Gay Paris

De
Publié par

Avec une plume alerte, François Buot restitue l'histoire du Paris gay entre 1900 et 1940. Il tente d'en établir la géographie et d'en faire revivre la culture. L'auteur a eu la chance de pouvoir rencontrer les derniers témoins et acteurs de cet âge d'or. Mais cette reconstitution de la société gay et lesbienne repose aussi sur de nombreux documents inédits (lettres de dénonciation ou rapports de la brigade mondaine...), témoignages et reportages trouvés dans la presse de l’époque.
Si l’on croise nombre d’intellectuels qui restent des références et des exemples à suivre, il est aussi question des milieux populaires qui refusent les injonctions bien pensantes et l'ordre moral.
Dans une France encore conservatrice, les lois font preuve d’une grande tolérance. Paris s’impose comme une ville très libre. Les gays et les lesbiennes, bien intégrés, fréquentent tous les quartiers de la capitale. Le mythe d'une communauté isolée et repliée sur elle-même ne tient pas. Au contraire, hormis quelques extravagances, il s’agit d’un monde avide d'intégration et de normalité, avant que la bipolarisation homosexuelle-hétérosexuelle ne se consolide dans la culture française, et que le rappel à l'ordre moral signe à la fin des années trente une répression accrue.
Des amazones aux bordels, des promenoirs aux vespasiennes, voici une traversée dans un Paris souvent festif et nocturne hanté par Crevel, Cocteau, Aragon, Genet, Daniel Guérin et beaucoup d’autres.

Publié le : mercredi 6 mars 2013
Lecture(s) : 21
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213676777
Nombre de pages : 312
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Avec une plume alerte, François Buot restitue l'histoire du Paris gay entre 1900 et 1940. Il tente d'en établir la géographie et d'en faire revivre la culture. L'auteur a eu la chance de pouvoir rencontrer les derniers témoins et acteurs de cet âge d'or. Mais cette reconstitution de la société gay et lesbienne repose aussi sur de nombreux documents inédits (lettres de dénonciation ou rapports de la brigade mondaine...), témoignages et reportages trouvés dans la presse de l’époque.
Si l’on croise nombre d’intellectuels qui restent des références et des exemples à suivre, il est aussi question des milieux populaires qui refusent les injonctions bien pensantes et l'ordre moral.
Dans une France encore conservatrice, les lois font preuve d’une grande tolérance. Paris s’impose comme une ville très libre. Les gays et les lesbiennes, bien intégrés, fréquentent tous les quartiers de la capitale. Le mythe d'une communauté isolée et repliée sur elle-même ne tient pas. Au contraire, hormis quelques extravagances, il s’agit d’un monde avide d'intégration et de normalité, avant que la bipolarisation homosexuelle-hétérosexuelle ne se consolide dans la culture française, et que le rappel à l'ordre moral signe à la fin des années trente une répression accrue.
Des amazones aux bordels, des promenoirs aux vespasiennes, voici une traversée dans un Paris souvent festif et nocturne hanté par Crevel, Cocteau, Aragon, Genet, Daniel Guérin et beaucoup d’autres.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi