Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 24,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication

x
Historiques
Alain Cuenot
sérieTravaux
Pierre Naville Biographie d’un révolutionnaire marxiste
  Du front anticapitaliste au socialisme autogestionnaire, 19391993
  — Du front anticapitaliste au socialisme autogestionnaire, 19391993
Historiques
Travaux
Pierre Naville
Biographie d’un révolutionnaire marxiste
Historiques Dirigée par Bruno Péquignot et Vincent Laniol La collection « Historiques » a pour vocation de présenter les recherches les plus récentes en sciences historiques. La collection est ouverte à la diversité des thèmes d'étude et des périodes historiques. Elle comprend trois séries : la première s’intitulant « travaux » est ouverte aux études respectant une démarche scientifique (l’accent est particulièrement mis sur la recherche universitaire) tandis que la deuxième intitulée « sources » a pour objectif d’éditer des témoignages de contemporains relatifs à des événements d’ampleur historique ou de publier tout texte dont la diffusion enrichira le corpus documentaire de l’historien ; enfin, la troisième, « essais », accueille des textes ayant une forte dimension historique sans pour autant relever d’une démarche académique. Série Travaux Jean-Marc Cazilhac,Le Douaire des reines de France à la fin du Moyen Âge, 2017. Didier CHAUVET,Les autodafés nazis. Mémoire du 10 mai 1933, 2017. Anne MÉTÉNIER,Ségrégation raciale aux États-Unis. Six portraits de stars, 2017. Didiver CHAUVET,Hitler et la Nuit des Longs Couteaux (29 juin – 2 juillet 1934), La Sturmabteilung (SA) décapitée, 2016. Jean-Yves CHAUVET,La transmission des maisons lorraines, Familles et e e maisons paysannes de la fin du XVII au milieu du XX siècle,2016. Tchavdar MARINOV,ancêtres les Thraces, Usages idéologiques de« Nos l’Antiquité en Europe du Sud-Est,2016. Françoise DASQUES,La pensée française de l’architecture mexicaine, Paris–Mexico 1784-1910, Architectures et univers mental, Tome III,2015. Françoise DASQUES,Du style parisien à l’éclectisme porfirien, Paris– Mexico 1784-1910, Architectures et devenir des formes, Tome II,2015. Françoise DASQUES,Deux Rome, Paris–Mexico 1784-1910, Architectures et transferts, Tome I,2015 Murielle PERRIER,Utopie et libertinage au siècle des Lumières. Une allégorie de la liberté, 2015. Welleda MULLER,Les stalles, siège du corps, 2015. Jean-Claude COLBUS et Brigitte HÉBERT (dir.),Approches critiques du plaisir (1450-1750), 2015. Jean-Claude COLBUS et Brigitte HÉBERT (dir.),De la satisfaction des besoins vitaux aux plaisirs des sens, aux délices de l’esprit et aux égarements de l’âme (1450-1750), 2015.
Alain Cuenot
Pierre Naville
Biographie d’un révolutionnaire marxiste
Tome II. Du front anticapitaliste au socialisme autogestionnaire, 1939-1993
Du même auteur Autogestion, la dernière utopie,(Sous la direction de Franck Georgi), Sorbonne, 2003. Clarté 1919-1924,Tome IDu pacifisme à l’internationalisme prolétarien, Itinéraire politique et culturel,L’Harmattan, 2011. Clarté 1924-1928,Tome IIDu surréalisme au trotskisme, Itinéraire politique et culturel,L’Harmattan, 2011. Pierre Naville, La passion de l’avenir. Le dernier cahier (1988-1993),Commenté et annoté par Alain Cuenot, Ed. Maurice Nadeau, 2010. Photographie de Pierre Naville, congrès du PSU, décembre 1966 (par Pierre Collombert), Institut Tribune Socialiste. © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11183-4 EAN : 9782343111834
TROISIEME PARTIE (suite)
De la guerre à la Nouvelle Gauche
Chapitre IX Pierre Naville et la seconde guerre mondiale, 1939-1945 Pierre Naville soldat Le 2 septembre 1939, P. Naville, appelé sous les drapeaux, est affecté dans le train des Equipages, à Paris. Simple caporal, il assure avec sérieux et assiduité des tâches essentiellement administratives. Remarqué pour son efficacité par un de ses supérieurs, il se voit nommé au secrétariat du cabinet de Daladier, promotion qu’il tente de 1 repousser , conscient qu’une telle proposition ne peut que lui attirer de graves ennuis compte tenu de son passé de militant trotskiste. Affecté au ministère de la guerre malgré lui, il se garde de tous faits et gestes inconsidérés, dactylographiant lettres et documents, classant dossiers et autres pièces militaires, en compagnie de deux autres réservistes, tout en étant étroitement surveillé par des policiers qui arpentent régulièrement les couloirs du bureau ministériel. Il a même l’occasion, ironie suprême, de garder, durant quelques heures, la pièce dans laquelle se trouve 2 l’ordre de marche de toute l’armée française . Dans ce désordre apparent, il rencontre G. Politzer, chargé de l’intendance, mais, il ne cherche pas à nouer quelque lien que ce soit avec ce responsable communiste. Comme on le voit, P. Naville n’a pas cherché à se soustraire à ses obligations militaires. Il est vrai que son passé trotskiste l’invite à se soumettre à cette obligation. Mais, comme il a rompu avec son organisation, à l’exemple d’autres militants comme F. Gérard, Bardin, il n’est plus question pour lui d’agir et de militer sur le terrain, de se distinguer politiquement par telle ou telle prise de position, voire même d’entrer dans la clandestinité. Il se comporte simplement comme un citoyen ordinaire, obéissant à son ordre de mobilisation, confronté aux circonstances tragiques du moment. Il sait en outre que les services de police des Renseignements généraux contrôlent ses moindres faits et gestes et qu’ils ont déjà pris la peine de vérifier si, en tant que soldat, il s’était bien rendu à son lieu d’affectation.
1 Naville P.,Mémoires imparfaites. Le temps des guerres,Paris, La Découverte, 1987, p. 23. 2 Naville P.,Mémoires…, op. cit.,p. 33.
7
Dans cette période de calme relatif, P. Naville tient à se consacrer à sa passion pour la lecture et la recherche intellectuelle. Il reprend aussitôt ses études universitaires de psychologie. Vivant dans une petite chambre, à Paris, avec son épouse Denise, dans des conditions modestes, il arpente les couloirs de la Sorbonne en tenue kaki, suivant avec application les cours d’éminents professeurs. Il se passionne à nouveau pour le béhaviorisme de Watson dont il commence à traduire les principaux ouvrages théoriques et se décide à entreprendre la préparation d’une thèse de doctorat sous la direction du psychologue Paul 1 Guillaume .
Mais sa situation militaire particulièrement incertaine et fragile va très vite évoluer. Après enquête policière qui révèle son passé politique, il est convoqué par un colonel de la prévôté du ministère qui lui ordonne de rejoindre sur-le-champ son régiment d’origine. Un officier de la e sécurité militaire lui apprend alors qu’il est envoyé au 33 RI, régiment er disciplinaire stationné à Fontainebleau, à compter du 1 avril 1940. De Fontainebleau, il est expédié à Ugny, sur la Meuse, pour rejoindre la e base avancée du 33 RI. Dans cette unité placée en première ligne, il retrouve une majorité de soldats sanctionnés pour leur activisme politique : jeunes communistes du Nord, anarchistes, syndicalistes, et un grand nombre d’étrangers en situation irrégulière : Italiens, Roumains, Polonais. Il est désigné comme caporal – il est alors âgé de 36 ans – d’un peloton de jeunes soldats qui sont surpris d’être encadrés par quelqu’un d’aussi âgé. Parmi eux, un jeune Roumain le reconnaît, ayant participé 2 comme lui à plusieurs manifestations trotskistes à Paris.
Vivant au jour le jour, P. Naville tente d’apprécier la situation historique née de la drôle de guerre. Il s’efforce tout d’abord de comprendre le sens de la stratégie adoptée par l’état-major français. Féru de questions militaires depuis les années trente, P. Naville a multiplié les lectures sur ce sujet. Il a parcouru les textes de nombreux mémorialistes au premier rang desquels se trouve Bonaparte. Il s’est plongé dans les travaux de plusieurs spécialistes touchant les guerres européennes du e XIX siècle mais également la guerre russo-japonaise, la guerre de Sécession, la guerre des Boers, série de conflits à ses yeux beaucoup plus riche d’enseignements que l’interminable guerre de tranchées de 3 1914-1918 . Il s’est intéressé également aux thèses de l’amiral américain
1 Naville P., Mémoires…, op. cit.,p. 80. 2 Naville P.,Mémoires…, op. cit.,p. 24. 3 Naville P.,Mémoires…, op. cit.,p. 31.
8
Mahan qui insiste sur l’importance géostratégique du contrôle militaire des espaces maritimes. Il a lu aussi les articles d’un certain colonel De Gaulle sur la nécessité de l’emploi tactique des chars et de l’aviation. 1 Mais c’est surtout l’ouvrage plus connu d’Henri Rollin , consacré à la révolution russe, qui lui a ouvert les yeux. Cet auteur étudie l’action du parti bolchevik, d’un point de vue militaire, comme instrument de guerre et démontre comment Lénine, en s’inspirant directement des conclusions des théoriciens de la révolution française et surtout des travaux du grand spécialiste prussien Clausewitz, a fondé les principes tactiques et opérationnels du parti révolutionnaire, dans sa victoire d’octobre 1917. Enfin, par sa fréquentation régulière de Trotsky ancien chef de l’armée rouge, tout au long de l’entre-deux-guerres, P. Naville a saisi la place prépondérante occupée par l’armée dans la société et la vie politique en général.
Fort de ces connaissances ainsi accumulées, P. Naville en arrive, malgré le manque criant de sources d’information les plus élémentaires (cartes, journaux) à mesurer l’incohérence et les limites de la politique militaire du commandement français. Dans cette attente difficilement supportable, P. Naville comprend que la tactique défensive prônée par l’état-major et dont la ligne Maginot est une des principales illustrations est vouée à l’échec. Une telle tactique, fait-il observer, exige beaucoup plus de manœuvres et d’opérations élaborées et sans cesse adaptées que pour une simple stratégie d’attaque. Il est interdit dans ce cas de se réfugier dans un immobilisme stérile. Dans ces conditions, ajoute-t-il, « lorsque la défense n’est que passivité, attente, le coup porté par 2 l’ennemi risque fort d’être déterminant ». Le pressentiment de l’échec et de l’effroyable tuerie qui va s’abattre sur le pays est ressenti douloureusement par P. Naville. Plongé dans l’incertitude la plus complète, ignorant le déclenchement du conflit, observant avec ses compagnons un combat aérien de quelques minutes, le 11 mai 1940, dont il ne comprend pas le sens véritable, il subit une situation extrême 3 qui prend « l’allure d’une chute dans le vide ». Il vit l’offensive allemande de mai 1940 et la débâcle comme une profonde tragédie, comme un immense désordre, dépourvu de tout esprit de logique.
1 Rollin Henri,La révolution russe, ses origines, ses résultats,Paris, 1931, 400 p. 2 Naville P.,Mémoires…, op. cit.,p. 33. 3 Naville P.,Mémoires…, op. cit.,p. 25.
9
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin