Evadé du Vel' d'Hiv

De
Publié par

   En 1942, Gabriel et sa famille, des Juifs polonais émigrés en France, tentent de survivre dans Paris occupé par les Allemands, qui les privent de leurs moyens d’existence et de leur dignité. Pas encore de leur vie.
   Gabriel n’a que quatorze ans quand, au matin du 16 juillet, les Juifs de Paris sont raflés par la police française aux ordres des nazis. On les transfère au Vélodrome d’Hiver, dans le XVe arrondissement. Comment se douteraient-ils que le Vél’d’Hiv’ sera la première étape sur la route de l’extermination?
   Pour eux, la solution finale débute ici, à cinq cents mètres de la tour Eiffel, dans ce vélodrome où l’on entasse treize mille personnes, hommes, femmes, enfants, vieillards, sans sanitaires suffisants, sans nourriture, sans intimité ni endroit pour dormir et avec pour toute réponse à leurs cris de colère et de détresse un peloton de gardes républicains armés et résolus. Beaucoup se découragent. Pas Gabriel Wachman. Il finit par trouver un moyen de s’échapper. Pour lui, il n’y aura pas d’Auschwitz, mais tout de même la peur, les collabos, l’abandon, le monde hostile et cette immense douleur de ne rien savoir de tous les siens. Il lui faudra tenir jusqu’à la fin de la guerre.
   Gabriel Wachman demeure aujourd’hui l’un des rares survivants du Vél’d’Hiv. Il nous le raconte dans un témoignage historique, poignant et inédit, enrichi par l’écriture forte d’un auteur reconnu, Daniel Goldenberg.
Publié le : mercredi 8 février 2006
Lecture(s) : 39
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782702146347
Nombre de pages : 156
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
   En 1942, Gabriel et sa famille, des Juifs polonais émigrés en France, tentent de survivre dans Paris occupé par les Allemands, qui les privent de leurs moyens d’existence et de leur dignité. Pas encore de leur vie.
   Gabriel n’a que quatorze ans quand, au matin du 16 juillet, les Juifs de Paris sont raflés par la police française aux ordres des nazis. On les transfère au Vélodrome d’Hiver, dans le XVe arrondissement. Comment se douteraient-ils que le Vél’d’Hiv’ sera la première étape sur la route de l’extermination?
   Pour eux, la solution finale débute ici, à cinq cents mètres de la tour Eiffel, dans ce vélodrome où l’on entasse treize mille personnes, hommes, femmes, enfants, vieillards, sans sanitaires suffisants, sans nourriture, sans intimité ni endroit pour dormir et avec pour toute réponse à leurs cris de colère et de détresse un peloton de gardes républicains armés et résolus. Beaucoup se découragent. Pas Gabriel Wachman. Il finit par trouver un moyen de s’échapper. Pour lui, il n’y aura pas d’Auschwitz, mais tout de même la peur, les collabos, l’abandon, le monde hostile et cette immense douleur de ne rien savoir de tous les siens. Il lui faudra tenir jusqu’à la fin de la guerre.
   Gabriel Wachman demeure aujourd’hui l’un des rares survivants du Vél’d’Hiv. Il nous le raconte dans un témoignage historique, poignant et inédit, enrichi par l’écriture forte d’un auteur reconnu, Daniel Goldenberg.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.