Histoire et archéologie de la Guyane française

De
Publié par

Le programme d’archéologie coloniale mené sur les habitations jésuites de Saint-Régis et Le Maripa a révélé l’histoire d’une partie de la région de Roura allant de 1668 à nos jours.

Ces habitations servirent à financer la mission d’évangélisation des Amérindiens, objectif principal des jésuites, mais aussi à asseoir un pouvoir politique et spirituel touchant libres et esclaves. Ces sites furent d’ailleurs le théâtre de l’essai d’émancipation des esclaves imaginé par le marquis de Lafayette.

Le rôle des jésuites dans la recherche agronomique a été en effet de toute première importance. Leur conception moderne de l’agriculture et leurs connaissances techniques ont propulsé les habitations gérées par l’Ordre à la tête de l’économie coloniale. Ces habitants modernes et efficaces réalisent d’imposants travaux agricoles et hydrauliques (réseaux de canaux, écluses, digues, terrassements d’envergure). Des Amérindiens, ils apprennent la culture sur brûlis et exploitent la grande surface de leurs concessions de façon itinérante, en couplant la technologie moderne au savoir agricole traditionnel.

Leurs choix économiques, opérés sur des concessions qui s’étendaient sur plusieurs centaines d’hectares, produisirent un fort impact sur l’environnement, visible encore aujourd’hui.

Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 60
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782844508683
Nombre de pages : 368
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
HistoirE Et arCHÉologiE DE lagUyanE FrançaisE. lEs JÉsUitEs DE laCoMtÉ.
avaNT PROPOS par Egle Barone-Visigalli
Genèse du projet : de là découVerte À là publicàtion
QuàNd, eN 1995 À pàRIS, uNe cOmmuNIcàTION TéLéPhONIque d’àmIS GuYà-NàIS m’àNNONÇà Là décOuveRTe (Ouredécouverte) PàR deS chàSSeuRS de deuX 1 GRàNdeShabitationscOLONIàLeS eNfOuIeS dàNS Là fORêT de Là cOmmuNe de rOuRà (meNTIONNéeS PàR LeS SOuRceS hISTORIqueS màIS jàmàIS LOcàLISéeS àvec PRécISION SuR Le TeRRàIN), j’éTàIS bIeN LOIN d’ImàGINeR qu’uNe àveNTuRe ScIeNTI-fIque eT humàINe de PReSque dIX àNS àLLàIT cOmmeNceR. au mILIeu deS àNNéeS 1990, dàNS ceTTe àvàNcée àmàzONIeNNe veRS LeS CàRàïbeS qu’eST Là guYàNe, L’àRchéOLOGIe cOLONIàLe éTàIT eN effeT À SeS débuTS eT L’àbONdàNce deS SOuRceS hISTORIqueS INeXPLOITéeS m’àvàIT POuSSée dePuIS queLqueS àNNéeS À m’INTéReSSeR de PRèS À L’éPOque mOdeRNe. UN PRemIeR déPOuILLemeNT deS àRchIveS PàRISIeNNeS (BàRONe-VISIGàLLI, MIcheL 2000) – eT NOTàmmeNT deS aRchIveS NàTIONàLeS eT fONdS jéSuITeS – PeR-mIT d’éTàbLIR L’IdeNTITé deS deuX hàbITàTIONS SIGNàLéeS. nOuS àvONS Pu àINSI décOuvRIR que LeS muRS eT LeS càNàuX RemàRquéS PàR NOS chàSSeuRS cORReSPON-dàIeNT eN effeT àuX veSTIGeS de deuX GRàNdeS PLàNTàTIONS jéSuITeS : Là SucReRIe-ROcOuRIe de sàINT-réGIS eT Là méNàGeRIe le MàRIPà. nOuS éTIONS fàce À uNe décOuveRTe àRchéOLOGIque de TàILLe : ceS deuX hàbITàTIONS fOReSTIèReS POuvàIeNT PeRmeTTRe de mIeuX cOmPReNdRe Le RôLe deS jéSuITeS dàNS Là cOLONIe de Là e e guYàNe àuXxViieTxViiiSIècLeS eT, eN même TemPS – eN cONSIdéRàTION de LeuR vàSTe éTeNdue – NOuS OffRàIeNT Là POSSIbILITé de RecONSTITueR uN PàN de L’hISTOIRe d’uNe cOmmuNe RuRàLe, ceLLe de rOuRà. l’hOmOLOGue côTIeR de sàINT-réGIS eT le MàRIPà – L’hàbITàTION jéSuITe de lOYOLà (SITuée dàNS Là cOmmuNe de rémIRe-MONTjOLY) – éTàNT déjÀ eN cOuRS de fOuILLe, L’OccàSION Se PRéSeNTàIT àuSSI de cOmPLéTeR Le TàbLeàu de L’OccuPà-TION TeRRITORIàLe de Là COmPàGNIe de JéSuS eT de SON fONcTIONNemeNT écONO-mIque eT SOcIàL. EN OuTRe, L’Idée de LàNceR uN véRITàbLe PROGRàmme d’àRchéOLOGIe TROPIcàLe fOReSTIèRe éTàIT àSSez TeNTàNT. gRâce àu SOuTIeN du SeRvIce RéGIONàL de L’àRchéOLOGIe de Là DRàc de guYàNe, uNe PRemIèRe OPéRàTION àRchéOLOGIque fuT dONc ORGàNISée eN 1997. UNe PeTITe équIPe de deuX PeRSONNeS (L’àRchITecTe CRISTINà accORNeRO eT mOI-même, àIdéeS PàR uN OuvRIeR de fOuILLe) fuT chàRGée d’évàLueR Le POTeNTIeL du SITe le MàRIPà eT d’effecTeuR uN PRemIeR ReLevé TOPOGRàPhIque. nOuS cONSeR-
1
3
1
4
EglEBaronE-Visigalli, KristEnsargE, rÉgisVErwiMp
vONS eNcORe, TàNT d’àNNéeS àPRèS, Le SOuveNIR POIGNàNT du défRIchàGe À Là màcheTTe deS àbORdS du SITe, LeS ReNcONTReS RàPPROchéeS àvec Là fàuNe TROPI-càLe, Là chàLeuR àccàbLàNTe eT L’ImPReSSION que jàmàIS NOuS Ne SeRIONS veNueS À bOuT de bâTImeNTS meSuRàNT quàRàNTe mèTReS de LONG, eT dONT chàque PIeRRe éTàIT cOuveRTe de TOuTeS SORTeS de véGéTàTION… leS PRemIeRS RéSuLTàTS fuReNT cePeNdàNT eXTRêmemeNT eNcOuRàGeàNTS eT uN véRITàbLe PROGRàmme de RecheRche fuT mIS eN PLàce dèS L’àNNée SuIvàNTe. l’équIPe S’eNRIchIT d’àRchéO-LOGueS PROfeSSIONNeLS, d’éTudIàNTS cONfIRméS, de GéOLOGueS eT de deSSINàTeuRS. ENTRe 1998 eT 2001 euT LIeu L’eNSembLe deS OPéRàTIONS àRchéOLOGIqueS, àccOm-PàGNéeS du déPOuILLemeNT de TOuTeS LeS àRchIveS que NOuS PûmeS àTTeINdRe.
EN 1998 Là même OPéRàTION de défRIchàGe eT ReLevéS, effecTuée L’àNNée PRécédeNTe àu MàRIPà, fuT RéPéTée SuR Le SITe de sàINT-réGIS àvec uNe équIPe uN Peu PLuS NOmbReuSe. l’éLOIGNemeNT du SITe – jOIGNàbLe SeuLemeNT PàR Là vOIe fLuvIàLe eN RemONTàNT Là cRIque sàINT-réGIS – NOuS ObLIGeà À mONTeR uN càmP fOReSTIeR, Le PRemIeR d’uNe LONGue SéRIe. peu àvàNT Le déPàRT SuR Le TeR-RàIN, Là décOuveRTe dàNS LeS àRchIveS mILITàIReS mINISTéRIeLLeS du PLàN déTàILLé deS hàbITàTIONS (RéàLISé PàR L’INGéNIeuR GéOGRàPhe du ROI DeSSINGY « veRS 1770 ») NOuS àvàIT d’àILLeuRS fOuRNI Là PReuve défINITIve de L’IdeNTITé deS SITeS (BàRONe-VISIGàLLIet al.1998).
EN 1999 eT 2000, uNe OPéRàTION bIeNNàLe fuT cONSàcRée À Là PROSPecTION cOmPLèTe eT àuX ReLevéS TOPOGRàPhIqueS deS deuX hàbITàTIONS eT d’uNe PàRTIe deS àméNàGemeNTS deS TeRRàINS LeuR àPPàRTeNàNT (LeS càNàuX, LeS àméNàGe-meNTS fLuvIàuX eT LeS TRàceS d’àNcIeNNeS cuLTuReS). leS jéSuITeS àvàIeNT cONSTRuIT deS bàRRàGeS, uNe écLuSe, uN PONT-dIGue, deS débàRcàdèReS (« déGRàdS ») màÇONNéS, àvàIeNT àméNàGé LeS cOuRS d’eàu… nOuS éTIONS fàce À uNe eNTRePRISe de RéàméNàGemeNT du TeRRITOIRe d’uNe eNveRGuRe INàTTeNdue.
au cOuRS de L’àNNée 2000, À sàINT-réGIS, fuT décOuveRT uN deuXIème mOuLIN, POSTéRIeuR À L’éPOque jéSuITe eT SeRvàNT À Là PROducTION du ROcOu. UNe PRemIèRe éTude – « iNveNTàIRe du màTéRIeL àRchéOLOGIque », PRéSeNTé eN àNNeXe 2 3 À ce vOLume – àINSI qu’uNe éTude GéOLOGIque PeRmeTTàNT de défINIR Là PROve-NàNceextra situdeS àRGILeS uTILISéeS POuR LeS bRIqueS eT LeS POTeRIeS, fuReNT 4 effecTuéeS ceTTe àNNée LÀ . gRâce àuX àNàLYSeS deS échàNTILLONS cOuPLéeS À L’éTude de Là SITuàTION GéOLOGIque de Là RéGION, Là NàTuRe deS PIeRReS de cONSTRucTION eT LeuR PROveNàNce fuReNT àuSSI IdeNTIfIéeS.
là deRNIèRe àNNée de TeRRàIN (2001), NOuS L’àvONS cONSàcRée À Là TOPOGRà-PhIe GéNéRàLe deS hàbITàTIONS (SITeS àRchéOLOGIqueS eT àméNàGemeNTS fLu-vIàuX). UNe OPéRàTION de ReLevé TOPOGRàPhIque GLObàL deS STRucTuReS d’àméNàGemeNT du TeRRITOIRe éTàIT eN effeT INdISPeNSàbLe POuR cONcLuRe LeS OPéRàTIONS de PROSPecTION ThémàTIque eT véRIfIeRin situLeS NOmbReuSeS dON-NéeS càRTOGRàPhIqueS àNcIeNNeS dONT NOuS dISPOSIONS. oN à àINSI Pu cONSTàTeR que Le RéSeàu de càNàuX àRTIfIcIeLS RàYONNàNT àuTOuR deS hàbITàTIONS RePRéSeN-TàIT uN OuvRàGe ImPOSàNT. Ce RéSeàu hYdRàuLIque – Le PRemIeR éTudIé eN guYàNe – PeuT cONSTITueR uN mOdèLe POuR L’éTude deS àméNàGemeNTS jéSuITeS fOReSTIeRS de Là PéRIOde cOLONIàLe.
HistoirE Et arCHÉologiE DE lagUyanE FrançaisE. lEs JÉsUitEs DE laCoMtÉ.
pàR àILLeuRS, àu cOuRS de NOTRe càmPàGNe NOuS àvONS eu Là POSSIbILITé d’uTILISeR uNe NOuveLLe TechNIque de TOPOGRàPhIe, jàmàIS àPPLIquée àuPàRà-vàNT À L’àRchéOLOGIe eN guYàNe : Là TOPOGRàPhIe àéRIeNNe LàSeR TéLéPORTée PàR héLIcOPTèRe, mISe àu POINT PàR Là SOcIéTéaltoa. CeTTe NOuveLLe TechNOLOGIe, àSSOcIée À Là TOPOGRàPhIe TRàdITIONNeLLe, PeRmeT d’ObTeNIR uNe GRàNde PRécI-SION dàNS LeS ReLevéS (càR LeS RàYONS LàSeR PàSSeNT À TRàveRS Là càNOPée) eT LeS mOdéLISàTIONS INfORmàTIqueS PeRmeTTeNT beàucOuP de ReNduS POSSIbLeS.
au mOmeNT Où NOuS TeRmINONS ce LIvRe, queLqueS àNNéeS Se SONT écOuLéeS dePuIS Là fIN de Là deRNIèRe càmPàGNe àRchéOLOGIque eT LeS SITeS éTudIéS SONT ReTOmbéS dàNS L’OubLI. sI L’hàbITàTION sàINT-réGIS, PROTéGée PàR Sà POSITION GéOGRàPhIque À L’INTéRIeuR de Là fORêT GuYàNàISe, Ne cRàINT PàS dàNS L’ImmédIàT L’àcTION deSTRucTRIce de L’hOmme, Le SITe le MàRIPà, àu cœuR d’uN dOmàINe fONcIeR eN PLeIN àméNàGemeNT, à SubI deS dévàSTàTIONS ImPORTàNTeS. nOTRe SOuhàIT eST que ceT OuvRàGe Ne RePRéSeNTe PàS Le deRNIeR TémOIGNàGe SuR ce PàTRImOINe hISTORIque eT NàTuReL, juSqu’IcI, LàRGemeNT mécONNu.
1
2
3
4
D’àPRèS JàcqueS-FRàNÇOIS DuTRôNe là COuTuRe (1749-1814), « àSSOcIé de Là sOcIéTé ROYàLe deS ScIeNceS eT àRTS du CàP-FRàNÇàIS » eT dOcTeuR eN médecINe, « ON NOmmehabi-tation, uNe SOcIéTé d’hOmmeS RéuNIS, uN eNSembLe de beSTIàuX eT de bâTImeNTS fIXéS SuR uNe PROPRIéTé ; L’hàbITàTION dOIT êTRe cONSIdéRée cOmme uN PeTIT GOuveRNemeNT dONT Le PROPRIéTàIRe eST Le màîTRe eT qu’IL RéGIT SOuS Là LOIS du SOuveRàIN » (DuTRôNe là COuTuRe 1790). EmPLOYé cOuRàmmeNT PàR LeS hISTORIeNS deS cOLONIeS àméRIcàINeS, Le mOT « hàbI-TàTION » eST Le SYNONYme fRàNcOPhONe de « PLàNTàTION » eT déSIGNe L’eXPLOITàTION àGRIcOLe e e cOLONIàLe àuXxVii-xixSIècLeS. BàRONe-VISIGàLLI, sàRGe, VeRWImP, 2005,Inventaire du matériel archéologique, àNNeXe 6, P. 277-305. (iNveNTàIRe PàR LOcàLISàTION eT INveNTàIRe PàR càRàcTéRISàTION). aïchà geNdRON-BàdOu, « ràPPORT GéOLOGIque. ÉTude deS màTéRIàuX de cONSTRucTION eT deS SOLS de sàINT-réGIS eT MàRIPà, vàLLée de Là CONTé, guYàNe » IN BàRONe-VISIGàLLI, geNdRON, sàRGe, VeRWImP, 2001, P. 214-228. De PLuS, NOuS àvONS fàIT PONcTueLLemeNT àNàLYSeR deS PIèceS méTàLLIqueS PàR uN àRchéO-LOGue càNàdIeN de L’uNIveRSITé làvàL, M. aLàIN ChOuINàRd (cf. ChOuINàRd, 2001).
1
5
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.