Conversations Hitler-Mussolini

De
Publié par

De juin 1934 à juillet 1944, Hitler et Mussolini se sont rencontrés à dix-huit reprises, accompagnés le plus souvent de leur ministre des Affaires étrangères, Ribbentrop pour l’Allemagne, Ciano pour l’Italie. Que se sont-ils dit ? De quoi ont-ils parlé ? Et en quelle langue, car s’il ne faut pas oublier que si le Duce pratiquait assez couramment la langue de son interlocuteur, celui-ci ne s’exprimait qu’en allemand. 
Pour examiner cette question, l’historien dispose, conservés dans les archives diplomatiques des deux pays, des procès verbaux des réunions au sommet. Certes, mais leur principal interprète, Paul Otto Schmidt, nous le dit : il s’agit de documents rédigés par lui-même, captés à l’écoute d’un Führer tonitruant, dont les péroraisons, véritables déluges logomachiques, pouvaient durer plus de deux heures, puis traduits en italien et soumis à la lecture sourcilleuse des deux dictateurs.
Heureusement, les sources « secondaires » ne manquent pas (Mémoires, correspondances, témoignages divers), qui nous permettent de suivre au jour le jour, et jusque dans les moindres détails, le déroulement des entretiens entre Mussolini et Hitler, et de mieux comprendre comment deux personnages aussi dissemblables, ont pu développer et entretenir jusqu’à la fin de leur vie une complicité dans le crime le plus monstrueux qu’ait connu l’histoire de l’humanité.

Publié le : mercredi 16 janvier 2013
Lecture(s) : 10
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213670515
Nombre de pages : 408
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
De juin 1934 à juillet 1944, Hitler et Mussolini se sont rencontrés à dix-huit reprises, accompagnés le plus souvent de leur ministre des Affaires étrangères, Ribbentrop pour l’Allemagne, Ciano pour l’Italie. Que se sont-ils dit ? De quoi ont-ils parlé ? Et en quelle langue, car s’il ne faut pas oublier que si le Duce pratiquait assez couramment la langue de son interlocuteur, celui-ci ne s’exprimait qu’en allemand. 
Pour examiner cette question, l’historien dispose, conservés dans les archives diplomatiques des deux pays, des procès verbaux des réunions au sommet. Certes, mais leur principal interprète, Paul Otto Schmidt, nous le dit : il s’agit de documents rédigés par lui-même, captés à l’écoute d’un Führer tonitruant, dont les péroraisons, véritables déluges logomachiques, pouvaient durer plus de deux heures, puis traduits en italien et soumis à la lecture sourcilleuse des deux dictateurs.

Heureusement, les sources « secondaires » ne manquent pas (Mémoires, correspondances, témoignages divers), qui nous permettent de suivre au jour le jour, et jusque dans les moindres détails, le déroulement des entretiens entre Mussolini et Hitler, et de mieux comprendre comment deux personnages aussi dissemblables, ont pu développer et entretenir jusqu’à la fin de leur vie une complicité dans le crime le plus monstrueux qu’ait connu l’histoire de l’humanité.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.