Benoît XVI

De
Publié par

Lorsque Célestin V, après quelques mois de pontificat, abdique le 13 décembre 1294 devant les cardinaux, ceux-ci ne s'en étonnent guère : le pape, ancien ermite, avait largement démontré qu'il n'était nullement préparé à la charge d'évêque de Rome. En élisant Benoît XVI, ils pensaient couronner un parcours exemplaire. Lorsque celui-ci renonce à son tour à sa charge, le 11 février 2013, en pleine liberté et pour le bien de l'Église, il provoque stupeur et étonnement... Compréhension aussi, car Benoît XVI justifie cette renonciation par l'amoindrissement de sa vigueur et par son incapacité à assumer au mieux le ministère qui lui a été confié. Dans sa dernière audience, il ne cache pas que la barque de l'Église a du faire face à des « eaux agitées » et à des « vents contraires ». Paul Christophe examine les réussites et les échecs de ce pontificat, tout en relevant la complexité d'un homme conscient des réformes à entreprendre mais trop âgé pour les accompagner. La renonciation à sa charge est le geste raisonnable et prophétique d'un homme de foi qui ouvre l'avenir.
Publié le : vendredi 6 mai 2016
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782204114271
Nombre de pages : 176
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lorsque Célestin V, après quelques mois de pontificat, abdique le 13 décembre 1294 devant les cardinaux, ceux-ci ne s'en étonnent guère : le pape, ancien ermite, avait largement démontré qu'il n'était nullement préparé à la charge d'évêque de Rome. En élisant Benoît XVI, ils pensaient couronner un parcours exemplaire. Lorsque celui-ci renonce à son tour à sa charge, le 11 février 2013, en pleine liberté et pour le bien de l'Église, il provoque stupeur et étonnement... Compréhension aussi, car Benoît XVI justifie cette renonciation par l'amoindrissement de sa vigueur et par son incapacité à assumer au mieux le ministère qui lui a été confié. Dans sa dernière audience, il ne cache pas que la barque de l'Église a du faire face à des « eaux agitées » et à des « vents contraires ». Paul Christophe examine les réussites et les échecs de ce pontificat, tout en relevant la complexité d'un homme conscient des réformes à entreprendre mais trop âgé pour les accompagner. La renonciation à sa charge est le geste raisonnable et prophétique d'un homme de foi qui ouvre l'avenir.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le retour du peuple

de editions-du-cerf14760

Retrouver l'histoire

de editions-du-cerf14760

suivant