Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Du même publieur

 
         
      « Les Chinois se sont levés » Mao Zedong, Proclamation de la République Populaire de Chine, 1 er octobre 1949.           Après les Guerres de l’opium et la Révolte des Boxers, la dynastie Qing s’effondre dès le début du XXème siècle, après avoir régné sur la Chine pendant plus de deux cent cinquante ans. Sur les cendres de la Chine impériale s’élève alors la République de Chine. Cependant, en raison des profondes oppositions entre communistes et nationalistes, et des tentatives de coup d’Etat des seigneurs de guerre, elle s’avère vite être un régime faible.  Mais le régime ne s’effondre pas. Dirigé d’une main de fer par Tchang Kaï-check, il écrase d’abord les seigneurs de guerre en 1928, puis les communistes en 1934. C’est le début de la “Longue Marche”. On pourrait penser l’aventure communiste moribonde.  Néanmoins, la République de Chine doit bientôt composer avec l’impérialisme japonais. Démissionné en 1932, Tchang Kaï-check revient au pouvoir, et noue une alliance avec les communistes en 1936 pour repousser l’agresseur. Après des années d’affrontement, le Japon, touché au cœur par le feu atomique, se rend. Les hostilités reprennent alors de plus belle en Chine. Elles tournent très vite en défaveur des nationalistes, qui sont chassés du continent en 1949, année où Mao donne naissance à la République populaire de Chine.               
2  
 
       Page de garde .......................................................................................................................................p.1 Introduction .........................................................................................................................................p.2 Sommaire .............................................................................................................................................p.3  II / La Chine, entre glace et feu ............................................................................................................p.4  1) Un court alignement sur le "Grand frère soviétique".............................................................p.4 a) Le choix de l'Etat totalitaire (1949-1954) ........................................................................................p.4 -Les premières campagnes de terreur (1949-1952) - La dictature socialiste (1952-1954)  b) De la coopération à la rupture (1946-1969) ...................................................................................p.5 -La coopération sino-soviétique (1946-1954)   - La rupture (1953-1969)   2) L'échec du modèle socialiste chinois...................................................................................p.6 a)  Le revers du "premier bon en avant"...............................................................................................p.6 -Le "premier bon en avant" - Le paradoxe des cadres   b) La campagne des cent fleurs ou la première tentative maoïste de conservation du pouvoir (1956-1957) ...................................................................................................................................................p.6 -Mao, un personnage affaibli (1956) - “Que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent !” (1957)  - La répression (1957) c) Le "Grand Bon en Avant" : un pied dans la fosse (1958-1962) ........................................................p.8 -Un programme pour la "construction socialiste de la Chine" (1958-1960) - L'incident de Lushan : un évènement retardateur (1959) - L'ampleur du désastre (1960-1962)   3) De la Révolution culturelle à la fin de l’ère maoïste (1960-1976) ......................................p.9 a) La traversée du désert (1960-1965) ................................................................................................p.9 -Mao, le solitaire (1960-1965) - L’avortement du Mouvement d’éducation socialiste (1962-1965) b) La Révolution culturelle et le retour au pouvoir (1966-1969)........................................................p.10  La Destitution de Hai Rui (1961-1966) --Le début de la Révolution culturelle (1966-1967) - Une double consécration - Un nécessaire retour au calme (1967-1969) c) La fin de l’ère maoïste (1969-1976) ...............................................................................................p.12 -Ascension et déchéance de Lin Bao (1969-1971) - La courte hégémonie de la Bande des Quatre (1973-1976) - Mort de Mao et fin de l’ère maoïste (1976)     
3  
                          !  "#   $%&% ' %(&   ** Les premières campagnes de terreur (1949-1952) **    Le 1er octobre 1949, Mao Zedong proclame la République populaire de Chine au balcon de Tian’an men.  Pour affermir la position de la naissante République, trois campagnes de terreur sont mises en place. Si officiellement il s’agit d’éliminer les “contre-révolutionnaires” et tous les fonctionnaires corrompus, en réalité ces campagnes n’ont que pour unique objectif de faire régner la terreur au sein de la population pour mieux l’encadrer et la contrôler. Proclamation de la RPC   La première campagne est lancée en 1950, durera un an, et a pour but d’éliminer les “contre-révolutionnaires”. Viennent ensuite les campagnes “des trois anti” (1951) puis des “cinq anti” (1952) visant à purifier le Parti communiste chinois (PCC) du “bureaucratisme”, détournement de fonds et de biens de l’Etat, gaspillage, de la corruption et fraude fiscale, et du vol d’informations économiques.  ** La dictature socialiste (1952-1954) **  Puisque Mao s’aligne sur l’URSS, il applique donc en Chine les mêmes recettes que celles utilisées en Union soviétique. La mise en place de l’Etat totalitaire s’accompagne donc du monopartisme (PCC), d’un culte de la personnalité de Mao (surnommé “Le Grand Timonier”), d’un encadrement des masses, et de l’installation de camps de travail nommés “laogai”. On trouve aussi un culte des héros, puisque la RPC possède son Stakhanov en la personne de Lei Feng.  Détenus dans un « laogai » En 1954 est lancé le premier plan quinquennal. La collectivisation des moyens de production est opérée dans l’agriculture. Les biens et individus sont regroupés au sein de coopératives n’étant pas soumise directement à l’autorité de Pékin. Dans ce domaine, la Chine applique elle aussi les thèses de Lyssenko. Lyssenko, un ingénieur agronome totalement incompétent mais ayant réussi à faire tuer ses concurrents, préconisait de planter serrer, de labourer profondément, et de croiser les espèces (pour obtenir du coton rouge ou rose, rien de plus simple, il vous suffit de croiser du coton avec de la tomate).  Instrument clé du système, le Parti Communiste Chinois à la mainmise sur le pays. Fondé officiellement le 1er juillet 1921 à Shanghai, il compte non plus une cinquantaine de membres comme à son départ mais plus de 80 millions (en 2010).
4  
 
 ) *  + ,  + $ % & -' % -%   ** La coopération sino-soviétique (1946-1954) **  Si Mao s’est fortement appuyé sur les paysans chinois pour accéder au pouvoir et chasser les nationalistes du pays, il s’aligne cependant sur le modèle soviétique qui met à l’honneur l’ouvrier, au détriment du paysan. L’URSS envoie des milliers de cadres pour aider la Chine à s’industrialiser ; qui de son côté envoie de nombreux étudiants se former dans les grandes universités soviétiques. La priorité est donnée au développement de l’industrie lourde, le pays étant à reconstruire. Après la Première Crise du Détroit de Taïwan (1954-1955), Mao décide de doter son pays de l’arme nucléaire. Il sera aidé par l’envoi de scientifiques soviétiques.  La coopération entre les deux dictatures connaît des moments forts. Tout de suite après sa proclamation, la République populaire de Chine est immédiatement reconnue par Staline. En 1950, le pacte sino-soviétique est signé, renforçant la coopération entre les deux Etats. Par la suite, lors de la Guerre de Corée (1950-1953), l’URSS et la RPC soutiennent ensemble la Corée du Nord. L’URSS fournit quelques dizaines de milliers de combattants et du matériel, tandis que de son côté, la Chine envoie plusieurs centaines de milliers de soldats de l’Armée populaire de libération (APL) qui prendront deux fois Séoul. La RPC soutient enfin le Viêt Minh durant la Guerre d’Indochine (1946-1954). Le but de ces interventions étant de prouver dans les faits la fidélité chinoise au grand frère soviétique.  ** La rupture (1953-1969) **  La mort de Staline en 1953 ouvre la porte à une période de “déstalinisation” débutée avec son successeur Nikita Khrouchtchev, dit “Mister K”, lors du XXème Congrès du Parti Communiste de l’Union Soviétique (PCUS). Khrouchtchev inaugure aussi la période de “coexistence pacifique” avec les Etats-Unis d’Amérique.  Cependant, aux yeux de Mao, le dirigeant soviétique se rend coupable de “pacifisme bourgeois”. Les relations entre les deux hommes se détériorent d’autant plus vite que le modèle communiste vacille, sous le choc des révélations de “Mister K” et des manifestations en Hongrie, Pologne, et RDA. Il se pourrait que le modèle communiste ne mène donc à rien, et que par conséquent Mao soit dans l’erreur.  Le divorce est opéré en quelques années. Aux critiques de la déstalinisation émises par le PCC en 1956 répondent des critiques du “Grand Bon en Avant” par Khrouchtchev en 1958. En 1959, l’URSS refuse de livrer la bombe atomique à la Chine, les deux Grands étant soucieux de préserver “l’équilibre de la terreur” et d’éviter une prolifération de l’arme atomique. L’année suivant, tous les soviétiques sont rapatriés, et les aides coupées. En 1961, l’opposition entre le PCC et le PCUS devient Discours Zhou EBnalnaid uà nlag  Conférence de officielle lors du XXIIème Congrès du PCUS.  De son côté, Mao émet des revendications territoriales sur des territoires appartenant à l’Union soviétique. Celles-ci débouchent sur le Conflit frontalier sino-soviétique de 1969. La RPC s’érige également en leader du “Tiers-Monde” à la Conférence de Bandung en 1955 où elle est représentée par Zhou Enlai.   
5  
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin