Analyse de l'activité et formation (revue savoir)

Publié par

Ce numéro aborde la question de l'analyse de l'activité de formation, en soulignant le lien constant entre l'agent et l'acte dans les situations de travail: comment articuler le prescrit et le réel, la théorie et la pratique ? Au-delà, comment apprenants en formation, praticiens de la formation et chercheurs sur la formation peuvent-ils se servir mutuellement, s'ils le peuvent ? Autant de pistes qui vont s'élargissant autour d'un point commun: le primat donné à l'observation et à l'écoute de l'adulte au travail, acteur-clé qui va jusqu'à devenir co-auteur des recherches à travers la manière dont il tente d'expliquer son activité, sa pratique, son expérience.
Publié le : vendredi 1 juillet 2005
Lecture(s) : 419
Tags :
EAN13 : 9782336281469
Nombre de pages : 149
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Le Comité éditorial s'est constitué en association de droit français dénommée Association internationale pour la promotion des recherches en éducation et formation des adultes (Aiprefa). L'Aiprefa a été enregistrée au Journal officieldu 15 février 2003. L'association, dont le siège social est à l'université de Paris X Nanterre, est propriétaire de la revue: elle en a les responsabilités d'édition, de gestion et de diffusion. Le deuxième bureau est composé de Philippe Carré, Etienne Bourgeois, Sandra Bellier, Gérard Jean-Monteler et Sandrine Collette.

Comité éditorial
Brigitte Albero (Maitre de conférences en sciences de l'éducation, INRP) Jacques Aubret Inetop-Cnam) Christian Batal et formation) (professeur émérite, Pierre Caspar (professeur, Chaire formation des adultes, Cnam) de

Pierre Dominicé (professeur de sciences de l'éducation, Université de Genève) Gérard Jean-Monteler (Maitre de conférences en sciences de l'éducation, Université Paris X) Paul Santelmann (Responsable prospective, AFP A) de la

(pDG Interface Études

Sandra Bellier (Directrice de Capio, société de veille RH et management, groupe Adecco) Etienne Bourgeois (professeur de sciences de l'éducation, Université catholique de Louvain) Jean-Pierre Boutinet (professeur sociologie, uca Angers) de

Claudie Solar (professeure d'andragogie et de psychopédagogie, Université de Montréal) André Tarby (professeur de sciences de l'éducation, Université Lille 1) Frank Vidal (Directeur Advancia, CCIP) André Voisin (Économiste, Paris)

Philippe Carré (professeur de sciences de l'éducation, Université Paris X) Fondateur:

Jacky Beillerot Philippe Carré Sandrine Collette Gérard Jean-Monteler Dyanne Escorcia
Stephen Brewer

Directeur de publication: Responsable éditorial: Secrétaire général de rédaction: Traductionsfrançais-espagnol:
Traductions français-anglais :

Revue SAVOIRS
Université Paris X Nanterre UFR SPSE, Bât. C. 301 200, avenue de la République - 92001 Nanterre Cedex email: revue.savoirs@u-parislO.fr

Numéros parus N° 1- 2003.
Note de rynthèse- Expérience et formation Débat- La validation des acquis de l'expérience
Article

- Logiques

de formation

en entreprise

d'entraînement

N° 2 - 2003. Note de rynthèse - Les styles d'apprentissage: entre flou conceptuel et intérêt pratique Débat - Les styles d'apprentissage en formation: enjeux théoriques, épistémologiques et pratiques Articles construction 8 L'exercice de la pensée critique en recherche-formation: vers d'une éthique des relations entre chercheurs et enseignants débutants 8 Quelques usages de l'activité d'ingénierie de formation la

N° 3 - 2003.
Note de rynthèse - Histoire Articles de la formation, formation de l'histoire 8 Les interactions utilisateur-environnement hypermédia en situation réelle de formation 8 L'incitateur andragogique. Pour une meilleure compréhension des enjeux dans les formations adultes et les formations en ligne

Hors-série 2004 - De l'apprentissage social au sentiment d'efficacité personnelle. Autour de l'œuvre d'Albert Bandura N° 4
sur cet adulte qui part en formation? Note de rynthèse - Que savons-nous Débat - Le désarroi adulte face au savoir Articles 8 Formation continue et transformation des pratiques enseignantes: rapport à la formation 8 Temporalités biographiques et temporalités institutionnelles: construction
N° 5

- 2004.

le la

identitaire

de l'ingénieur

promu

- 2004.

Note de rynthèse - Technologies et formation: travaux, interrogations, pistes de réflexion dans un champ de recherche éclaté Débat - Une technologie démocratique est-elle possible? Article - La dynamique des interactions tuteurs-stagiaires en situation de conseil pédagogique

N° 6

d'éducation permanente et son expresslOn internationale depuis les années 1960 Débat - L'Éducation permanente. .. en quête de reconnaissance Articles 8 Autoréférence et eXploitation opportuniste d'un environnement hypermédia « ouvert» : étude de l'activité d'utilisateurs 8 Des principes éthiques pour une philosophie de l'accompagnement N° 7

Note de rynthèse - L'idée

- 2004.

- 2005.

Note de rynthèse- Les théories de l'activité entre travail et formation Débat- L'analyse de l'expérience dans les pratiques professionnelles et sociales Articles 8 Modalité d'interaction humaine dans la formation en ligne: son influence sur l'apprentissage 8 La transmission des savoirs: le savoir personnel des enseignants

Savoirs
revue internationale de

recherches en éducation et formation des adultes
2005 - 8
Analyse de l'activité et formation

Revue publiée avec le concours:
- de l'association Interface recherche - de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris - de l'Université Paris X Nanterre

L'Harmattan 5-7, rue de l'Ecole Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

www.Iibrairieharmattan.com harmattanl @wanadoo.fr «;JL'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-8856-4 EAN 9782747588560

Analyse
Éditorial.

Savoirs, 8, 2005 de l'activité et formation
p. 7

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

Note de synthèse Patricia Champy-&moussenard - Les théories de l'activité entre travail et
formation. ....................................................................

p.11

Débat Paul Sante/mann, Jacques Aubret - L'analyse de l'expérience dans les pratiques professionnelles et sociales .... Réponses de... Patrick Gilbert - Le collectif organisationnel et la recherche
«impliquée»

p. 53 p.59 p. 61 p. 67 p.69 p. 75 p.82

.
des
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... de quatre potentiels. ... . .. .. .. .. . .. . .

Jean-JacquesNillès - L'analyse de la compétence par la méthode
scénarios. Gilles Pinte - La V AE au carrefour

BernardLange/ier- Analyse de l'expérience et appropriation du travail... Bernard Gourmelen- L'expérience qui sera validée lors d'une VAE estelle une expérience
au cours de la vie.

comme

une autre?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..

Hervé Prévost - Re-connaissance

et accompagnement

de l'expérience

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...

Articles de recherche EIke Nissen - Modalité d'interaction humaine dans la formation en ligne: son influence sur l'apprentissage.................................... Denis Loizon, Éric Margnes,André Terrisse- La transmission des savoirs: le savoir personnel des enseignants.. .. .. .. .. .. ... .. . .. . .. .. .. .. . ... Notes de lecture

p. 89 p. 107

D. Gélot, F. Nryrat, A.
Propositions
chômeurs (p. Santelmann)...

Pélage - Pour

pour la formation

l'éducation permanente. professionnelle des salariés et des

. . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . . .. . .. . . . . . . . .. . ... ....

p. 127 p. 129 p.132 p.134 p.139 p. 141

G. Le Boted' - Travailler en réseau: partager et capitaliser les pratiques professionnelles (G. Lévy)................................................... P. Boussières (coord.) - Les formateurs, dynamiques identitaires et engagements professionnels (c. Gervais).................................. C. Frétigné - Une formation à l'emploi? (p. Santelmann).................. Vie de la recherche Thèses (F'.F. Laot)................................................................ Groupe d'études-histoire de la formation (Gehfa)...........................

Éditorial

Les analyses de l'activité, du travail, des pratiques, de l'expérience... se démultiplient avec la poussée de la logique « compétence» et les mutations en cours dans les domaines de l'exercice professionnel, de son organisation, de ses techniques et plus globalement dans l'ère des incertitudes géopolitiques, économiques, sociales et éducatives dans laquelle le XXIe siècle semble nous avoir installés. Si l'on pouvait encore, jusqu'aux premières des années 80, bâtir formations, carrières, relations industrielles, développement économique et social sur la base de qualifications repérables et de normes professionnelles strictes, on sait qu'aujourd'hui l'idée de compétence traduit, précisément, la capacité de réussir dans un univers aux repères flous, changeants, volatils. Il était logique que, devant ce vide nouveau, chercheurs en sciences sociales, formateurs et praticiens « éclairés» s'attaquent au noyau du travail, et cherchent à en trouver des clés, à en dévoiler les « intrigues », voire à en percer les mystères. D'où la vague des analyses en question. La note de synthèse de Patricia Remoussenard réussit ci-après un pari difficile: mettre « à plat» les différents courants de pensée qui traversent les analyses de l'activité, en illustrer la portée pour l'étude des faits de formation et nous en livrer quelques balises heuristiques. Elle nous permet ainsi de mieux saisir non seulement les enjeux épistémologiques ou pragmatiques, mais encore les forces idéologiques à l'œuvre ainsi que les logiques de territoire scientifique qui éclairent la topographie d'un champ de recherches aujourd'hui vivace, d'évidence stratégique pour demain, mais qui offre encore le tableau d'un bizarre éclatement d'écoles, de références, de sources théoriques. Il fait partie des intentions de notre revue de pousser à ces clarifications, essentielles à la fois à la compréhension des résultats scientifiques et à la validité de leur traduction dans les pratiques de formation et de développement des compétences dans les organisations. Dans cette même double finalité scientifique et d'aide à l'action, la revue Savoirs organise le lundi 17 octobre, dans les locaux d'Advancia à Paris, avec la

Savoirs, 8,2005

collaboration de ses partenaires habituels, une journée d'études qui réunira de nombreux auteurs autour des articles publiés depuis 18 mois dans ses colonnes1, réunis dans la thématique de la recherche enformation dans la sociétédu savoir.Nous espérons vous y retrouver. En y participant, vous vous associerez plus directement encore au développement de la revue Savoirs, et favoriserez l'essor d'un support indépendant, dont le niveau d'exigence scientifique et la portée internationale contribueront à la légitimité des professions de l'éducation et de la formation des adultes. Dans l'attente, le Comité éditorial vous souhaite un été gorgé de soleil et de savotts nouveaux.

1 Programme 8

de la journée et renseignements:

voir page 145.

NOTE DE SYNTHÈSE

Note de !Jinthèse- Les théories de l'activité entre travail etfOrmation

Les théories de l'activité entre travail et formation
Patricia CHAMPY- REMOUSSENARD
Maître de Conférences, département Sciences de l'éducation Université Nancy 2 - composante ERAEF (Équipe de Recherche sur les Acteurs de l'Éducation et de la Formation)

Parmi les travaux qui se sont saisis du concept d'activité dans les sciences humaines et sociales, on en compte aujourd'hui quelques-uns qui ont une portée spécifique dans le champ des pratiques de formation. L'objet de cette note de synthèse est d'en proposer une lecture, du point du vue de l'intérêt qu'ils peuvent susciter pour ceux qui conduisent des recherches en lien avec l'univers de la formation et, bien sûr, pour ceux qui y exercent des activités, y construisent et y déploient des compétences, au fll des situations rencontrées. Dans une première partie, nous situerons les travaux sur l'activité de travail dans la relation entre travail et formation et par rapport aux réflexions et débats que l'on peut considérer comme fondateurs à propos de la formation des adultes en France depuis les années 1960. Les travaux sur l'activité seront également mis en perspective avec les enjeux sociaux relatifs actuellement à la professionnalisation et à la logique des compétences, en montrant comment ceux-ci déterminent les définitions mêmes qui sont proposées de l'activité professionnelle et de la formation. Puis, dans une seconde partie, nous présenterons un certain nombre de courants, dont certains sont très présents dans le champ des pratiques de formation, en insistant sur les champs théoriques auxquels ils s'adossent, les méthodes et outils qu'ils proposent aux praticiens, les choix qu'ils traduisent dans les modes d'accès à l'activité ainsi que les usages qui en sont faits dans les pratiques concernées. Seuls quelques-uns d'entre eux seront présentés afin de dessiner quelques limites au périmètre de cette note (la didactique professionnelle, la clinique de l'activité, l'ergologie, le cours d'action, la psychophénoménologie, la psychodynamique du travail) alors qu'ils figurent au sein d'un ensemble plus large de travaux, qui, à un titre ou à un autre, peuvent prétendre proposer des analyses de l'activité susceptibles d'intéresser les champ des pratiques et des recherches en formation des adultes,

