Charles le Téméraire

De
Publié par

Charles de Bourgogne a été vaincu et tué, et son grand dessein s’est effondré avec lui. Mais la tâche qu’il s’était assignée était démesurée et il fut bien, en s’y attaquant, téméraire. L’idée de construire entre France et Empire un Etat d’un nouveau type, souverain et indépendant, ayant pour assise territoriale un nouveau royaume constitué de toutes pièces, était d’une telle nouveauté qu’elle ne pouvait que heurter les traditions et les conservatismes. Le roi de France ne pouvait l’accepter, occupé qu’il était à établir son autorité sur les princes et à les mettre au pas, attendant d’eux, au-delà de la loyauté vassalique, une obéissance de sujets. A ses yeux, le duc de Bourgogne était le vassal félon qui s’était soustrait à l’hommage et aux obligations en découlant.

En même temps, chaque fois que Charles s’est consacré à l’Empire en tournant le dos à la France, il a pris un risque. Il a cru pouvoir s’y implanter profondément, a pu songer y acquérir la couronne de roi des Romains le destinant à la dignité impériale, mais il s’est mépris sur la situation.

Les obstacles à son grand dessein étaient immenses. Son comportement ne fut pas de nature à les amoindrir. Il a cru à la guerre comme moyen politique et, surtout, il a cru à la bataille comme moyen de décision. Ce prince cultivé, musicien, amateur des auteurs antiques et homme de goût en matière d’art se montra impitoyable et brutal jusqu’à la férocité. Appliquant sa propre conception, qu’il valait mieux être redouté que dédaigné, il s’est ingénié à répandre la terreur. Mais, à trop vouloir être redouté, on se rend détestable.
Publié le : mercredi 28 avril 2004
Lecture(s) : 60
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213648835
Nombre de pages : 546
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Charles de Bourgogne a été vaincu et tué, et son grand dessein s’est effondré avec lui. Mais la tâche qu’il s’était assignée était démesurée et il fut bien, en s’y attaquant, téméraire. L’idée de construire entre France et Empire un Etat d’un nouveau type, souverain et indépendant, ayant pour assise territoriale un nouveau royaume constitué de toutes pièces, était d’une telle nouveauté qu’elle ne pouvait que heurter les traditions et les conservatismes. Le roi de France ne pouvait l’accepter, occupé qu’il était à établir son autorité sur les princes et à les mettre au pas, attendant d’eux, au-delà de la loyauté vassalique, une obéissance de sujets. A ses yeux, le duc de Bourgogne était le vassal félon qui s’était soustrait à l’hommage et aux obligations en découlant.

En même temps, chaque fois que Charles s’est consacré à l’Empire en tournant le dos à la France, il a pris un risque. Il a cru pouvoir s’y implanter profondément, a pu songer y acquérir la couronne de roi des Romains le destinant à la dignité impériale, mais il s’est mépris sur la situation.

Les obstacles à son grand dessein étaient immenses. Son comportement ne fut pas de nature à les amoindrir. Il a cru à la guerre comme moyen politique et, surtout, il a cru à la bataille comme moyen de décision. Ce prince cultivé, musicien, amateur des auteurs antiques et homme de goût en matière d’art se montra impitoyable et brutal jusqu’à la férocité. Appliquant sa propre conception, qu’il valait mieux être redouté que dédaigné, il s’est ingénié à répandre la terreur. Mais, à trop vouloir être redouté, on se rend détestable.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.