D'ailleurs et de nulle part

De
Publié par

Bon observateur de la grande pauvreté à laquelle il a consacré plusieurs livres, André Gueslin traite ici de ces hommes et femmes repoussés en cours de vie aux marges du corps social, voire relégués au-delà ; bref, les marginaux et les exclus. S’appuyant sur de nombreuses sources historiques, sociologiques et littéraires, il décrit le monde des errants - du Moyen Age à nos jours - d’abord identifiés dans l’histoire à des vagabonds, puis aux XXe et XXIe siècles, aux clochards et aux SDF. Ce monde d’en bas, pour ne pas dire des bas-fonds, procède d’un mal de vivre et de difficultés de toutes sortes : l’absence de travail et de toit, la faim et diverses autres carences… Pourtant, le caractère ambivalent des représentations que suscitent ces pauvres gens frappe à la fois par une image doloriste certes, mais encore par une perception lumineuse, et même de bonheur. Dans cet ouvrage richement documenté, André Gueslin analyse les deux pôles sociaux de ces représentations, d’une part les errants et d’autre part les nantis, le but ultime étant peut-être de provoquer le sentiment personnel du lecteur.
Publié le : mercredi 13 février 2013
Lecture(s) : 34
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213667645
Nombre de pages : 543
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Bon observateur de la grande pauvreté à laquelle il a consacré plusieurs livres, André Gueslin traite ici de ces hommes et femmes repoussés en cours de vie aux marges du corps social, voire relégués au-delà ; bref, les marginaux et les exclus. S’appuyant sur de nombreuses sources historiques, sociologiques et littéraires, il décrit le monde des errants - du Moyen Age à nos jours - d’abord identifiés dans l’histoire à des vagabonds, puis aux XXe et XXIe siècles, aux clochards et aux SDF. Ce monde d’en bas, pour ne pas dire des bas-fonds, procède d’un mal de vivre et de difficultés de toutes sortes : l’absence de travail et de toit, la faim et diverses autres carences… Pourtant, le caractère ambivalent des représentations que suscitent ces pauvres gens frappe à la fois par une image doloriste certes, mais encore par une perception lumineuse, et même de bonheur. Dans cet ouvrage richement documenté, André Gueslin analyse les deux pôles sociaux de ces représentations, d’une part les errants et d’autre part les nantis, le but ultime étant peut-être de provoquer le sentiment personnel du lecteur.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.