//img.uscri.be/pth/754220d96afe455dc4d6b6f3b83d5c3a3bb3779d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,00 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Animer des groupes d'analyse des pratiques

De
169 pages
Depuis une trentaine d'années, Dominique Fablet anime des groupes d'analyse des pratiques. Cet ouvrage rassemble plusieurs articles publiés sur une période de vingt-cinq ans. Dans une première partie sont rassemblés trois textes de portée assez générale et destinés à fournir des points de repère quant à l'analyse des pratiques professionnelles. La deuxième partie rend compte des activités d'intervention formation dans des établissements d'éducation résidentielle.
Voir plus Voir moins

Animer des groupes d'analyse
des pratiques
Pour une clinique des institutions sociales et éducatives

Savoir et Formation Collection dirigée par Jacky Beillerot (1939-2004), Michel Gault et Dominique Fablet
A la croisée de l'économique, du social et du culturel, des acquis du passé et des investissements qui engagent l'avenir, la formation s'impose désormais comme passage obligé, tant pour la survie et le développement des sociétés, que pour l'accomplissement des individus. La formation articule savoir et savoir-faire, elle conjugue l'appropriation des connaissances et des pratiques à des fins professionnelles, sociales, personnelles et l'exploration des thèses et des valeurs qui les sous-tendent, du sens à leur assigner. La collection Savoir et Formation veut contribuer à l'information et à la réflexion sur ces aspects majeurs.

Dernières parutions

Yves LABBE, La difficulté scolaire? Une maladie de l'écolier ?, 2009. A. GIOVANNONI, M. FLORO, La question du sujet en situation de conflit, 2009. Franck GIOL, Lectures contemporaines de la crise de l'éducation, 2009.
Rébecca SHANKLAND, Pédagogies nouvelles et compétences psychosociales,2009. Dora FRANÇOIS-SALSANO, Découvrir le plurilinguisme dès l'école maternelle, 2009. Bernard PUEYO, Enseigner, former, intervenir dans le champ de la petite enfance, 2009. Liliane SZAJDA-BOULANGER, Des élèves en souffrance d'écriture,2009. Martine CHOMENTOWSKI, L'échec scolaire des enfants de migrants: L'illusion de l'égalité, 2009. Victoria KONIDARI et Yvan ABERNOT, Les cités de connaissance. L'institution au cœur de la réussite scolaire, 2009. Micheline THOMAS-DESPLEBIN, L'éducation en famille « très nombreuse », 2009. Christine CHARPENTIER-BOUDE, La Photo de classe, 2009.

Dominique Fablet

Animer des groupes d'analyse des pratiques
Pour une clinique des institutions sociales et éducatives

L'HARMATTAN

Du même auteur

Fablet D. (coord.), (2001), La formation d'adultes, Paris, L'Harmattan.

des formateurs

Fablet D. (coord.), (2002), Les interventions socio-éducatives. Actualité de la Recherche, Paris, L'Harmattan.

Fablet D. (coord.), (2004), Professionnel(le)s de la petite enfance et analyse des pratiques, Paris, L'Harmattan.
Fablet D. (2005), Suppléance familiale éducatives, Paris, L'Harmattan. et interventions socio-

Fablet D. (coord.), (2007), Les professionnels de l'intervention socio-éducative, Paris, L'Harmattan. Fablet D. (coord.), (2007), L'éducation des jeunes enfants, Paris, L'Harmattan.
Fablet D. (coord.), (2008), Intervenants pratiques, Paris, L'Harmattan. sociaux et analyse des

Fablet D. (coord.), (2009), Expérimentations et innovations en protection de l'enfance, Paris, L'Harmattan.

L'HARMATTAN, 2009 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattanl@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-10701-4 EAN : 9782296107014

(Q

SOMMAIRE
Introd uction........................................................................

7

Première partie

-

Repères pour l'analyse des pratiques

1- Les groupes d'analyse des pratiques professionnelles:
une visée avant tout formative .....................................

17 31

2 - Formation des travailleurs sociaux et analyse des pratiques professionnelles.......................................... 3 - Analyser les pratiques professionnelles en situation d'intervention: une démarche participative d'évaluation de l'action éducative.................................................

47

Deuxième partie - L'analyse des pratiques en situation d'intervention dans le champ des institutions socio-éducatives

4 - Intervention et formationen internat. Analyse de deux
expériences en cours 65 5 - Intervention-formation à l'intemat.. 77 6 - Les groupes d'analyse des pratiques professionnelles: un moyen pour lutter contre l'usure professionnelle 91 7 - Une démarche d'accompagnement au changement en internat spécialisé: l'intervention-formation 111 8 - De l'internat au SESSAD. Accompagner une équipe de professionnels d'un Institut de rééducation confrontée à un changement de pratiques 129 Conclusion Bibliographie
...........................................................

143
.

145 151

Annexes

Introduction
Depuis une trentaine d'années, j'anime des groupes d'analyse des pratiques. Mon intérêt pour ce type d'activités est donc assez ancien, avant même que l'expression «analyse des pratiques professionnelles» n'ait réussi à s'imposer au détour des années 1990. Aussi ai-je cherché à les promouvoir, comme en témoigne la série d'ouvrages collectifs coordonnés pour la plupart d'entre eux avec Claudine Blanchard-Laville et publiés dans la collection Savoir etformation aux éditions L'Harmattanl. Parallèlement à cette activité éditoriale, j'ai été sollicité à plusieurs reprises par différentes revues pour caractériser dispositifs et pratiques d'analyse des pratiques professionnelles. D'où l'idée de rassembler en un volume plusieurs articles publiés sur une période de vingt-cinq ans et dispersés dans divers supports, dont certains ont aujourd'hui disparu. Pour l'essentiel ces textes sont réédités à l'identique et le lecteur ne sera pas surpris par certaines redondances. J'ai supprimé résumés et mots-clés, effectué un certain nombre de corrections et actualisé des références. Quelques compléments figurent en italique dans le texte ou plutôt en note de bas de page. Pour ce recueil d'articles, j'ai donc procédé en établissant deux regroupements correspondant aux première et deuxième parties de l'ouvrage. Dans une première partie, sont rassemblés trois textes de portée assez générale et destinés à fournir des points de repère quant à l'analyse des pratiques professionnelles, sans respecter l'ordre chronologique de parution. Tout d'abord un article publié en 2004 dans le dossier du n° 82 de la revue Connexions, intitulé «Groupes de parole et crise institutionnelle ». Il s'agissait de signifier que les groupes d'analyse des pratiques professionnelles,
Cf la bibliographie à la fin de ce livre. Le onzième ouvrage collectif, Profèssionnels de santé et analyse des pratiques, est actuellement en préparation et devrait être publié en 20 I0 chez le même éditeur. 7
1

à la visée avant tout formative dans notre conception2, se différencient des groupes de parole dont l'objectif apparaît davantage de l'ordre de la catharsis et auxquels on a recours dans un contexte de mutations institutionnelles dans les secteurs de l'éducation, de la santé et du sociae. Ce faisant, il était possible de spécifier notre approche en la distinguant d'autres, davantage identifiées sous les expressions « analyse du (ou des situations de) travail », et plutôt maintenant « l'analyse de(s) l'activité(s) ». Le deuxième article, plus récent, s'insère dans une livraison de la revue Les Dossiers des Sciences de l'Éducation, ayant pour thème: « Travail social et formation: voies pour la professionnalisation ». On restreint donc le propos à un champ professionnel, le travail social, dans lequel j'ai développé la plupart de mes activités d'analyse des pratiques professionnelles. Et plus précisément en situation d'intervention\ comme je l'indique dans le troisième article rédigé en 2002 pour le dossier consacré à « l'évaluation institutionnelle» du n° 20 de La nouvelle revue de l'AIS, et qui reprend de façon synthétique l'introduction et le chapitre rédigé pour l'ouvrage collectif: Pratiques d'intervention dans les institutions sociales et éducatives (2000). Ce texte permet en quelque sorte d'introduire la deuxième partie intitulée:
2

