//img.uscri.be/pth/2800702675772f114f38e72fe478fd7a6460266a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 27,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Conversations sur l'éducation

De
358 pages
Les deux auteurs creusent les mêmes concepts, confrontent des pratiques, se heurtent aux mêmes impasses. L'un, européen pluriel, le plus ancien, s'est frotté à Kant, Marx, Freud, Rousseau et s'est confronté au politique. L'autre, issu de l'Afrique, héritier de fait des tâtonnements du premier, a cherché des lumières dans la protestation kierkegaardienne. Un texte d'éducation sur l'éducation.
Voir plus Voir moins
      Conversations sur léducation                  
    Educations et Sociétés Collection dirigée par Louis Marmoz  La collection Educations et Sociétés  propose des ouvrages, nés de recherches ou de pratiques théorisées, qui aident à mieux comprendre le rôle de léducation dans la construction, le maintien et le dépassement des sociétés. Si certaines aires géographiques, riches en mise en cause et en propositions, lAfrique subsaharienne, lEurope du Sud et le Brésil, sont privilégiées, la collection nest pas fermée à létude des autres régions, dans ce quelle apporte un progrès à lanalyse des relations entre laction des différentes formes déducation et lévolution des sociétés. Pour servir cet objectif de mise en commun de connaissances, les ouvrages publiés présentent des analyses de situations nationales, des travaux sur la liaison éducation-développement, des lectures politiques de léducation et des propositions de méthodes de recherche qui font progresser le travail critique sur léducation, donc, sans doute, léducation elle-même...    
Dernières parutions
Gaston MIALARET, Pour léducation. Recueil de quelques textes significatifs sur les aspects actuels, souvent méconnus, de léducation , 2012. Rose-Marie BOUVET, Pôle Emploi et les chômeurs. Une ethnographie de lintérieur , 2012. Georges BERTIN et Danielle RAUZY, Pour une autre poli-tique culturelle. Institution et développement , 2011. Gilles PINTE, Lexpérience et ses acquis , 2011. Françoise CHEBAUX, La pensée unique à luniversité , 2010 Louis MARMOZ et Véronique ATTIAS DELATTRE (dir.), Ressources humaines, force de travail et capital humain , 2010. Madeleine GOUTARD, L'école porteuse d'avenir, 2010.   
    
G UY B ERGER A UGUSTIN M UTUALE       Conversations sur léducation  Sautoriser à éduquer              
  
Du même auteur  Léducation entre autres. Les Entretiens de Pelleport , (Guy Berger, Jacques Ardoino, Jean-Marc Huguet), LHarmattan, 2009.                  © LHARMATTAN, 2012 5-7, rue de lÉcole-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-99472-0 EAN : 9782296994720  
 
          
P
r
o
l
o
g
u
e
s  
Penser « les confidences éducatives » Remontées fragmentaires
J écrivais « quelque part 1 ailleurs » que le récit de vie était un discours sur soi pour l autre . Je continue à penser qu il y a dans tout récit une part importante de phrases élaborées, travaillées, capitalisées par la répétition qui nous situent dans un rapport et non pas dans une relation à notre histoire. Il y a des choses de nous qui se présentent en nous comme un vieux disque écouté et ré-écouté. Selon les moments de notre écoute, il nous émeut mais « nous connaissons la chanson ». Dans ce « quelque part ailleurs », j indiquais aussi qu il y avait trois mouvements discursifs qui ne sont ni chronologiques, ni li-néaires : l explication, l explicitation et la résonance qui se pro-longe ou se répète dans l engagement. La résonance peut se penser comme le saut de la pensée de l extériorité vers l intériorité. Le narrateur se met à distance de la démonstration (l explication) et de l explication à soi devant l autre (l explicitation) pour un verbe qui se dit au présent de son présent ou de son passé. L autre n est plus une présence à séduire ou à convaincre. Il devient le témoin d un dialogue de soi à soi, d une écoute de la révélation, de ce qui s est tu jusque-là, faute d une oreille délicate et d une présence invitante. Le visage du passé devient présence vivante qui se met à se recueillir pour s accueillir comme présence nouvelle dans la vie qui rend présente à la vie du monde. La résonance est un renouvellement du sens profond de son his-toire. C est dans cet instant que dansent l avenir et le possible. Le récit de vie s exprime alors dans un nouveau savoir fécondé par                                                  1 Augustin M UTUALE , Birte E GLOFF , « Discours sur soi pour lautre. Le récit de vie comme démarche formative » postface à André Toulouse, De Puymaurin à Roissy-en-France. Enfin ensemble , Récit de vie recueilli par Augustin M UTUALE  et Caroline A ICHELLE , Louveciennes, Kaïros, 2010.
l appel dans l instant. Kierkegaard a dit de ce lieu que le futur est vaincu dans l instant et que l engagement est la décision. Dans ce « quelque part ailleurs », je postulais que la résonance est rendue possible en face de l autre par une connivence. C est dans le connivere que les yeux se ferment parce que « c est lui parce que c est moi » après un cheminement qui fait passer de la connais-sance à la rencontre. La connivence est ici complicité se distanciant de son versant négatif qui serait être de mèche pour détruire. Dans mon expérience biographique avec Guy, j ai touché du doigt ou de l oreille la concrétion de la connivence sous la forme de la confidence. * * *    Mail envoyé à Guy Berger, le 9 juin 2010 Bonjour Guy Berger, Voilà quelques années que cette idée me taraude : faire ton récit de vie. À la parution du livre « au fil de la pédagogie » entre Jacques Ardoino et Christian Verrier, c est devenu un impératif. Je fais partie des nombreux étudiants qui t ont écouté pendant des heures comme un penseur de la pédagogie. Tu nous as tellement habitués à ce style parlé que nous gardons la trace de tes observa-tions dans nos mémoires et dans nos archives. J ai parfois l impres-sion et ce n est pas une critique vis-à-vis des autres que toi tu parles et que les autres écrivent plus ou moins en ton nom. Nous sommes dans une société de l écrit et pour une référence on commence par chercher les textes publiés qui sont disponibles. Je te propose une série d entretiens dans un genre que je sou-haite développer et que j intitule : figures et discours. C est une forme d écriture où se mêlent d une manière dialogique le récit de vie et les débats pédagogiques. Le narrateur est aussi le « débatteur » de sa pensée et de celle des autres. Le but est non pas de faire une série de questions/réponses mais bien un écrit qui se tient du dé-but à la fin et où l on découvre la figure parlant de son passé et de son aujourd hui dans le cadre précis de la pensée pédagogi-que. Quel a été hier et quel est aujourd hui son discours pédagogi-que ? Nous sortons ainsi d un écrit biographique proche d une louange de soi pour un récit de vie prenant la parole dans l aujour-d hui pour le futur. Nous nous cantonnons au présent pour faire parler le passé, interroger le présent et essayer de penser le futur en ouvrant des perspectives par exemple. 8
Si tu en es d accord, nous pourrons convenir en fonction de tes disponibilités de six à dix entretiens de deux heures, enre-gistrés. Ce projet que j avais discrètement évoqué avec toi lors de l anniversaire de Remi Hess me tient à cur. Je ne savais pas encore trop sous quelle forme le réaliser car je ne tenais pas à copier la mode des histoires de vie qui parlent de la personne et de son passé au lieu de faire parler la personne, en lien avec son passé et son aujourd hui, de sa pensée en dialogue avec celle des autres. Ce n est pas novateur mais c est une perspective qui me convient et que je pense fructueuse pour mes étudiants. Si tu es d accord, nous pouvons convenir du début de ces entre-tiens et de la période la plus favorable pour toi. Tu peux me don-ner un numéro où te joindre pour que nous puissions ainsi fixer les dates. Je te souhaite une bonne journée Avec toute mon affection
Augustin Mutuale PS. Peux-tu me confirmer la réception du mail pour être certain de l avoir envoyé à la bonne adresse ? * * *    Quelque part ici dans le corps du texte, dans une sorte de mise en abyme dans la prise de parole de Guy, nous introduirons notre demande des entretiens narratifs en proposant à Guy une biographie intellectuelle avec, bien sûr, une prétention et une promesse. Le récit de vie se libère d une quête passéiste présente dans l histoire de vie obsédée par les liens qui donnent sens au parcours du sujet pour une narration qui ose se dire, non pas dans le futur que nous pensons dans la sphère de la détermination d un projet, mais, dans l avenir qui est l espace du désir, du rêve, de la pos-sibilité de la liberté dans la marche du temps 1 .                                                  1 « L e possible correspond exactement à lavenir. Le possible est pour la liberté  lavenir, et lavenir est pour le temps le possible ». Søren Kierkegaard, Le concept dangoisse.  
9
Les biographes, mais pas tous, se sont souvent trompés en croyant que le narrateur est en train de relater son passé les yeux tournés vers le passé alors qu il regarde devant. En donnant au titre de cette expérience celui d une confidence et non pas d une biographie, nous ne sommes pas dans « la trahison des images » des tableaux de René Magritte que commente Michel Foucault dans le célèbre tableau « Ceci n est pas une pipe ». Nous ne clamons pas que René Magritte qui devait donner un nom à sa représentation l a donné en niant celle-ci dans ce jeu étrange du calligramme que « ceci » souligne que nulle part dans ce que j écris et dans ce que vous voyez, il n y a de pipe. Ici, le pronom démonstratif « ceci » qui dit « ceci est une con-fidence intellectuelle des questions éducatives » ne nie pas la bio-graphie mais la féconde, la déplace, la déborde dans l excès d un déploiement dans la réflexion qui s interroge et interroge hier, aujourd hui et la possibilité du demain. Le récit et la narration de soi ne sont pas que biographiques. Cette expérience se donne au-jourd hui non comme une biographie dans le projet de dire son passé dans le présent mais bien comme une confidence dans la promesse de partager son aventure d existant qui se donne comme prétention de se prolonger et de se penser dans l avenir. Je n affirme pas que « ceci n est pas une biographie intellec-tuelle » alors que j avais fait une démarche dans ce sens. Je ne suis pas dans l affrontement des concepts. Je pose que cette expérience ouvre la perspective d une écriture de la confidence qui excède, déborde le biographique par la liberté de la connivence qui se concrétise dans la confidence qui met la personne au travail face à l autre dans sa liberté qui se relâche dans un repos méditatif laissant à l histoire, l avenir et la pensée advenir dans les mots partagés. Les gardiens du temple des histoires de vie et de la bio-graphie pourront me rétorquer que nous sommes bien dans le bio-graphique et que nous n avons pas inventé la mer. Nous répondrons alors que : « oui, nous sommes dans l esquisse d une relation de connivence narrative qui n élimine pas pour autant l énigme ». Celle-ci, ainsi que pourrait le souligner Christine Delory-Momberger, ne s inscrit pas seulement dans un secret du passé mais aussi dans les possibles de l avenir. Ceci est une biographie intellectuelle fécondée et débordée par la confidence comme mise en concrétion de la connivence. 10