Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 16,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Lieu de l’histoire
INTRODUCTION L’histoire hors de son lieu?
FrankLestringant
Dansunouvragederéflexionthéoriquequiafaitdate,MicheldeCerteau remarquaitquele«lieudel’histoire»sedéfinitparlaséparation.Vérité paradoxale,sitantest,commeonlerépètesisouvent,quelebutde l’histoireestdeconserverlesfaitsdupasséetdoncdemaintenirunlien entrelesabsentsetlesprésents,entrelesvivantsetlesmorts.Cettesépa-rationfondatricedel’histoireseprésenteaumoinsdedeuxmanières différentes.C’esttoutd’abordcellequ’instituel’écriture:l’histoire«fait 1 parlerlecorpsquisetait ».Ellereposesurledécalageexistantentrela réalitésilencieuse,opaqueetfuyante,etunsavoir-direauservicedune recherched’intelligibilitéquitoutàlafoistraqueetchasseleréelhors d’elle.Lediscourshistoriqueestàcetégardundiscourssurl’autre,au mêmetitrequel’ethnologie,lapsychiatrieoulapédagogie,enunmotune 2 «hétérologie».Lhistoirenonseulementparledecequellenestpas,mais ellefaittairecedontelleprendlaplaceetaunomdequoielleparle. Parailleurs,l’histoires’efforcederefoulerlafictionquipourtantla trameetlahante.DepuisAristote,lecritèredel’histoireestlevrai,alors quelevraisemblabledéfinitlalittérature.Maiscen’estpaslaseuleoppo-sitionentreelles.Longtempsl’ordredel’histoireaobéiàlastrictechrono-logie,faceàl’ordrebeaucoupplussoupledudiscourslittéraire–del’épopée enparticulier–,quirequéraitladiscontinuité,cultivaitleretourenarrière (analepse)etlaprojection(prolepse),recouraitàloisiràdesfictionsde montagecommelesongeoul’ekphrasis.erdroLishldece,irtoéattilnaturalis,unordresupposé«naturel»,paroppositionàl’ordreartificiel (ordo artificialis) dupoèmeouduroman.Contrairementàlapoésie, l’histoiredégagelamatièredel’ornement:elleviseàretrouverunevérité desfaitssouslaproliférationdeslégendes.Pareillesdistinctions,toutefois, nedoiventpascacherleproblèmequeposedansl’ordredudiscoursla rencontredel’histoireetdeshistoires.Entrelesingulieretleplurieldu mot,lafrontièrelongtempsindécisenes’estfixéequetardivement.
1 2
MicheldeCerteau, Ibid.p.10.,
L’Écriture de l’histoireriGPsa,l,ialrdma19,,579.p.
ordo
10
FRANKLESTRINGANT
LexempledeRabelaisestprobantàcetégard:commelarappeléJean Céard,PantagrueletGargantuasedonnentpourdes«chroniques»etnon pourdesromans.Decettemanière,Rabelaisparodieunehistoriographie contestée,oùlesexemplesdesaintNicolascoexistentavecles«fablesde Turpin»,etrappelleaudevoirdevéritéungenrequiseveutuneécoledevie Onnesauraiteneffetréduirelepartagedessavoirsàlafrontièreséparant scienceetfiction.Si«l’historiographieoccidentaleluttecontrelafiction», selonMicheldeCerteau,c’estquelecombatn’estjamaisgagnéetquela littératurefaitretourdansl’historiographielaplussûredesesconquêtes positives.Inversement,lalittératuredepuisRabelaiss’estemployéeà subvertirlediscourshistorique,àdesfinsludiquesoucritiques,quandelle neprétendaitpass’enannexerlesprérogatives. Dèsl’Antiquitécertainshistoriens,etnondesmoindres,nefurentpas dupesdecetteconfianceexcessivequel’histoireplaçaitenelle-même, pasplusqu’ilsn’étaientconvaincusdesoninnocence.Parexemple, l’AthénienThucydide,dansLa Guerre du Péloponnèse,admettaitavoireu recoursàlareconstructionfictiveetauvraisemblable,s’agissantenparti-culierdesdiscoursprononcésparlesorateurs.Lexigencedevérité historiqueetlerecoupementdestémoignages–cequeJeandeLéryappel-4 leraplustardla«conférencedeshistoires »–neluiparaissaientpas incompatiblesaveclarecherchedesparoles«lesmieuxappropriéesaux 5 diversessituations ».Larelationhistoriqueabeaurefuserleromanesque etladéclamation,elleabeautournerledosauxfiorituresdubeaustyleet àl’éloquenced’apparat,ellen’estpaslavériténue.BrunaConconientre-prenddemontrericimêmequ’unetelleleçondemodestieetenmême tempsdelibertéaétécompriseetreconduiteparlesmoderneshistorio-6 graphesdesguerresdereligion .Decetteréflexionexemplairedel’historien greclesauteursdumartyrologehuguenotenparticulier,JeanCrespinet SimonGoulartretirentlaconvictionquel’exigencedevéritén’exclutnile stéréotypenarratifnilarecréationfactuellededétail.
3 .
3 JeanCéard,«Lhistoireécoutéeauxportesdelalégende:Rabelais,lesfablesdeTurpinetles exemplesdesaintNicolas»,inÉtudes seiziémistes offertes à M. le Professeur V. L. Saulnier,Genève, Droz,1980,p.91-109;«Rabelaisetlamatièreépique»,inLa Chanson de geste et le mythe carolingien. Mélanges René Louisalez1,yuos-éV-s591227-12,98.p,alsiaReb;6«int-Père,Sa lecteuretjugedesromansdechevalerie»,inRabelais en son demi-millénairesdeberai-la(É«ut siennes»,t.XXI),Genève,Droz,1988,p.237-248. 4 re JeandeLéry,Histoire d’un voyage faict en la terre du Bresil édition,1578],Paris,LGF, [1 «Bibliothèqueclassique»,1994,p.599:«AdvertissementdelAutheur»(1611). 5 Thucydide,La Guerre du Péloponnèse,I,22,trad.DenisRoussel,Paris,Gallimard,«Bibliothèque delaPléiade»,1964,p.706. 6 Voirp.157lacontributiondeBrunaConconi,«“Maislavoixdivinenousabailléautresregles”: lhistorienprotestantfaceaudevoirdunenouvelleméthode».
INTRODUCTIONLHISTOIREHORSDESONLIEU?
11
Unautreclivagesedessineaveclediscoursreligieux.Cen’estpasun hasardsiplusieurscommunicationsdecettejournéemettentenscène l’histoireproduiteparlesthéologiens,ceuxdelaRéformetoutparticuliè-rement:Luther,Calvin,lepasteurJeandeLéry,lesauteursdemartyro-e loges,etc.ÀpartirduXVIsiècle,s’ilestpermisdepériodiseraussi hâtivement–etcetterévolutionestmarquéeparlesœuvresdeMachiavel etdeGuichardin–,l’historiographiecessed’êtrelareprésentationd’un tempsprovidentiel,régietordonnéparunsujetinaccessibleettranscen-dant,pourprendrelapositionmêmedusujetdel’action,proposantau princedesrèglesetdestechniquesdegouvernement. Cettelaïcisationdel’histoire,quitendaussietcontradictoirementàune sacralisationdel’historien,reposeenpartiesuruneillusion.Auprèsdu prince,l’historiennefaitpasl’histoire,illaconsigneseulement,sanction-nantlehiatusentrel’actionetlerêve.Lecoupdeforcedel’historienestde lasorteentachéd’hybris.Ilconfineraitàl’imposture,s’ilnecomportaitune partdedistance,decalmeluciditéetdesecrètemélancolie.Parrapportau politique,l’historienestnécessairementdécalé,etsinonenretrait,du 7 moinsenporte-à-fauxaumêmetitrequeleprospectiviste . e LeparadoxeestquelesthéologiensduXVI siècleontcontribuéeux-mêmesàcetteautonomisationdudiscourshistorique.S’attachantà«Calvin historien»,Pierre-FrançoisMoreauseproposedemontrercommentle réformateurdeGenève,ensoulignantlunitédesdeuxTestamentsetla continuitéquirègneenconséquenceentrel’ancienneetlanouvellealliance, 8 tendàconféreruneautonomienouvelleauchampdelhistoire.Lhistoire humaineestlibérée,renduehomogène,dèslorsquedéfiguréeetarrachéeà lalecturetypologique.Decetteréflexionsurl’histoireàpartirdeses margestémoigneduneautremanièrelexempledeLuther,icianalysépar PhilippeBüttgen.Écrivantàdesfinspolémiquesunehistoirefragmentaire delascolastique,histoirequiestpartiellementlasienneetdontilsedégage pourtant,leréformateurinventeunecatégoriedesynthèseoùAristoteet Origène,saintThomasdAquinetNicolasdeLyreseretrouventaucoude àcoude.
Marges de l’histoire Àlaméthodedelhistoireonapréférélamarge,àuncheminementsimple etsingulierleplurield’unétatdeslieux,commesiletermen’étaitpas donnéd’emblée,commesiàlaplaced’unelignedirectrices’offraitune
7 8
M.deCerteau,op. cit..5.p-1,14 Pourunedémonstrationdanslemêmesens,voirFrancisHigman,Lire et découvrir. La circulation des idées au temps de la Réformevlni«aC66:256-1eéleupllepet,evèneG,.»u.p8,991z,roD
12
FRANKLESTRINGANT
gerbeditinérairesdivergents.Delasorte,léclairagesedéplacedelhisto-rienprofessionnelàlhistoriensanslesavoiretàlhistoriensanslevouloir. Leshistoriensparoccasionprennentlerelaisdeshistoriensparvocation.Car c’estpeut-êtredanslesmargesqueserévèlelemieuxl’opérationhistorienne. Leprésentcolloques’inscritainsidanslalignéedesremisesencausedu dernierquartdesiècle.Avecretard,maisdumêmecoupavecunrecul salutaireettoutelaluciditéduregardd’après-coup,lesseiziémistesque noussommesontpleinementintégrélaleçondeMichelFoucault.Ànotretour de«mobiliserl’historiographiesurleslimitesquispécifientetrelativisent 9 sondiscours ». C’estdoncunejuxtapositiondelieuxquenousinviteàparcourircette journéedétudevariéeàlextrêmeetlargementouvertesurlétranger:lieux del’autre,lieuxautres,qu’ils’agissedestypographes,despoètes,desthéo-logiensoudesfemmes,enFrancebiensûr,maisaussidanslItaliedela Renaissanceetdansl’EspagneduSiècled’or.LaJournéemondialedelafemme invitaitduresteàcetteinterrogationhétérologique. Puisqu’ilnem’appartientpasdeconclure,jem’envoudraisderefermer unéventaildepropositionsqueDominiquedeCourcelles,lorganisatrice decettejournée,asouhaitéouvrirlepluslargementpossible.Avecelle,je meréjouisdeconstaterlaremarquablevitalitédesétudesseiziémistesetde voirqu’unefoisdeplus,pourleurdix-neuvièmeédition,lesjournéesSaulnier demeurentunirremplaçablecarrefourd’idéesetderéflexions.
9 M.deCerteau,
op. cit.,5.p.3