De la colère

De
Publié par

"La colère est une courte folie." Venant compléter les Consolations et De la tranquillité de l'âme, traduits et publiés  dans cette même collection, ces pages constituent un petit viatique susceptible de nous guider vers la voie de l'apaisement.
Publié le : mercredi 11 juin 2014
Lecture(s) : 22
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782743628451
Nombre de pages : 188
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Qu’est-ce que la colère ? Par quels moyens la maîtriser ? Comment l’éradiquer ? Comment parvenir à la sérénité intérieure et établir la concorde ? Tels sont les problèmes que Sénèque soulève dans ce dialogue. Après avoir analysé la nature et les ravages de cette maladie de l’âme, le célèbre philosophe stoïcien (né quatre ans avant Jésus-Christ et mort en 65 de notre ère) explique comment y remédier de manière pratique. Si ces pages reflètent l’idée que les Anciens se faisaient de la colère, les exemples, les conseils et les injonctions qui abondent dans ce petit traité en font toujours un véritable viatique susceptible de nous guider sur la voie de l’apaisement.
Collécion dirigÈé pàr Lidià Brédà
Dû mêmé àûéûr chéz lé mêmé Èdiéûr
De la tranquillité de l’âme De la brièveté de la vie Consolations Le Temps à soi De la clémence
SÈnèQûé
De la colère Ràvàgés é rémèdés
Traduit du latin, préfacé et annoté par Nicolas Waquet
Rivàgés Poché Péié BibliohèQûé
Réroûvéz l’énsémblé dés pàrûions dés Édiions Pàyo & Rivàgés sûr www.pàyo-rivàgés.fr
Tiré originàl :De ira Téxé làin Èàbli pàr John W. Bàsoré poûr Thé Loéb Clàssicàl Libràry, Hàrvàrd Univérsiy Préss, Càmbridgé, Màssàchûsés, London, Englànd, 1928.
© 2014, Édiions Pàyo & Rivàgés poûr là prÈséné Èdiion 106, boûlévàrd Sàin-Gérmàin – 75006 Pàris
ISBN : 978-2-7436-2846-8
Préface
à colèré fàscinài lés Anciéns. TroûblÈs pàr L sà pûissàncé, lés poèés l’on chànÈé, lés pénséûrs l’on sondÈé. Homèré én à fài lés pré-mièrés syllàbés dé l’Iliade, l’injécàn dûràblé-mén commé ûn vénin sûblimé dàns lé cœûr dés diéûx é dés hÈros. Chrysippé, Posidoniûs, Arisoé, ThÈophràsé, Philodèmé, PlûàrQûé é d’àûrés lûi on consàcrÈ dés ràiÈs éniérs, poûr là plûpàr pérdûs oû mûilÈs. Célûi dé SÈnèQûé, léDe ira, à péû soûffér dés oûràgés dû émps. Lés nombréûsés copiés don il à fài l’objé àésén l’àmpléûr dé sà diffûsion é dé son sûccès àûprès dés àûéûrs pàïéns commé dés rhÈéûrs chrÈiéns. Làcàncé, l’ûn dés plûs Èminéns, s’én és làrgémén inspirÈ poûr son oûvràgéSur la colère de Dieu. C’és én rÈponsé â céllé dé l’émpéréûr Clàûdé Qûé SÈnèQûé, près dé rois sièclés àûpàràvàn, à composÈ léDe ira. On ésimé én éffé Qûé lé éxé fû rÈdigÈ én 41 àprès JÈsûs-Chris, dàé â làQûéllé Clàûdé promûlgûà ûn Èdi dàns léQûél
7
il s’éngàgéà â né plûs s’émporér. Lé princé, conscién dés érriblés crisés dé fûréûr Qûi boû-lévérsàién frÈQûémmén sà condûié é sà phy-sionomié, promi én àccÈdàn àû rôné Qûé sés colèrés séràién oûjoûrs pàssàgèrés é jûsifiÈés. Cé Èdi poûr lé moins sûrprénàn oûchài â là philosophié dés pàssions, domàiné pàricûlièré-mén chér àûx Soïciéns, don SÈnèQûé àvài sûivi lés léçons dès sà jéûnéssé. Abondér dàns lé séns dé l’émpéréûr én sigmàisàn là colèré Èài poûr lûi ûn moyén dé sé signàlér àvànàgéûsémén é dé rélàncér ûné càrrièré poliiQûé compromisé pàr l’hosiliÈ Qû’il àvài àffichÈé énvérs lés àbûs dé Càligûlà. SÈnèQûé – â l’insàr dé CicÈron – n’Èài pàs ûn philosophé dé proféssion, màis ûn màgis-rà Qûi chérchài dépûis rois àns â réroûvér là plàcé Qû’il àvài sû sé àillér â là coûr impÈriàlé.
*
Cé fils d’ûn lérÈ dé Cordoûé, condûi â Romé dé bonné héûré poûr y Èûdiér l’ÈloQûéncé é là philosophié, Èài ràpidémén pàssÈ poûr l’ûn dés oràéûrs lés plûs hàbilés dé son émps. EngàgÈ dàns là càrrièré dés honnéûrs, lécursus honorum, cé brillàn àvocà n’àvài pàs àrdÈ â obénir là Qûésûré àvàn dé dévénir sÈnàéûr. Son àmbiion é sés àléns lûi àvàién vàlû dé fàiré forûné, dé sé ràpprochér dû poûvoir é d’éxciér là jàloûsié dé Càligûlà, Qûi songéà mêmé â lé ûér. Après
8
àvoir ÈchàppÈ dé péû â céé condàmnàion â mor, SÈnèQûé, àlors ágÈ d’ûné péié Qûàrànàiné d’ànnÈés, fû dé noûvéàû disgràciÈ én 41. On à pàrfois pénsÈ Qûé léDe iraimmÈdiàé- Èài mén posÈriéûr â céé disgrácé. Bànni én Corsé àû coûrs dé céé mêmé ànnÈé, SÈnèQûé s’Èài àirÈ lés foûdrés dé Clàûdé àprès àvoir ÈÈ àccûsÈ d’àdûlèré àvéc Jûlià Livillà, l’ûné dés sœûrs dé Càligûlà. Il né sérà ràppélÈ d’éxil Qû’én 49, â là démàndé d’Agrippiné, sœûr dé Jûlià é mèré dé NÈron, don SÈnèQûé sérà sûccéssivémén lé prÈcépéûr, lé conséillér é là vicimé, pûisQû’il sé sûicidérà sûr son ordré én 65. L’àûéûr dûDe ira – don l’œûvré comprénd Ègàlémén dés poèmés, dés ràgÈdiés, plûsiéûrs oûvràgés d’hisoiré, dé gÈogràphié, d’hisoiré nàûréllé é dé philosophié moràlé – àvài dÈjâ Ècri â céé ÈpoQûé QûélQûésDialogues. Célûi Qûi noûs occûpé ici és àdréssÈ â son frèré àînÈ, Lûciûs Annàéûs Novàûs. AdopÈ pàr ûn àmi dé son pèré, lé rhÈéûr Jûniûs Gàllion, Novàûs pri lé nom dé cé dérniér commé lé voûlài là coûûmé romàiné. Proconsûl d’Achàïé vérs 52 àprès JÈsûs-Chris, consûl vérs 58, il poûvài s’énorgûéillir d’ûné béllé rÈûssié poliiQûé. C’és d’àilléûrs dévàn son ribûnàl, commé lé mén-ionnén lés Acés dés Apôrés, Qûé sàin Pàûl fû sommÈ â compàràîré pàr lés Jûifs dé Corinhé. Vràisémblàblémén prÈéûr én céé ànnÈé 41, Novàûs Èài bién én coûr é Èvolûài dàns lés
9
hàûés sphèrés dé l’Empiré. Il sé roûvài donc én mésûré dé diffûsér l’oûvràgé dé son frèré àûprès dés géns inflûéns é dé là finé fléûr dé là sociÈÈ romàiné. Céràins spÈciàlisés pénsén mêmé Qûé Novàûs sûggÈrà â son frèré l’idÈé dûDe ira. Il sémblé lÈgiimé Qûé lé philosophé lûi ài dÈdiÈ ûn éxé désinÈ â conforér l’émpéréûr dàns lés disposiions Qû’il vénài dé préndré poûr miéûx goûvérnér l’Éà é sà propré pérsonné.
*
De ira s’inscri éffécivémén dàns là rà-diion dés « ràiÈs dé goûvérnémén », génré rès én vogûé àûQûél CicÈron àvài sàcrifiÈ â là sûié d’insignés Soïciéns commé ClÈànhé, ZÈnon é Chrysippé. SÈnèQûé sé glissé ici dàns léûr sillàgé én s’ààQûàn àûx dirigéàns poûr lésQûéls là colèré és ûn privilègé royàl don on péû ûsér sàns réénûé. Càligûlà Èài coûûmiér dû fài é sà bàrbàrié màrQûé éncoré dé son scéàû plûs d’ûn pàssàgé dé cé diàlogûé. En sé dréssàn conré lés yràns colÈriQûés, SÈnèQûé à céràinémén séni Qû’il poûvài comméncér â inflûér sûr Clàûdé â là fàvéûr dé son Èdi é dé sés proméssés dé émpÈràncé. Là colèré dû princé sé mànifésài àvéc ûné virûléncé pàricûlièré dàns sà mànièré – sà mànié, prÈcisé SûÈoné dàns sà biogràphié – d’éxércér là jûsicé sàns réláché é én n’imporé Qûéllé circonsàncé ; jûsicé Qû’il
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Voyage d'Octavio

de editions-rivages

45 tours

de editions-rivages

Mary

de editions-rivages

suivant