Hitler, la propagande et le monde arabe

De
Publié par

L’histoire de la rencontre du nazisme et de l’antijudaïsme arabe.   Le 28 novembre 1941, lors d’un tête-à-tête scellant une coopération déjà bien engagée, Hitler recevait le grand mufti de Jérusalem, alors en exil à Berlin. Ce que l’on sait moins, c’est qu’au cours de la Seconde Guerre mondiale, l’idéologie nazie fut diffusée à travers l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient grâce à une puissante machine de propagande. Ce livre retrace l’histoire des idées, des institutions et des hommes engagés dans cet effort, à partir d’archives inédites ou jusque-là sous-utilisées, notamment des documents sonores retranscrits par les services secrets américains au Caire. L’ouvrage met en lumière la collaboration politique et idéologique entre les responsables du régime nazi et les Arabes pronazis, dont l’ancien chef du gouvernement irakien déposé par l’armée britannique en 1941, Kilani, et le grand mufti de Jérusalem, Amin el-Husseini. Initiés à la théorie du complot antisémite, ces derniers travaillèrent main dans la main avec les nazis à la conception d’une propagande spécifique au monde arabe. Parallèlement, et alors que le combat faisait rage sur le front nord-africain, l’Afrika Korps largua plus de trois millions de tracts sur l’Égypte, la Palestine, l’Irak, la Syrie. En outre y étaient diffusées des milliers d’heures d’émissions de radio en arabe sur ondes courtes, d’octobre 1939 à février-mars 1945. La plupart du temps, dans ces régions où le niveau de l’analphabétisme demeurait élevé, ces messages étaient écoutés en groupe, dans des cafés et autres lieux publics. L’antisémitisme radical, qui appelait à l’extermination de tous les Juifs, dans une région où résidaient 700 000 d’entre eux, demeurait un élément central de cette propagande. Devant la puissance de l’antisémitisme et l’antisionisme d’origine arabe, les États-Unis et la Grande-Bretagne prirent peur et conclurent qu’il fallait mettre en sourdine la « défense des Juifs » et la « question sioniste ». En 1944, la crainte de l’opinion arabe conduisit les dirigeants anglo-saxons à abandonner à leur sort le million de Juifs d’Europe, notamment en Hongrie, que l’on aurait pu encore sauver. Ce livre, extrêmement documenté, est avant tout un travail d’historien, qui rend compte avec rigueur de l’existence d’un antijudaïsme spécifique au monde arabe bien avant la naissance de l’État d’Israël.
Publié le : mercredi 10 octobre 2012
Lecture(s) : 56
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782702152140
Nombre de pages : 400
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
L’histoire de la rencontre du nazisme et de l’antijudaïsme arabe.   Le 28 novembre 1941, lors d’un tête-à-tête scellant une coopération déjà bien engagée, Hitler recevait le grand mufti de Jérusalem, alors en exil à Berlin. Ce que l’on sait moins, c’est qu’au cours de la Seconde Guerre mondiale, l’idéologie nazie fut diffusée à travers l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient grâce à une puissante machine de propagande. Ce livre retrace l’histoire des idées, des institutions et des hommes engagés dans cet effort, à partir d’archives inédites ou jusque-là sous-utilisées, notamment des documents sonores retranscrits par les services secrets américains au Caire. L’ouvrage met en lumière la collaboration politique et idéologique entre les responsables du régime nazi et les Arabes pronazis, dont l’ancien chef du gouvernement irakien déposé par l’armée britannique en 1941, Kilani, et le grand mufti de Jérusalem, Amin el-Husseini. Initiés à la théorie du complot antisémite, ces derniers travaillèrent main dans la main avec les nazis à la conception d’une propagande spécifique au monde arabe. Parallèlement, et alors que le combat faisait rage sur le front nord-africain, l’Afrika Korps largua plus de trois millions de tracts sur l’Égypte, la Palestine, l’Irak, la Syrie. En outre y étaient diffusées des milliers d’heures d’émissions de radio en arabe sur ondes courtes, d’octobre 1939 à février-mars 1945. La plupart du temps, dans ces régions où le niveau de l’analphabétisme demeurait élevé, ces messages étaient écoutés en groupe, dans des cafés et autres lieux publics. L’antisémitisme radical, qui appelait à l’extermination de tous les Juifs, dans une région où résidaient 700 000 d’entre eux, demeurait un élément central de cette propagande. Devant la puissance de l’antisémitisme et l’antisionisme d’origine arabe, les États-Unis et la Grande-Bretagne prirent peur et conclurent qu’il fallait mettre en sourdine la « défense des Juifs » et la « question sioniste ». En 1944, la crainte de l’opinion arabe conduisit les dirigeants anglo-saxons à abandonner à leur sort le million de Juifs d’Europe, notamment en Hongrie, que l’on aurait pu encore sauver. Ce livre, extrêmement documenté, est avant tout un travail d’historien, qui rend compte avec rigueur de l’existence d’un antijudaïsme spécifique au monde arabe bien avant la naissance de l’État d’Israël.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.