Fernand de Brinon, l'aristocrate de la Collaboration

De
Publié par

Pourquoi l'un des plus célèbres journalistes de l'entre-deux-guerres, issu d'une vieille famille française et lié à la communauté juive par son mariage, s'est-il engagé corps et âme dans la collaboration avec l'Allemagne nazie ? Pourquoi a-t-il, à la Libération, incarné « le traître intégral », ce qui lui vaudra d'être fusillé ?

Chargé, dès 1933, par le président du Conseil, Édouard Daladier, d'une mission secrète auprès de Hitler, Fernand de Brinon est littéralement fasciné par le Fuhrer et militera en faveur d'une alliance entre la France et l'Allemagne national-socialiste. Après l'armistice de 1940, il devient, à 55 ans, le troisième personnage de l'État français et le seul, avec le maréchal Pétain, à rester en fonctions durant toute l'Occupation. Réfugié à Sigmaringen avec les débris de l'État vichyste, il rencontre une dernière fois Hitler avant de présider, jusqu'à la débâcle, une commission gouverne-mentale fantoche.

Fondée notamment sur des archives inédites, la biographie de l'historien Gilbert Joseph offre un panorama exceptionnel de cette époque et de l'univers de la Collaboration.
Publié le : vendredi 16 octobre 2015
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782226379825
Nombre de pages : 656
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Pourquoi l'un des plus célèbres journalistes de l'entre-deux-guerres, issu d'une vieille famille française et lié à la communauté juive par son mariage, s'est-il engagé corps et âme dans la collaboration avec l'Allemagne nazie ? Pourquoi a-t-il, à la Libération, incarné « le traître intégral », ce qui lui vaudra d'être fusillé ?

Chargé, dès 1933, par le président du Conseil, Édouard Daladier, d'une mission secrète auprès de Hitler, Fernand de Brinon est littéralement fasciné par le Fuhrer et militera en faveur d'une alliance entre la France et l'Allemagne national-socialiste. Après l'armistice de 1940, il devient, à 55 ans, le troisième personnage de l'État français et le seul, avec le maréchal Pétain, à rester en fonctions durant toute l'Occupation. Réfugié à Sigmaringen avec les débris de l'État vichyste, il rencontre une dernière fois Hitler avant de présider, jusqu'à la débâcle, une commission gouverne-mentale fantoche.


Fondée notamment sur des archives inédites, la biographie de l'historien Gilbert Joseph offre un panorama exceptionnel de cette époque et de l'univers de la Collaboration.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant