Guillaume le Maréchal

De
Publié par

Comment imaginer un plus beau destin de chevalier ? Guillaume est un homme nouveau issu d’un modeste lignage. Il est né au milieu du xiie siècle sous le règne d’Etienne de Blois, petit-fils de Guillaume le Conquérant. Champion de tournois jusqu’à quarante ans, il a servi fidèlement les Plantagenêt : Henri II, son fils aîné Henri le Jeune, et les cadets Richard Cœur de Lion, Jean Sans Terre. En récompense, on lui a donné pour femme l’un des plus beaux partis d’Angleterre. A la guerre, il a combattu Philippe-Auguste et c’est à soixante-treize ans, comme Régent d’Angleterre du jeune Henri III, qu’il a remporté contre le futur Louis VIII la bataille de Lincoln, en 1217, qui obligea les Français à conclure la paix et à évacuer l’Angleterre. Apprenant la mort de Guillaume dans la tradition des Croisés, Philippe-Auguste et ses Barons le proclamèrent : « le meilleur des chevaliers ».
A travers l’irrésistible ascension de Guillaume Le Maré-chal, Georges Duby reconstitue, dans l’un de ses plus beaux récits, le théâtre de la chevalerie. Il nous fait les spectateurs privilégiés de l’art du tournoi, des rites de la guerre, et les compagnons de cette société d’hommes rudes et généreux qui rivalisent de prouesse, de largesse et de loyauté.

Georges Duby était professeur au Collège de France. Il a été en France le meilleur analyste des trois ordres de la société médiévale. Auteur du Temps des Cathédrales et de L’Europe au Moyen Age, il a su faire découvrir à un large public les réalités et les rêves du monde féodal.

Publié le : mercredi 29 août 1984
Lecture(s) : 30
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213675404
Nombre de pages : 198
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Comment imaginer un plus beau destin de chevalier ? Guillaume est un homme nouveau issu d’un modeste lignage. Il est né au milieu du xiie siècle sous le règne d’Etienne de Blois, petit-fils de Guillaume le Conquérant. Champion de tournois jusqu’à quarante ans, il a servi fidèlement les Plantagenêt : Henri II, son fils aîné Henri le Jeune, et les cadets Richard Cœur de Lion, Jean Sans Terre. En récompense, on lui a donné pour femme l’un des plus beaux partis d’Angleterre. A la guerre, il a combattu Philippe-Auguste et c’est à soixante-treize ans, comme Régent d’Angleterre du jeune Henri III, qu’il a remporté contre le futur Louis VIII la bataille de Lincoln, en 1217, qui obligea les Français à conclure la paix et à évacuer l’Angleterre. Apprenant la mort de Guillaume dans la tradition des Croisés, Philippe-Auguste et ses Barons le proclamèrent : « le meilleur des chevaliers ».
A travers l’irrésistible ascension de Guillaume Le Maré-chal, Georges Duby reconstitue, dans l’un de ses plus beaux récits, le théâtre de la chevalerie. Il nous fait les spectateurs privilégiés de l’art du tournoi, des rites de la guerre, et les compagnons de cette société d’hommes rudes et généreux qui rivalisent de prouesse, de largesse et de loyauté.

Georges Duby était professeur au Collège de France. Il a été en France le meilleur analyste des trois ordres de la société médiévale. Auteur du Temps des Cathédrales et de L’Europe au Moyen Age, il a su faire découvrir à un large public les réalités et les rêves du monde féodal.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.