Le droit administratif aux concours

De
Le droit administratif constitue une partie importante du droit public. Il traite des droits et des obligations des autorités administratives (État, collectivités territoriales, établissements publics...), de leur fonctionnement et de leurs relations. Il inclut ici l’étude de la fonction publique, matière essentielle à connaître pour le candidat aux concours, à l’écrit comme à l’oral. Ce nouveau titre de la collection « Formation Administration Concours » fournit aux candidats une excellente synthèse, à la fois précise et accessible, et leur permet d’acquérir ou de rafraîchir leurs connaissances du droit administratif.
Publié le : vendredi 7 juillet 1905
Lecture(s) : 10
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782110100283
Nombre de pages : 200
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
PrésentatIon
Sî a pace réservée aux épreuves de droît admînîstratîf évoue, cette matîère constîtue toujours e soce des connaîssances de base pour ’entrée dans a fonctîon pubîque. L’approche jurîdîque constîtue même une nécessîté renouveée pour ’admînîstratîon, compte tenu de ’essor des contentîeux dans a mîse en pace des poîtîques pubîques. L’întîtué des épreuves récentes en droît admînîstratîf ’îustre parfaîtement, comme en témoîgne e sujet du concours externe 2014 d’entrée à ’Écoe natîonae d’admînîs-tratîon (ENA) : « Le juge admînîstratîf, juge de ’économîe ».
D’autres évoutîons caractérîsent égaement e droît admînîstratîf aux concours. I est désormaîs obîgatoîre de traîter des aspects modernes comme ceuî de ’admînîstratîon éectronîque (concours externe 2013 d’ac-cès aux IRA : « L’admînîstratîon éectronîque : que doît-on en attendre ? »). Notons par aîeurs que ’apparîtîon de nouveaux concours, te ceuî de conseîer des chambres régîonaes et terrîtorîaes des comptes, quî com-portent une épreuve de droît admînîstratîf, îustre ’ardente obîgatîon de maïtrîser cette matîère.
Cet ouvrage est d’abord un outî destîné à a préparatîon des concours admînîstratîfs. Maîs son caractère pédagogîque et synthétîque permettra bîen sûr aussî aux étudîants de révîser eficacement e droît admînîstratîf durant eur parcours unîversîtaîre.
Ses auteurs ont cherché constamment à întégrer es dernîères évoutîons îées tant au droît de ’Unîon européenne qu’à a Conventîon européenne des droîts de ’homme, ou reatîves à a modîfîcatîon de a reatîon admînîstratîon/admînîstré.
 P ré s e n t a t i o n
7
PartiePréliminaire INTRODUCTIONAUDROITADMINISTRATIF
Le droît admînîstratîf désîgne ’ensembe des règes quî ont vocatîon à s’appîquer à certaînes actîvîtés de ’admînîstratîon. Dans eur actîon, es autorîtés admînîstratîves peuvent mettre en œuvre des prérogatîves de puîssance pubîque, c’est-à-dîre des pouvoîrs exorbîtants du droît com-mun que n’ont pas de sîmpes partîcuîers (e pouvoîr de prendre un acte admînîstratîf unîatéra est une prérogatîve de puîssance pubîque, par exempe). Dans cette hypothèse, ’admînîstratîon faît usage de a puîs-sance pubîque, étant précîsé que ces pouvoîrs spécîiques se justîient par ’objectîf que poursuît ’admînîstratîon, à savoîr a satîsfactîon de ’întérêt généra. Cependant, ee peut aussî se comporter comme un sîmpe par-tîcuîer et se pacer aînsî dans e cadre de a gestîon prîvée. La dîfférence entre gestîon pubîque et gestîon prîvée est împortante car a premîère emporte ’appîcatîon des règes du droît admînîstratîf et a compétence du juge admînîstratîf en cas de îtîge. En revanche, sî ’admînîstratîon n’a pas faît usage de prérogatîves de puîssance pubîque et s’est comportée comme un sîmpe partîcuîer, ee est soumîse aux règes du droît prîvé. En cas de contentîeux, î faut aors s’en remettre à a compétence du juge judîcîaîre. Le droît appîcabe à ’admînîstratîon est donc un droît mîxte, composé à a foîs de règes de droît prîvé et de règes de droît admînîstratîf. Or, c’est essentîeement ’étude des règes appîcabes à ’admînîstratîon orsqu’ee se pace dans e cadre de a gestîon pubîque quî fera ’objet de cet ouvrage.
Le droît admînîstratîf est né d’un prîncîpe posé au début de a Révoutîon : ceuî de a séparatîon des autorîtés admînîstratîves et judîcîaîres, énoncé par a oî des 16 et 24 août 1790 sur ’organîsatîon judîcîaîre, et réafirmé par e décret du 16 fructîdor an III. De ce prîncîpe découe a rège suî-vante : ’admînîstratîon ne doît pas être jugée par es trîbunaux judîcîaîres quand ee faît usage de prérogatîves de puîssance pubîque. Cea revîent à consîdérer que, puîsque ’admînîstratîon ne se comporte pas comme un sîmpe partîcuîer orsqu’ee empoîe de tes pouvoîrs, ee ne peut reever du même juge que es personnes prîvées. Par conséquent, des jurîdîctîons dîstînctes des jurîdîctîons judîcîaîres, spécîaîsées dans e jugement du contentîeux de ’admînîstratîon întervenant en tant que puîssance pubîque, ont été mîses en pace.
Dans a décîsîon du 8 févrîer 1873,Blanco, e Trîbuna des conlîts (TC) a conirmé égaement a nécessîté de cette duaîté jurîdîctîonnee. Le juge a consîdéré que ’admînîstratîon, orsqu’ee agît en tant que puîssance
Introduction au droit administratif
11
12
pubîque, ne pouvaît se voîr appîquer es règes du Code cîvî, conçues pour régîr es reatîons entre es partîcuîers. I convîent, dès ors, de uî appîquer des règes spécîaes, adaptées aux besoîns de ’actîon admînîs-tratîve, dont ’ensembe forme e droît admînîstratîf. Aînsî, ’admînîstratîon est soumîse, dans e cadre de sa gestîon pubîque, à un juge spécîa (e juge admînîstratîf) quî uî appîquera un droît spécîique dîfférent du droît prîvé (e droît admînîstratîf).
La nécessîté du duaîsme jurîdîctîonne a été reconnue par e Conseî constîtutîonne, quî a consacré e prîncîpe d’îndépendance des jurîdîctîons o admînîstratîves (Cons. constît., décîsîon n 80-119 DC du 22 juîet 1980, Rec. p. 46). Le Conseî protège égaement une partîe de a compétence du juge admînîstratîf face au juge judîcîaîre : es contentîeux se rapportant aux actes de puîssance pubîque ne peuvent reever, en prîncîpe, que du juge admînîstratîf, réserve faîte des exceptîons quî pourraîent être întroduîtes dans e soucî d’une bonne admînîstratîon de a justîce (Cons. constît., o n 86-224 DC, 23 janvîer 1987, Rec. p. 8).
Lorsque ’admînîstratîon agît dans e cadre de a puîssance pubîque, ee est donc soumîse à un juge spécîa se composant des trîbunaux admînîstratîfs, des cours admînîstratîves d’appe et du Conseî d’État (CE). Les trîbunaux admînîstratîfs sont îssus de a transformatîon des ancîens conseîs de pré-fecture, réaîsée à a suîte du décret du 30 septembre 1953 (es conseîs de préfecture avaîent eux-mêmes été créés par a oî du 28 puvîôse an VIII). Ce décret a surtout permîs de reconnaïtre aux trîbunaux admînîstratîfs une compétence de droît commun pour statuer sur e contentîeux admînîstra-tîf, quî étaît jusque-à attrîbuée au Conseî d’État. Ces trîbunaux exercent, en tant que juge de droît commun, une compétence de premîer ressort susceptîbe d’appe. Cette dernîère est terrîtorîae, c’est-à-dîre qu’ee est îmîtée au ressort géographîque de chaque trîbuna. Les cours admînîs-tratîves d’appe ont, quant à ees, été înstîtuées par a oî du 31 décembre 1987 ain de décharger e Conseî d’État quî, jusqu’aors, étaît compétent pour statuer sur es appes des jugements rendus par es trîbunaux admî-nîstratîfs. L’entrée en vîgueur de cette oî a aors faît du Conseî d’État un juge de cassatîon. C’est a pus haute jurîdîctîon admînîstratîve et, en même temps, une înstance de conseî pour e gouvernement, maîs aussî pour Parement depuîs a révîsîon constîtutîonnee du 23 juîet 2008. Le Conseî d’État exerce en effet deux types d’attrîbutîons : des attrîbutîons jurîdîctîonnees et des attrîbutîons consutatîves. I est consuté sur es
LEDROI TADMI NI S TR ATI FAUXCONCOUR S
projets de oî préparés par e gouvernement ou sur es projets de décrets prîs en vertu de ’artîce 37 de a Constîtutîon. S’agîssant de ses fonctîons consutatîves auprès du Parement, ees sont énoncées à ’artîce 39 aî-néa 5 de a Constîtutîon :« Le président d’une assemblée peut soumettre pour avis au Conseil d’État, avant son examen en commission, une proposition de loi déposée par l’un des membres de cette assemblée, sauf si ce dernier s’y oppose. »Par aîeurs, au-deà de ses compétences consutatîves, e Conseî d’État a surtout des compétences jurîdîctîonnees : î statue en cassatîon sur e contentîeux admînîstratîf et, pour certaînes catégorîes de îtîges împortants, î statue en premîer et dernîer ressorts (te est e cas, par exempe, des recours pour excès de pouvoîr formés contre es décrets).
Pour anayser ’ensembe des règes appîcabes à ’admînîstratîon orsqu’ee faît usage de a puîssance pubîque, et par conséquent, ’éten-due des contentîeux pouvant être soumîs au juge admînîstratîf, î convîent d’étudîer tout d’abord es dîfférentes actîons de ’admînîstratîon (e ser-vîce pubîc et a poîce) puîs es moyens dont ee dîspose pour mener à bîen son actîon, qu’î s’agîsse de moyens humaîns ou jurîdîques (actes unîatéraux et contrats). Enin, ’ouvrage s’întéressera aux contrôes aux-ques ’admînîstratîon peut être soumîse en cas de recours contentîeux : e contentîeux de a égaîté, d’une part, et e contentîeux de a responsabîîté admînîstratîve, d’autre part.
Introduction au droit administratif
13
1 PartieL’ACTIONADMINISTRATIVE
1 Chapitre Le servIce publIc
Le servîce pubîc est au cœur du débat poîtîque et îdéoogîque sur e rôe de ’État puîsque c’est avec e déveoppement de ’État-provîdence que ’on a assîsté à a mutîpîcatîon des servîces pubîcs. Dans a conceptîon françaîse orîgînee, e servîce pubîc est en effet conçu comme une actîvîté d’întérêt généra mîse à a charge des pouvoîrs pubîcs et pacée en dehors du marché. Cea revîent à consîdérer que e servîce pubîc doît être géré par a puîssance pubîque au moyen de monopoes pubîcs dans esques es acteurs prîvés n’ont pas eur pace.
Toutefoîs, sous ’înluence du droît de ’Unîon européenne, quî consacre e prîncîpe de îbre concurrence, et sous ’împact de a mondîaîsatîon de ’économîe, cette conceptîon înîtîae du servîce pubîc a dû évouer. La notîon de servîce pubîc perdure, maîs î est désormaîs admîs que ces actîvîtés ne sont pus nécessaîrement gérées sous a forme monopoîstîque. Le servîce pubîc est aînsî une actîvîté d’întérêt généra gérée par ou pour e compte d’une personne prîvée.
Pour autant, avant d’envîsager pus en détaî es modes de gestîon des servîces pubîcs, î convîent de déinîr cette notîon ain de mîeux saîsîr que est e champ des înterventîons de ’admînîstratîon et ques sont es contours de a notîon d’întérêt généra. Au-deà de a déinîtîon générae du servîce pubîc, î apparaïtra par aîeurs qu’une cassîicatîon est envîsa-geabe, e droît françaîs opérant une dîstînctîon entre es servîces pubîcs admînîstratîfs d’une part, et es servîces pubîcs îndustrîes et commercîaux d’autre part.
Partie 1 •L’action administrative
17
18
Section 1 La notIon de servIce publIc
Deux crîtères permettent de déinîr e servîce pubîc : un crîtère organîque, quî repose sur e rattachement de ’actîvîté à une personne pubîque, et un crîtère matérîe quî se compose en réaîté de deux ééments.
1. Les crItères matérIels d’IdentIicatIon du servIce publIc
Le premîer crîtère matérîe est fondé sur ’objet de ’actîvîté, à savoîr a satîsfactîon de ’întérêt généra, tandîs que e second s’întéresse au régîme jurîdîque puîsqu’une actîvîté de servîce pubîc est, en prîncîpe, soumîse à un régîme exorbîtant du droît commun.
1. Une actIvIté d’Intérêt général
Le servîce pubîc se déinît en premîer îeu par sa inaîté, à savoîr a satîs-factîon de ’întérêt généra, a questîon étant de déîmîter es contours de cette notîon. L’întérêt généra est souvent présenté par opposîtîon aux întérêts partîcuîers, qu’î vîse à dépasser. Ce n’est donc pas a somme des întérêts partîcuîers.
Cependant, ’întérêt généra est une notîon évoutîve dans a mesure où ses contours varîent au gré des changements poîtîques, économîques ou socîaux ; î n’exîste donc pas de déinîtîon igée de ’întérêt généra. Sî cer-taînes actîvîtés constîtuenta priorides servîces pubîcs « natures », tees a poîce ou a justîce, a détermînatîon du contenu de ’întérêt généra est e fruît d’arbîtrages poîtîques. C’est aînsî au égîsateur qu’î appartîent, en prîncîpe, de quaîier une actîvîté de servîce pubîc, maîs certaînes actîvîtés n’ont pas été expîcîtement quaîiées par uî. Le juge admînîstratîf peut donc être amené, uî aussî, à quaîier une actîvîté orsque e égîsateur a gardé e sîence sur sa nature.
Aînsî, e Conseî d’État a consîdéré que a mîse à dîsposîtîon de ’ensembe des données pubîques, notamment de cees dontdiffusion ne serait« la pas économiquement viable […], constitue par nature une mission de service
LEDROI TADMI NI S TR ATI FAUXCONCOUR S
public »(CE, Sectîon, 17 décembre 1997,Ordre des avocats à la Cour de Paris, Rec. p. 491). Par aîeurs, e Conseî d’État reconnaït qu’une actîvîté cutu-ree peut être quaîiée de servîce pubîc dans a mesure où ee poursuît une inaîté d’întérêt généra ; te est e cas d’un festîva d’art yrîque (CE, Sectîon, 6 avrî 2007,Commune d’Aix-en-Provence, Rec. p. 155).
En revanche, e juge a dénîé à ’organîsatîon de jeux de hasard a quaîi-catîon de mîssîon d’întérêt généra (CE, Sectîon, 27 octobre 1999,Rolin, Rec. p. 327) ; î en est de même pour ’organîsatîon de courses de chevaux (CE, 9 févrîer 1979,Société d’encouragement pour l’amélioration des races de chevaux en France, Rec. p. 47 :« les sociétés de course, en tant qu’elles sont chargées d’organiser les courses et le pari mutuel, ne sont pas investies d’une mission de service public »). De tees actîvîtés poursuîvent un but excusîvement inancîer et n’ont pas pour objet de déîvrer une prestatîon, ce quî justîie que e juge eur refuse e caractère de servîce pubîc.
2. Un régIme jurIdIque exorbItant du droIt commun
En prîncîpe, une actîvîté de servîce pubîc est soumîse à un régîme jurîdîque partîcuîer, exorbîtant du droît commun. Par conséquent, e régîme jurî-dîque peut constîtuer un îndîce pour détermîner sî une actîvîté constîtue un servîce pubîc, notamment sî ee est gérée par une personne prîvée. Ce régîme jurîdîque va permettre au juge admînîstratîf de constater a présence ou ’absence de règes caractérîstîques du servîce pubîc. I s’avère en effet que a détentîon de prérogatîves de puîssance pubîque est un îndîce par-tîcuîèrement sîgnîicatîf permettant de déceer a présence d’un servîce pubîc (CE, 28 juîn 1963,SieurNarcy, Rec. p. 401). Dès ors qu’une personne prîvée quî gère une actîvîté d’întérêt généra dîspose de tees prérogatîves, c’est-à-dîre de pouvoîrs dont ne dîsposent pas de sîmpes partîcuîers, e juge admînîstratîf en concura que ’actîvîté est un servîce pubîc.
Toutefoîs, cea n’empêche pas e juge admînîstratîf d’admettre qu’une actîvîté gérée par un organîsme prîvé ne dîsposant pas de prérogatîves de puîssance pubîque est un servîce pubîc : te est e sens de a décîsîon du Trîbuna des conlîts en date du 6 novembre 1978,Bernardi(Rec. p. 652). En ’espèce, e Trîbuna a estîmé qu’une cînîque prîvée de traîtement des maades mentaux exerce une mîssîon de servîce pubîc même sî ee ne dîspose pas de prérogatîves de puîssance pubîque pour mener à bîen sa mîssîon. Dans une împortante décîsîon de sectîon du 22 févrîer 2007
Partie 1 •L’action administrative
19
20
(Association du personnel relevant des établissements pour inadaptés,AJDA2007, p. 793, Chronîque Lenîca et Boucher), e Conseî d’État a conirmé que ’absence de prérogatîves de puîssance pubîque n’excuaît pas néces-saîrement a quaîicatîon de mîssîon de servîce pubîc. La détentîon de prérogatîves de puîssance pubîque n’est pas un crîtère absou pour déter-mîner ’exîstence d’un servîce pubîc, maîs un sîmpe îndîce.
2. L’IdentIicatIon organIque du servIce publIc
Pour qu’une actîvîté soît quaîiée de servîce pubîc, ee doît être rattachée à une personne pubîque quî sera responsabe de a créatîon et de ’organî-satîon du servîce. Ce rattachement peut revêtîr dîfférentes formes : î peut être dîrect sî a personne pubîque prend ee-même en charge e servîce en e gérant en régîe, maîs î peut aussî être îndîrect sî ee conie a gestîon de cette actîvîté à une personne prîvée. Dès 1938, e Conseî d’État a aînsî admîs qu’une personne prîvée pouvaît gérer un servîce pubîc (CE, 13 maî 1938,Caisse primaire « »Aide et protection , Rec. p. 417). La conceptîon orî-gînee assîmîaît servîce pubîc et gestîon par une personne pubîque (TC, 8 févrîer 1873,Blanco,GAJA) maîs ’évoutîon jurîsprudentîee a remîs en cause cette anayse : sî e servîce pubîc doît nécessaîrement être rattaché à une personne pubîque d’un poînt de vue organîque, î ne doît pas obîga-toîrement être géré par ee. Toutefoîs, dans ’hypothèse où ’actîvîté seraît coniée à une personne prîvée, a personne pubîque conserve néanmoîns un pouvoîr de contrôe, et parfoîs de dîrectîon, sur ’organîsme prîvé.
La questîon de a quaîicatîon d’une actîvîté d’întérêt généra peut aors se poser avec pus d’acuîté dès ors qu’ee n’est pas assurée dîrectement par une personne pubîque : en effet, comment dîstînguer es servîces pubîcs des autres actîvîtés d’întérêt généra assurées par des personnes de droît prîvé ?
Dans ’arrêtNarcydéjà cîté, e Conseî d’État a consîdéré que e crîtère organîque étaît rempî car ’admînîstratîon conservaît un droît de regard sur ’actîvîté et ’organîsme prîvé dîsposaît de prérogatîves de puîssance pubîque pour mener à bîen sa mîssîon. Pus récemment, ’arrêtAssociation du personnel relevant des établissements pour inadaptésdu 22 févrîer 2007 est venu précîser a soutîon dégagée par ’arrêtNarcy. Deux ééments doîvent obîgatoîrement être satîsfaîts : a mîssîon rempîe par a personne prîvée
LEDROI TADMI NI S TR ATI FAUXCONCOUR S
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.