Introduction

Savoirs, 8, 2005

comme par exemple les courants de l'analyse des pratiques. Enfin, ces travaux seront abordés du point de vue des questions de recherche qu'ils suscitent et des discussions épistémologiques qu'ils soulèvent. Des points communs aussi bien que des différences sont en effet repérables au niveau des concepts, des arrière-plans théoriques et des méthodes d'investigation vers l'activité, qui posent la question des divergences et des complémentarités possibles. Activité, action, pratique, travail, situations de travail... Sans se recouvrir totalement, ces termes et ces concepts sont définis par des arrière-plans théoriques parfois voisins, parfois éloignés. En outre, ils se superposent toujours à des termes du langage courant, difficulté déjà relevée par P. Naville (1961) dans ses réflexions sur la méthode en sociologie du travail. Sans minimiser ou exagérer la portée de ce flottement terminologique [malement assez stimulant pour les chercheurs, on peut noter la difficulté qui peut être celle des praticiens de la formation à trouver leurs repères parmi ces nuances sans doute difficiles à saisir. Nous avons ici choisi une entrée par la notion d'activité. Celle-ci s'avère centrale dans certains des courants qui seront décrits, moins dans certains autres. Elle nous parait pourtant pertinente au moins pour deux raisons. Elle fait écho à la notion de travail réef2,c'est-à-dire à l'intérêt porté à l'activité effective des professionnels dans les contextes et les systèmes de contraintes dans lesquels ils évoluent. L'activité est une construction singulière qui «exprime en même temps la tâche prescrite et l'agent qui l'exécute [...]. Elle traduit notamment ses compétences, ses motivations, son système de valeurs» (Leplat, 1997,33). Elle renvoie à la notion d'acteur quand elle désigne la place centrale donnée au sujet dans son rapport à ses activités et à son expérience (Dubet, 1994, 105). Le terme d'« activité »3Iui-même n'est d'ailleurs pas toujours le seul à être utilisé par les différents auteurs dont il va être question. Choisir l'entrée par l'activité c'est donc ici s'engager dans un débat épistémologique mais sans aucunement prétendre le fermer. Il est évident qu'on ne peut, par exemple, tracer une ligne de démarcation précise entre analyse du « travail» et/ ou de « l'activité », et analyse des « pratiques »4.Dans cette note de synthèse c'est en tout cas principalement d'activitéprofessionnelle qu'il s'agira.

2 Au sens où la distinction entre activité et tâche désigne la tension irréductible entre travail réel et travail prescrit. 3 Nous reviendrons plus loin sur la question de l'analyse des pratiques. 4 Dans ses travaux,]. Theureau parle par exemple tantôt de pratiques, tantôt d'activités. Pour lui, la notion de travail est une spécification de la notion plus large de pratique. La notion de pratique englobe la notion de travail (1992 [éd.2004], 8).

12

Note de rynthèse - Les théories de l'activité entre travail etformation

L'activité dans les publications portant sur la formation

L'exploration des sommaires des principales revues diffusées dans le champ de la formation montre que l'intérêt pour les activités professionnelles s'est décliné diversement selon les périodes. À la En des années 1970 et pendant les années 1980, c'est la relation entre la formation et l'amélioration des conditions de travail qui semble constituer la préoccupation première. C'est sur cette question que portent plusieurs numéros thématiques de revues: en 1976, le na 32 d'Éducation Permanente,(<< Conditions de travail »), en 1978, le na 26 de Connexions (<< ctions sur les conditions de travail »), le na 47-48 de la revue Pour A (<< a formation et les conditions de travail »), en 1987, le na 87 d'Actualité de la L Formation Permanente (dossier « Le point sur formation et amélioration des conditions de travail »). La focalisation sur l'analyse du travail et sur les activités commence véritablement au début des années 1990 et se poursuit jusqu'à aujourd'hui. Plusieurs revues se sont emparées de cet objet de réflexion. La revue Éducation Permanenteest la plus signiEcative à cet égard. Dès 1993, les numéros 116 et 117, intitulés «Comprendre le travail» donnèrent lieu à des articles provenant de courants divers, choisis parce qu'ils constituaient les apports les plus riches et les plus pertinents pour la formation a obert, 1993, 17). L'ergonomie française et la psychologie y sont présentes avec les tout premiers articles d'auteurs dont la notoriété ne fera ensuite que croître (Clot, Davezies.. .). En 1995 paraît également le na 124 intitulé «L'ergonome, le formateur, le travail ». On peut aussi mentionner «Le développement des compétences» (na 123, 1995). Les numéros de revue thématiques qui vont suivre présentent souvent une synthèse des travaux issus de l'un des courants de l'activité existants. C'est le cas du na 139 d'Éducation Permanente consacré en 1999 aux travaux de la didactique professionnelle et intitulé «Apprendre des situations» qui fait lui-même suite aux deux premiers volets d'un triptyque proposé par P. Pastré, intitulés respectivement en 1992 et en 1995 «Approches didactiques en formation d'adultes» (na 111), «Le développement des compétences» (na 123, 1995), et «Analyse du travail et didactique professionnelle ». C'est aussi le cas du na 146 de la même revue consacré en 2001 à la clinique de l'activité (<< Clinique de l'activité et pouvoir d'agir »), qui faisait suite à une journée d'étude organisée par cette revue autour de la clinique de l'activité. Le na 42 de Rechercheetformation (<< 'analyse de l'activité. Approches situées ») regroupe, quant à lui, des L contributions principalement en lien avec le courant de l'action située et les
travaux de

J. Theureau. 13

Savoirs, 8, 2005

Des tentatives pour caractériser les différentes démarches d'analyse de l'activité ont aussi déjà été tentées. Un bilan des travaux portant sur «l'analyse des pratiques» a ainsi été proposé en 2002 par J.F. Marcel, P. Olry, E. RothierBautzer et M. Sonntag dans leur note de synthèse intitulée «Les pratiques comme objet d'analyse », parue dans la Revue Françaisede Pédagogie 138). Cette (nO exploration transversale était plutôt consacrée à l'analyse des activités enseignantes. Certaines publications du champ de la sociologie mettent également, dès le début des années 1990, l'accent sur un nécessaire croisement des perspectives disciplinaires et méthodologiques pour appréhender l'énigme que constitue le travail. C'est le cas du numéro hors série de la revue Sociologie du travail (XXXVI) paru en 1994 et intitulé «Les énigmes du travail », même si ce n'est cependant pas la notion d'activité mais celle de travail qui est alors surtout mise en exergue. Dans l'éditorial du numéro XXXVI/4 intitulé «Travail et cognition », paru la même année, Anni Borzeix questionne la place de la sociologie dans les travaux portant sur les activités de travail visant à étudier la cognition en contexte ou en situation, et appelle de ses vœux un débat entre la sociologie et les sciences cognitives autour du concept de cognition située. Ce rapide panorama montre à quel point les travaux portant sur ce qu'on appelle l'activité, le travail, les pratiques revêtent une importance clairement signalée par la nature et le nombre de publications dans le champ des recherches portant sur l'éducation et la formation. On peut faire la même remarque si l'on analyse les thématiques des communications réalisées à l'occasion de congrès récents. Le congrès AECSE (Association des Enseignants et Chercheurs en Sciences de l'Éducation) de Lille en 1995, « Les professions de la formation )), déjà signalé comme représentatif de ces préoccupations (Marcel, Olry, Rothier-Bautzer & Sonntag, 2002) a été suivi par celui organisé au Cnam (2004), qui compte plusieurs symposiums orientés vers la question de l'activité et qui souligne encore la richesse et l'étendue des travaux portant sur l'analyse des activités professionnelles. Un colloque de l'Association Française et Internationale de Recherche en Sciences de l'Éducation (Aftrse), organisé en partenariat avec l'Unesco (<< Former les enseignants et les éducateurs: une priorité pour l'enseignement supérieur ») a donné lieu, en 2003, à des préconisations relatives aux dimensions majeures de la formation des enseignants qui mettent en évidence le rôle de l'analyse des pratiques et des situations de travail. On peut noter au passage que c'est donc souvent dans le cadre de réflexions sur la formation des professionnels du champ éducatif que les travaux sur l'activité professionnelle se trouvent mobilisés.

14

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.