Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 12,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Vous aimerez aussi

l
Le concours d’Attaché territorial Catégorie A Nouvelles épreuves Gérard HOFFBECK
 Toutes les épreuves écrites et orales  Conseils méthodologiques  Grilles d’évaluation  Sujets corrigés
Le concours d’Attaché territorial Catégorie A
Gérard Hoffbeck Maître de conférences à l’université de Strasbourg (IPAG) et intervenant au Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT).
1
Un concours plus pro fes sion nel
1
L’ARCHITECTURE ET L’ORGANISATION DES TROIS CONCOURS 1 À partir de 2010, les trois concours d’attaché territorial changent en profonPlusdeur . simples dans leur architecture, ils ne sont plus « faciles » qu’en apparence. 2 Nous ne reprendrons pas ici le détail du décret, facilement accessible sur l’Internet . En revanche, voici un tableau synttique présentant les divers concours. Les cha-pitres suivants détailleront les attentes du jury dans les difrentes épreuves.
1L’architecture
e Concours externe Concours interne 3 concours Épreuves d’admissibilité : anonymes, les épreuves écrites font l’objet d’une double correction. Dans chaque épreuve, une note inférieure à 5/20 est éliminatoire.
1.Une composition portant sur un sujet d’ordre général relatif à la place et au rôle des collectivités territorialesdans les problématiques locales (démocratie, société, économie, emploi, éduca-tion/formation, santé, culture, urbanisme et aménagement, relations extérieures…). Durée : 4 heures ; coef. 3. 2.La rédaction d’une noteayant pour objet de vérifier l’aptitude des candidats à l’analyse d’un dossier en lien avec une des cinq spéciali-tés choisies par le candidat (Administration générale, ges-tiondusecteur sanitaire et social, analyste, animation, urbanisme et développe-ment des territoires). Durée : 4 heures ; coef. 4.
Rédaction d’un rapport, à l’aide des éléments d’un dossier soulevant un pro-blème en lien avec une des cinq spécialités choisies par le candidat (Administration générale, gestion du secteur sanitaire et social, analyste, animation, urbanisme et développement des terri-toires). Dans tous les cas, le candidat devra dégagerdes solutions opérationnellesappropriées. Durée : 4 heures ; coef. 4.
1 Décret n° 2009-756 du 22 juin 2009 2 Notamment sur le site www.legifrance.gouv
L’épreuve et la demande sont les mêmes que pour le concours interne.
Un concours plus professionnel 1
4
Cetravaildelecturen’estpastoujoursévidentàmettreenœuvreaubut,tantils’opposeà notre manièrehabituelledefaire.Lespremièresfois,vousaurezinrêtàlefaireàplu-sieurs, en confrontantvosexpériencesetenpointantensemblevoserreursrespectives.L’habitudefacilitera leschoses,d’autantplusquevousvousfamiliariserez vite avecl’architectureetlefonctionnementdujournal:vousytrouverezdonc plusrapidementlesinformationssouhaitées,endistinguantlespapiersdesimpleinformation,lescommentairesou analyses et les articles d’opinion, comme l’éditorial. Vous n’oublierezpasnonplusdeprendredesnotes.Celles-cipourrontêtreévolutives,regroupéesdetemps en temps en fiches de synthèse. Vousles prendrez librement, soitpendant la lecture du journal, soit immédiatement après.
ÉLABORER DES FICHES FACILES D’ACCÈS Les fiches sont le complément indispensable de la lecture, la seule manière d’en gar-der une trace précise et un instrument privigié pour réactiver votre mémoire. Selon le concours préparé, elles concerneront des domaines difrents : e les candiconcours les constitdats au concours interne et au 3 ueront autour de la réalité territoriale (institutions et actualité essentiellement) ; les candidats au concours externe y ajouteront des préoccupations de culture générale, mais en essayant de les finaliser autour de la vie locale (voir exemples p. 156) ; tous les candidats s’intéresseront au management et à tout ce qui peut les aider à mieux comprendre et à présenter leur parcours professionnel.
