La France des Lumières

De
Publié par

A la fin du XVIIe siècle, " la majorité des Français pensaient comme Bossuet ". Au XVIIIe siècle, " les Français pensent comme Voltaire ", dit-on.

Le XVIIIe siècle se situe bien entre deux mondes. D'un côté, il vit encore au rythme des contraintes et des traditions, et repose sur l'antique association du religieux et de l'Etat. A la tête de cet édifice, le roi-prêtre, agent principal du politique, dont les hommes sont à la fois les moyens et la fin. Mais en même temps un autre système de références se dessine: l'heure des montres et des horloges, qui succède au temps sacré des églises, tout comme la maîtrise de l'espace transforment la vie ordinaire des Français. Une autre société se met en place, celle de l'échange et du développement du commerce, celle des grands ports et celle des grandes cités de l'entreprise. Au sein même de la France profonde apparaît une France plus ouverte, plus mobile. Elle revendique un ordre humain autonome où l'individu devient la mesure de toutes choses. Les problèmes de fiscalité, de justice, de sécurité montent sur le devant de la scène, et cette contestation sociale et politique contribue à former l'opinion publique: la personne du roi, la Cour sont désormais soumis à la critique.

Comment les contemporains ont-ils compris ce basculement du monde? Comment en ont-ils été les acteurs? Comment, tandis que la société se désacralisait, leurs croyances, leurs valeurs et leurs habitudes se sont-elles modifiées? Cette histoire de La France des Lumières nous plonge dans les racines de la modernité. Elle nous invite à une passionnante relecture d'un siècle qui fit l'apologie du négoce, exalta la nature, la science et le progrès, d'un temps aussi qui crut au bonheur pour tous.

Daniel Roche est professeur à l'université de Paris-I et directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en sciences sociales. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur les Lumières, en particulier Les Républicains des Lettres (Fayard, 1988), et La Culture des apparences (Fayard, 1989), et a reçu le grand prix national d'histoire pour l'ensemble de son oeuvre.
Publié le : mercredi 1 septembre 1993
Lecture(s) : 49
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213650814
Nombre de pages : 654
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
A la fin du XVIIe siècle, " la majorité des Français pensaient comme Bossuet ". Au XVIIIe siècle, " les Français pensent comme Voltaire ", dit-on.

Le XVIIIe siècle se situe bien entre deux mondes. D'un côté, il vit encore au rythme des contraintes et des traditions, et repose sur l'antique association du religieux et de l'Etat. A la tête de cet édifice, le roi-prêtre, agent principal du politique, dont les hommes sont à la fois les moyens et la fin. Mais en même temps un autre système de références se dessine: l'heure des montres et des horloges, qui succède au temps sacré des églises, tout comme la maîtrise de l'espace transforment la vie ordinaire des Français. Une autre société se met en place, celle de l'échange et du développement du commerce, celle des grands ports et celle des grandes cités de l'entreprise. Au sein même de la France profonde apparaît une France plus ouverte, plus mobile. Elle revendique un ordre humain autonome où l'individu devient la mesure de toutes choses. Les problèmes de fiscalité, de justice, de sécurité montent sur le devant de la scène, et cette contestation sociale et politique contribue à former l'opinion publique: la personne du roi, la Cour sont désormais soumis à la critique.


Comment les contemporains ont-ils compris ce basculement du monde? Comment en ont-ils été les acteurs? Comment, tandis que la société se désacralisait, leurs croyances, leurs valeurs et leurs habitudes se sont-elles modifiées? Cette histoire de La France des Lumières nous plonge dans les racines de la modernité. Elle nous invite à une passionnante relecture d'un siècle qui fit l'apologie du négoce, exalta la nature, la science et le progrès, d'un temps aussi qui crut au bonheur pour tous.

Daniel Roche est professeur à l'université de Paris-I et directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en sciences sociales. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur les Lumières, en particulier
Les Républicains des Lettres (Fayard, 1988), et La Culture des apparences (Fayard, 1989), et a reçu le grand prix national d'histoire pour l'ensemble de son oeuvre.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.