Ecrire, compter, mesurer / 2

De
Publié par

Quelles sont les conditions sociales et intellectuelles de la mise en oeuvre d’un calcul économique ? Comment rendre compte des aspects cognitifs et rituels des pratiques économiques ? En portant attention aux techniques intellectuelles utilisées par les acteurs économiques, dans leur matérialité même, les chercheurs réunis ici, historiens et anthropologues, ont découvert de surprenantes convergences entre l’histoire des mathématiques chinoises et celle du Moyen Âge occidental, de surprenantes continuités entre les façons de tenir ses comptes du XIIIe au XVIIIe siècle. Ils ont surtout mieux compris l’intérêt de confronter des données issues d’univers sociaux éloignés : loin de tenir pour acquise la partition du monde entre ce qui est économique et ce qui ne l’est pas, leur questionnement porte sur les modalités du calcul pratique et en restitue les cadres rituels et cognitifs.

Un livre stimulant pour qui sait se laisser dépayser et revenir ensuite aux questions posées par la diffusion des outils de la science économique dans le monde contemporain.

Quatre textes en complément du volume 1 paru en 2006.


Contributions de Jérôme Gautié, Yannick Lemarchand, Joseph Morsel et Florence Weber.
Publié le : dimanche 1 janvier 2012
Lecture(s) : 7
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782728836710
Nombre de pages : 152
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Note liminaire
Lors de a pubcaon du oume 1 de ce recue de teXtes, nous aons décdé de réserer à un second oume, pubé en gne, quatre des teXtes qu aaent été présentés ors des journées « Écrre, compter, mesurer » organsées es 21 et 22 mars 2001 à ’Écoe normae supéreure par e aboratore de scences socaes et e département d’hstore. Ces teXtes aaent joué un rôe mportant dans a réleXon coece, comme en témogne ’ntroducon du oume 1. Is étaent déjà pubés, à ’eXcepon de ceu de Forence Weber, tradut en portugas mas jamas paru en franças. Cee décson a eneé à nos traauX une pare de eur cohérence, d’autant que ’appartenance de eurs auteurs à des dscpnes et à des spécatés éognées es unes des autres rendat mprobabe de es re ensembe : hstore médéae, hstore de a comptabté, hstore des catégores économques, anthropooge socae. En outre, a pubcaon en 2006 de teXtes rédgés dans e conteXte nteectue de ’année 2001, pus a repubcaon en 2012 de quatre d’entre euX sous une forme accessbe, s ee témogne des dïcutés à fare eXster un coecf de réleXon résoument transdscpnare, pre égaement notre dscusson des acqus de puseurs dscpnes sur e domane que nous défrchons ensembe en 2001. La postérté de ces traauX est pourtant ndénabe. En hstore médéae, d’abord. La réleXon commencée à cee époque par Laurent Feer, sous ’mpuson de Monque Bourn et aec ’ade d’Agnès 1 Graman et de Forence Weber , a donné eu à un arce de synthèse 2 sur a formaon des prX dans ’économe médéae . En anthropooge économque, ensute. Forence Weber a reprs puseurs fos a queson des cacus économques ndgènes comme ndces des façons de penser et des façons de fare, non pus dans dérents conteXtes hstorques mas ors d’nteracons fasant nterenr es mêmes nddus, seon es scènes 3 socaes dans esquees ees prennent pace . Pour ee, ’eXstence de modatés dérentes de cacu économque suït même à sgnaer es fronères entre dérentes scènes socaes.
5
6
Écrire, compter, mesurer /2
4 Le concept de « scènes socaes » (tradut par «socIal seïngs») renoe tout en es précsant à d’autres concepts usés dans des conteXtes dscpnares dérents : en socooge économque, ceu de « cté » forgé 5 par Luc Botansk et Laurent Théenot , ceu de«framIng» empoyé 6 7 par Mche Caon , ceu de « crcut » usé par Vana Zezer ; en hstore économque, ceu d’économe poque, empoyé par Laurence Fontane (Fontane, 2008). La scène socae est ’atome ethnographque qu permet d’anayser es usages, ore a producon mprosée, des « cadres »(« framIng »)de ’nteracon par ses protagonstes, qu jouent des nstuons préeXstantes, crstasées dans des objets, comme de fronères entre es dérents « crcuts » entre esques se dépacent es nddus, éentueement jusîés dans des « ctés » reconstrutes par ’obserateur. Parce qu’ s’agt d’un concept descrpf, e concept de « scène socae » ne dt ren des dynamques à ’œure qu transfèrent une acté donnée d’une économe poque à une autre. À chaque scène socae (professonnee, nme, spore, poque, assocae…) correspond une modaté de cacu qu’ suït donc d’obserer pour or émerger es scènes socaes et es fronères rtuees qu es séparent. Les ens entre cacu et écrture d’une part, entre cacu et poque d’autre part, sont ms au jour dans es arces de Joseph Morse et de Jérôme Gaué, tands que ’arce de Yannck Lemarchand restue ’hstore propre de a comptabté comme compétence professonnee aec ses acteurs et ses modatés d’apprenssage. L’ntroducon pubée dans e oume 1 dot être ue comme une ntroducon à ce oume égaement, tands que ces quatre arces constuent en queque sorte e fonds commun qu a perms auX auteurs du oume 1 de se comprendre ben qu’s traaent sur des pérodes éognées, dans des spécatés et des dscpnes dérentes. Le coecf éphémère qu’s ont aors formé fut e moment de conergence où s prrent conscence de ’amptude des quesons qu’s posaent. Contre ’homo economIcus,  s’agssat de mere en umère des raonatés praques, chacune auss raonnee que es autres, qu permeent auX nddus de s’engager dans des nteracons en es matrsant. Ces raonatés se succèdent dans e temps ; ees coeXstent au même moment ; eurs champs d’appcaon éouent. Une nouee ecture des fronères entre ce qu reèe de ’État, ce qu reèe de ’économe domesque au sens arge,
Note lImInaIre
ce qu reèe du marché, et de eurs dépacements, est c en gestaon. Gageons que d’autres traauX endront poursure ces réleXons smuantes, ces rapprochements naendus, et féconder es champs de recherche éognés où ces quesons prennent sens. Après ’hstore de ’écrture praque, ces deuX oumes ourent sur une hstore du cacu praque et des ous cognfs qu permeent ’échange, e transfert, a 8 transacon . Le cacu ndgène, ou de matrse d’une nteracon dans e cadre d’une nstuon, ne se rédut pas au cacu des économstes ; tout au contrare, ceu-c n’est qu’un cacu ndgène parm d’autres, dont a sphère de adté fat ’objet de ues praques tout autant que de débats théorques.
Notes --------
F. W. Pars, mars 2012
1  L. Feer, A. Graman et F. Weber,La Fortune de Karol. Marché de la terre et lIens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge. 2  L. Feer, « Sur a formaon des prX dans ’économe du haut Moyen Âge ». 3  F. Weber,Manuel de l’ethnographe; « Le cacu économque ordnare » ; « Le caher, e gage et e symboe : ’eïcacté de ’écrture praque » ; « Cacus économques ». 4  F. Weber, « Sengs, nteracons and thngs. A pea for mu-ntegrae ethnography ». 5  L. Botansk et L. Théenot,De la jusîicaîon. Les économIes de la grandeur. 6  M. Caon, « An essay on framng and oerlowng : economc eXternaes rested by socoog ». 7  V. Zezer, « Argent, crcuts, reaons nmes ». 8  M. Mauss,EssaI sur le Don.
7
8
Écrire, compter, mesurer /2
Bibliographie de la note liminaire ---------------------------------------------Botansk L., Théenot L.,De la jusîicaîon. Les économIes de la grandeur, Pars, Gamard, 1991. Caon M., « An essay on framng and oerlowng : economc eXternaes rested by socoog », n M. Caon. (éd.),The Laws of the Markets, OXford, Backwe Pubshers, 1998, p. 244-269. Feer L., « Sur a formaon des prX dans ’économe du haut Moyen Âge »,Annales. HIstoIre, e ScIences SocIales, 2011/3 (66 année), 2011, p. 627–662. Graman A., Feer L., Weber F.,La Fortune de Karol. Marché de la terre et lIens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge, Rome, coecon de ’Écoe françase de Rome, 347, 2005. Fontane L.,L’ÉconomIe morale. Pauvreté, crédIt et coniance dans l’Europe préIndustrIelle, Pars, Gamard, 2008. Mauss M.,EssaI sur le Don, Introducon de F. Weber, « Vers une ethnographe des prestaons sans marché », Pars, PUF, 2007. Weber F., « Sengs, nteracons and thngs. A pea for mu-ntegrae ethnography », Ethnography, o. 2, n° 4, 2001, p. 475-499. —,Manuel de l’ethnographe, Pars, PUF, 2009. —, « Le cacu économque ordnare », n Ph. Stener et F. Van,TraIté de socIologIe économIque, PUF, « Quadrge », Pars, 2009, p. 367-407. —, « Le caher, e gage et e symboe : ’eïcacté de ’écrture praque », n D. Bosseu, P. Chastang, L. Feer, J. Morse,ÉcrItures de l’espace socIal, Mélanges d’hIstoIre médIévale oerts à MonIque BourIn, Pars, Pubcaons de a Sorbonne, 2010, p. 417-434. — (dr.), « Cacus économques »,Genèses. ScIences socIales et hIstoIre, 3, n° 84, 2011. Zezer V., « Argent, crcuts, reaons nmes »,Enfances, FamIlles, Généraîons, 2, prntemps 2005.
Référence des textes édités dans ce volume ----------------------------------------------------------------------------J. Morse, « Ce qu’écrre eut dre au Moyen Âge. Obseraons prémnares à une étude de a scrpturaté médéae »,MemInI. Travaux et documents de la SocIété d’études médIévales du Québec, 4, 2000, p. 3-43. Y. Lemarchand, « À a conquête de a scence des comptes, araons autour de queques e e manues de comptabté des xvii et xviii sèces », n J. Hoock, P. Jeannn et W. Kaser (dr.), Ars mercatorIa. Manuels et traItés à l’usage des marchands, Paderborn, Schönngh, 2001, t. III, p. 91-129. J. Gaué, « De ’nenon du chômage à sa déconstrucon »,Genèses. ScIences socIales et histoire, 46, mars 2002, p. 60-76. F. Weber, « Pracas econômcas e formas ordnaras de cacuo »,Mana. Estudos de AntropologIa Social, 8 (2), octobre 2002, p. 151-182.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.