Histoire de la IVe République

De
Publié par

Contrairement à ce qui s'est passé pour sa devancière, La République des Illusions, la réédition de La République des Contradictions, vingt-cinq ans après sa parution, n'a pas exigé de modifications en profondeur. Ce deuxième tome de l'histoire de la IVe République a révélé les archives françaises et étrangères les plus importantes. A travers elles et d'innombrables témoignages oraux a surgi une histoire insoupçonnée, la nôtre.

De 1951 à 1954, cependant que René Pleven, Edgar Faure, Antoine Pinay, René Mayer, Joseph Laniel se succèdent à la présidence du gouvernement, cependant que René Coty remplace Vincent Auriol à la tête de l'Etat, la France affronte deux problèmes essentiels pour son avenir et qui ont trait à sa souveraineté nationale, remise en cause en France même avec l'armée européenne et, outremer, avec le réveil du nationalisme en Tunisie, au Maroc, et surtout la guerre d'Indochine. La " grande querelle " et la dislocation de l'Union française constituent les axes majeurs de cette histoire.

Les problèmes posés par l'armée européenne restent d'une étonnante actualité. La " grande querelle " permet de mieux comprendre le débat européen de nos jours.

La décolonisation, en revanche, semble concerner un monde révolu, mais elle a entraîné la chute de la IVe République, précipité la rupture entre une partie de l'armée et la nation, provoqué une fracture de l'esprit public peut-être aussi profonde que celle de l'Occupation.

La République des Contradictions retrace ces années dramatiques où la France, tout en préparant la plus formidable mutation de son histoire, se cramponnait à un rêve impérial qui appartenait au passé. C'est une période stupéfiante où l'on voit un pays en pleine expansion en proie à un malaise profond qui provoque la plus grande grève de notre histoire. C'est une histoire de sang et de larmes qui se clôt avec la tragédie indochinoise et la bataille de Diên Biên Phû.

La passion que l'effort d'objectivité n'interdit pas apparaît dans cet ouvrage à travers récits, analyses et portraits. Comment ne pas sourire, ne pas s'attrister devant toutes ces actions collectives ou individuelles qui finalement font l'Histoire!
Publié le : mercredi 22 septembre 1993
Lecture(s) : 60
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213664231
Nombre de pages : 776
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Contrairement à ce qui s'est passé pour sa devancière, La République des Illusions, la réédition de La République des Contradictions, vingt-cinq ans après sa parution, n'a pas exigé de modifications en profondeur. Ce deuxième tome de l'histoire de la IVe République a révélé les archives françaises et étrangères les plus importantes. A travers elles et d'innombrables témoignages oraux a surgi une histoire insoupçonnée, la nôtre.

De 1951 à 1954, cependant que René Pleven, Edgar Faure, Antoine Pinay, René Mayer, Joseph Laniel se succèdent à la présidence du gouvernement, cependant que René Coty remplace Vincent Auriol à la tête de l'Etat, la France affronte deux problèmes essentiels pour son avenir et qui ont trait à sa souveraineté nationale, remise en cause en France même avec l'armée européenne et, outremer, avec le réveil du nationalisme en Tunisie, au Maroc, et surtout la guerre d'Indochine. La " grande querelle " et la dislocation de l'Union française constituent les axes majeurs de cette histoire.

Les problèmes posés par l'armée européenne restent d'une étonnante actualité. La " grande querelle " permet de mieux comprendre le débat européen de nos jours.

La décolonisation, en revanche, semble concerner un monde révolu, mais elle a entraîné la chute de la IVe République, précipité la rupture entre une partie de l'armée et la nation, provoqué une fracture de l'esprit public peut-être aussi profonde que celle de l'Occupation.

La République des Contradictions
retrace ces années dramatiques où la France, tout en préparant la plus formidable mutation de son histoire, se cramponnait à un rêve impérial qui appartenait au passé. C'est une période stupéfiante où l'on voit un pays en pleine expansion en proie à un malaise profond qui provoque la plus grande grève de notre histoire. C'est une histoire de sang et de larmes qui se clôt avec la tragédie indochinoise et la bataille de Diên Biên Phû.

La passion que l'effort d'objectivité n'interdit pas apparaît dans cet ouvrage à travers récits, analyses et portraits. Comment ne pas sourire, ne pas s'attrister devant toutes ces actions collectives ou individuelles qui finalement font l'Histoire!
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi