19 avril 1874

De


Aucun pays n’accorde à ses citoyens autant de droits politiques que la Suisse. Ce livre révèle en quelles circonstances furent octroyées au peuple ces puissantes armes démocratiques que sont l’initiative et le référendum. Chez les radicaux au pouvoir, ces audaces répondaient aux vœux de leur aile démocratique et sociale. Mais les conservateurs apprendront à s’en servir. La période couverte part de la constitution de 1848. Un agrégat de cantons souverains se mue en un état fédéral encore sommaire, mais doté d’une réelle capacité d’action. Développement industriel, batailles du rail, conflits religieux, pression des puissances économiques voisines : voilà l’arrière-fond des réformes qui vont durablement marquer la construction de la Suisse moderne. Dans le même temps, devenue l’asile des réfugiés politiques de l’Europe, la Suisse renonce à étendre son territoire et risque une guerre avec la Prusse, pour Neuchâtel. Les affrontements entre centralisateurs et partisans de l’autonomie cantonale imprègnent fondamentalement la constitution de 1874, largement acceptée le 19 avril. Dès lors, le socialisme s’enracine, les cantons catholiques, perdants du Sonderbund, reprennent force, malgré le Kulturkampf, et les radicaux se réorganisent. C’est l’éventail des partis du 20e siècle qui se met en place.

Publié le : jeudi 25 avril 2013
Lecture(s) : 8
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782832302484
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Aucun pays n’accorde à ses citoyens autant de droits politiques que la Suisse. Ce livre révèle en quelles circonstances furent octroyées au peuple ces puissantes armes démocratiques que sont l’initiative et le référendum. Chez les radicaux au pouvoir, ces audaces répondaient aux vœux de leur aile démocratique et sociale. Mais les conservateurs apprendront à s’en servir. La période couverte part de la constitution de 1848. Un agrégat de cantons souverains se mue en un état fédéral encore sommaire, mais doté d’une réelle capacité d’action. Développement industriel, batailles du rail, conflits religieux, pression des puissances économiques voisines : voilà l’arrière-fond des réformes qui vont durablement marquer la construction de la Suisse moderne. Dans le même temps, devenue l’asile des réfugiés politiques de l’Europe, la Suisse renonce à étendre son territoire et risque une guerre avec la Prusse, pour Neuchâtel. Les affrontements entre centralisateurs et partisans de l’autonomie cantonale imprègnent fondamentalement la constitution de 1874, largement acceptée le 19 avril. Dès lors, le socialisme s’enracine, les cantons catholiques, perdants du Sonderbund, reprennent force, malgré le Kulturkampf, et les radicaux se réorganisent. C’est l’éventail des partis du 20e siècle qui se met en place.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

L'esprit des fortifications

de presses-polytechniques-et-universitaires-romandes-ppur

Alerte aux micropolluants

de presses-polytechniques-et-universitaires-romandes-ppur

Mythe & Science

de presses-polytechniques-et-universitaires-romandes-ppur

suivant