1Quels types de fiches ? On peut distinguer deux types de fiches, d’ailleurs parfaitement complémentaires, regroupées en un dossier plus large. La fiche de lecturequi favorise la concentration sur ce que vous êtes en train de lire, et donc la mémorisation. Par la suite, vous pourrez la classer dans un dossier thématique adapté. Exemples de ce type de fiche : celles que vous réaliserez à partir de la lecture d’un article qui vous a semblé stimulant sur les difficultés actuelles entre les forces de l’ordre et certains groupes, qu’il s’agisse d’un texte du Mondeou duFigarocentré sur l’actualité (celle de l’été 2010 à Grenoble…) ou d’une réflexion plus générale publiée dans une revue commePouvoirs locaux. La fiche thématiqueest un document de synthèse, que vous rédigerez en principe après avoir réalisé un certain nombre de fiches de lecture. Elle classe les thèmes par aspects (historique ; économique ; culturel…), récapitule des définitions, rappelle quelques orientations bibliographiques principales, identifie des problématiques plus que des connaissances précises mais renvoie explicitement au contenu de fiches de lecture existantes. Par rapport à ces dernières, elle constitue une espèce de
18 Le concours d’attaché territorial
« gare de triage », en organisant des relations, des renvois, voire en élaborant une précieuse table des matières. Voici un exemple indicatif partiellement inspiré d’une proposition du CNFPT-Franche Comté. Il n’exclut évidemment pas d’autres types de regroupements, en fonction du sujet de la fiche. Avec un peu d’habitude, vous verrez que les outils méthodologiques proposés au chapitre 3 vous permettront d’identifier plus facilement les informations pertinentes.
Thèmedelafiche.
Date
1.Sourcesutilisées (fichesde lectureconstituées), référencesbibliographiques 2. Définitiondu concept : caractéristiques, données chiffrées 3.Lecontexte:  —historique  — l’actualité 4.Les principauxtextesjuridiquesetréglementairesde référence 5.Les principauxacteursconcernés 6.Lesenjeuxdelaquestion:humains, organisationnels,financiers, environnementaux,sociétaux… Pourquoi la question se pose-t-elle ? Quelles sont lesdifficultés àvaincre? 7.Lessolutionsetleurs applications pratiques :  — méthodologie retenue?  — rôle des collectivités locales ? 8.Ya-t-il undébatsur un ou plusieurs aspectsdelaquestion?Quelsensontlestermesetlesprotagonistes? 9.Bilanetperspectivesd’avenir ? 10.Thématiques voisinesen lien avec l’objetde lafiche 11.Recensementdesquestionspotentiellesque lejurypeut poser sur le sujet 12.Éventuellement,quelquescitationsimportantes,que vous pourrezmémoriser.
Un dossierregroupera vos fiches de toute nature. Vous trouverez des idées de regrou-pements possibles au point 2. Évitez les dossiers trop épais. Un « bon » dossier n’excède pas dix à quinze fiches ; si vous dépassez ce chiffre, il sera grand temps de faire le ménage : supprimez les fiches obsolètes et rédigez des fiches de synthèse. Ou bien encore, créez de nouveaux dossiers. Le nombre de dossiers ne devrait pas être supérieur à la cinquantaine (dossiers de culture générale + connaissance de l’environnement territorial).
ChaMpiéttreho2des
Se donner des méthodes de travail 19
Ce qui doit vous rassurer : plutôt que l’exhaustivité, votre lecteur attendcohérence et mise en perspectivedes informations. Pour cela, la prise en compte de la dimensionpolitiquedu sujet aidera beaucoup (voir le point suivant) ; pratiquement, sachez qu’une synthèse comprendhuit à douze idées principales. Comment parvient-on à ce chiffre, surprenanta prioriet apparemment arbitraire ? Tout simplement au terme de la démultiplication logique du plan final : 2 parties, 4 sous-parties, 8 subdivisions supplémentaires au moins, quelquefois plus… et on a le compte ! Une implication précise de ce qui vient d’être suggéré : votre plan devra comporter trois niveaux de subdivisions, dont le dernier sera encore « fort » (voir plus loin pour le plan détaillé, p. 56).
b. Adoptez une attitude dominatrice Une attitude dominatrice par rapport au dossier constituera un atout important. Atten-tionàlasacralisation traditionnelle de l’écrit, tellement intouchable qu’on ose à peine l’annoter ! Une observation caractéristique : après un quart d’heure d’épreuve, beau-coup de dossiers remis aux candidats demeurent désespérément vierges, comme s’ils hésitaient à se l’approprier par tous les moyens indiqués plus haut. Dites-vous bien que tout au long de l’épreuve c’est le dossier qui est à votre service, et non l’inverse. Une bonne utilisation des dix premières minutes devrait faciliter les choses : c’est de ce temps que dépend en effet la connaissance des informations dont vous avez besoin (et donc la possibilité d’éliminer rapidement celles qui sont parasites), l’attitude questionnante qui en découle, le quadrillage du territoire documentaire au moyen du survol méthodique et le choix des pièces à privigier.
Hiérarchie, chronologie et lecture des textes
Tous lestexteslégislatifs et réglementairesn’ontpaslamêmeportée;deplus,ilsévoluentdans le temps : abrogation partielle ou complète, additions…Deuxpointsdontvoustien-drezleplus grandcomptepour éviterdeserreurs, mais qui nedéterminentpasnécessaire-ment l’ordre de lecture despièces. 1.La hiérarchiedesnormes De manière simplifiée, onpeutdistinguer: les normes supra-législatives : la Constitution (il arrivequ’un desesarticlesapparaissedans ledossier), puis les traitéset accordsinternationauxqui s’imposentdèsleurtrans-positiondans ledroit internefrançais; les normes législatives: essentiellement les lois ordinaires et les ordonnances; les normes infra-législatives : les décrets (souvent en application d’une loi), puis les arrê-tés,quisontdesactesofficielsportantdécision,signés parlesautoritésdisposantd’unpouvoir réglementaire. Suivent les instructions (qui suivent souvent un arrêté qu’elles
48 Le concours d’attaché territorial
complètentetprécisent).Arriventenfinlescirculaires,documentsdiffusàl’intérieurd’unemême administration;ellesprécisent lesmodalitésdemiseenœuvred’unemesure, lèvent certaines ambigtés, voire comblent un vide juridique.
2. La chronologie Lorsqu’un texte en modifie un autre de même niveau, le plus récent est à prendre encompte. Si plusieurs textes du dossier portent sur le même sujet, il faudra restituer leur chro-nologie, surtout si ledossier lesprésentedansledésordre,etidentifierlesdispositionsquiont été – ou non – modifiées. Une astuce pour gagner du temps : les articles qui abrogentles dispositions de textes antérieurs figurent en principe en fin de texte. Partez du texte leplus récent, remontez vers les plus anciens… en barrant à mesure les parties obsolètes. 3. Le lien avec lalecture du dossier Ce qui précède est essentiel… mais ne préjuge pas toujours de l’ordre de lecture du dossier !Si celui-cinecomportequedesdocumentsdetype«juridique»(c’estuncaspossible,maisrare),vous n’aurezpas lechoix.Maisilinclutparfoisdesdocumentsplusgénéraux,ditsde«vulgarisatcommenion » : taires, articles de presse, extraits d’un site internet… Dès lors,abordez plutôtledossierparcesderniers,sans oublier naturellementderecourirautantquenécessaire auxtextesfondamentaux.Etn’oubliez pas quelalectured’unecirculaireàl’approche habituellement concrète desquestionspeutprédercelledelaloietper-mettrede mieuxla comprendre.
2Sur le plan technique : adopter une prise de notes rapide et efficace
a. Gérer le temps L’exploitation du dossierne doit jamais dépasser le temps que vous lui aurez imparti. Il vous semble ne pas disposer de suffisamment d’informations à l’issue de ce cré-neau ? Tant pis, il faudra vous débrouiller avec ce que vous avez recueilli. Une exploitation efficacene suppose jamais la lecture complète de toutes les pièces. Vous pratiquerez une lecture sélectqui prilégère », ive « vigie les débuts et fins de paragraphes, les liens logiques, les extrémités et les aspérités en tous genres pour iden-tifier les informations définies comme primordiales lors de l’étape prédente. Une technique à exploiter : celle dudauphinprésentée p. 16, qui vous fera plonger dans le texte et en ressortir très vite…en ayant identifié et noté éventuellement des informa-tions pertinentes. Parcourez toutes les pièces en principe, pour en reteniridéalementau moins une idée ou une information dans chacune. Les notes de cadrage précisent que le dossier ne contient pas de document paraUne exceptsite ! les docuion : ments techniques (textes de loi, décrets…), sur lesquels vous pourrez pratiquement faire l’impasse à la condition expresse que d’autres documents d’un abord plus facile vous fournissent l’information avec la précision requise.
ChaNpoittreee4t rapport
La note et le rapport 49
ENTRAÎNEMENT
Sujet 1
SUJET
La note
Concours externe
Une maison des adolescents
Le président du Conseil Général où vous êtes affecté(e) souhaite réaliser une maison des adolescents dans le département. Le directeur général vous demande de lui rédi-ger un rapport mettant en évidence l’intérêt de ce type de structure pour la jeunesse, les conditions de réalisation et les partenariats à développer à partir des documents suivants.
DOCUMENTS JOINTS
Document n° 1Document n° 2Document n° 3Document n° 4Document n° 5Document n° 6Document n° 7
Les maux de civilisation, extrait de « Pour une politique de civilisation » Edgar Morin  Éditions Arléa 2008 Une efficace prévention du suicide grâce à la collaboration des services Journal de l’Action Sociale n° 53  janvier 2001 Rassembler tous les acteurs de l’éducation Extrait de « Les jeunes et la violence » JeanMarie Petitclerc  Dunod 2004 SeineSaintDenis : une maison à l’écoute des souffrances des jeunes. Denis Dangaix  La santé de l’homme n° 376 La maison des Adolescents : la parole avant tout. Entretien de Marcel RUFO pédopsychiatre Doctissimo  septembre 2004 Cahierdeschargesdesmaisons des adolescents. Appel à projets, programme des maisons des adolescents  21 novembre 2007 Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Au service des ados et de leur entourage, La Maison des Adolescents du Calvados Caen magazine n° 79
Page 69
Page 70
Page 73
Page 75
Page 77
Page 79
Page 83
La note et le rapport 67
CORRIGÉ
Conseils méthodologiques
I. Exploiter les dix premières minutes
Vous vous poserez évidemment lestrois questions de base: 1. De quel type d’information ai-je besoin ? La détermination de la dominante du sujet permet de répondre à cette question. Ici, les trois indicateurs présentés p. 45-46 convergent vers la dominante thématique : La nature de l’objetd’abord : les Maisons des adolescents ne sont a priori ni contro-verses, ni source de problème. Vraisemblablement, elles constituent même la solution à un problème situé en amont, qui pourra être développé au moyen de la question « pourquoi ? ». Les autres mots-clésensuite. On vous demande de « mettre en évidence l’intérêt de ce type de structure pour la jeunesse, les conditions de réalisation et les parte-nariats à développer » : en d’autre termes : la réponse aux questions « Pourquoi et dans quel but ? », « Comment ? » et « Qui ? ». La dominante thématique se confirme. La situation de travaille pré enfin : sident a besoin d’une information avant de prendre sa décision. Certes, les éléments de bilan des Maisons existantes devront lui permettre d’éviter certains écueils, mais il ne s’agit pas pour autant d’un pro-blème à résoudre ! 2. Quelles informations les différents documents sont-ils susceptibles de me fournir ? Le survol méthodique fournit la réponse. Rappelons qu’il privilégie les aspérités et les extrémités, à partir de deux entrées dans le dosla table des matières et lesier : feuilletage des documents. La table des matières: les textes sont présentés dans un certain désordre, y compris chronologique. Il faudra donc les regrouper : par exemple, des éléments de diagnos-tic du mal-être des adolescents apparaissent dans le document 1… mais aussi dans le dernier (!), sans oublier les pièces 3, 11, 12… Les titres sont souvent suggestifs. En les mettant bout à bout, vous récolterez déjà une information assez riche ! Et certains titres vous mettent sur la piste de types d’information précieux : « Cahier des charges des maisons » (doc. 6), « Tableau synop-tique de fonctionnement » (doc. 10). Le feuilletageprécise ces informations. Selon les cas, vous vous servirez plutôt des extrémités ou des aspérités, très largement utilisables pour la plupart des documents.
98 Le concours d’attaché territorial
3. Par quel(s) document(s) ai-je intérêt à commencer l’exploitation du dossier ? À partir des observations prédentes, on peut envisager un double parcours : – le premier partirait du document 6 (le cahier des charges) ou du document 8 – le second privigierait d’entrée de jeu des exemples concrets (doc. 4, 5, 7).
II. Recueillir les informations pertinentes
Les informations qui suivent ont été notées au fil de leur recueil dans les « cases » cor-respondant auxhuit questions de référence. Leur désordre apparent ne représente pas un handicap pour la suite du travail. En revanche, vous veillerez à identifier les pages où elles se trouvent (ce qui n’apparait pas ici). 1. C’est quoi ? De quoi s’agit-il ? La définition n’apparaît nulle part en tant que telle. Il faudra donc la construire vous--même. Les points à ne pas oublier : une structure pluridisciplinaire, les domaines d’intervention (santé, équilibre psychologique, développement d’un projet de vie), la tranche d’âge concernée, l’ouverture vers la famille de l’adolescent. 2. Quels sont les acteurs ? Leur évocation sera surtout pertinente dans les moyens (ques? »). Ention « comment tout cas, ils sont nombreux et il faudra distinguer : – les intervenants dans la MDA proprement dite ; – les partenaires de l’action de terrain (PAEJ, Espaces santé jeunes, infirmières scolaires) ; – les partenaires institutionnels : Éducation nationale, Justice, conseil général et autres collectivités locales, acteurs de la santé et de l’action sociale : ARH, DRASS, DDASS, missions locales…). 3. Quand ? Une première réalisation au Havre (antérieure à 2004) Conférence de la famille 2004. 4. Où ? L’engagement du gouverneune Maiment : son par département. Pour le reste, les exemples donnés dans le dossier : Calvados, Bobigny, Corrèze, Maison de Solenn… 5. Pourquoi ? Ici, apparaissent deux difficultés : e • Jusqu’où aller dans le diagnostic des problèmes que connaissent 1/5des jeunes ? Le risque est d’en rester aux symptômes : suicides, anorexie, addictions… En fait, il faudra creuser et trouver le « pourquoi du pourquoi » : les jeunes sont la caisse de résonance des maux de notre société ; la crise des valeurs et de leur transmission ; pas de regard positif porté sur eux…
La note et le rapport 99