Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Cocorico!

De
72 pages
Vous pensez que le mot anticonstitutionnellement est plutôt long avec ses 25 lettres? Eh bien détrompez-vous! Les Suédois font beaucoup mieux avec un mot de 130 lettres!
Savez-vous que les Vietnamiens ne conjuguent pas leurs verbes et qu'ils n'ont pas de mot pour dire «oui» ou «non»?
Savez-vous que la plupart des langues du monde n'ont pas de verbe pour «être» et «avoir»?
Savez-vous que les Indiens Navajos ont une langue si compliquée qu'elle est devenue un code secret pendant la guerre?
Savez-vous que le cœur des Japonais ne fait pas «boum boum» mais «doki doki»?
Voici un livre sérieusement drôle et drôlement sérieux sur les langues!
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Klonk 12 - Klonk contre Klonk

de les-editions-quebec-amerique

Lola superstar

de les-editions-quebec-amerique

Klonk 02 - Lance et Klonk

de les-editions-quebec-amerique

Extrait de la publicationExtrait de la publicationTout plein d’histoires qui parlent des langues
Extrait de la publicationDu même auteur chez Québec amériQue
Jeunesse
S c h l i c k  !   –   T o u t   p l e i n   d ’ h i s t o i r e s   a v e c   d e s   m o t s, 2012.
L e   G u i d e   d u   t r i c h e u r   –   L e s   J e u x, 2012.
H ò, coll. titan+, 2012.
L a   C a g o u l e, coll. titan+, 2009.
L o l a   s u p e r s t a r, coll. bilbo, 2004.
K a t e ,    q u e l q u e   p a r t, coll. titan+, 1998.
L e   M a t c h   d e s   é t o i l  e s, coll. Gulliver, 1996.
G u i l l a u m e, coll. Gulliver, 1995.
•Men tion spé ciale prixSaint-Exu pér y(F rance)
G r a n u l i t e, coll. bilbo, 1992.
Série KlonK
12 titres parmi lesquels
Klonk contre Klonk, coll. bilbo, 2004.
Le T es tament de Klonk, coll. bilbo, 2003.
Série Sauvage
S a u v a g e, série regroupée, 2010.
6titresparmilesquels
Sales crapauds, coll. titan, 2007.
Les Horloges de M. Sv onok, coll. titan, 2007.
A dult e
À   d e u x   p a s   d e   c h e z   e l l e, coll. tous continents, 2011.
V o y e u r s ,   s ’ a b s t e n i r, coll. Littérature d’amérique, 2009.
V o u s   ê t e s   i c i, coll. Littérature d’amérique, 2007.
M é l a m i n e   B l u e s, coll. Littérature d’amérique, 2005.
A d i e u ,   B e t t y   C r o c k e r, coll. Littérature d’amérique, 2003.
F i l l i o n   e t   f r è r e s, coll. Littérature d’amérique, 2000, coll. Qa compact, 2003.
J e   n e   c o m  p r e n d s   p a s   t o u t, coll. Littérature d’amérique, 2002.
O s t e n d e, coll. Littérature d’amérique, 1994, coll. Qa compact, 2002.
V i n g t   e t   u n   t  a b l e a u x   ( e t    q u e l q u e s    c r a i e s ), coll. Littérature d’amérique, 1998.
M i s s   S e p t e m b r e, coll. Littérature d’amérique, 1996.
L e s   B l a c k   S t o n e s   v o u s   r e v i e n d  r o n t   d a n s    q u e l q u e s   i n s t  a n t s, coll. Littérature
d’amérique, 1991.
Extrait de la publicationTout plein d’histoires qui parlent des langues
FrAnçoiSGrA vEl
illustrations : Katy Lemay
Extrait de la publicationcatalogage avant publication de bibliothèque et archives nationales
du Québec et bibliothèque et archives canada
Gravel, François
cocorico!
Pour les jeunes de 9 ans et plus.
iSbN 978-2-7644-2215-1 (version imprimée)
iSbN 9644-2341-7 (PDF)
iSbN 978-2-7644-2342-4 (ePub)
1. Grammaire comparée et générale - Ouvrages pour la jeunesse.
i. Lemay, Katy. ii. titre.
P201.G732 2013 j415 c2012-941872-2

Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du canada
par l’entremise du Fonds du livre du canada pour nos activités
d’édition.
Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour
l’édition de livres – Gestion SODec.
Les éditions Québec amérique bénéficient du programme de
subvention globale du conseil des arts du canada. elles tiennent
également à remercier la SODec pour son appui financier.
Québec amérique
e329, rue de la commune Ouest, 3 étage
montréal (Québec) canada h2Y 2e1
téléphone : 514 499-3000, télécopieur : 514 499-3010
erDépôt légal : 1 trimestre 2013
bibliothèque nationale du Québec
bibliothèque nationale du canada
Projet dirigé par Stéphanie Durand
révision linguistique : chantale Landry et annie Pronovost
illustrations : Katy Lemay
Direction artistique : célia Provencher-Galarneau
imprimé en chine
10 9 8 7 6 5 4 3 2 1 16 15 14 13 12
PO 521
tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés
www.quebec-amerique.com
© 2013 éditions Québec amérique inc.
www.que.com
Extrait de la publicationÀSheilae tDon,
quipassentsibiend’unelangueàl’autre
Extrait de la publicationExtrait de la publicationPeep peep !
o s p a r e n t s v o u s o n t - i l s e n s e i g n é q u e l e s c o q s f o n t
cocorico, les canardscoin-coin e t les oiseauxcui-cui?V
ils sont sûrement francophones. S’ils v ous ont dit en plus
que v o tre saint-bernard fait wouf wouf quand il ja ppe, je
parie q u’ils sont Québécois. En F rance, on apprend plutôt
aux enfants que les c hiens f ontouah ouah lor squ’ils aboient.
Si v os parent s a v aient été anglophones, ils v ous a uraient
montré que les coqs f ont cock a doodle do, les canards
quack quack e t les c hiensbark bark, ouarf arf. Et si v ous
étiez né en Corée, on v ous aurait dit que les coqs f ont
gugugugu, les canardssqueak squeak e t les c hiensmeong
meong! J’aim erais bien v oir à quoi ressemblent les c hiens
coréens :ont-ilsétécr oisésa v ecdesc hats ?
Extrait de la publicationT ous ces mo ts, qu’on appelle des onomat opées, sont
dif férents d’u ne langue à l’autre. En allemand, les oiseaux
f ont peep peep , comme le r oad r unn er ! les c hiens
allemands me semblent plus normaux: ils f ontwau wau ou
waff waff. les c hiens a rab es ressem blent à de vrais c hiens
eux aussi: ils f onthaw haw ! Mais pouv ez-v ous imaginer des
épagneuls qu i f ont guau guau (en espagnol), vauvau (en
hongr ois) e t bau bau (en italien)? le seul point commun,
c’estqu’ilsaboientt oujour sdeuxf ois!
l e s o i s e a u x fo n t p o u r l e u r p a r t tweet tweet e n a n g l a i s ,
kumu kumu e n c i n g a l a i s , pio pio e n e s p a g n o l e t koo koo
e n t a m o u l . À b i e n y p e n s e r , c e l a p e u t s e c o m p r e n d r e : p e u t -
ê t r e s ’ a g i t - i l d ’ e s p è c e s d i f f é r e n t e s . M a i s c o m m e n t e x p l i q u e r
a l o r s q u e l e s c a n a r d s fo n t quak quak e n a l l e m a n d , paa
paa e n b u l g a r e , kwek kwek e n i n d o n é s i e n e t cap cap e n
v i e t n a m i e n ? v o u s m e d i r e z q u ’ i l y a a u s s i p l u s i e u r s s o r t e s
d e c a n a r d s … D ’ a c c o r d , m a i s p o u r q u o i a l o r s l e s c a n o n s fo n t -
i l s boum e n f r a n ç a i s , bang e n a n g l a i s , pum e n e s p a g n o l ,
kaboom e n g r e c , dor e n i n d o n é s i e n e t dishum e n t a m o u l ?
l e s c a n o n s t a m o u l s a u r a i e n t - i l s a t t r a p é l e r h u m e ?
Puisque nous parlons de r hume, sa viez-v ous que les Japonais
ne f ont pasatchoum quand ils ét ernuent, maishakushon,
e t que leur cœur ne fait pasboum boum , maisdoki doki?
Si mon cœur commençait à éme ttre un bruit sembla ble, je
courrais vit e v oir mon médecin! on dirait un cœur de r obo t!
Extrait de la publicationJ’espère d’ail leur s que les infrmières e t les médecins qui
tra v aillent da ns des pa ys étranger s suiv ent de bons cour s
de langue, sinon ils risquent d’être sur pris en ent endant des
cœur s fairedunk dunk en Suède,tuk tuk en lituanie, thump
thumpenAngle t erree tbank bank auDanemar k !
Quelle que soit la langue qu’on parle, le cœur fait évidemment
le même bruit par t out (il faitboum boum , comme t out le
monde le sai t !). C’est qua nd vient le moment de traduire
des sons en mo ts que les habitants des dif férents pa ys de
la t erre f ont preuv e d’une imagination sans borne. ils en ont
t out autant pour in v ent er des e xpressions e t ils ont par f ois
des façons sur prenant es de construire leur s phrases. Même
leur salphabe tssontdif férents !
il est impossi ble de dét erminer a v ec précision le nom bre de
langues parlées dans le monde, mais selon les e xper ts, il en
e xist erait aujourd’hui entre 3 000 e t 7 000 ! T out ça nous
complique la vie e t on peut cer tainement s’en désoler . Mais
on peu t aussi s’en amuser , comme nous le v err ons dans les
c hapitressuiv ants !
Extrait de la publicationExtrait de la publicationn français, en anglais, en italien ou en espagnol, n ous
a v ons l’habitu de d’utiliser des pe tits mo ts très commodes,E
comme les conjonctions (e t, mais, ou) e t les dét erminants
(le, la, u n, une, mon, t on, son). Si je dis « je v ois t on c hien », ça
ne v eut pas dire la même c hose que « je v ois un c hien ». Et si
j’aff rme que je désire manger du bœuf, il ne faut sur t out
pascomprendrequejev euxmangerunbœuf !
P our tant, les r usses e t les Chinois, comme la plupar t des
habitants de la t erre, n’utilisent pas de dét erminants. ils
disent « je v ois c hien » ou « donne-moi bœuf ». S’ils v eulent
manger un st eak plutôt qu e la bêt e au comple t, ils doiv ent
s’yprendreautrementpoursefairecomprendre.
De petits mots douxl e s d é t e r m i n a n t s s o n t b i e n c o m m o d e s , m a i s i l n o u s a r r i v e
à n o u s a u s s i d e l e s e s c a m o t e r p o u r n o u s s i m p l i f e r l a v i e .
P l u t ô t q u e d e d i r e « j e s u i s u n p l o m b i e r » , p a r e x e m p l e , j e d i -
r a i s « j e s u i s p l o m b i e r » . i l n e m e p a s s e r a i t c e p e n d a n t j a m a i s
p a r l a t ê t e d e d i r e « j e v e u x g â t e a u » . l e s A l l e m a n d s o n t
d e s r è g l e s s e m b l a b l e s , e t i l e s t t r è s u t i l e d e l e s c o n n a î t r e
q u a n d o n e s s a i e d e p a r l e r l e u r l a n g u e . C ’ e s t c e q u ’ a a p p r i s
à s e s d é p e n s l ’ a n c i e n p r é s i d e n t a m é r i c a i n J o h n F . K e n n e d y .
U n j o u r q u ’ i l f a i s a i t u n d i s c o u r s t r è s i m p o r t a n t d e v a n t d e s
m i l l i e r s d e p e r s o n n e s e n A l l e m a g n e , i l s ’ e s t e x c l a m é : « i c h
b i n e i n B e r l i n e r . » C e l a n e v o u l a i t c e p e n d a n t p a s d i r e « J e
s u i s B e r l i n o i s » , c o m m e i l l e c r o y a i t , m a i s p l u t ô t « J e s u i s u n
b e i g n e t à l a f r a i s e » .
Winst on Chur c hill, qui était le premier ministre de l’Angle t erre
pendant la Seconde Guerre mondiale, a fait bien pire. Un
jour qu’il était en F rance, il a v oulu commencer un discour s
en disa nt : « Quand je regar de derrière moi… » il a cependant
fait une erreur e t il a plutôt affrmé ceci : « lor sque je regarde
monderrière,jelev oisdiviséendeuxpar ties ! »
nos amis les anglophones aiment les mo ts cour ts. Et quand
ils en tr ouv ent un, ils l’util isent à t out es les sauces. le mo t
set , p a r e x e m p l e , p e u t v o u l o i r d i r e « s é r i e » , « t r o u s s e » , « c o l l e c -
t i o n » , « p l a t e a u d e c i n é m a » , « c o i f f u r e » , « r é g l e r » , « p o s e r » …
En t out, il a 194 signif catio ns dif férent es ! les anglop hones
peuv ent auss i créer des dizaines de mo ts nouv eaux enajoutant des adv erbes comme in, out, off. To set in, par
e x emple, signif e « surgir », tandis que to set up v eut dire
« établir »,alor squeto set off,c’est« seme ttreenr out e » !
P our les vie tnamiens, c’est beaucoup plus simple : dans leur
langue, t ous les mo ts n’ont qu’une syllabe, e t ils sont t oujour s
in v ariables. les noms s’écriv ent de la même manière au
singulier ou au pluriel, au féminin e t au masculin. les v erbes
ne se conjug uent même pas ! ils disent « je aller , tu aller ,
il aller , nous aller… ». P our me ttre le v erbe au futur ou au
passé, il sufft d’ajout er d’autres mo ts. « Je manger bientôt »,
par e x emple, ou « Je manger hier ». n’est-ce pas plus simple
dece tt emanière ?
Si v ous pensez que ce tt e langue doit être facile à apprendre,
détr ompez-v ous ! Selon la façon que v ous a v ez de les
pr ononcer , ces mo ts très simples peuv ent a v oir des sens
complèt ement dif férents. le mo t Ho, par e x emple, peut
s’écrire a v ec plusieur s accents sur le o, e t signifer « lac »,
« c o l l e » , « r e n a r d » , « r o u g i r » , « t i g r e » , « t r o u » , « t o u s s e r » o u
« appeler » ! le mo t Li, de la même façon, peut v ouloir dire
« p e t i t e q u a n t i t é » , « i m m o b i l e » , « l i e u » , « r a i s o n » … S i v o u s
entrez dans un magasin pour v ous pr ocurer une pe tit e
quantité de colle, v ous risq uez donc de v ous re tr ouv er a v ec
untigre.J’espèrepourv ousqu’ilrest eraimmobile !Un pe tit cons eil en passan t : n’essa y ez jamais de jou er à « ni
oui ni n on» a v ec un Chinois ou un vie tnamien : il v ous rendra
f ou !
P l u s é t r a n g e e n c o r e , l e s v i e t n a m i e n s , t o u t c o m m e l e s
C h i n o i s , n ’ o n t p a s d e m o t p o u r d i r e « o u i » o u « n o n » . S i o n
v o u s d e m a n d e « v o u l e z - v o u s d e s n o u i l l e s ? » , v o u s d e v e z
r é p o n d r e e n d i s a n t « J e v o u l o i r d e s n o u i l l e s » o u a l o r s « J e
v o u l o i r n é g a t i f n o u i l l e s » … e n e s p é r a n t q u e l e s e r v e u r v o u s a
b i e n c o m p r i s e t q u ’ i l n e r e v i e n d r a p a s a v e c u n t i g r e !Extrait de la publicationTout de suite les grands mots !
e s i n d i e n s n a v a j o s h a b i t a i e n t d a n s d e s w i g w a m s , d e
g r a n d e s t e n t e s q u i p o u v a i e n t a b r i t e r d i x o u v i n g t
p e r s o n n e s . E l l e s é t a i e n t f a i t e s d e l o n g u e s p e r c h e s d e b o i s
r e c o u v e r t e s d ’ é c o r c e d e b o u l e a u e t o n y e n t r a i t p a r u n e
ouv er ture qu i était f ermée , en hiv er , par des peaux
d’animaux. il n’y a v ait pas de por t es dans leur s wigw ams, ce qui
fait que les na v ajos n’a v ai ent aucun mo t pour désigner ces
panneauxquis’ouvrente tsef erment.
Q u a n d i l s o n t v u d e s p o r t e s d a n s l e s m a i s o n s d e s B l a n c s ,
i l s les ont ap pelées des « planc her s mobiles établiss ant un
c hemin leque l empêc he de sor tir sans entra v e v er s l’e
xtérieur » !
i m a g i n e z l e p r o f e s s e u r q u i d é s i r e r a i t m e t t r e à l a p o r t e d e s a
c l a s s e u n p e t i t n a v a j o d i s s i p é : « D o l i ! P r e n d s i m m é d i a t e m e n t
Extrait de la publicationle plan c her mobile établis sant un c hemin lequel empêc he
de sor tir sans entra v e v er s l’e xtérieur e t v a v oir le direct eur ! »
Si j’étais ce p r of esseur , j’essaierais de lui tr ouv er une autre
punition !
i l n e f a u t p a s c r o i r e q u e t o u s l e u r s m o t s s o n t a u s s i l o n g s .
l e s A m é r i n d i e n s s e m b l e n t a u c o n t r a i r e t r è s d o u é s p o u r
e x p r i m e r p l u s i e u r s c h o s e s a v e c t r è s p e u d e l e t t r e s . l e
p r é n o m n a v a j o A n a b a , p a r e x e m p l e , s i g n i f e « e l l e r e t o u r n e
à l a g u e r r e » . P o u r d i r e « l a f n d e s e a u x p r o fo n d e s » , l e s
M o n t a g n a i s d i s a i e n t t o u t s i m p l e m e n t « C h i c o u t i m i » .
l e s A m é r i n d i e n s q u i h a b i t e n t l a T e r r e d e F e u , a u s u d de
l’Argentine, ont in v enté pour leur par t le mo t
mamihlapinatapai, qu i signif e « éc hange de regards en espérant que
c hacun v a of frir de faire quelque c hose que les deux
per sonnes désirent, mais ne v eulent pas faire ». J’ai merais
vraimentqu’ile xist eunmo tdecegenreenfrançais !
les népalais semblent eux aussi très doués pour f ormer
des mo ts très cour ts. Dans leur langue, le mo tsagarmatha
signife « le somme t dont la têt e t ouc he le ciel ». C’est ainsi
qu’ilsdésignentlemontEv erest.
T o u t l e m o n d e c r o i t q u e l e m o t l e p l u s l o n g d e n o t r e l a n g u e
e s t « a n t i c o n s t i t u t i o n n e l l e m e n t » . A v e c s e s 2 5 l e t t r e s , i l e s t
cer tainement impressionn ant. Mais en conjuguant cer tainsVisitez le site de
Québec Amérique jeunesse !
www.quebec-amerique.com/index-jeunesse.php
Extrait de la publicationExtrait de la publication

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin