Histoire de l'Asie centrale contemporaine

De
Publié par

L’Asie centrale est une terre de légendes, un berceau de la civilisation parmi les plus grands : le nom de Samarcande, les céramiques turquoise, les cavaliers immortalisés par Kessel, la bravoure des basmatchis… Mais la légende est aujourd’hui rouillée comme les ferrailles abandonnées par le reflux du communisme. Les dégâts sont immenses : la mer d’Aral mutilée sinon morte, les laboratoires de guerre bactériologique abandonnés à tous vents, la pollution nucléaire invisible.
Surtout, ce sont les hommes des cinq républiques – Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Turkménistan, Tadjikistan – qui se trouvent aujourd’hui au cœur d’un tourbillon politique, idéologique et économique. Des régimes autoritaires désespèrent leurs sujets et forment un terreau pour l’islamisme ; les « routes de la Soie » sont remplacées par de grand’routes du gaz et du pétrole – mais aussi de la drogue… Les puissances extérieures s’empressent au chevet d’une douloureuse transition économique : Américains, Chinois, Turcs, Iraniens, Russes, notamment, qui font un retour remarqué.
Pierre Chuvin, René Létolle et Sébastien Peyrouse font appel à l’histoire, à l’économie et à la géopolitique pour comprendre en profondeur ces pays toujours méconnus, pour qui la dissolution de l’URSS en 1991 fit naître de grands espoirs et surtout de grandes craintes.
L’Asie centrale bout, pour l’heure sans exploser. Qu’en sera-t-il demain, sur cette ligne de séismes politiques qui va du Cachemire au Caucase ?

Pierre Chuvin, premier directeur de l’Institut français d’Etudes sur l’Asie centrale à Tachkent (1993-1998), puis professeur à l’université de Paris-X, est directeur de l’Institut français d’études anatoliennes à Istanbul. Il a dirigé Les Arts de l’Asie Centrale (Citadelles & Mazenod, 1999) et est également l’auteur de Samarcande, Boukhara, Khiva (Flammarion, 2001).
René Létolle, géologue, professeur émérite à l’université de Paris-III, est le co-auteur de Aral (Springer, 1993).
Sébastien Peyrouse, chercheur associé au Central Asia and Caucasus Institute (John Hopkins University, Washington D.C.) et à l’IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques), Paris, est notamment l’auteur Des chrétiens entre athéisme et islam. Regards sur la question religieuse en Asie centrale soviétique et post-soviétique (Maisonneuve et Larose, 2003).

Publié le : mercredi 6 février 2008
Lecture(s) : 36
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213648378
Nombre de pages : 378
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
L’Asie centrale est une terre de légendes, un berceau de la civilisation parmi les plus grands : le nom de Samarcande, les céramiques turquoise, les cavaliers immortalisés par Kessel, la bravoure des basmatchis… Mais la légende est aujourd’hui rouillée comme les ferrailles abandonnées par le reflux du communisme. Les dégâts sont immenses : la mer d’Aral mutilée sinon morte, les laboratoires de guerre bactériologique abandonnés à tous vents, la pollution nucléaire invisible.
Surtout, ce sont les hommes des cinq républiques – Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Turkménistan, Tadjikistan – qui se trouvent aujourd’hui au cœur d’un tourbillon politique, idéologique et économique. Des régimes autoritaires désespèrent leurs sujets et forment un terreau pour l’islamisme ; les « routes de la Soie » sont remplacées par de grand’routes du gaz et du pétrole – mais aussi de la drogue… Les puissances extérieures s’empressent au chevet d’une douloureuse transition économique : Américains, Chinois, Turcs, Iraniens, Russes, notamment, qui font un retour remarqué.
Pierre Chuvin, René Létolle et Sébastien Peyrouse font appel à l’histoire, à l’économie et à la géopolitique pour comprendre en profondeur ces pays toujours méconnus, pour qui la dissolution de l’URSS en 1991 fit naître de grands espoirs et surtout de grandes craintes.

L’Asie centrale bout, pour l’heure sans exploser. Qu’en sera-t-il demain, sur cette ligne de séismes politiques qui va du Cachemire au Caucase ?

Pierre Chuvin, premier directeur de l’Institut français d’Etudes sur l’Asie centrale à Tachkent (1993-1998), puis professeur à l’université de Paris-X, est directeur de l’Institut français d’études anatoliennes à Istanbul. Il a dirigé Les Arts de l’Asie Centrale (Citadelles & Mazenod, 1999) et est également l’auteur de Samarcande, Boukhara, Khiva (Flammarion, 2001).
René Létolle, géologue, professeur émérite à l’université de Paris-III, est le co-auteur de Aral (Springer, 1993).

Sébastien Peyrouse, chercheur associé au Central Asia and Caucasus Institute (John Hopkins University, Washington D.C.) et à l’IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques), Paris, est notamment l’auteur Des chrétiens entre athéisme et islam. Regards sur la question religieuse en Asie centrale soviétique et post-soviétique (Maisonneuve et Larose, 2003).
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi