10 questions à Bernard le Buanec sur les OGM

De
Publié par

Le débat sur les OGM divise depuis plus de vingt ans différentes parties prenantes dans de nombreux pays du monde et tout particulièrement en France. En fait, ces différents acteurs ont souvent des référentiels différents : le scientifique ou le technologue, le politique, le lanceur d’alertes, les médias, les professionnels de l’agriculture, de l’agrofourniture et de l’agroalimentaire.
Qu’est-ce qu’un OGM ? Quel est le développement des OGM dans le monde ? Y-a-t-il des OGM autres que végétaux ? Quel est l’impact des plantes génétiquement modifiées sur la santé, l’environnement, l’économie ? Permettront-elles d’aider à faire face aux défis démographiques et climatiques du XXIe siècle ? Les OGM peuvent-ils coexister avec les autres formes d’agriculture ? Bloquent-ils l’utilisation des semences et l’accès à la diversité génétique ?
L’ambition de ce livre est d’éclairer le débat en mettant à la portée de tous nos concitoyens les données essentielles. Servir de relais entre le monde scientifique et technique et la société civile est en effet un des rôles majeurs dévolus à l’Académie des technologies.
Bernard Le Buanec, agronome et biologiste végétal, est membre fondateur de l’Académie des technologies et membre de l’Académie d’agriculture de France. Il s’est occupé d’agronomie et d’amélioration des plantes. Il a publié de nombreux articles et participé à plusieurs livres sur le sujet au cours des trente dernières années.
Publié le : samedi 1 novembre 2014
Lecture(s) : 11
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782759812912
Nombre de pages : 72
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Le débat sur les OGM divise depuis maintenant plus de vingt
ans diférentes parties prenantes dans de nombreux pays du
monde et tout particulièrement en France. En fait, ces diférents
acteurs ont souvent des référentiels diférents : le scientifque
ou le technologue, le politique, le lanceur d’alertes, les médias,
les professionnels de l’agriculture, de l’agrofourniture et de
l’agroalimentaire.
Qu’est-ce qu’un OGM ? Quel est le développement des OGM
dans le monde ? Y-a-t-il des OGM autres que végétaux ? Quel
est l’impact des plantes génétiquement modifées sur la
santé, l’environnement, l’économie ? Permettront-elles d’aider
à faire face aux défs démographiques et climatiques du
e XXI siècle ? Les OGM peuvent-ils coexister avec les autres
formes d’agriculture ? Bloquent-ils l’utilisation des semences et
l’accès à la diversité génétique ?
L’ambition de ce « Dix questions » est d’éclairer le débat en
mettant à la portée de tous nos concitoyens les données
essentielles. Servir de relais entre le monde scientifque et
technique et la société civile est en efet un des rôles majeurs
dévolus à l’Académie des technologies.
Bernard Le Buanec, agronome et biologiste végétal, est membre
fondateur de l’Académie des technologies et membre de
l’Académie d’agriculture de France. Il s’est occupé d’agronomie
et d’amélioration des plantes. Il a publié de nombreux articles
et participé à plusieurs livres sur le sujet au cours des trente
académie des technologiesdernières années .
pour un progrès raisonné, choisi et partagé
www.academie-technologies.fr
www.edpsciences.org 10 QUESTIONS À
BERNARD LE BUANEC
SUR LES OGM
14 €
ISBN 978-2-7598-1253-0
Couverture ogm.indd Toutes les pages 31/03/2014 09:11
10 QUESTIONS SUR LES OGM AcAdémie des technologiesAcadémie des technologies
10 Questions à
Bernard Le Buanec
sur les OGM
Avril 2014
Sur les OGM.indd 1 28/03/2014 14:4410 questions à
Bernard Le Buanec sur les OGM
Imprimé en France
ISBN : 978-2-7598-1253-0
Tous droits de traduction, d’adaptation et de reproduction par tous procédés, réservés pour
tous pays. La loi du 11 mars 1957 n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article 41,
d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste
et non destinées à une utilisation collective», et d’autre par t, que les analyses et les courtes
citations dans un but d’exemple et d’illustration, «toute représentation intégrale, ou par tielle,
faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite »
(aliernéa 1 de l’article 40). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit,
constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du code pénal.
© EDP Sciences 2014
Sur les OGM.indd 2 28/03/2014 14:44Introduction
INTRODUCTION
Le débat sur les OGM divise depuis maintenant plus de vingt ans les diférentes
parties prenantes dans de nombreux pays du monde et plus particulièrement
en France. En fait, ces diférentes parties prenantes ont souvent des référentiels
diférents : le scientifque ou le technologue, le politique, le lanceur d’alertes, les
médias, les professionnels de l’agriculture et ceux de l’agrofourniture.
L’objectif de ce « Dix questions » est somme toute modeste. Dans l’esprit de
la devise de l’Académie des technologies et de sa démarche constante, il tente
d’apporter des éléments de réponse technique, appuyés sur des références
scientifques, aux questions que se posent aujourd’hui beaucoup de nos conci -
toyens. Il a pour ambition d’apporter des éléments factuels aux participants au
débat et ce d’autant plus qu’un sondage de février 2014 indique que 80 % des
français reconnaissent ne pas savoir ce qu’est un OGM.
I
Sur les OGM.indd 1 28/03/2014 14:4410 questions à
Bernard Le Buanec sur les OGM
SOMMAIRE
1 Résumé
3 Question 1 : qu’est-ce qu’un OGM ?
5 Question 2 : Y a-t-il des OGM autres que végétaux ?
5 Les microorg anismes
6 Les mammifères
8 Les poissons
9 Question 3 : Quel est le développement des plantes génétiquement
modifées (PGM) dans le monde ?
13 Question 4 : Quel est l’efet des PGM sur l’environnement ?
13 L’efet sur l’utilisation des produits phytosanitaires
15 L’efet sur les émissions de g az à efet de serre
16 L’efet sur la biodiversité
17 Question 5 : Quel est l’efet des PGM sur l’alimentation et la santé ?
23 Question 6 : Quel est l’impact économique des PGM actuellement cultivées?
27 Question 7 : Peut-on ressemer des PGM ou les utiliser librement
dans des programmes d’amélioration variétale?
II
Sur les OGM.indd 2 28/03/2014 14:44Sommaire
31 Question 8 : Peut-on savoir si l’on consomme des OGM ?
33 Question 9 : La coexistence entre les PGM
et l’agriculture conventionnelle et biologique est-elle possible ?
37 Question 10 : En quoi les PGM peuvent-elles aider
eà faire face aux défs du XXI siècle ?
38 La résistance aux insectes et aux maladies
38 La tolérance à des stress abiotiques et en par ticulier
à la sécheresse et au sel
40 L’amélioration d’autres facteurs de productivité
40 Efet des PGM sur la qualité des aliments
43 La production de protéines pharmaceutiques recombinantes
45 P our en savoir plus
47 Références
51 Glossaire
59 Publications de l’Académie
III
Sur les OGM.indd 3 28/03/2014 14:4410 questions à
Bernard Le Buanec sur les OGM
Sur les OGM.indd 4 28/03/2014 14:447KLVSDJHLQWHQWLRQDOO\OHIWEODQNRésumé
RÉSUMÉ
Les OGM, organismes génétiquement modifés, sont défnis par une directive
européenne comme étant des organismes, à l’exception des êtres humains, dont le
matériel génétique a été modifé d’une manière autre que naturellement par multipli -
cation et/ou recombinaison. Ce sont des êtres vivants obtenus par «transgénèse ».
Il y a de nombreux OGM utilisés pour la recherche ou pour des activités de
production et de commerce : des microorganismes produisant des vaccins et des
enzymes ; des mammifères produisant des molécules thérapeutiques ou utilisés
à des fns de recherche médicale ; des poissons à croissance accélérée.
Les OGM dont ont parle le plus souvent sont des plantes, encore appelées
plantes génétiquement modifées ou PGM. Celles-ci ont connu, depuis leur première
mise en culture en 1994, un développement très rapide. Elles étaient cultivées sur
170 millions d’hectares en 2012, essentiellement du soja, du maïs, du coton et du
colza tolérants à des herbicides ou résistants à des insectes ou encore présentant
ces deux types de caractères.
De l’avis des comités d’experts nationaux et internationaux, ces PGM ne pré -
sentent pas de dangers spécifques pour la santé et l’environnement ce qui fait
qu’elles sont cultivées dans 29 pays et autorisées à la consommation animale ou
humaine dans 58 pays, dont l’Union européenne.
Il y a lieu d’être vigilant sur les phénomènes de résistance qui peuvent se dé -
velopper du fait de l’usage très important des PGM. Ces phénomènes de résistance
ne sont pas liés à la transgénèse en tant que telle mais à l’évolution des plantes
1
Sur les OGM.indd 1 28/03/2014 14:4410 questions à
Bernard Le Buanec sur les OGM
adventices et des parasites en cas d’utilisation incontrôlée d’herbicides ou de
plantes résistantes. Pour éviter cette évolution, il faut mettre en œuvre de bonnes
pratiques agricoles telles que la rotation des cultures dans le cas des adventices
ou la mise en place de zones refuge dans celui de la résistance à des insectes.
L’impact économique des PGM est positif, tant au niveau de l’agriculteur qu’à
celui plus global de la production mondiale. Il a été évalué sur la période 1996-2011
à un gain de 110 millions de tonnes de soja, 195 millions de tonnes de maïs et
7 millions de tonnes de colza.
Contrairement à ce qui est souvent cru, les agriculteurs européens peuvent
réutiliser les graines issues de PGM en tant que semences de ferme dans les mêmes
conditions que les graines issues de variétés traditionnelles. De même, les PGM
peuvent être utilisées dans des croisements afn d’obtenir de nouvelles variétés.
En Europe les consommateurs ont la possibilité de choix entre produits OGM ou
non. En efet toutes les denrées alimentaires contenant ou issues d’OGM doivent
être étiquetées au-dessus d’un seuil de 0,9 % de présence. En France un étiquetage
positif « sans OGM » est également possible dès que la teneur accidentelle en OGM
est inférieure à 0,1 %.
La transgénèse, associée aux autres techniques d’amélioration des plantes,
devrait permettre de développer de nouvelles variétés permettant de faire face aux
défs de l’augmentation de la population, de l’urbanisation et des évolutions clima -
tiques, comme des variétés plus tolérantes à la sécheresse ou à la salinité des sols.
2
Sur les OGM.indd 2 28/03/2014 14:44Question 1 : qu’est-ce qu’un OGM ?
QUESTION 1 :
QU’EST-CE QU’UN OGM ?
Si l’on s’en tient à l’étymologie, un OGM, organisme génétiquement modifé, est
1un organisme dont le génome , c’est-à-dire les gènes composés d’ADN qui sont
les déterminants héréditaires, ont été modifés. Tous les êtres vivants aujourd’hui
ont eu leur génome modifé. Il y a eu en efet beaucoup de modifcations entre le
génome des organismes unicellulaires des débuts de la vie et les êtres vivants
dits supérieurs actuels, nous pourrions dire les plus modifés. Ces modifcations
ont été obtenues par croisement ou par mutation et ont été sélectionnées en cas
d’avantages compétitifs.
Les hommes ont, au cours du temps, d’abord sélectionné les espèces animales
et végétales qui répondaient à leurs besoins. Puis, à l’intérieur de ces espèces, ils
ont sélectionné de façon empirique les races et les variétés qui évoluaient au cours
du temps de la manière qui leur paraissait la plus favorable, soit par mutation, soit
par croisement.
À partir des travaux de Louis de Vilmorin et de Gregor Mendel dans les années
1850-1860, l’hérédité est mieux comprise et la création variétale passe du do -
maine empirique à des actions raisonnées, fondées sur des croisements et la
sélection de la descendance. L’objectif du sélectionneur était alors de puiser dans
1 On trouvera en fn d’ouvrage un glossaire précisant la signifcation des mots soulignés.
3
Sur les OGM.indd 3 28/03/2014 14:4410 questions à
Bernard Le Buanec sur les OGM
la variabilité génétique existante des caractères intéressants pour les introduire
dans des variétés connues, afn d’accumuler les caractères favorables. Ces croise -
ments, possibles au début seulement entre variétés d’une même espèce, se sont
au fl du temps élargis à des espèces apparentées grâce aux progrès, en particulier,
des techniques de culture in vitro. Cependant, il n’était pas possible de croiser des
espèces éloignées et, encore moins, d’aller chercher des caractères d’intérêt dans
d’autres domaines ou règnes vivants.
Cette limite a disparu dans les années 1970 lorsque, pour la première fois,
l’homme a pu transférer un gène d’unv irus à une bactérie par un processus appelé
transgénèse. Cette technique, d’abord développée sur microorganismes, a ensuite
été étendue aux animaux puis aux plantes; l’obtention des premières plantes
transgéniques a été publiée en 1983.
Ce sont les êtres vivants transformés par transgénèse que l’on appelle OGM.
L’introduction d’un gène extérieur, provenant de n’importe quel règne, peut être
efectuée par un vecteur bactérien, le plus souvent Agrobacterium tumefaciens, ou
par des méthodes physiques ou chimiques permettant à l’ADN de franchir la paroi
cellulaire et de parvenir jusqu’au noyau, aux chloroplastes ou aux mitochondries.
Ces OGM sont défnis par la directive européenne 2001/18/CE qui précise
« qu’un organisme génétiquement modifé est un organisme, à l’exception des
êtres humains, dont le matériel génétique a été modifé d’une manière qui ne
s’efectue pas naturellement par multiplication et/ou par recombinaison ».
Le développement d’OGM à des fns utilitaires participe de la même stratégie
d’amélioration mise en œuvre par les premiers sélectionneurs, à savoir la recherche
et l’accumulation dans un même organisme de caractères intéressants, mais met
en œuvre une rupture technologique, la transgénèse, permettant de s’afranchir
de la barrière des espèces et même de celle des règnes du vivant.
En fait les progrès du séquençage des génomes montrent que de nombreux
transferts de gènes ont eu lieu entre espèces au cours de l’évolution des êtres
vivants, mais, jusqu’au développement de la transgénèse, l’homme ne maîtrisait
pas les moyens techniques de les provoquer (1).
4
Sur les OGM.indd 4 28/03/2014 14:44Question 2 : y a-t-il des OGM autres que végétaux ?
QUESTION 2 : Y A-T-IL DES OGM
AUTRES QUE VÉGÉTAUX ?
Les premiers OGM ont été, au début des années 1970, des bactéries. Depuis le
début des années 1980 il est possible de transformer la plupart des organismes
vivants par transgénèse. Où en est-on aujourd’hui, en dehors du règne végétal que
nous verrons plus en détail dans les réponses aux questions suivantes? Il n ’est
pas possible d’être exhaustif et, bien évidemment, nous ne pouvons ci-après citer
que quelques exemples.
Les microorganismes
en 1986 le premier vaccin contre la rage utilisant un virus génétiquement mo-
difé est commercialisé. Ce vaccin, plus facile à produire que par les méthodes
classiques précédentes et à la fois plus sûr et très efcace a permis d’éradiquer
presque complètement cette maladie des populations de renards en Europe
de l’Ouest par épandage aérien du vaccin par hélicoptère;
aujourd’hui une part signifcative des fromages dans le monde est produite
grâce à une des enzymes de la présure, la chymosine recombinante, isolée à
partir de microorganismes transgéniques (Aspergillus niger, Escherichia coli
ou Kluyveromyces lactis) transformés par l’introduction d’un gène de veau ;
5
Sur les OGM.indd 5 28/03/2014 14:44
••10 questions à
Bernard Le Buanec sur les OGM
en médecine humaine, l’insuline, le vaccin contre l’hépatite B et l’hormone
de croissance sont produits par des microorganismes recombinants. Cela a
l’avantage d’éviter le risque des contaminations à partir d’extraits animaux ou
humains dont, dans le passé, étaient extraits ces produits; il a été montré, par
exemple, pour l’hormone de croissance, que ces contaminations pouvaient
être responsables de cas de maladie de Creutzfeld-Jacob ;
des enzymes extraites de levures de boulangerie et de levures de bière
transgéniques sont couramment utilisées aujourd’hui, respectivement en brasserie
et en boulangerie.
Les mammifères
un des premiers usages de la transgénèse est de produire des animaux de
laboratoire. En efet, ceux-ci sont utilisés pour la mise au point de nouveaux
médicaments. L’addition ou l’activation de gènes spécifques dans ces ani -
maux permet d’obtenir des lignées stables pour l’étude des maladies humaines.
On utilise surtout les souris qui sont de bons modèles. Il y a actuellement de
nombreuses lignées :
X les oncosouris ont été obtenues par l’introduction d’un oncogène, ce qui
les prédispose à développer des cancers. Ces souris ont été essentielles
pour la compréhension de nombreux cancers et pour le développement
de techniques destinées à les traiter;
X les souris Doogie ont une meilleure mémoire et sont capables d’apprendre.
Elles ont une fonction améliorée au niveau de certains récepteurs dont le
cerveau a besoin pour stocker les nouvelles informations ;
X les souris corpulentes, sujettes à l’obésité en raison d’une carence en
carboxypeptidase E ;
X les souris musclées, ayant un gène de la myostatine inactivé;
X les souris résistantes au froid, dépourvues d’un canal sodique qui provoque
la douleur lors de l’exposition au froid.
Des médicaments actuellement utilisés en grande quantité sont produits par
des animaux transgéniques, OGM. L’exemple d’un anticoagulant est un des plus
6
Sur les OGM.indd 6 28/03/2014 14:44
•••Question 2 : y a-t-il des OGM autres que végétaux ?
caractéristiques. Ce nouveau médicament, commercialisé sous le nom d’ATryn®,
n’est donc pas une molécule chimique de synthèse. Il s’agit d’une copie de protéine
humaine produite par une espèce animale. L’antithrombine contenue dans l’ATryn®
est obtenue à partir du lait de chèvres transgéniques. La lignée d’animaux produc -
teurs de ce lait-médicament a été obtenue en transférant le gène humain codant la
protéine dans des embryons de chèvre. L’intérêt de toutes ces manipulations très
coûteuses réside dans le fait que les quantités d’antithrombine recombinante sont
beaucoup plus grandes dans le lait des chèvres transgéniques (2 à 3 grammes par
litre) que dans le sang humain (quelques microgrammes par litre).
Les poissons
Pour terminer, mais je pourrais donner de nombreux autres exemples, je citerai
le cas d’un saumon transgénique. Il a été autorisé à la commercialisation le 21 dé -
cembre 2012 par la Food and Drug Administration des États- Unis. Il vient d’être aussi
autorisé par le gouvernement canadien. Il s’agit d’un saumon atlantique auquel on
a intégré un gène d’un saumon du Pacifque dont l’hormone de croissance est très
efcace. Le nouveau saumon atlantique grandit deux fois plus vite que le saumon
sauvage. Les premiers saumons transgéniques pourraient être commercialisés en
2014 aux États-Unis et au Canada.
7
Sur les OGM.indd 7 28/03/2014 14:4410 questions à
Bernard Le Buanec sur les OGM
8
Sur les OGM.indd 8 28/03/2014 14:447KLVSDJHLQWHQWLRQDOO\OHIWEODQNQuestion 3 : quel est le développement des PGM dans le monde ?
QUESTION 3 : QUEL EST LE DÉVELOPPEMENT
DES PLANTES GÉNÉTIQUEMENT
MODIFIÉES (PGM) DANS LE MONDE ?
Les premiers essais en plein champ de plantes transgéniques ont eu lieu en
1987 en Europe et aux États-Unis. Si l’on ne prend pas en compte la Chine, pour
laquelle il y avait peu d’informations disponibles au début des années 1990, les
premières cultures commerciales eurent lieu en 1994 aux États-Unis, il y a donc
maintenant 19 ans. Il s’agissait d’une tomate à maturité retardée et à plus forte
teneur en matière sèche, ce qui présentait un avantage pour le transport en fruit
frais et pour la transformation en sauce tomate avec une économie d’énergie pour
la déshydratation. Ce produit n’a pas eu beaucoup de succès car la variété initiale
transformée avait de mauvaises qualités organoleptiques.
Le vrai démarrage a eu lieu en 1996, avec les premiers ensemencements,
toujours aux États-Unis, d’un soja tolérant à un herbicide, le glyphosate.
Depuis, les surfaces sont en augmentation constante. De 1,7 millions d’hectares
en 1996 elles ont atteint 170,3 millions d’hectares en 2012 (175 millions en 2013).
Pour la première fois en 2012, les pays en développement ont cultivé plus de PGM
2que les pays industrialisés, soit 52% des surfaces totales (2) .
2 Le chiffre entre parenthèses renvoie aux références en fn de document.
9
Sur les OGM.indd 9 28/03/2014 14:4410 questions à
Bernard Le Buanec sur les OGM
La répartition par pays ainsi que le paysage mondial sont donnés dans les
deux graphiques suivants :
Figure 1 : OGM : répartition des surfaces par pays.
Surface 2012 : 170 Mha (+6 %).
Figure 2 : PGM : Le paysage mondial.
10
Sur les OGM.indd 10 28/03/2014 14:44Question 3 : quel est le développement des PGM dans le monde ?
Il apparaît clairement sur cette carte que les plus grandes zones de production
sont l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud et l’Asie. L’on voit également que de
nombreux pays qui ne cultivent pas de PGM en acceptent l’importation, comme
par exemple l’Europe.
Les principales espèces transgéniques cultivées sont les suivantes: le soja
avec 80 millions d’hectares soit 81% des surfaces cultivées a vec cette espèce, le
maïs avec 55 millions d’hectares soit 35% du maïs cultivé, le coton a vec 24 millions
d’hectares soit 81 % du coton cultivé et le colza avec 9 millions d’hectares soit 37%
du colza cultivé. Des variétés transgéniques d’autres espèces sont cultivées sur des
surfaces beaucoup moins importantes : la bet terave à sucre, la luzerne, la papaye,
le peuplier, la courgette, la tomate, le poivron, la pomme de terre, le riz et l’œillet.
Les principaux caractères transgéniques sont presque exclusivement la to -
lérance à un herbicide, la résistance à un insecte et la tolérance à un herbicide
cumulée à la résistance à un insecte. Si l’on considère les surfaces cultivées pour
l’ensemble de ces trois caractères, la tolérance à un herbicide représente 59 %,
la résistance à un insecte 15 % et les caractères cumulés 26 %. En plus de ces
principaux caractères, on peut noter chez des plantes actuellement cultivées la
résistance à des virus, la résistance à des champignons parasites, la modifcation
de teneur ou de nature de certains composés végétaux comme la provitamine A,
les acides gras polyinsaturés, l’amidon et la modifcation de la couleur (œillet bleu)
qui, ensemble, représentent moins de 1 % des surfaces cultivées en PGM.
La situation en Europe, de façon plus détaillée, est indiquée dans le tableau et
la carte ci-dessous.
Figure 3 : Europe : un paysage contrasté.
11
Sur les OGM.indd 11 28/03/2014 14:4410 questions à
Bernard Le Buanec sur les OGM
Figure 4 : OGM : le paysage européen en 2011.
En Europe, il y a eu un pic en 2006, du fait de la forte implantation de soja
transgénique en Roumanie, puis une chute due à l’arrêt de cette culture lors de
l’entrée de ce pays dans l’Union européenne. (Incidemment, il faut noter que cet
arrêt a fait passer les surfaces en soja dans ce pays de 190 000 ha à environ
50 000 ha, obligeant la Roumanie à importer du soja transgénique pour 140 millions
de dollars, accentuant ainsi la dépendance de l’Europe pour ses besoins protéiques
en alimentation animale). En France, il y a eu une augmentation sensible des sur -
faces plantées en maïs résistant à la pyrale de 2004 à 2007, puis un arrêt brutal
suite de la mise en œuvre d’une clause de sauvegarde par le Gouvernement français
en février 2008. Depuis 2011, il y a cependant une augmentation des surfaces en
Europe, avec en 2012 une augmentation de 40 % par rapport à 2010. En 2013, les
surfaces cultivées en maïs transgénique en Espagne ont atteint 137 000 ha, soit
une augmentation de 18 % par rapport à 2012.
La très forte limitation des cultures transgéniques en Europe a conduit à la dé -
localisation de la plupart des équipes de recherche en Amérique du Nord, Amérique
du Sud et Asie. L’Europe, qui était un des pionniers dans le développement de cette
technologie, prend désormais du retard.
12
Sur les OGM.indd 12 28/03/2014 14:44Question 4 : quel est l’effet des PGM sur l’environnement ?
QUESTION 4 : QUEL EST L’EFFET
DES PGM SUR L’ENVIRONNEMENT ?
Les PGM ont, comme toutes autres plantes en culture, un efet sur
l’environnement. Cet efet peut être direct ou indirect. Par efet indirect il faut, en particulier,
comprendre les surfaces économisées grâce à l’augmentation dans certains cas
de la production par hectare due à leur culture.
Une analyse d’efet sans comparaison ayant peu de sens, l’efet des PGM est
ici comparé à celui de l’agriculture dite conventionnelle, c’est-à-dire une agriculture
dans laquelle on utilise de façon régulière et optimisée des intrants sous forme
d’engrais minéraux et de produits phytosanitaires de synthèse. L’efet dépend des
caractéristiques spécifques de chaque PGM.
Les PGM les plus cultivées sont, répétons-le, par ordre décroissant, le soja tolérant
à un herbicide, le maïs résistant à certains insectes et/ou tolérant à un herbicide, le
coton résistant à certains insectes et/ou tolérant à un herbicide et le colza résistant
à un herbicide. Quels sont les efets de ces caractéristiques sur l’environnement?
L’effet sur l’utilisation des produits phytosanitaires
A priori l’efet direct le plus « facilement » mesurable est la quantité de matière
active de produits phytosanitaires utilisée. Cependant, l’analyse de la quantité to -
tale de produits utilisés à l’échelle d’un pays ou d’une région est loin d’être évidente
13
Sur les OGM.indd 13 28/03/2014 14:4410 questions à
Bernard Le Buanec sur les OGM
12. *Biotechnologies et environnement – avril 2010
13. *Des bons usages du Principe de précaution – février 2011
14. L’exploration des réserves françaises d’hydrocarbures de roche mère (gaz
et huile de schiste) – mai 2011
15. *Les ruptures technologiques et l’innovation – février 2012
16. *Risques liés aux nanoparticules manufacturées – février 2012
17. *Alimentation, innovation et consommateurs – juin 2012
18. Vers une technologie de la conscience – juin 2012
19. Profter des ruptures technologiques pour gagner en compétitivité et en
capacité d’innovation – juin 2012 (à paraître)
20. Les produits chimiques au quotidien – septembre 2012
21. P
capacité d’innovation – novembre 2012 (à paraître)
22. Dynamiser l’innovation par la recherche et la technologie – novembre 2012
23. La technologie, école d’intelligence innovante. Pour une introduction au lycée
dans les flières de l’enseignement général – octobre 2012 (à paraître)
DIX QUESTIONS POSÉES À…
1. *Les déchets nucléaires – 10 questions posées à Robert Guillaumont
– décembre 2004
2. *L’avenir du charbon – 10 questions posées à Gilbert Ruelle – janvier 2005
3. *L’hydrogène – 10 questions posées à Jean Dhers – janvier 2005
4. *Relations entre la technologie, la croissance et l’emploi – 10 questions
à Jacques Lesourne – mars 2007
5. *Stockage de l’énergie électrique – 10 questions posées à Jean Dhers
– décembre 2007
e6. *L’éolien, une énergie du xxi siècle – 10 questions posées à Gilbert Ruelle
– octobre 2008
7. *La robotique – 10 questions posées à Philippe Coifet, version franco-anglaise
– septembre 2009
8. *L’intelligence artifcielle – 10 questions posées à Gérard Sabah – septem -
bre 2009
9. *La validation des acquis de l’expérience – 10 questions posées à Bernard
Decomps – juillet 2012
64
Sur les OGM.indd 64 28/03/2014 14:44Publications
GRANDES AVENTURES TECHNOLOGIQUES
1. *Le Rilsan – par Pierre Castillon – octobre 2006
2. *Un siècle d’énergie nucléaire – par Michel Hug – novembre 2009
HORS COLLECTION
1. Libérer Prométhée – mai 2011
CO-ÉTUDES
1. Progrès technologiques au sein des industries alimentaires – La flière laitière.
Rapport en commun avec l’Académie d’agriculture de France – mai 2004
2. Infuence de l’évolution des technologies de production et de transformation
des grains et des graines sur la qualité des aliments. Rapport commun avec
l’Académie d’agriculture de France – février 2006
3. *Longévité de l’information numérique – Jean-Charles Hourcade, Franck Laloë
et Erich Spitz. Rapport commun avec l’Académie des sciences – mars 2010,
EDP Sciences
4. *Créativité et Innovation dans les territoires – Michel Godet, Jean-Michel
Charpin, Yves Farge et François Guinot. Rapport commun du Conseil d’ana -
lyse économique, de la Datar et de l’Académie des technologies – août 2010
à la Documentation française
5. *Libérer l’innovation dans les territoires. Synthèse du Rapport commun du
Conseil d’analyse économique, de la Datar et de l’Académie des technologies.
Créativité et Innovation dans les territoires Édition de poche – septembre
2010 – réédition novembre 2010 à la Documentation française
6. *La Métallurgie, science et ingénierie – André Pineau et Yves Quéré. Rapport
commun avec l’Académie des sciences (RST) – décembre 2010, EDP Sciences.
7. Les cahiers de la ville décarbonée en liaison avec le pôle de compétitivi -
té Advancity
8. Le brevet, outil de l’innovation et de la valorisation – Son devenir dans une
économie mondialisée – Actes du colloque organisé conjointement avec
l’Académie des sciences le 5 juillet 2012 éditions Tec & doc – Lavoisier
65
Sur les OGM.indd 65 28/03/2014 14:44

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.