Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 20,30 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Optique MPSI-PCSI-PTSI

De
192 pages


L'enseignement d'optique des filières MPSI, PCSI et PTSI abordé en un seul volume, sous la forme d'un cours clair et concis. Des pages de méthode et des exercices corrigés, variés et progressifs, permettent un entraînement et une préparation efficaces.

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

4
Sommaire
Chapitre 1
Généralités sur la lumière
A. Qu’est ce que l’optique aujourd’hui ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8. . . . . B. Généralités sur la lumière. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
C. Notion d’onde progressive sinusoïdale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11. . . D. Propagation des ondes électromagnétiques : cas de la lumière. . . . . . . . . . . . . . . 15 Méthodes :l’essentiel ; mise en œuvre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Exercices :énoncés, indications, solutions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23. . .
Chapitre 2
Lois et principes de l’optique géométrique
A. Le rayon lumineux de l’optique géométrique
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
B. Lois de l’optique géométrique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29. . . . C. Applications. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Méthodes :l’essentiel ; mise en œuvre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44. . . Exercices :énoncés, indications, solutions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49. . .
Chapitre 3
Formation des images
A. Notion d’image. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 B. Notion de point objet et de point image en référence à un système optique. . . . 70 C. Stigmatisme rigoureux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
D. Les systèmes centrés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77. . . . . E. Aplanétisme rigoureux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77. . . . F. Stigmatisme approché. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 G. Les conditions de Gauss. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79. . . . H. Application au dioptre plan. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82. . . .
I. Aberrations des systèmes optiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Méthodes :l’essentiel ; mise en œuvre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Exercices :énoncés, indications, solutions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
Sommaire
Chapitre 4
Miroirs sphériques
A. Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102. . . . . B. Stigmatisme et aplanétisme d’un miroir sphérique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 C. Construction géométrique d’une image dans les conditions de Gauss. . . . . . . . 109 D. Relations de conjugaison du miroir sphérique dans l’approximation de Gauss. 116 E. Cas particulier du miroir plan. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 F. Champ d’un miroir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Méthodes :l’essentiel ; mise en œuvre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121. . Exercices :énoncés, indications, solutions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
Chapitre 5
Lentilles minces sphériques
A. Lentilles sphériques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148. . . . B. Algébrisation – espaces objet et image. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150. . C. Stigmatisme et aplanétisme d’une lentille mince. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151.
D. Propriétés des lentilles minces. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 E. Construction géométrique d’une image. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 F. Relations de conjugaison et de grandissement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 G. Associations de lentilles minces. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163. . H. Aberration chromatique d’une lentille. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164. .
Méthodes :l’essentiel ; mise en œuvre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Exercices :énoncés, indications, solutions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171. .
Index. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Sommaire
5
CHAPITRE 1
Généralités sur la lumière
I n t r o d u c t i o n
En classe de terminale la propagation des ondes a été abordée et le caractère ondulatoire de la lumière mis en évidence par des expériences de diffraction. La propagation de la lumière dans un milieu transparent a permis de préciser la notion d’indice optique dont la variation avec la fréquence de l’onde lumineuse, ou si l’on préfère, la couleur, confère au milieu transparent un caractère dispersif.
Dans ce chapitre d’introduction, nous situerons dans notre société l’importance de l’op-tique en tant que science, et nous mettrons en place les bases permettant d’aborder par la suite l’optique géométrique.
Plan du chapitre 1 A. Qu’est ce que l’optique aujourd’hui ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 08. . . . B. Généralités sur la lumière 1.Approche physique de la lumière et de ses interactions avec notre environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 08 2.Approche historique : les modèles physiques de la lumière . . . . . . . . . . . . . . . . 09 C. Notion d’onde progressive sinusoïdale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 1.. . . . . Onde progressive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.Onde progressive périodique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 3.Onde progressive sinusoïdale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 4.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14Dispersion dune onde . . . . 5.. Autre représentation de la propagation dune onde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 D. Propagation des ondes électromagnétiques : cas de la lumière. . . . . . . . . . . . . . . 15 1.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15Propagation de la lumière dans le vide . . 2.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17Mesure de la vitesse de la lumière . . . 3.Propagation de la lumière dans les milieux matériels transparents . . . . . . . . . . 18 Méthodes Lessentiel ; mise en uvre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Énoncés des exercices. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23. . . . . Solutions des exercices. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
7
1.Une seule fibre optique, dont le diamètre est de l’ordre de celui d’un fil de pêche, peut transmettre simultanément 120 000 communications téléphoniques.
2.Lephotonest une particule élémentaire associée à la propagation de la lumière et plus généralement à la propagation des ondes électromagnétiques.
3.Lessources secondairessont aussi appelées objets éclairés si l’on considère qu’une source de lumière est un corps qui produit et émet de la lumière.
4.Unrécepteurde lumière est un corps dont certaines propriétés varient quand il reçoit de la lumière. « Très loin de la source »signifie que la distanceLentre la source et le récepteur est très supérieure à la dimension transversaledde la source. Dans ce cas, la dimension transversale de la source n’est plus prise en compte.
8
A. Qu’est-ce que l’optique aujourd’hui ? L’optique est une science dont les utilisations sont très répandues dans notre société. Elle s’inscrit dans notre quotidien sous forme de sources de lumière diverses, d’écrans cathodiques de télévision ou d’ordinateur, de télécom-mandes à infrarouge, sans oublier le lecteur de disque compact à laser par exemple. Les technologies de l’information et de la communication (TIC) se répan-dent rapidement dans notre société. Les ordinateurs à grande puissance de 1 traitement, les DVD, la fibre optique , les écrans à cristaux liquides y contri-buent et la définition de l’optique, qui est devenue une science multidiscipli-naire, évolue en conséquence. Aussi, nous dirons que l’optique aujourd’hui est la science et le génie de la génération, de la manipulation, de la transmission et de la détection de pho-2 tons .
B. Généralités sur la lumière
B.1.Approche physique de la lumière et de ses interactions avec notre environnement
L’observation courante nous montre que la lumière est émise par la matière (filament de l’ampoule électrique, gaz chauffé dans les flammes ou excité dans les tubes de type néon…), qu’elle se propage à travers un milieu (air, eau, verre…) jusqu’aux récepteurs (œil, plaque photographique, cellule CCD dans les caméras numériques) où elle se manifeste par son action. Les sources de lumière Certaines sources de lumière transforment une énergie de type électrique, chimique ou thermique en énergie lumineuse. Ces sources sont dites pri-maires car elles sont à l’origine de cette transformation comme dans le cas de l’ampoule électrique ou du soleil. 3 D’autres sources sont dites secondaires car elles ne font que réémettre la lumière qu’elles reçoivent comme dans le cas de la lune ou des planètes qui sont des objets éclairés par le soleil. Les sources lumineuses sont toujours étendues. Par contre, une source peut être considérée comme ponctuelle si nous regardons son action, à l’aide d’un 4 récepteur , en des points situés très loin de la source. Les milieux de propagation Entre la source et le récepteur, la lumière se propage dans des milieux diffé-rents : transparents, translucides ou opaques à la lumière. La lumière se pro-page aussi dans le vide. Les récepteurs de lumière Enfin, les récepteurs transforment l’énergie lumineuse reçue en une énergie de type électrique, chimique ou thermique. La lumière assure donc le transport d’énergie depuis la source vers le récepteur. Si nous plaçons un corps entre l’œil et un objet lumineux, ce corps est dit : – transparents’il n’altère pas la visibilité de l’objet lumineux : c’est le cas du verre. – translucides’il altère la visibilité de l’objet : c’est le cas du verre dépoli.
Chapitre 1 : Généralités sur la lumière
1.Unmodèleest un schéma mental de la réalité, qui ne garde que les aspects estimés essentiels et qui rend cette réalité accessible aux calculs et à la prévision. Modéliser est un acte fondamental en physique.
2.Euclide(-300), est l’inventeur du rayon lumineux, filet élémentaire de lumière, qui selon lui part de l’œil et se dirige vers l’objet. Il faudra attendre Alhazen et l’an 1000 pour que le rayon visuel soit considéré comme reçu et non émis par l’œil.
3.Grimaldi a l’idée de ne laisser entrer dans une pièce qu’un très fin filet de lumière, et de placer sur son chemin un très petit objet : un cheveu ! Sur un écran placé au delà du cheveu, il observe que le bord de l’ombre du cheveu n’est pas parfaitement définie et qu’elle est bordée par des franges colorées. Il mène alors une étude scientifique systématique, pour conclure à la présence d’un nouvel effet qu’il nomme diffraction.
– opaquesi l’on ne peut voir l’objet au travers : c’est le cas du bois, du métal. Un corps opaque peut être : – opaque absorbantsi l’énergie lumineuse reçue est totalement transformée en une autre énergie (thermique par exemple) : c’est le cas des matériaux de couleur noire. – opaque diffusantIl peuts’il réémet la lumière dans toutes les directions. éventuellement absorber une partie de la lumière. C’est le cas le plus géné-ral. – opaque réfléchissantsi la lumière est renvoyée dans une direction particu-lière : c’est le cas des miroirs.
La lumière véhicule information et énergie sans déplacement de matière, depuis une source vers un récepteur, au travers d’un milieu qui peut être le vide.
B.2.Approche historique : les modèles physiques de la lumière
Très tôt les hommes s’interrogent sur la nature de la lumière et essayent d’en 1 donner différentes modélisations ou théories pour expliquer leurs observa-tions. Ainsi se développe l’optique, branche de la physique qui s’intéresse en priorité à l’étude des images obtenues par l’œil ou par des instruments.
B.2.1 –Modèle du rayon lumineux Le premier modèle scientifique dont nous gardons trace est celui du rayon lumineux, qui ne dit rien de la nature de la lumière mais permet aux grecs, 2 comme Euclide , de développer l’optique géométrique liée à la réflexion de la lumière, notamment sur les miroirs. e Par la suite, et jusqu’auXVIsiècle, l’optique se limite à des questions de géo-métrie simple alors qu’en Italie sont mis au point expérimentalement des verres correcteurs pour la vue, en 1285, et une lunette d’approche en 1590. Snell en 1621 puis Descartes en 1637 trouvent les lois de la réfraction de la lumière dans les milieux matériels. 3 Grimaldi , en 1665, met en évidence un nouveau phénomène lumineux qu’il nomme diffraction et l’interprète comme un mouvement de fluide, en le e comparant avec ce qui se passe à la surface de l’eau dans un port. FinXVII e et débutXVIII, deux théories s’opposent concernant la lumière : - la théorie ondulatoire, défendue par Huygens (1678), pour qui la lumière est une onde se propageant comme les rides se déplacent à la surface de l’eau ; - la théorie corpusculaire, défendue par Newton (1704) pour qui la lumière est formée de corpuscules rebondissant sur les objets, selon les lois de la mécanique.
B.2.2 –Modèle ondulatoire Les travaux de Huygens et Newton permettent de formuler et d’approfondir les questions posées au sujet de la lumière. La méthode expérimentale, ini-tiée par Galilée, montre les contradictions du modèle proposé par Newton. Le modèle ondulatoire l’emporte sur le fond mais le modèle corpusculaire de Newton persiste en raison de l’aura grandissante de la mécanique qu’il a développée.
Cours
9