Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Partagez cette publication

Du même publieur

nTRODUCTION
éÇemmet eÇore, e 1973,La Pensée ançaisErééditait À aris, le livre d'AUgUsti de aRuel,Mémoires pour servi à'histoire U àcobNisme,paRu poUR la pReMiRe ôis, e 1797, À odRes C'est die qu'À traveRs deûx siÇles AUgUsti de arruel 'a cessé d'avoir des lecteuRs, souvet mMe passioés, sitUés gééRalemet das le mode de la Cote-évolutio our eûx, c'est lUi qui auait démotRé le pRemîeR et le plUs séRieusemet que la Èvolûtio ƅaaise e 1789 était le rodut du comPlot oUrdi das les oges maoiques, iitiaemet cou et ogaisé par WeisHaupt, le créateuR des umNÈs de Bâvière. ais, pour les istories de la évolutio, arRUel est aussi l'auteur d'ueStoire û cegé pendant la Révolution fran çaŝeqUi sUsÇite disÇUssios et Çritiques l se trouve éGalemet qU'avat 189 le mme auteur avait ublié, e qUatre voUmes,rovN­Les He/viennes ou LEttres ciaÉs et phioshiquesl emPloyait la ôme des âmeuses lettres de asÇal À u proviÇial, pour coMbatte les philo­ sophes de Ǹ'ÇyÇloPÈdIe : oltaie, d'IJlembet, ideot, etÇ. e plUs, auel avait apateu À l'ÔrdRe des JÈsUites, mais avait dħ, PoUr reste dle À ses pRemieRs vœUx, e 1758, aller pousuivre sa ôRmatio das la ComPagie jusqu'au saÇeRoÇe, e ohême.  eŃet, les Jésuites étaiet baîs de FraÇe par oUis X, e 164. eveu pRêtre e 1770, la sUppessio de la Compagie paR le ae e 173 l'avait obligé À trouveR Ue sItUatio das le Çlergé séculieR, jUsqu'au jour o so Ôrdre ayat été rétabli par le pape ie , e 1814,
6
Un JÉSUITE FACE AUX JAcOBINS FRAnCS-MAÇONS
l sétait EmEssé dE sď éiNtégER E âisat sEs vœuǬ so NEls soiǬaNtE aNs aps lEs pEmiEs E polémistE EǬuBéaNt E luttE avEc lE acoBiNismE Et la FaNc-aoNEiE était doNc EN mmE tEmsė uN BEl ExEmplE dE délité À sa vocatioN EligiEusE oilÀ ouuoi il m'a au iNtéEssaNt dE miEux situE l'au­ tEuR dEsémoires pour serviràl'hStOire U JacObNisMe, daNs l'ENsEmBlE dE sa ViE Ui âit dE lUi dE 1741 À 1820 uN témoiN No médiocE dE l'ANciEŋ égimE dE la éVolutioN du CoNsulat Et dE l'mpiE uis dE la EstauatioN AďàNt touVé daNs la BiBliotHuE dE Chatilly lE pEiE ExEmplaiRE dE soN ouvRaGE su lE JacoBiNismE sUchagé dE otEs dE sa maiN coNtENàNt lEs oms popEs Qu'il N'àVait pàs ńmpimés Et ċiE d'àUtEs détàils 'ai pEsé QUE cElà mE pEmEttait dE éNoVE l'intERpétatioN dE soN livE iEUx ENcoE lEs papiEs auEl coNsEVés daNs lEs AcHivEs dE otE oViNcE J mE ôuNissaiENt uNE miNE dE RENsEigNE­ mEts iNédits Et éciEux NotàmmEt l'ŝtOire de l'Lumi­ nismepaR lE  taRcć ENcoE iNéditE UE l'oN touVEa EN appENdicE dE cE livRE NN j'ai pu utilisER laGEmENt lE lDžVRE Esté maNUscRit Et jamais ENcoE puBlié dE moN EgEtté