L’histoire en marge de l’histoire à la Renaissance

De
Publié par


Cahier V.L. Saulnier n° 19


Ce ne sont pas seulement les chroniqueurs, annalistes, biographes et autres historiens qui écrivent l'histoire des individus, des sociétés et du monde. Le XVIe siècle est marqué par la réorganisation des savoirs et des pouvoirs : naissance de la philologie et nouvelles interprétations des textes, découverte du Nouveau Monde, réformes religieuses, nouveaux rôles féminins, reconfiguration de l'Europe, etc. Aussi l'œuvre d'histoire se constitue-t-elle également par la transformation de l'univers de référence et de ses représentations.


Les interventions ici réunies examinent cette histoire qui s'écrit en marge de l'histoire et qui contribue à transformer de manière déterminante les modes de pensée et de comportement des individus.

Publié le : mardi 1 janvier 2002
Lecture(s) : 25
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782728839209
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lieu de l’histoire
INTRODUCTION L’histoire hors de son lieu?
FrankLestringant
Dansunouvragederéflexionthéoriquequiafaitdate,MicheldeCerteau remarquaitquele«lieudel’histoire»sedéfinitparlaséparation.Vérité paradoxale,sitantest,commeonlerépètesisouvent,quelebutde l’histoireestdeconserverlesfaitsdupasséetdoncdemaintenirunlien entrelesabsentsetlesprésents,entrelesvivantsetlesmorts.Cettesépa-rationfondatricedel’histoireseprésenteaumoinsdedeuxmanières différentes.C’esttoutd’abordcellequ’instituel’écriture:l’histoire«fait 1 parlerlecorpsquisetait ».Ellereposesurledécalageexistantentrela réalitésilencieuse,opaqueetfuyante,etunsavoir-direauservicedune recherched’intelligibilitéquitoutàlafoistraqueetchasseleréelhors d’elle.Lediscourshistoriqueestàcetégardundiscourssurl’autre,au mêmetitrequel’ethnologie,lapsychiatrieoulapédagogie,enunmotune 2 «hétérologie».Lhistoirenonseulementparledecequellenestpas,mais ellefaittairecedontelleprendlaplaceetaunomdequoielleparle. Parailleurs,l’histoires’efforcederefoulerlafictionquipourtantla trameetlahante.DepuisAristote,lecritèredel’histoireestlevrai,alors quelevraisemblabledéfinitlalittérature.Maiscen’estpaslaseuleoppo-sitionentreelles.Longtempsl’ordredel’histoireaobéiàlastrictechrono-logie,faceàl’ordrebeaucoupplussoupledudiscourslittéraire–del’épopée enparticulier–,quirequéraitladiscontinuité,cultivaitleretourenarrière (analepse)etlaprojection(prolepse),recouraitàloisiràdesfictionsde montagecommelesongeoul’ekphrasis.erdroLishldece,irtoéattilnaturalis,unordresupposé«naturel»,paroppositionàl’ordreartificiel (ordo artificialis) dupoèmeouduroman.Contrairementàlapoésie, l’histoiredégagelamatièredel’ornement:elleviseàretrouverunevérité desfaitssouslaproliférationdeslégendes.Pareillesdistinctions,toutefois, nedoiventpascacherleproblèmequeposedansl’ordredudiscoursla rencontredel’histoireetdeshistoires.Entrelesingulieretleplurieldu mot,lafrontièrelongtempsindécisenes’estfixéequetardivement.
1 2
MicheldeCerteau, Ibid.p.10.,
L’Écriture de l’histoireriGPsa,l,ialrdma19,,579.p.
ordo
10
FRANKLESTRINGANT
LexempledeRabelaisestprobantàcetégard:commelarappeléJean Céard,PantagrueletGargantuasedonnentpourdes«chroniques»etnon pourdesromans.Decettemanière,Rabelaisparodieunehistoriographie contestée,oùlesexemplesdesaintNicolascoexistentavecles«fablesde Turpin»,etrappelleaudevoirdevéritéungenrequiseveutuneécoledevie Onnesauraiteneffetréduirelepartagedessavoirsàlafrontièreséparant scienceetfiction.Si«l’historiographieoccidentaleluttecontrelafiction», selonMicheldeCerteau,c’estquelecombatn’estjamaisgagnéetquela littératurefaitretourdansl’historiographielaplussûredesesconquêtes positives.Inversement,lalittératuredepuisRabelaiss’estemployéeà subvertirlediscourshistorique,àdesfinsludiquesoucritiques,quandelle neprétendaitpass’enannexerlesprérogatives. Dèsl’Antiquitécertainshistoriens,etnondesmoindres,nefurentpas dupesdecetteconfianceexcessivequel’histoireplaçaitenelle-même, pasplusqu’ilsn’étaientconvaincusdesoninnocence.Parexemple, l’AthénienThucydide,dansLa Guerre du Péloponnèse,admettaitavoireu recoursàlareconstructionfictiveetauvraisemblable,s’agissantenparti-culierdesdiscoursprononcésparlesorateurs.Lexigencedevérité historiqueetlerecoupementdestémoignages–cequeJeandeLéryappel-4 leraplustardla«conférencedeshistoires »–neluiparaissaientpas incompatiblesaveclarecherchedesparoles«lesmieuxappropriéesaux 5 diversessituations ».Larelationhistoriqueabeaurefuserleromanesque etladéclamation,elleabeautournerledosauxfiorituresdubeaustyleet àl’éloquenced’apparat,ellen’estpaslavériténue.BrunaConconientre-prenddemontrericimêmequ’unetelleleçondemodestieetenmême tempsdelibertéaétécompriseetreconduiteparlesmoderneshistorio-6 graphesdesguerresdereligion .Decetteréflexionexemplairedel’historien greclesauteursdumartyrologehuguenotenparticulier,JeanCrespinet SimonGoulartretirentlaconvictionquel’exigencedevéritén’exclutnile stéréotypenarratifnilarecréationfactuellededétail.
3 .
3 JeanCéard,«Lhistoireécoutéeauxportesdelalégende:Rabelais,lesfablesdeTurpinetles exemplesdesaintNicolas»,inÉtudes seiziémistes offertes à M. le Professeur V. L. Saulnier,Genève, Droz,1980,p.91-109;«Rabelaisetlamatièreépique»,inLa Chanson de geste et le mythe carolingien. Mélanges René Louisalez1,yuos-éV-s591227-12,98.p,alsiaReb;6«int-Père,Sa lecteuretjugedesromansdechevalerie»,inRabelais en son demi-millénairesdeberai-la(É«ut siennes»,t.XXI),Genève,Droz,1988,p.237-248. 4 re JeandeLéry,Histoire d’un voyage faict en la terre du Bresil édition,1578],Paris,LGF, [1 «Bibliothèqueclassique»,1994,p.599:«AdvertissementdelAutheur»(1611). 5 Thucydide,La Guerre du Péloponnèse,I,22,trad.DenisRoussel,Paris,Gallimard,«Bibliothèque delaPléiade»,1964,p.706. 6 Voirp.157lacontributiondeBrunaConconi,«“Maislavoixdivinenousabailléautresregles”: lhistorienprotestantfaceaudevoirdunenouvelleméthode».
INTRODUCTIONLHISTOIREHORSDESONLIEU?
11
Unautreclivagesedessineaveclediscoursreligieux.Cen’estpasun hasardsiplusieurscommunicationsdecettejournéemettentenscène l’histoireproduiteparlesthéologiens,ceuxdelaRéformetoutparticuliè-rement:Luther,Calvin,lepasteurJeandeLéry,lesauteursdemartyro-e loges,etc.ÀpartirduXVIsiècle,s’ilestpermisdepériodiseraussi hâtivement–etcetterévolutionestmarquéeparlesœuvresdeMachiavel etdeGuichardin–,l’historiographiecessed’êtrelareprésentationd’un tempsprovidentiel,régietordonnéparunsujetinaccessibleettranscen-dant,pourprendrelapositionmêmedusujetdel’action,proposantau princedesrèglesetdestechniquesdegouvernement. Cettelaïcisationdel’histoire,quitendaussietcontradictoirementàune sacralisationdel’historien,reposeenpartiesuruneillusion.Auprèsdu prince,l’historiennefaitpasl’histoire,illaconsigneseulement,sanction-nantlehiatusentrel’actionetlerêve.Lecoupdeforcedel’historienestde lasorteentachéd’hybris.Ilconfineraitàl’imposture,s’ilnecomportaitune partdedistance,decalmeluciditéetdesecrètemélancolie.Parrapportau politique,l’historienestnécessairementdécalé,etsinonenretrait,du 7 moinsenporte-à-fauxaumêmetitrequeleprospectiviste . e LeparadoxeestquelesthéologiensduXVI siècleontcontribuéeux-mêmesàcetteautonomisationdudiscourshistorique.S’attachantà«Calvin historien»,Pierre-FrançoisMoreauseproposedemontrercommentle réformateurdeGenève,ensoulignantlunitédesdeuxTestamentsetla continuitéquirègneenconséquenceentrel’ancienneetlanouvellealliance, 8 tendàconféreruneautonomienouvelleauchampdelhistoire.Lhistoire humaineestlibérée,renduehomogène,dèslorsquedéfiguréeetarrachéeà lalecturetypologique.Decetteréflexionsurl’histoireàpartirdeses margestémoigneduneautremanièrelexempledeLuther,icianalysépar PhilippeBüttgen.Écrivantàdesfinspolémiquesunehistoirefragmentaire delascolastique,histoirequiestpartiellementlasienneetdontilsedégage pourtant,leréformateurinventeunecatégoriedesynthèseoùAristoteet Origène,saintThomasdAquinetNicolasdeLyreseretrouventaucoude àcoude.
Marges de l’histoire Àlaméthodedelhistoireonapréférélamarge,àuncheminementsimple etsingulierleplurield’unétatdeslieux,commesiletermen’étaitpas donnéd’emblée,commesiàlaplaced’unelignedirectrices’offraitune
7 8
M.deCerteau,op. cit..5.p-1,14 Pourunedémonstrationdanslemêmesens,voirFrancisHigman,Lire et découvrir. La circulation des idées au temps de la Réformevlni«aC66:256-1eéleupllepet,evèneG,.»u.p8,991z,roD
12
FRANKLESTRINGANT
gerbeditinérairesdivergents.Delasorte,léclairagesedéplacedelhisto-rienprofessionnelàlhistoriensanslesavoiretàlhistoriensanslevouloir. Leshistoriensparoccasionprennentlerelaisdeshistoriensparvocation.Car c’estpeut-êtredanslesmargesqueserévèlelemieuxl’opérationhistorienne. Leprésentcolloques’inscritainsidanslalignéedesremisesencausedu dernierquartdesiècle.Avecretard,maisdumêmecoupavecunrecul salutaireettoutelaluciditéduregardd’après-coup,lesseiziémistesque noussommesontpleinementintégrélaleçondeMichelFoucault.Ànotretour de«mobiliserl’historiographiesurleslimitesquispécifientetrelativisent 9 sondiscours ». C’estdoncunejuxtapositiondelieuxquenousinviteàparcourircette journéedétudevariéeàlextrêmeetlargementouvertesurlétranger:lieux del’autre,lieuxautres,qu’ils’agissedestypographes,despoètes,desthéo-logiensoudesfemmes,enFrancebiensûr,maisaussidanslItaliedela Renaissanceetdansl’EspagneduSiècled’or.LaJournéemondialedelafemme invitaitduresteàcetteinterrogationhétérologique. Puisqu’ilnem’appartientpasdeconclure,jem’envoudraisderefermer unéventaildepropositionsqueDominiquedeCourcelles,lorganisatrice decettejournée,asouhaitéouvrirlepluslargementpossible.Avecelle,je meréjouisdeconstaterlaremarquablevitalitédesétudesseiziémistesetde voirqu’unefoisdeplus,pourleurdix-neuvièmeédition,lesjournéesSaulnier demeurentunirremplaçablecarrefourd’idéesetderéflexions.
9 M.deCerteau,
op. cit.,5.p.3
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.