Une communauté acadienne en émergence

De
Caraquet, l’une des trois plus anciennes paroisses acadiennes du Nouveau-Brunswick, fait partie de cette nouvelle Acadie qui surgit au lendemain de la Déportation lorsque les rescapés de 1755 s’établissent un peu partout dans les provinces maritimes, au Québec et en Louisiane. Cet ouvrage, qui puise dans les travaux de nombreux historiens acadiens, ne prétend pas être une synthèse historique de Caraquet de 1760 à 1860, mais plutôt une série d’études thématiques de sa population francophone à l'ère où elle se dotait d'institutions religieuses, éducationnelles, politiques et économiques. Les paramètres, l’approche et les sources de ces études sont applicables à d’autres régions côtières de l’est du Canada à la même époque.
Les six chapitres de cet ouvrage dressent un portrait de la communauté en abordant des constituantes incontournables de son histoire. Ils s'intéressent à l'occupation du territoire et aux tendances dans le comportement démographique; à la structure économique de la région et plus particulièrement à celle de la pêche alors que les pêcheurs étaient subordonnés au système de crédit jersiais avant la Confédération de 1867; à l’Église missionnaire et à l’éducation. Grâce à la collaboration du Musée acadien de Caraquet, des photos permettent d'effectuer une convergence entre l’histoire fondamentale et l’histoire appliquée, surtout matérielle.
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Une communauté acadienne en émergence Caraquet (Nouveau-Brunswick) 1760-1860
Extrait de la publication
N L
Prise deparole A
Extrait de la publication
Une communauté acadienne en émergence : Caraquet, Nouveau-Brunswick, 1760-1860
Extrait de la publication
Du même auteur
Une colonie française en Amérique : Plaisance, Terre-Neuve 1650-1713, Sillery (Québec), Septentrion, 2008, 406 p. Éléments d’histoire des pêches : la Péninsule acadienne du Nouveau-Brunswick, 1890-1950, Sillery (Québec), Septentrion, 2005, 313 p., prix Champlain. avec Nicole Lang,Histoire de l’Acadie, Sillery (Québec), Septentrion, 2001, 335 p., prix France-Acadie 2002, section Sciences humaines Les pêches dans la Péninsule acadienne 1850-1900, Moncton, Éditions d’Acadie, 1994, 191 p.
Extrait de la publication
Une communauté acadienne en émergence :
Caraquet, Nouveau-Brunswick, 1760-1860
N L
  Éditions Prise de parole Sudbury 2009
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Landry, Nicolas, 1956-Une communauté acadienne en émergence: Caraquet, Nouveau-Brunswick, 1760-1860/Nicolas Landry. (Collection Agora) Comprend des références bibliographiques. ISBN 978-2-89423-245-3
e e 1. Caraquet (N.-B.) — Histoire — 18 siècle. 2. Caraquet (N.-B.) — Histoire — 19 siècle.e 3. Caraquet (N.-B.) — Conditions économiques — 18 siècle. 4. Caraquet (N.-B.) — e Conditions économiques — 19 siècle. 5. Caraquet (N.-B.) — Conditions sociales —e e 18 siècle. 6. Caraquet (N.-B.) — Conditions sociales —19 siècle. I. Titre. II. Collection: Collection Agora (Sudbury, Ont.) FC2499.C37L36 2009 971.5’12 C2009-905626-7
Distribution au Québec : Diffusion Prologue • 1650, boul. Lionel-Bertrand • Boisbriand (QC) J7H 1N7 • 450-434-0306
Ancrées dans le Nouvel-Ontario, les Éditions Prise de parole Priseappuient les auteurs et les créateurs d’expression et de culture deparole françaises au Canada, en privilégiant des œuvres de facture contemporaine. La maison d’édition remercie le Conseil des Arts de l’Ontario, le Conseil des Arts du Canada, le Patrimoine canadien (Programme d’appui aux langues officielles et Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition) et la Ville du Grand Sudbury de leur appui financier.
La collection « Agora » publie des études en sciences humaines sur la francophonie, en privilégiant une perspective canadienne.
Conception graphique et mise en pages : Olivier Lasser
Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays. Imprimé au Canada.
Copyright © Ottawa, 2009 Éditions Prise de parole C.P. 550, Sudbury (Ontario) Canada P3E 4R2 http://pdp.recf.ca
ISBN 978-2-89423-245-3 ISBN 978-2-89423-321-4 (Numérique)
Extrait de la publication
5
Préface
e livre est dédié aux pionniers de Caraquet qui, au lendemain C de la Déportation de 1755, débutent la reconstruction d’une deuxième Acadie. L’ouvrage souhaite également s’inscrire dans la foulée des activités du Congrès mondial acadien 2009 dans la Péninsule acadienne et souligner la contribution de trois pionniers de l’histoire acadienne au Nord-Est du Nouveau-Brunswick, soit le Père Donat Robichaud, Fidèle Thériault et Clarence LeBreton. Malheureusement, le Père Robichaud est décédé en août 2009, laissant derrière lui un énorme héritage documentaire voué à l’avancement de l’histoire du nord-est du Nouveau-Brunswick.
Extrait de la publication
7
IntroductIon
araquet est l’une des trois plus anciennes paroisses acadiennes C du Nouveau-Brunswick. Bien que cette région soit visitée régulièrement durant le Régime français, c’est seulement durant e la deuxième moitié du 18 siècle que l’on assiste à la mise en place d’un établissement important et significatif. S’installent alors des Acadiens de retour ou ayant évité la Déportation de 1755 et des pêcheurs en provenance de la côte de la Gaspésie et des littoraux du nord-ouest de la France. En dépit du fait que ces pionniers partagent la même langue, la même religion, la même origine ethnique et occupent le même village, ils semblent choisir de se regrouper en deux communautés séparées ; alors qu’une subsiste avant tout de la terre dans le haut de la paroisse, l’autre est résolu-ment tournée vers la mer dans le bas. Quoi qu’il en soit, Caraquet fait néanmoins partie de cette nouvelle Acadie qui surgit lorsque les rescapés de 1755 s’établis-sent un peu partout aux provinces Maritimes, au Québec et en Louisiane à partir des années 1760. Durant le siècle et demi qui va suivre, les Acadiens et les Acadiennes reconstruisent une nouvelle société en s’installant sur de nouvelles terres. Avec le temps, ils se dotent d’institutions religieuses, éducationnelles, politiques et économiques. Caraquet trouve en bonne partie son identité par son appartenance à un espace maritime et économique incorporant tout à la fois Terre-Neuve, le Labrador, la Nouvelle-Angleterre, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et l’Est du Québec.
8
u n ec o m m u n a u t éa c a d i e n n ee né m e r g e n c e
Cette étude se limite à six chapitres puisqu’il ne s’agit pas d’une synthèse historique de Caraquet de 1760 à 1861, mais plutôt d’une série d’études thématiques. Il s’agit d’une étude de cas ou cas de figure, dont les paramètres, l’approche et les sources sont applicables à d’autres régions côtières francophones de l’est du Canada à la même époque. Il est donc juste de prétendre que ce livre aspire à démontrer l’universalité de l’expérience des habitants de Caraquet. Du moins dans le contexte de la diaspora franco-phone du Canada Atlantique et de la Gaspésie. Le fil conducteur de l’ouvrage s’inspire de la symbolique découlant du plan de Charles Lawrence, qui, selon l’interprétation qu’en fait N.E.S. Grifffiths, ne cherche pas à détruire les Acadiens, mais plutôt l’Acadie elle-même, ou le danger potentiel qu’elle représente à 1 titre de société affichant déjà sa propre identité . Le cas de Caraquet est d’autant plus intéressant qu’il implique une population francophone et catholique ne partageant pas la même histoire. Si la population du bas de la paroisse n’est pas d’origine acadienne et n’a pas vécu la Déportation de 1755, l’exil et le retour, elle partage cependant avec les Acadiens du haut de la paroisse une subordination économique et sociale aux mains d’une minorité anglo-protestante et jersiaise. Également, dans une certaine mesure, ces deux populations entretiennent une certaine méfiance envers les attentes des missionnaires. Dans le cadre de cet ouvrage, il ne fait pas de doute que le termecommu-nauté désigne la population à majorité très largement franco-phone de la paroisse de Caraquet selon ses limites de l’époque. Territoire qui aujourd’hui est plutôt qualifié du Grand Caraquet et englobant un certain nombre de paroisses limitrophes gravitant dans la sphère économique, culturelle et sociale de la ville de Caraquet. Il est important de préciser que le termecommunautéacadienneest certes plus approprié pour qualifier cette population après 1860. Il est difficile de dire si, durant la période à l’étude, les paroissiens du bas de Caraquet se considèrent déjà acadiens
1  Voir le film de Herménégilde Chiasson,Les années noires.
Extrait de la publication
i n t r o d u c t i o n
9
avec la même ferveur qu’aujourd’hui. Il serait peut-être présomp-tueux de parler de ferveur nationaliste au même titre que ce qui prévaut alors au Bas-Canada, surtout dans la foulée des troubles de 1837-1838. En réalité, le premier événement à teneur d’affir-mation de solidarité nationale, ou à tout le moins ethnique et religieuse, est vraisemblablement la révolte de Caraquet à la suite de l’adoption de laLoi des écoles communes(Common School Act) de 1871. Le chapitre un traite de l’occupation du territoire par les familles pionnières certes, mais il aborde également l’importance de la terre comme fondement de la richesse patrimoniale dans la communauté. Le chapitre deux, lui, s’intéresse à l’évolution démographique entre 1761 et 1861 et se déploie en deux volets. Alors que le premier présente les résultats de l’analyse de cinq recensements effectués durant cette période, le deuxième fait res-sortir quelques tendances dans le comportement démographique de la population. Les chapitres trois à cinq, pour leur part, dépeignent la struc-ture économique en démontrant d’abord que l’agriculture et la pêche représentent les activités prédominantes. Il existe toutefois une activité artisanale non négligeable et un bon nombre de jeunes gens travaillent à titre de domestiques et d’engagés. Le chapitre quatre sert de contexte au chapitre cinq puisqu’il cherche à dépeindre la structure de l’industrie des pêches dans la baie des Chaleurs avant 1867. Il s’agit surtout de fournir certains éléments de synthèse permettant au lecteur de mieux comprendre le contexte économique dans lequel évoluent les pêcheurs dans la e première moitié du 19 siècle. Bref, ce chapitre vise à préparer le lecteur à mieux saisir les composantes relatives au système de crédit jersiais, présentées dans le chapitre cinq. D’ailleurs, ce dernier est sûrement fondamental à la compréhension du fonc-tionnement et de l’impact du système de crédit à Caraquet avant la Confédération de 1867. À l’instar des études gaspésiennes, le dépouillement des livres de comptes de la compagnie Robin permet de mieux cerner la réalité vécue par les pêcheurs et leurs rapports avec les marchands.
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Rêve totalitaire de dieu l'amibe

de editions-prise-de-parole

Corbeaux en exil

de editions-prise-de-parole

Strip

de editions-prise-de-parole

suivant