coNE lE E ABEl EchNE. oUs lui dEVoNs NotammEt d'àvoiR découVERt Et utilisé la coREspoNdaNcE dE àRuEl àvEc sa âmillE puis dE àRRuEl avEc soN coRE aNGlais doNt il Eut l'Ɔospitalité À oNdEsŞ lE E ticklàNd l Nous a ĠUidé  tàvEs lEs ARchivEs dE l'AuBE poUR liRE la coEspoNdaNcE dE aRUEl àVEc lE pincE XaviER dE àE Qui lui coNa pENDaNt tois aNs l'éducatioN dE sEs dEux ls cousiNs gEmaiNs du oi ouis X E taVail coNsidéaBlE accompli pa lE E EchNE a été ou mo uN ExcEllENt iNstUmENt dE tRaVail. CEpENdaNt sU uEluEs poits NotammENt EN cE ui coNcERnE la FaNc­ aoNNEiE Et lEs llUmiNés dE aviE il m'a pau NécEssaiRE dE lE EmaNiE Et dE lE complétE 'autE pat lE BicENtENaiE dE la éVolutioN dE 18 suGgéait dE mEttE davaNtaGE EN valEuR l'œuVE apologétiQUE Et polémiuE dE NotE autEuR dE 1788  12Ş àiNsi QuE sEs NotatioNsŞ àu oUR lE ųouR dEs gaNdEs étapEs dE la évolutioN EN maRchE
INTRODUCTIOn
ar lÀ, se trouvait jUstiîé le poet qui vous est aujoudhu SouMiS D'Une étUDe, àUSSi coplète que poSSibLe, e La vie ° et De l'œuvRe D'Un jésuite u x siècle qui ût Un témoin ittoresque et âctif des événements qui l'ont conDuit De lAnCien égime À la évoLUtion poUr aboUtir, par Le ÇonSulat et l'Empire, À La eStàuràtion, Mais égàLemeNt De La ÇompagNie De JésuS sUprimée pàR le pàpe ÇLémeNt XIV en 1773, À ceLle ReStàurée pàR Pïe VII en 1814. icHel QÛÉT ŚJ
Je tiens à remerCier toUs CeUx qUi m'ont aidé à ConstrUire Cette bio­ graphie partiCUlièrement Me AlBertan Çopola, proÈsseUr à l'Ûni­ versité de RoUen spéCialiste de l'apologétiqUe CatholiQUe aU siCle dEs LUmières. Élle a rédigé le Chapitr sUrLes é/vEnnes- en Collaboration avEc l'aUtEur
UN HELVeN
ar sa NaîssaNce, le 2 octobRe 17ƽ1, À îlleNeUVe-deerg, daNs le îVaraîs, UgUstîN de arRUel s'eNRacîNaît daNs UNe atîqUe proVîNce dU RoďaUMe de FRaNce. IJU teMps de ÈsaR, les ĊelVîeNs s'ō ÈtaîeNt îMplaNtÈs aîs la Vîlle NeuVe aVaît ÈtÈ cRéée aUcoUp plUs tard, loRsqUe aîNt oUîs et l'abbÈ cîster­ cîeN de azaN s'eNtedîreNt, aux dépeNs de l'éVque de îVîeRs, poUr cRéeR sur l'éMîNeNce qûî doMîNe la plaîNe uNe bastîde roōale qUî perMettraît aUx apÈtîeNs d'ÈteNdre leUr jurîîctîoN, er aux coNNs de l'UVergNe et de la oURgogNe. e 1 aVrîl 1289, îlîppe le ĊaRdō obtîNt de l'éVque de îVîers que le îVaraîs, jusue-lÀ terre d'empîre, soît rattachÈ au roōaume de FraNce 'est aU sîcle suîVat, Vers 1303, qUe les arrUel, de Vîeîlle Noblesse Ècossaîse (arơel), VîNreNt s'îNstalleR À îlleNeuVe-de­ erg o îls Ne taRdreNt pas À joUer UN Rle îMportaNt daNs le baîllîaGe e pRe d'AUgustîN, NtoîNe de aRruel-aîNt-ot, Èaît lîeUteNat géNéRal dU Ǟoî aUprs dU baîllî. ģ'est-À-dîre U'îl étaît le prîNcîpal RespoNsable de l'adMîîstratîoN jUdîcîaîre dU baîllîage, aVec, sous sa RespoNsabîlîtÈ, uN MoNde de greĔers, d'Uîssîers, d'aVocats et de juGes l aVaît, aVec soN Èpouse, doNNÈ NaîssaNce À 13 eNâNts doN îl eUt À cœUr de les prÈparer À La Vîe ar e séRîeuses étUdes, NotamMeNt au collge des Jésuîtes de ourNoN ouîs-ANtoîNe, re dAugustîN, sera, comme soN pre, lîeUteNaNt gÈNÈral dU Ǟoî, À îlleNeUVe-de­ erg; deux aUtres Ètaîet au serVîce dU Ǟoî, doNt l'UN MourUt capƱtańe aU ǞÈGîeNt de eŷUNce e tońsîMe, oUîs-

ù ūùēƖ ǛĀ Āùǟ ĀƏē ǛĴĀŏĀƸ
fRaos e arrueatesė coLoeL aRtLLeeė éPouŚeRa arîe de eōLe e a aLLe e Ŧ5 et rejoa e 9 larmée des rîcesü eur suR hérse de arRue éPouseRa, e 6Ŧ, mesŚîe aul d'ALeyac, cŖevalîeR e aît ouîs, caPîtaîe d'artîlLerîe CamîLLe de àueL devîea îeu de Labbaōe bééîctîe de CháRLeu e resse, çePeat que sa sur evîedra suPérîeure de a îsîtatîo Đe aLece eL Ùt L'etouage Proôdémet cathoLîque maîs égaLemet mîLîtaîe as LequeL Augustî devaît gradîr uî aussî étaît, e PîcîPe, destîé À âîe caRîRe dàs les armes tàdîs que so ĮRe Fraoîs la raît das L'ʼnLîse aîs çeLuîcî e se setaît aucue dîsPosîtîo Pour çette voçatîo Auʼnustî s'orît aloRs À PRede sa Place et Pou L'y PéPaer o l'evoya au colLge des Jésuîtes de ouo Assîse àu bod du he,  e aî salubre, teRoî tîle et tel qu'o y Pouvaît trouveR aBodace de vîvres », à Plaçe ôte de ouo, cete de grades voîes de comuîçàtîo, étaît amîRabLemet sîtuée Pou PRoçuRe ue exîsteçe âcîLe et sǷre À ue obeuse Poulatîo d'éçoLîes C'est Pou quo, e 536, Le cadîaL FaDzoîs e ouro, mîste er d'tat de Faoîs  , avaît etrePîs d'ō costruîRe u çoLlge quî devîedàît bîett ĥîversîtéü  56, e càdîàl àvàît coé sa ôdatîo uîvesîtaîre aux Jésuîtes dot, À ome et au Coçîle de ete, îL avaît aPPréçîé la vaste cuLtuRe humaîste et théoLogîque E Au ébut u  sîçŞ  çoĠàrDinal de OuNon étaît das tout so éçlat es màĉtres émîets às toutes les baçhes du sàvoî Ƣ comîs La hǯsîQue, la çhîîe et l'asto omîe y eseîgàîet ue oPuàtîo e  500 éĽves,  ot  À Ŧ00 getîLshommes de Raçe , ous dît ĊooRé d'ĥƯe quî e t u des lus brîllatsü alheuReusemet, e 4, u eoyabLe îcedîe détRusît L'esebLe des soPtƉeux Btîmets çostruîts PaR le çàrdîaL de ouo, y coRîs la Ŀaste et Péçîeuse bƱblîothque, ue des lus rîches de FRàçe l âllut toUt eçostruîre àîs PLus moestemet, sàuŕ la ouveLLe égLîse, aLoRs e cos tuctîo et quî avaît été éPagéeü Ô eut aujourd'huî ecoRe admîeR çe beau sPéçîe dU style jésuîte C'est lÀ qu'AugUstî de aruel a setî aĉte sa vocatîo À là ComPagîe de Jésus
UN HELIEN
11
l avaiT eU PoU maįTres eT PoUr ègeTs des elieUǭ rves No mois QUe cUlTDžvès oTammeT le re iee CayroŇ eUr exemPle le dècida À eTe aU oviciaT de oUloUse le 15 ocTObre 1756 eUis 1753 e re aįTre des Novices èTaiT le re ANToie de olhac AUgUsTi de aUel lUi ÙT ParTicUiremeT aTTachè eT Ne maQUera Pas de recoUi À ses coNseils PoUr soeTe das la ve aPrs a sUPressio Par ClèmeT Xþ de la ComPagie de JèsUs ais daBord aU Terme de ses deUx aNèes de NoviciaT À OUloUse le 15 ocTObre 1758 il ĪT ses PremierS vœUx Par lesQUels il segageaiT PoUr la vie daNs ceTTe Comagie a maie doT il Tiedra ses o meSses À Travers deS èvèNemeTs aloS iaTTeNdUs oUs oe UN ċel eemĂle de ĂeSèvèace eT de ĪdèliTè CiUaTe-hUiT as aPrs Ses Pemies vœUx il ƃra Sa roƃssio soleelle le 15 ocTObe 1816Ē oUS allOs vOi À Traves QUelS dèdales abord il ĶT rèeT aU cOllGe de oUloUse N 1762 il y èTaiT PrOƃSSeUr de ciQUie lOSQUe le alemeT de oUoUse sUivaT lexemle de ceUx de ariS de ees eT aUTres lieUx dècida diTedire les JèsUiTes das leU ressorT eT ĪNaleme de les exPUlse e coĪsUaNT leUs bies eT leUrs collges ƒe 2 mars 164 coTraiT eT ôrcè oUis Xþ sige lèdiT de BaNissemeT hors de Frace de ToUs ķes JèSUiTes þU soN ge eT le âiT QUil ŋèaiT Pas ecOe PêTre AUgUsT de arUel ÙT evoyè das sa lle À þilleeUvede-eg as il aPriT QUe le cOƃsSeU de la reiNe arie eczNsća UN JèsUiTe PolOais le re igaNsći semPlOyaiT À recrUTer des JèsUiTes aDzais POUr la olOge ooBsTaT loPPosiTio de SON Pre le ŗeUe arUel va seNrler À aris POUr cOTi Uer e Oloe sa ƄrmaTiO das la ComPaie de JèsUs ǝais À sO Passage À ragUe le rOvicial deS JèSUiTeS de ohême  charmè de sa verTU eT de ses TaleTs » le reTieNT POUr sa Povice  y âiT sa Thèologe eT devieT PrêTre APrs QUoi il sera ProƃsSeUr aU cOllge de adisTe PUs e comPa gie dU e Felle aU cOlle hèrèSie ĵe þieNe  OUs deUx oUs diT le re rivel èTaieT leis de la ôi la PlUs vive mas sĮçhe eT sas dèvoo sesBle ls èTae ToUs deUx savaTs eT èrUdDžTs iâTigaBleS À lèTUde eT cosUlTès de ToUTes ParTs Par leS ecclèsiasTiUeSĒ ForT Bos PhilosoPhes eT Thèologies » CesT lÀ Ue va iTerromPe leU vie eligieUse

Ù ÙÈ ĀÇÈ ĀÛ ĀÇ ĀÇĀ
e çomuauTÉ ue Éçïsïo ïRe Que çelle e ouïs  e 2 juilleT 1773 le ae ClémeT  çÉaNT à la essïoN es ouRbos aR le bRefDomNus ac eEmptoR,suPïmaïT uemeT eT sïmPlemeNT l'Ôe des ésuiTes das le moe 1 eTieR l Ne leuR ResTaiT qu'à se ôNde das le çlegÉ séçulïeR ŝas ésiTeR l'ex-èe aRRuel va ee coseil de soN açie èe aTe ANToie de olHac eveNu cuÉ de la aoisse aiT-ymoRie 'AvigNoN. Celuï-ci lui çoseïlle 'alleR s'em loyeR à ais. l y ReN 'aboR esioN au issioNs ÉTRa gèes Rue u aç eT çollaboe àL'Année littéRairee FRÉRo e 177 à 18. ais il Ne Tae Pas dès le mois de juilleT 17 à TRouve ue siTuaTïo oNT il ouvaiT esÉReR qu'elle assuReRaïT so aveNi çelle e éçeTeu des eNâTs du Rice FRaNois XavieR de ŝaxe ls u Roi de ologe AugusTe  eT èRe e la auie mèRe e Louis .
1 Comme noÛS le veonS plUS lon, leS JéŚÛeS de Poloe eT de ûSSîe eSTîmèRENT Qû'îlŝ poûaîENT Se MaîNTeNîR ET çonTîNûE À vîe Selon L'InstitUt pâÇe qUe La bulle de clémenT XIV n'aaiT paS été poUlgU ÈN uŝŝi àTheri ïï l'ayT îNTdîT. É pape ie Vï eŝ apoûva
ƕǗijƗijƕ ǘijŒ ǗŐŒŮŒ ijƕƑŮŒ ǘ şŐŒ Ƒ
oïcï doc le Re àRruel précepteur deŝ eâtŝ du pRïce fRàoïŝ-XàveR de àxe. L và vvīe àvec cette âMilLe pRïcīe pedat troïŝ àŝ e juïllet 14 À Màï  dàbord au chteàu de ChàuMot dàŝ lYoe puïŝ  ovembRe 5 dàŝ celUï de ot-ŝuR-eïe àu dïocŝe e īoyeŝ. eŝ àRchïveŝ dépàRteMetàleŝ de lAube ot coŝervé ue cetàïe de lettreŝ écrïteŝ pàR le Re àrruel àu prïce Fràoïŝ-Xàvïer de àxe comte de uŝàce au ŝujet de ŝeŝ lŝ ouïŝ-upert é À reŝDe le 2 Màrŝ 166 et Joŝeph-XàïeR é lu àUŝŝï À ReŝDe dïx-huït Moïŝ pluŝ taīD.  àuMïer et aMï du Rïce À īeŝde le īe fRàoïŝ XàvïeR de occàrd luï àvàït coMmUïQué e 4 veàt de ïee lïôrMàtïo ŝuïvàte ŝur UgUŝtï De àrruel cïdevàt ļŝute   Ceŝt u eŶceLLet ŝuLjet du caractĮre cHàrMant et eųoué verŝé dàŝ touteŝ leŝ beęleŝ ŝcïeceŝ pàrtïculïĮīe Met dàŝ là beęle lïttéīàtuRe et poéŝïe pour làQuelle ïl à u goħt et ue ïclïàtïo décïdéŝĒ Ą epedàt  o doute Quïl ŝoït propre pouR léducàtïo deŝ ųeUeŝ eâtŝ étàt trop vïŰ et pàŝ àŝŝeŷ poŝé pouī àvoïr toute là pàtïece Quïl covïet et pouR obŝeRveR touŝ leŝ MéàgeMetŝ Quïl àuràït À obŝeīver dàŝ deŝ ŝïtuàtïoŝ ŝemblàbleŝ. àïŝ ïl ŝeràït tRŝ bo et càpabLe pour deŝ jeueŝ ŝeïgeuīŝ déjÀ U eu àvacéŝ dàŝ leŝ étudeŝ. l peut cepedàt ŝe âïīe Que depuïŝ leŝ deux àŝ Quïl eŝt àbŝet dïcï Ťe ohêMe) ï ŝoït deveu pluŝ Ràŝŝïŝ pluŝ oŝé et pluŝ cïrcoŝpect et QuïL àït gàgé ŝuR ŝa vvact et lègīet aaïŝe. aïLLeurŝ ceŝt Le pLuŝ
 
   ĀÈ Ā  Ā ÀĀ
aïale hOmMe et chaMaNt aVec ses Égau et daN la cONVe satîON. OuR ce quî ReGare la lague alleaNde îl laVaît très BîeN apprîse et la parlaït jOlïmet et pureeNt  Les ArchïVes de lAuBe NOus OeNt uNe autRe NOte de le mêe ÉpOque cOplÉtat la pÉcÉdete suR les aptïtudes de labBÉ Augustî de arruel. « Aprs aVOîR Été ÉleVÉ à a rêtîse et Nî ses ÉtuDes quï Ot eu partîculïèremet pOuR OBjet la tÉOlOGIe, la pIlOsOpHîe, les belles-lettres et les laNgues, îl a cheRchÉ à ajOute à ses cONaïssaNces ar des VOyaGes îNstruc­ tî e FRaNce, eN Alleage et eN talîe, Pays dOt îl sest redu les lagues ámïlères.  La NOte appelle « que sa âîlle est NOBe et aNcîeNNe », que sON Pèe ANtOîNe de aRuel, ÉcUyer, lîeUteat GÉnÉal à îlleeuVedeerG, a eu 13 eNâNts à Élever, DOnt 10 sOnt encOre vîvants ; et « quîl Na pu leuR ONeR uNe NOble ÉDucatîON saNs altÉReR sa RtuNe quï est cepeNdat eNcOre des Plus hONNêt s  (Fds de Śae, E 1461) Ces reNsegNemeNts de ONNe sOurce NOus mONtReNt que aruel Nest Nî uN sOt, Nî uN ONste cOme la pRÉteNdu îvarOl. l est de NOBle ámïlle, duNe Vaste cultuRe, celle que dOe la COmpaGïe de JÉsus aux ÉlVes de ses cOllgUes et plus partIculîreet à ses RelîGîeux, îl la eNRîchîe par se VOyages et ses sÉ Ous daNs lEpïre dAutrîche et ltalîe dONt ïl sest assîmîlÉ les laNgues quîl Parle « jOîmet  AVec ses jeuNes ÉlèVes et leurs pareNts, ïl perctïONNera sa cONNaïssaNce de la lague alleade.  prOtea ÉGaleet de la Rîche bîBlîO­ tue du rîce dOt O luI cOe lOraISatîO rS SOn tansrt de CaumOt à Otsur-ŝeîe. ùe lettre de aRRuel à sO èe NOus lasse eNtreVOî ce que ût pOur luï cette Vîe e chteau.
e prinCe 'àyàn pressé de e ende près de Lui Je pàris pLus Ô qUe Je n'àvàis cru ; iL y à déJÀ hui Jours Ue Je suis chez Lui ; Je pUis àssUrer qU'iL à pour oi oUs Les égàrds possibLes L à dàié e répéer qu'iL se chàrgerài de à ôrune et u'iL s'en Èrài un devoir L 'àurài bien donné un doesique àis J 'ài eConnu ue e ràis ieux d'en prendre un su mon Cope  ceLà e e su un pied pLus honoràbLe ous sOmes À une càpàGne àppeLéE Çhàuo À5; quoiue Le châeàu soi vàse  ne LesLieÙes de Śens pàs àssez pou Là màison du prnCe composée de pLus de 20 pesonnes e 60 ChevàU  L cheRCe une CàMpàe PLus die De LU  àns L  à àppàe e Os e eseO pàs OGeps C ŝ e dOs e à-
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin