Atelier d'écriture ?

De
Publié par

L'écriture est une matière, qui se travaille, au même titre que le bois, la terre, un tissu, la pierre... une terrine... un jardin... les notes de musique... les ondes tactiles... les parfums. Comment transmettre ce travail de l'écriture ? C'est ce que nous apprend cet ouvrage destiné à ceux qui souhaitent se lancer "en direction d'atelier" ou tout simplement s'interroger sur ce qu'est l'écriture.
Publié le : dimanche 1 juillet 2012
Lecture(s) : 24
EAN13 : 9782296498877
Nombre de pages : 142
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Atelier décriture ? § Le tour de la question en 90points Essai
Françoise Neveu
Atelier décriture ? § Le tour de la question en 90points Essai
Ouvrages du même auteur :
nRx mh q~sffythvcl gy ihypY **rhvlhw, LHarmattan 2011 n@c zlhYlr)rlqhrxp, LHarmattan 2009 nmklosq1rh hx ;kv~wcolghp, NLE 1997 «De l’idée à l’objet», Hermès 1994
Site de l’auteur :
www.textes.net Atelier de travail de lécriture Workshops décriture créative
© L'HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytecnique ; 75005 Pàris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-96418-1 EAN : 9782296964181
À la fraternité de la psychanalyse.
§ Préface
Pour beaucoup, il y a quelque chose de quasi sacrilège dans l’idée même d’atelier d’écriture. Imaginer que la création pourrait s’enseigner… Qu’elle pourrait être une pratique collective, et non pas un don mystérieux, réservé à quelques élus qui la mettent en pratique dans une austère solitude.
EnFrance peut-être plus qu’ailleurs, nous sommes victimes du mythe du génie solitaire. Nous ne voulons pas savoir que, la plupart du temps, les plus grands k{0h}m~{| w~0k{qmw} yh| |m~t|Yvhq| mw |$viqx|m hmk lm| kxw)lmw}|Ylm| vmw}x{|Y lm| kxtthix{h}m~{|Ylm|0lq}m~{|Yx~ lm| kxwrxqw}|qNt| kxw)mw} tm~{| vhw~|k{q}| à ces destinataires privilégiés, ou organisent des séances de lecture à haute voix auprès d’un auditoire choisi.Ces moments de divulgation, qui peuvent intervenir, selon les écrivains, à divers stades du processus d’écriture, constituent souvent des tournants de la genèse de l’œuvre.
Nous avons également du mal à admettre que le génie ne sort cerveau des créateurs, mais qu’il est, sauf très rare exception, le apprentissage, d’un travail sur le papier qui est aussi un travail t~hqlm lm t~h~}{m w~m|} rhvhq| |~ym{*~mo
pas tout armé du résultat d’un long sur soi-même, où
Un écrivain français aurait honte d’avouer qu’il est passé par un atelier d’écriture, alors que chacun sait que beaucoup de créateurs américains en sont issus.Avant même que lecreative writingne soit institutionnalisé, Hemingway, Sherwood Anderson et dautres étaient passés par latelier de la rue deFleurus, où Gertrude Y}mqw tm| l0|phiqtthq} lm tm~{| hlrmk}qn| |~ym{*~|o
Jw)wYwx~| wm |hxw| yh|Yx~ wm x~txw| yh| |hxq{Yz~m t~0k{q}~{m w~m|} yh| réservée auxgrands écrivains, quelle est une pratique très répandue, chez des gens de tous les milieux, avec des formations diverses, ou pas de formation du tout, sous les formes les plus variées : diaristique, autobiographique, poétique, historique…
Rhq| tm l0|q{ l~0k{q{m m|} ~wm kpx|m mwkx{m vqm~# yh{}ho0m m} tm| lqn)k~t}0| l~ passage à l’acte sont souvent presque insurmontables à qui se retrouve seul devant sa feuille de papier.C’est là, nous expliqueFrançoise Neveu, que le détour du travail collectif se révèle fécond.Curieusement l’écriture s’approfondit en passant par l’oralité ; cette activité éminemment personnelle, cette aventure intime, gagne à s’inscrire dans l’intelligence d’un groupe.
Encore faut-il que quelqu’un sache piloter cette dynamique, avec tout le tact que requiert un tel partage de l’intimité. On imagine trop bien comment, sans un guide adéquat, l’aventure pourrait être collectivement désastreuse et mutuellement dévastatrice. Mais qu’est-ce qui fait qu’un guide est adéquat ?
_____ 9 _____
Françoise Neveu semble évoquer d’abord un pouvoir maïeutique mystérieusement }{hw|vq| lm v1{m mw )ttmYkxvvm lhw| ~wm tqow0m lm |hom|dnmvvm|oRhq| xw comprend bientôt qu’il ne s’agit pas d’hérédité.Ce ne sont pas des gènes qui se transmettent, mais un savoir-faire. L’audace deFrançoise Neveu est plus grande encore qu’il n’y paraît. Elle ne prétend pas seulement qu’on peut enseigner l’écriture (dans une acception très particulière du verbe enseigner), elle prétend aussi qu’on peut enseigner (quelque chose de) cet enseignement : c’est en effet un des buts de son livre que de montrer la voie à d’autres, d’expliquer comment on peut devenir conducteur d’atelier d’écriture.
Toutefois, il apparaît clairement que si tout le monde, ou presque, peut écrire, tout le monde n’a pas la capacité de diriger un atelier d’écriture. Tout le monde n’est pasGertrude Stein, tout le monde n’est pasFrançoise Neveu. S’il faut encourager tous ceux qui souhaitent écrire, il ne faut pas encourager n’importe qui à devenir conducteur d’atelier. Il y faut une disposition d’esprit, une empathie, bien sûr, mais aussi une humilité, pour éviter ce « danger premier [qui] serait, consciemment ou inconsciemment, de faire écrire comme soi ; parce qu’on considère qu’il faut écrire comme ça, c’est le mieux ; ou parce qu’on ne se rend pas compte, on ne réalise pas qu’on prend le pouvoir, la place de l’autre. » Pour reprendre l’image de la maïeutique, la sage-femme dispose les parturients, leur tient la main, mais ne peut faire letravail)tm~{ ythkmoJw)wY~wm 0{q}hitm l0xw}xtxoqm m|} w0km||hq{mY pour que le pilotage ne devienne pas manipulation.
Est aussi requise une réelle compréhension de ce qu’est la création, un savoir qui ne part pas d’une théorie, mais d’une pratique et d’une série d’intuitions qu’il faudra ensuite s’efforcer de formuler en termes rationnels. Cette activité est complémentaire de celle de la critique génétique : nous autres, qui travaillons sur les manuscrits d’écrivains, avons à faire à une série de traces écrites, à partir desquels nous essayons de reconstituer des mécanismes d’écriture, sans nous thq||m{ qw*~mwkm{ x~}{m vm|~{m yh{ km z~m wx~| yx~xw| |hxq{ lm t~h~}m~{ m} par ses déclarations. Le conducteur d’atelier a au contraire affaire à du vivant, à des textes indissociables de ceux qui sont en train de les écrire. Il est évident que notre point de vue sur les processus créatifs n’est pas le même, et que nous avons beaucoup à apprendre d’une confrontation de nos expériences.D’ores et déjà, cependant, nous pouvons nous rejoindre dans une perspective commune : « envisager la création non comme la sommitéou le sommetdun corpus établi ou comme un fait dévidence, mais comme le fruit de tensions, d’élaborations, l~hlhy}h}qxw|Ylm kxw*q}|Ylm {0|~t}h}| m} l~hhwk0m| h~ kw~{ v2vm lm t~hk}qxw m} de la pensée. »
DanielFerrer Directeur CNRS en critique génétique (ITEM), revueGenesis, ouvrages sur James Joyce, Virginia Woolf, et sur la critique génétique.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.