D'autres finalités peuvent être assignées à l'analyse des pratiques professionnelles, comme la production de connaissances. C'est d'ailleurs dans cette perspective que s'inscrit l'essentiel de mes travaux de recherche; Cf Fablet D. (2005), Suppléance familiale et interventions socio-éducatives. Analyser les pratiques des projèssionnels de l'intervention socio-éducative, Paris, L'Harmattan. J Outre cette livraison de Connexions, cf le dossier du n° 50 (2008) de la Revue de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe intitulé: « Groupes de paroles. Quels dispositifs pour quelles demandes? ». 4 Alors que Claudine Blanchard-Laville poursuit des activités d'analyse des pratiques principalement en direction d'enseignants, plutôt dans un cadre de formation continue et en s'inscrivant dans une approche clinique d'orientation psychanalytique, je m'adresse avant tout à des travailleurs sociaux, en situation d'intervention et en prenant appui sur la psychosociologie. En ce qui me concerne, les activités d'intervention sont celles que j'ai cherchées à formaliser en rédigeant des articles ou des chapitres d'ouvrages collectifs, même si, quantitativement parlant, j'ai davantage travaillé dans un cadre de formation. Cf Fablet D., «De la formation à l'intervention. Une expérience de consuItant(s) interne(s) en milieu administratif», Connexions n° 71,1998/1,143-172.

8

« l'analyse des pratiques en situation d'intervention dans le champ des institutions socio-éducatives5 », qui rassemble cinq articles réédités cette fois selon l'ordre chronologique de parution (19842004). Depuis plus de vingt-cinq ans, ce sont en effet des activités d'intervention qui ont été développées principalement mais non exclusivement dans ce champ, plus particulièrement celui de la suppléance familiale ou de l'éducation résidentielle. La diversité des structures concernées par ce type d'action se révèle assez importante: foyers ou centres départementaux de l'enfance, maisons d'enfants à caractère social, centre maternel, institut de rééducation, instituts médico-éducatifs mais aussi maison d'accueil spécialisé, foyer à double tarification, foyer occupationnel, foyer de vie accueillant des adultes handicapés... Il nous est arrivé d'intervenir également dans des services dont l'action se situe en milieu ouvert ou ordinaire6 (AEMO, SES SAD ...), ou encore auprès d'équipes de centres de formation de travailleurs sociaux, soit avec des groupes n'excédant guère une dizaine de personnes, mais les actions menées en structures d'éducation résidentielle et s'adressant à un personnel plus important sont de loin les plus nombreuses. Sollicités par des responsables et professionnels, désireux d'obtenir le concours d'intervenants extérieurs, les objectifs peuvent s'avérer divers; aussi en fonction de la nature de la demande, des caractéristiques et des modes de fonctionnement de la structure, de la spécificité du contexte, le dispositif d'intervention prendra des configurations différentes. Par ailleurs,
5

Les interventions socio-éducatives peuvent être définies, comme les

interventions de professionnels visant à assurer une action éducative complémentaire de l'action éducative intrafamiliale ou, lorsque des difficultés à ce niveau apparaissent, d'aide et de soutien à la famille dans ses fonctions éducatives (AED/AEMO) ou de suppléance familiale (placement en internat spécialisé ou placement familial). On entend par suppléance familiale, l'action d'accompagnement éducatif de professionnels qui consiste à assurer à la place de la famille les actes éducatifs usuels sans remplacer les parents; cf Fablet D. (coord.), (2007), Les professionnels de l'intervention socio-éducative, Paris, L'Harmattan. 6 AEMO: action éducative en milieu ouvert; SESSAD: service d'éducation spéciale et de soins à domicile. 9

l'identité de l'intervenant et son inscription sociale (organisme de formation, cabinet de consultants, équipe de recherche.. .) contribuent en partie à structurer le travail d'intervention: on ne sollicite pas exactement de la même manière dans ce champ formateurs, psychologues cliniciens ou enseignants-chercheurs. Le statut d'enseignant-chercheur n'interdit pas de considérer avec attention les modalités de contractualisation des actions envisagées. Tout en reconnaissant qu'elles comportent une dimension financière, celle-ci ne se révèle au demeurant jamais déterminante. Contrairement au responsable d'un organisme de formation ou d'un cabinet de consultants toujours attentif aux fluctuations du chiffre d'affaires, on a toute latitude pour accepter ou refuser d'engager des actions. Il s'agit d'une position que certains jugeront sans doute confortable, puisque les activités d'intervention peuvent apparaître secondaires parmi les tâches plus habituelles d'un enseignant-chercheur. Bien qu'elle n'exclue pas les vicissitudes résultant de l'engagement dans l'action, elle paraît cependant propre à garantir que l'intervention se déploie davantage dans le cadre d'une relation d'aide plutôt que sur le «marché» de la consultation, où règnent souvent sans partage la concurrence et les relations de type client-fournisseur, pas toujours propices à l'essor de pratiques d'intervention qui méritent cette appellation 7. L'appartenance à l'équipe de recherche formée au début des années quatre-vingt au Département de Sciences de l'Éducation de l'Université de Paris X Nanterre, à l'initiative de Paul Durning, joue incontestablement un rôle. Avant d'élargir ses perspectives et domaines d'investigation au champ global de l'éducation familiale8, cette équipe a d'abord centré ses travaux de recherche sur les organisations de suppléance familiale et plus particulièrement l'internat spécialisé. Tout en développant une
7

Cf Fablet D. (2003), « Un obstacle au développement des pratiques

d'intervention: l'absence de procédures codifiées », Connexions n° 79, 81-97 (réédité dans Fablet D., Suppléance familiale et interventions socio-éducatives, Paris, L'Harmattan, 2005, 193-218). 8 Après s'être référée à l'éducation résidentielle puis, à partir du milieu des années 1980, à la suppléance familiale, l'équipe s'est finalement doté au début des années 1990 de l'appellation « Éducation familiale et interventions sociales auprès des familles ».

10

démarche de recherche clinique de terrain, proche par bien des aspects de la recherche-action, l'équipe a toujours été attentive à distinguer recherche et intervention, en fonction de la visée poursuivie. Pour autant, il n'a jamais été question de renoncer à l'une ou à l'autre; il est même possible de parvenir à des combinaisons pouvant emprunter, selon des modalités variables, à la recherche et à l'intervention9. En ce qui concerne le champ des structures d'éducation résidentielle, un projet d'investigation à visée de connaissance a très clairement précédé des perspectives d'intervention sociale, puisque ce n'est que dans un second temps que des membres de l'équipe ont développé un ensemble d'actions à partir des demandes qui leur étaient adressées. Outre la visée prioritairement poursuivie, production de connaissances ou transformation sociale, la question de la demande apparaît comme l'un des paramètres permettant de différencier, sans pour autant les opposer, recherche et intervention. Les projets de recherche, entrepris en réponse à des appels d'offre ou sur la base de conventions de gré à gré, supposent l'accueil des chercheurs par les professionnels de terrains sur lesquels les investigations vont être réalisées. Dans la négociation qui s'engage ce sont les chercheurs qui sont demandeurs. En sollicitant responsables et professionnels les chercheurs ont alors à argumenter avec des interlocuteurs qui ne sont pas spontanément convaincus du bien-fondé des démarches envisagées et qui escomptent, à juste titre, en tirer quelque contrepartie. Le positionnement s'inverse en situation d'intervention, puisque ce type d'activités ne peut s'initier qu'à partir d'une demande/commande des terrains. On a donc cherché à aménager des dispositifs tenant compte des situations-problèmes spécifiques aux établissements demandeurs sans oublier pour autant des dimensions d'investigation auxquelles les praticiens pouvaient dans certains cas être étroitement associés. Comme on le verra, ce n'est pas à l'expression « analyse des pratiques professionnelles» que l'on s'est initialement référé pour
9

Cf Fablet D. (2007), « Recherches socio-cIiniqueset interventions», in Fablet

D. (coord.), Les professionnels de l'intervention socio-éducative. Modèles de référence et analyse des pratiques, Paris, L'Harmattan, 183-194. 11

caractériser les activités poursuivies, mais à celle d' « interventionformation ». Ainsi, dans le premier article de la deuxième partie, daté de 1984 et destiné à la revue LiaisonsJO(depuis disparue), s'il est bien question de séquences d'analyse des pratiques c'est davantage une discussion autour des termes « intervention» et « formation» qui nous mobilise, avant d'opter pour l'expression « intervention-formation »11 ou un peu plus tard pour celle de « formation intra-institutionnelle », plus fréquente et compréhensible dans les milieux professionnels. D'où le titre donné au deuxième article, publié dix ans plus tard: « Intervention-formation à l'internat », dans une revue, Le courrier de Suresnes, qui a également disparu12. Il s'agissait alors de rendre compte d'une intervention-formation dans un établissement accueillant des personnes adultes handicapées. Cette action a été poursuivie pendant sept ans, aussi en est-il encore question dans le troisième article intégré en 1998 au dossier de la revue professionnelle Les Cahiers de l'Actif(nO 264/265, mai/juin 1998) et intitulé: «Vaincre l'usure professionnelle ». Cette fois, le titre de l'article fait explicitement référence aux groupes d'analyse des pratiques, alors que les deux premiers ouvrages collectifs coordonnés avec Claudine Blanchard-Laville viennent d'être publiés. Deux ans plus tard, paraîtra dans une autre livraison de la

IDCet article est précédé de celui de Paul Durning centré sur les recherches alors en cours sur l'internat spécialisé (<< Chercheurs à l'internat », Liaisons n° 29, 1984, 22-26) et les deux articles figurent sous un chapeau commun: « Recherche et formation en éducation résidentielle ». Il Expression que nous reprendrons pour l'intitulé d'un rapport de recherche non publié: Durning, P., Fablet, D., Freund, V., Glod, M.-P. (1988). Les enjeux de l'intervention-formation à l'Éducation Surveillée. Une innovation provisoirement (?) impossible. Rapport final ERlSFER, ronéo., Décembre 1988, 220 p. La partie rédigée par V. Freund consistait en une analyse de la littérature intitulée« Pratiques, théories, formation: un débat inépuisable» (pp. 36-71). 12 En fait elle a été remplacée à partir de 1998 par La nouvelle revue de l'AIS (adaptation et intégration scolaires), toujours publiée par le Centre national d'études et de formation pour l'enfance inadaptée (CNEFEI), qui est devenu, à pour l'éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés (INS HEA). Après la loi du Il février 2005, J'intitulé de cette revue a été modifié et elle se nomme depuis 2006 : La nouvelle revue de l'adaptation et de la scolarisation. 12

partir du I er janvier 2006, l'Institut nationalsupérieurde formationet de recherche

même revue consacré au changement13 le quatrième article dont l'intitulé fait retour à l'expression « intervention-formation» afin de caractériser la démarche mise en œuvrel4. Dans quelle mesure des séquences d'analyse de pratiques peuvent-elles contribuer à faciliter les remaniements identitaires de professionnels à un moment confrontés dans leur trajectoire professionnelle à un changement de fonctions? C'est la question qu'on examine dans le cinquième et dernier article de cette deuxième partie à partir d'une expérience de consultation qui a consisté à accompagner une équipe de professionnels, pour J'aider à passer d'une action éducative menée en internat à une action développée en Service d'Education Spécialisée et de Soins à Domicile (SES SAD). Après avoir proposé des points de repère pour l'analyse des pratiques professionnelles puis caractérisé le type de démarche au cœur de mes activités d'animation de groupes d'analyse des pratiques, il convenait d'ouvrir, en conclusion, sur d'autres façons de promouvoir l'analyse des pratiques, notamment par la formation. Aussi figure en annexes une présentation de dispositifs destinés à former à J'animation de groupes d'analyse des pratiques.

13Dossier intitulé: « Les travailleurs sociaux ont-ils peur du changement? », Les Cahiers de l'Actif n° 292/293, septembre/octobre 2000. 14 À l'occasion de cette publication dans une revue professionnelle, je critique dans une note de bas de page un texte de Promofaf, organisme paritaire collecteur agréé (OPCA) de la branche professionnelle, qui limitait en 1999 le financement d'actions de formation recourant à « l'analyse de la pratique ». Dix ans plus tard, Le guide des prises en charges spécifiques de cet organisme, qui est devenu Unifaf à partir de 2005 à la suite de la loi de 2004, ne semble plus soumettre l'analyse des pratiques (qui n'est pas mentionnée en tant que telle) à de semblables restrictions.

13

Première partie

Repères

pour l'analyse

des pratiques