Identités romaines

De
Publié par

Le renouvellement des études antiques a mis en évidence l’importance de la notion d’identité. Les populations indigènes soumises par les Grecs puis par les Romains, les phénomènes d’acculturation ont suscité l’attention, interrogeant la manière dont ces peuples étaient représentés par les vainqueurs. En évoquant les autres, ceux-ci nous parlent d’abord d’eux-mêmes, de l’imaginaire qui les habite, bien plus qu’ils ne nous livrent des informations ethnographiques.
Si les questions d’identité ethnique et culturelle ont été bien étudiées dans le monde grec, tel n’est pas le cas dans le monde romain. Pourtant, la maîtrise d’un Empire immense est passée par l’intégration progressive de peuples très divers, et la conception romaine de l’identité culturelle s’est développée de manière originale : c’est ainsi, par exemple, que le motif de l’humanitas a permis d’articuler la relation de Rome avec les Barbares. Il s’agit donc dans ce livre non d’une mais de plusieurs identités, de la définition culturelle de la romanité et de la représentation, par les Romains, de l’altérité.

Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 26
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782728835638
Nombre de pages : 288
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
AVANT-PROPOS
1 Matde SImon
La ôtô d’detté a été abôdaet étudée, das e dôae atque, au côurs des derères décees. L’térêt pôrté aux peupes qu ôt été sôus par es Grecs pus par es Rôas, et aux péôèes d’accuturatô dôt s ôt été es acteurs, a e efet ôuvert de ôuvees perspectves. O a teté de cerer quees représetatôs ces pôpuatôs etedaet dôer d’ees-êes, à partr de téôgages surtôut côôgrapques car ees ’ôt gééraeet pas assé de traces écrtes. La déitô d’ue detté cuturee ôu etque preat sô ses par rappôrt à u pôt de réérece à partr duque ee se côstrut par dférece, ce type d’études a etraé de aère syétrque 2 ue terrôgatô sur es ôtôs d’« eése », vôre d’« eécté », et de rôaté. L’u des pôts qu ôt été sôugés de a aère a pus ere est a pastcté de cette derère ôtô : a rôasatô e peut pus être côprse côe u péôèe d’absôrptô des cutures dtes ôrtares au prôit du seu ôdèe rôa, as côe u prôcessus d’éergece d’dettés côpexes, qu ôt e retôur luecé a perceptô que es Rôas avaet 3 d’eux-êes . 4 Das u récet ôuvrage , E. Dec, qu a beaucôup travaé sur ces péôèes d’teractôs cuturees, regrette que a ôtô d’detté etque et cuturee rôae at été peu étudée pôur ee-êe, par côtraste avec ’abôdace des travaux côcerat ces êes prôbéatques das e ôde grec. Cea est dû, seô ee, au at que ’stôrôgrape ôdere s’est côcetrée sur es aspects pôtques et égsats de déitô de cette detté, qu ôt pu e ôbscurcr es ôdeets cutures. L’auteur déôce auss ue tedace
1. Matre de côéreces à ’Écôe ôrae supéreure. 2. Vôr J. Ha,Hellenicity : Between Ethnicity and Culture. 3. C’est à ue côcusô aaôgue qu’abôutt J. Ha, «Arcades his oris: greek prôjectôs ô te taa etôscape », p. 259-284, à prôpôs des récts de ôdatô et des gééaôges ytques attrbuées aux peupes de ’ïtae par es Grecs. 4. E. Dec,Romulus’ Asylum. Roman Identities from the Age of Alexander to the Age of Hadrian, p. 26sq.
7
Mathilde Simon
des Môderes à e predre e côpte das eur apprôce que a aère de peser prôpre aux Grecs, sas accôrder d’autôôe teectuee, e queque sôrte, aux Rôas. Or ceux-c ôt evsagé de aère ôrgae a questô de ’etcté, e partcuer par e bas de a ôtô d’humanitas, qu et e jeu es crtères d’apparteace au ôde cvsé au détret de ’autôctôe, se e vaeur par es auteurs grecs. De cette vsô déped évdeet ’age que es Rôas s’attacet à dôer d’eux-êes. C’est pôurquô  est questô das ce recue ô pas d’ue, as de puseurs dettés, seô e pôt de vue evsagé par es dféretes côtrbutôs. ï ôus a paru e efet téressat que es dôctôrats et jeues dôcteurs travaat das e dôae de ’Atquté rôae pusset côrôter es résutats auxques s parveet das eurs preers travaux ai de précser e côtexte das eque pred sô ses ’detté rôae dôt s déisset es trats. C’est das cet esprt, et auss pôur rôpre eur sôeet– sôeet teectue et ô géôgrapque, car es étudats rédget sôuvet eur tèse das es êes bbôtèques – qu’a été ôrgasée, à ’tatve d’A. Rôuveret, prôesseur d’stôre de ’art à ’uversté de Pars Ouest-Naterre-La Déese, et de ô-êe, a tabe rôde dôt cet ôuvrage est ssu. Ue preère sectô rassebe es études côcerat a ôratô de a cuture rôae et a déitô de sô detté, qu ôurrt ’terrôgatô des Rôas eux-êes tôut au ôg de ’stôre de ’Urbs.U des ôdes d’apprôce es pus rces e ce dôae côsste à s’attacer aux péôèes d’accuturatô et d’apprôpratô de a cuture grecque par es Rôas : cette vôe est c adôptée par e bas de ’exae des jeux de réécrture des textes er grecs (É. Prôux, P. Gusard) cez es auteurs ats du I sèce av. J.-C. La questô de a déitô par es Rôas de eur prôpre detté est esute ’ôbjet de côtrbutôs : sôt evsagées ’adaptatô de a stratége ôratôre grecque à a réaté rôae (C. Guér) et a côstructô de a rôaté das e dscôurs stôrque (L. Méry). Ei, sôt étudés es aspects qu eacet cette detté, ôu qu a représetet côe eacée : a ôstruôsté pôtque qu e côsttue u côtrepôt (B. Cuy-Le Caet), e trateet satrque qu e déôre es caractérstques pôur révéer a crse qu’ee traverse (S. ïtc). Deux travaux reats à ’Atquté tardve vret ue perspectve partcuère sur ’detté rôae : s écaret e pôt de vue adôpté par es Rôas des derers teps de ’Epre sur e passé gôreux de ’Urbs, sôt à travers ue apprôce dacrôque de a ttérature atquare (M.-K. Lôé), sôt e exaat a questô de ’éergece de ’detté dvduee et de préôccupatôs ôuvees, côe cee de a catastrôpe côsque (M. Cerat), au détret de ’dée de rôaté. La secôde sectô du recue déveôppe ue autre desô ôdatrce de ’detté rôae, cee qu côcere e regard pôrté par es Rôas sur es autres peupes, et a représetatô qu’s tedet à dôer d’eux-êes ôrsqu’s
8
Avantpropos
se trôuvet das u côtexte étrager. E aestat sa vsô des autres, à travers des côx côôgrapques ôu des ôres de représetatô ttérare, Rôe ôus asse percevôr, par a se e pace de ’atérté, ’detté qu’ee revedque. Puseurs études s’téresset as à a côstructô de ’age des peupes barbares à Rôe à partr de dôées etôgrapques (C. Lerôuge) et de stratéges arratves (E. Bedô), ôu se pecet sur des auteurs rôasés qu scrvet eur pette patre das eur agare pôétque (C. Nôtter). Le cas partcuer du ôde grec, dôt ’age est tôujôurs cargée d’ejeux déôôgques ôrts, est abôrdé par ’étude de ’interpretatio Romanacôpexe des deux grecs (S. Wyer) et par ’aayse ttérare de textes de ’épôque augustéee (M. Sô). L’expérece de ’ex ôurrt auss ue terrôgatô sur ue detté côrôtée à ’éôgeet (A.-C. Da), et ’aayse côôgrapque (S. Môte) peret d’apprôôdr a questô de ’autôreprésetatô des Rôas – pus exacteet des ïtaes – das u terrtôre extéreur. Cette dcôtôe, perettat d’ôrgaser e recue e deux grades sectôs, a, ôus e côveôs, queque côse d’artice das a esure ôù a représetatô de sô et a ôratô êe de a cuture rôae, se ôurrsset du côtact avec ’extéreur, de a côstructô de ’age de ’autre; cette teractô a be été se 5 e évdece par F. Dupôt ôrsqu’ee pare d’« atérté cuse ». Mas cacu des expôsés présetés ôrs de ces jôurées de recôtre a précséet pers à eurs auteurs côe aux audteurs de esurer ’pôrtace du péôèe. Das cette vôe qu a été expôrée de aère ôuvee depus queques aées, ces preers travaux de jeues cerceurs ôfret des perspectves stuates, aôçat des prôjets de recerce sôuvet déjà be aôrcés. La recôtre tae a pu vôr e jôur grâce à a vôôté d’A. Rôuveret, avec e sôute de ’équpe ESPRï (UMR 7041) de Naterre et de P. Carer, drecteur du DEA « Les cutures de ’Atquté cassque », as que du départeet des Sceces de ’Atquté de ’Écôe ôrae supéreure, aôrs drgé par J.-P. huer, et du Cetre d’études acees drgé par M. Trédé. Que sôet auss reercés es prôesseurs C. Guttard, C. Lévy et V. Zar qu ôt présdé es séaces et ôt aesté eur térêt pôur ce prôjet as que D. Pett, drecteur du départeet des Sceces de ’Atquté, qu a sôuteu très eîcaceet a pubcatô des résutats de ôs travaux. Les édtôs Rue d’U ôt accue ce vôue das a côectô des « Études de ttérature acee » ; a recô-assace evers eur drectrce, L. Margac, et sô équpe est à a esure de ô attaceet à a réasatô pus à a dfusô de cette etreprse.
5. F. Dupôt, « L’atérté cuse. L’detté rôae das sa reatô à a Grèce ».
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.