la fn des années 1970, Les éditions de la courte échelle HD : Sur le site Web de la collection, nous avons voulu créer un
se consacre à un public jeunesse depuis ses débuts. Avec un lieu de rencontre et d’échanges entre les lecteurs et auteurs des
fonds de plus de 650 titres actifs et des ventes de près de Epizzod. Nous croyons que le Web est un endroit intéressant pour
10 millions de livres, le moins que l’on puisse dire, c’est que la faire rayonner la littérature et montrer qu’elle peut être très
dynamaison d’édition relève continuellement le déf de faire lire les mique. L’acte de lire est un geste très intime, mais on peut aussi
enfants et les adolescents. avoir envie de partager nos découvertes littéraires avec toute une
communauté de lecteurs.
L’École branchée s’est entretenu avec Hélène Derome, présidente
et éditrice de la maison d’édition depuis une vingtaine d’années. EB : Les romans Epizzod seront-ils disponibles
en format numérique?
EB : Depuis vos débuts dans l’édition jeunesse,
qu’est-ce qui a changé? HD : Certains le sont déjà et ils le seront tous bientôt, que ce soit
sur notre site Web ou sur le site des librairies en ligne jelis.ca et
HD : Les jeunes ont changé! Ils sont continuellement bombardés livresquebecois.com. Le format de la collection se prête bien à la
d’images, à la télévision, dans les jeux vidéo, etc. Leur capacité à vente en format numérique. D’ailleurs, nous sommes très emballés
recevoir des histoires complexes s’est accrue. Il faut les convaincre par la nouvelle vitrine que nous offre le numérique. Je crois que
que le livre, bien qu’il apparaisse comme un objet statique, peut les certains jeunes découvriront les livres grâce au numérique. Je suis
plonger dans un univers fascinant et tout aussi dynamique que les même convaincue que nous pourrions gagner plus de lecteurs.
autres divertissements qui les entourent. Néanmoins, cela demeure
assez facile de faire lire les jeunes de 6 à 11 ans. C’est à l’adoles- La collection Epizzod
cence que le déf devient plus grand. Les ados doivent sentir qu’on 18 Pavel – Matthieu Simard
s’adresse directement à eux pour se sentir concernés. Rock & Rose – Marie-Hélène Poitras
(k) – Sophie Bienvenu
EB : Qu’est-ce que vous proposez aux adolescents? Les Allergiks – André Marois
Psy malgré moi – Marie-Sissi Labrèche
HD : Nous avons imaginé une formule nouvelle et différente Emo – Benoît Bouthillette
capable de créer un engouement pour la lecture auprès des www.epizzod.com
adolescents. Nous avons lancé la collection Epizzod. Nous avons
passé une commande à des auteurs afn que chacun d’eux rédige
un roman-feuilleton, publié en 13 épisodes. Ainsi, un bon lecteur
prend une vingtaine de minutes pour lire un épisode, ce qui
n’empiète pas sur ces autres activités, et au bout du compte, il a lu un
roman de 400 pages environ.

EB : Quelles sont les particularités de ces romans-feuilleton?
HD : Chaque épisode est conçu dans l’objectif de capter et de
maintenir l’intérêt des lecteurs. En tant que maison d’édition, nous
avons fait preuve de plus d’ouverture qu’à l’habitude avec nos
auteurs, afn qu’ils puissent rédiger dans un style plus souple et
aborder des thèmes plus susceptibles de toucher les adolescents.
Nous voulions des histoires réalistes dans lesquelles ils se
reconnaîtraient. Six romans Epizzod ont été publiés jusqu’à maintenant.
Dossier Entretien
lecture
Qui a dit que les ados ne lisent pas?
Par Martine Rioux Rock & Rose : l’histoire
Marie-Hélène Poitras signe « J’ai voulu mettre en scène une famille.
Rock & Rose, un roman- J’ai voulu une histoire poétique, lucide et
feuilleton de la collection drôle, qui aborde des thèmes propres à
Epizzod aux Éditions de la l’adolescence : la musique, l’amitié, les
courte échelle, destiné aux premières expériences, le suicide, la
jeunes de 15 à 17 ans. Elle recherche d’identité, etc. Juliette et
nous parle de son expérience. Simone participent à la création d’un
groupe de musique rock indépendant.
Elles ont des rêves plein la tête, de la
Crédit photo : John Londono. détermination à revendre et une surdose
de naïveté. »
Écrire pour les adolescents
Le Web pour rejoindre les lecteurs
« J’ai publié un recueil de nouvelles (La mort de Mignonne et autres
histoires) et un roman (Soudain le Minotaure). Constatant que j’y « Le Web permet de rendre la littérature plus accessible, de la
avais mis en scène plusieurs personnages adolescents, Les édi- démystifer. Certains murs tombent. Le contact entre auteurs et
tions de la courte échelle m’ont contactée, afn de m’offrir la possi - lecteurs devient plus facile. C’est intéressant autant pour les uns
bilité d’écrire un roman pour les adolescents. J’ai été emballée par que pour les autres. L’important, c’est de mettre les bons livres en
le projet. Les personnages adolescents sont intéressants, car ils contact avec les bonnes personnes. »
sont souples, ils peuvent tester leurs limites, ils sont à la recherche 19
de leur identité. »
Lire sur un écran
Les jeunes aiment lire « Personnellement, je n’ai pas très envie de lire un livre sur un
écran, mais, si le fait de rendre nos livres disponibles en format
« Les jeunes lisent… à condition qu’on leur offre de la littérature qui numérique permet l’émergence de nouveaux lecteurs, je suis
leur plaira et qu’on fasse en sorte qu’ils la découvrent! J’ai toujours pleinement d’accord pour embrasser la vague numérique. D’autant
trouvé que l’offre littéraire pour les ados était anémique. Moi- plus que les jeunes vivent avec la techno, ils sont très présents sur
même, quand j’étais ado, je ne savais pas trop quoi lire. Jusqu’à le Web, alors aussi bien aller les rejoindre là où ils sont. »
12 ans, ça va, mais les plus vieux n’ont pas énormément de choix.
Je suis contente d’avoir fait ma part en écrivant une histoire qui
s’adresse à eux. » Visiter les écoles

« J’aime beaucoup le contact en personne avec mes jeunes lec-L’art du roman-feuilleton teurs. Je prends plaisir à expliquer ma démarche de création avec
les élèves et à répondre à leurs questions sur mon métier et sur
« Écrire un roman-feuilleton, c’est une expérience particulière pour l’intrigue de mes histoires. »
un auteur. J’ai dû faire preuve de plus de discipline, organiser mon
texte, me faire un bon plan de travail. Chacun des 13 épisodes Par le biais du programme La culture à l’école du ministère de
devait être aussi captivant que les précédents, contenir un élément l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) du Québec, des artistes,
de rebondissement pour maintenir l’intérêt. J’aime beaucoup ce des écrivains et des organismes culturels professionnels, inscrits
concept, car il permet de rendre la littérature plus sexy, plus atti- dans le Répertoire de ressources culture-éducation, peuvent se
rante pour les jeunes. Ce sont des petites histoires qui font un bon rendre dans les classes et présenter leur démarche créatrice aux
roman au bout du compte! » élèves. Lors d’activités avec des écrivains, l’école reçoit
gratuitement des livres publiés par les auteurs invités. Pour en savoir plus :
www.mcccf.gouv.qc.ca/rencontres Dossier
lecture
Des bibliothèques publiques
à la hauteur des jeunes
Par Marie D. Martel, conseillère en ressources documentaires

La bibliothèque est une idée plus grande que le lieu. Aux quatre coins du monde en ce moment, on s’ingénie à repenser et à créer un
nouveau genre de bibliothèques jeunesse. Le succès des bibliothèques de demain, assume-t-on, dépendra de la capacité à répondre aux
besoins des jeunes citoyens numériques d’aujourd’hui. Les nouvelles bibliothèques qui relèvent ce déf partagent pour la plupart une
philosophie pour le changement qui s’articule autour de trois axes : la participation, la littératie et l’accès.
La participation :
Je participe donc je suis

Les jeunes ont des caractéristiques physiques, émotionnelles et
cognitives, ainsi que des besoins différents de ceux des adultes en
regard des espaces, des services et de la technologie. Désormais,
une grande attention est apportée à la réalisation d’environnements
qui soient appropriés pour eux, de manière à favoriser des
interactions enrichissantes avec la bibliothèque.

Pour atteindre cet objectif, la participation des jeunes à la planif -
20 cation, au design, au développement, au marketing des espaces et
des services est posée comme une priorité. On ne veut plus, par
exemple, de ces lieux qui sont des reproductions en modèle réduit
de salles pour les adultes.

Les ados, plus particulièrement, ne sont plus considérés comme
des « presque adultes » ou des « enfants prolongés » : loin de
simplement les tolérer, on les reconnaît désormais comme une clien-
tèle à part entière qui a droit à des espaces attrayants et stimulants Les bibliothécaires adhèrent également à la perception positive de
qui lui ressemblent. la technologie et des médias sociaux qu’entretiennent les jeunes.
Au lieu de chercher à les dissuader de ces usages – ce qui serait
Suivant cette approche d’ouverture, on préfère mettre en valeur bien vain –, des programmes de formation à l’information et à
l’utilitout ce que l’on peut faire à la bibliothèque, ou devrait faire, au lieu sation critique de l’Internet sont mis en place.
de les accueillir avec des affches plus grandes qu’eux énumérant
les interdits. À la bibliothèque publique d’Edmonton, les jeunes Plusieurs sites de bibliothèques proposent des fonctionnalités
peuvent manger et boire. interactives permettant aux jeunes de créer des contenus. Sur SOS
Devoirs (voir encadré p. 22), les 6-12 ans peuvent clavarder pour
Leur besoin de bouger, de parler, de s’amuser et surtout de socia- s’entraider et faire des recommandations de lecture comme sur
liser sont pris au sérieux. Place aux jeux sous toutes ses formes! Amazon.
Les jeux vidéo font leur entrée en force dans les bibliothèques
d’Amérique du Nord avec des soirées qui comptent des centai- On augmente aussi le nombre de postes Internet du côté des
nes de participants, dont plusieurs n’y ont jamais mis les pieds bibliothèques et on ne lésine pas sur la grandeur des écrans. On
auparavant. La bibliothèque publique de Toronto a fait une collecte doit aussi s’assurer que les jeunes puissent s’agglutiner à plusieurs
de fonds de 300 000 $ pour regarnir sa collection de jeux vidéo. autour des postes, car il est bien documenté par les chercheurs
La bibliothèque de Montréal-Nord est devenue un rendez-vous du que l’ordinateur est un outil social : un seul écran, mais une
expésamedi soir avec ses tournois. rience partagée.
Comment
consulter ce guide?

Repérez les icônes liées à chacun des sites.
Des sites qui vous concernent
Tout type de clientèle
Parents
Enseignants
Préscolaire
Primaire
Secondaire
Des sites internationaux
Des sites qui se démarquent
Allemagne Grande-Bretagne
Incontournable
Belgique Japon Site à visiter absolument par tout le monde
Coup de cœur Canada Luxembourg
Site incontournable dans sa catégorie Chine Monde
Favori
Espagne Québec
Site qui se démarque dans sa catégorie
États-Unis Suisse Nouveau
Plus de 100 nouveaux sites par rapport à l’édition 2009-2010! France Thaïlande
Quels sont les critères de sélection des sites?
30
• L’information contenue sur le site est-elle pertinente • Qui est l’auteur du site? Est-ce que je peux facilement
pour le public cible? le rejoindre par courriel?
• Le site contient-il de l’information utile dans un contexte scolaire? • Quelle est la date de la dernière mise à jour? Le site est-il mis à
jour régulièrement? • L’auteur offre-t-il des ressources éducatives
directement sur son site? • La structure du site est-elle facile à comprendre?
Note : Tous les liens étaient valides au moment de mettre sous presse. Il se peut que certains sites aient cessé de
fonctionner ou aient changé d’adresse depuis. Les liens seront mis à jour sur le site www.ecolebranchee.com.
Guide annuel 2010-2011:: Avant de chercher
1 Chercher pour trouver
www.ebsi.umontreal.ca/jetrouve
Un aide-mémoire de méthodologie pour les élèves du secondaire. On
y explique comment faire des recherches effcaces à la bibliothèque et
sur Internet, et comment préparer un travail écrit ou un exposé oral. En
nouveauté, un schéma qui explique comment créer une carte mentale.
2 InfoSphère-Laval
www.bibl.ulaval.ca/infosphere
Proposé par l’Université Laval,
ce site permet aux élèves de
développer des compétences de
base dans la recherche
d’information : la défnition du
sujet de recherche, le choix des
sources d’information, le
repérage de l’information,
l’évaluation et l’utilisation de
l’information.
3 Inuktic
www.inuktic.qc.ca
Comment citer une source documentaire, comment créer un blogue...
Plus de 250 habiletés de recherche documentaire et technologique
que les élèves devraient pouvoir acquérir sont répertoriées. Créé pour
les étudiants du collégial, mais accessible à tous.
:: Moteurs de recherche
4 BabyGo
www.babygo.fr 31
Un moteur de recherche conçu pour les enfants. L’intégralité des sites
indexés a été parcourue et leur contenu a été approuvé par des adultes
soucieux de la sécurité des jeunes sur Internet.
5 Fouineux
www.fouineux.com
Une option à Google. Ce répertoire donne un accès direct à plusieurs
sources : moteurs de recherche, outils linguistiques, répertoires
spécialisés, encyclopédies, cartes géographiques, recettes, etc.
6 Google
www.google.ca
Depuis sa création en 1997, Google est devenu une véritable
institution sur Internet. Il ne se contente pas d’être un simple moteur
de recherche. Les fonctionn alités et services offerts par Google se
multiplient rapidement.
Parmi les plus populaires, on trouve Google Actualités (recherche
d’actualités en provenance de multiples sources), Google Images
(recherche d’images), Google Maps (recherche de cartes), Google
Earth (recherche géographique), Gmail (service de courriel en ligne),
Google Talk (service de messagerie instantanée), Google Calendar
(agenda en ligne), Google Books (recherche de livres), Google
Documents (suite bureautique en ligne).
500 sites Web pour réussir à l’écoleL’art de naviguer sur Internet
7 Kidadoweb 12 Internet Sans Crainte
www.kidadoweb.com www.internetsanscrainte.fr
Ce portail pour enfants et Il s’agit du programme national
adolescents propose un annuaire français de sensibilisation des
de sites non commerciaux dans jeunes aux risques et enjeux
plusieurs domaines (société, d’Internet. Le coin des juniors
sport, santé, sciences, histoire, contient des jeux et dessins
etc.) ainsi que des jeux, des animés, l’Espace jeune propose
bricolages, un atelier d'écriture et un « serious game » d'éducation
plusieurs autres activités. critique aux médias et la section
Parents, Informez-vous!
aborde l’usurpation d’identité et
les réseaux sociaux.:: Une navigation
13 Je protège mon identité sur Internet sécuritaire et effcace
www.monidentite.isiq.ca
Ce portail est consacré à la protection des renseignements personnels
sur Internet. Il offre informations et conseils sur les bonnes pratiques 8 Clicksafe du Web, jeux et outils pratiques. Il permet aussi de consulter les lois
www.clicksafe.be
applicables. Le site n’est plus mis à jour, mais l’information demeure
pertinente.
14 mavie privée. meschoix. mavie.
www.youthprivacy.ca
Découvrez comment les gens peuvent s’emparer de vos
renseignements en ligne et les utiliser à leurs propres fns. Apprenez à
protéger votre identité pour éviter qu'on l’utilise à votre insu.
15 Passe ton permis Web
www.passe-ton-permis-web.com
Ce site a comme objectif d’apprendre aux jeunes à se servir des
Ce site permet aux élèves de
nouveaux médias en toute sécurité. Les enseignants et parents
tester leurs connaissances des
trouveront également des informations intéressantes sur l’utilisation
bonnes conduites à adopter sur
sécuritaire des technologies.
Internet. Une fois le quiz
32 complété et réussi, ils peuvent 9 Conseils pratiques pour une imprimer leur permis informatique familiale sans danger
personnalisé. www.protegetonordi.com
Apprenez à protéger votre
ordinateur et à déjouer les
menaces liées à l’utilisation 16 Respecter le droit d’auteur
d’Internet. Créé par Microsoft, ce www.uquebec.ca/reauq-pi
site vous informe de manière Ce site a comme objectif d’apprendre aux jeunes à se servir des
ludique et professionnelle. nouveaux médias en toute sécurité. Les enseignants et parents
trouveront également des informations intéressantes sur l’utilisation
sécuritaire des technologies.
10 Cyberaide 17 Vigilance sur le Net
www.cyberaide.ca www.vigilancesurlenet.com
Cyberaide est le service canadien de signalement d’enfants exploités Ce site propose de l’information, des conseils, un quiz, des capsules
sexuellement sur Internet (pornographie juvénile, cyberprédation, etc.). vidéo sur les meilleurs trucs pour naviguer de façon sécuritaire sur le
C’est aussi un centre d’information sur la navigation sécuritaire sur Net. Vigilance sur le Net se concrétise aussi par une tournée dans les
Internet. écoles du Québec.
11 Guide des droits sur Internet 18 WebAverti
www.droitsurinternet.ca www.webaverti.ca
Ce site offre de l’information sur le droit et les lois qui s’appliquent Ce site, qui a été entièrement mis à jour au cours de la dernière année,
sur Internet. Il offre un énoncé des droits et des responsabilités des informe les adultes des dangers du cyberespace pour les enfants. Il
internautes. Il refète l'état du droit applicable au Québec. donne des renseignements et des outils pratiques afn qu’ils puissent
apprendre aux jeunes à devenir des internautes avertis.
Guide annuel 2010-2011