Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La Franche-Comté pendant la Grande Guerre

De
170 pages
La Franche-Comté entre prématurément dans la première guerre mondiale : une journée avant que l’Allemagne déclare la guerre à la France, le 2 août 1914, le caporal Jules-André Peugeot, natif d’Etupes, est tué lors d’un affrontement avec une patrouille de cavaliers allemands, à Joncherey, près de Belfort. Il est donc le premier mort français de la Grande Guerre. Ironie du sort, en novembre 1918, c’est un Franc-Comtois natif de Beaucourt, le sergent Pierre Sellier, qui sonne avec son clairon le premier cessez-le-feu annonçant l'armistice. Du caporal Peugeot au sergent Sellier, Jean-Claude Barbeaux nous décrit comment la Franche-Comté a traversé la Grande Guerre.
Très vite, les troupes stationnées à Belfort partent à l’offensive en Alsace. Elles enregistrent les premières et brèves victoires françaises. Puis les régiments francs-comtois combattent en première ligne de Verdun à la Somme jusqu'en Orient. Certains formeront la fameuse division des As.
A l’arrière, les civils font face. Les femmes participent activement à l’effort de guerre. Des travailleurs arrivent également de Chine ou du Canada pour pallier l’absence des dizaines de milliers d’hommes partis au front. Les grandes entreprises, comme Peugeot ou Japy, qui met au point le casque des Poilus, se convertissent dans l’industrie de guerre.
Au front ou à l’arrière, à travers des destins d’hommes célèbres ou d’anonymes, nous entrons dans le quotidien des Francs-Comtois durant cette guerre qui, rappelez-vous, devait être la der des der.

Jean-Claude Barbeaux est l’auteur de nombreux ouvrages ou articles sur l’histoire de la Franche-Comté ou de ses spécialités culinaires. En 2013, il a signé Le Doubs en 200 questions aux Editions Sutton.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

A
v
a
n
t
-
p
r
o
p
o
s
LÉ 17 àŝ 2008, À Tààûx, àNŝ É Jûà, Éŝ ŝààiÈŝ É ’ûŝiNÉ PôNiçÉi fèÉŝ ôbŝÉÉN ûNÉ iNûÉ É ŝiÉNçÉ, ÉN ÈôiÉ É LàzàÉ PôNiçÉi. D’ôigiNÉ iàiÉNNÉ, LàzàÉ PôNiçÉi Èài çôNŝiÈÈ çôÉ É ÉNiÉ Pôiû. Aèŝ 1918, i àài çÈÈ ûN gôûÉ iNûŝiÉ ôù ŝ’iNÈgài ’ûŝiNÉ É Tààûx. Là ô û ÉNiÉ çôbààN É àiÉ « GàNÉ GûÉÉ » fÉÉ à àgÉ Éŝ ÈôiNŝ. LôNgÉŝ, ôN ŝÉ ŝôûiÉN É çÉÉ gûÉÉ, àû fi ’ûN iNÉNàiÉ fôÉÉN iàgÈ fàÇôN EiNà : à ôbiiŝàiôN àNŝ à jôiÉ, JôffÉ, É çàNôN É 75, Éŝ àxiŝ É à MàNÉ, à içôiÉ É à MàNÉ, à MàÉôN qûi iÉN Nôûŝ ŝÉi À bôiÉ, Éŝ àNçÈÉŝ, Éŝ Pôiûŝ çÉŝ Èôŝ, É ÔÉ Éŝ fÉÉŝ, VÉûN, É 11 NôÉbÉ, CÉÉNçÉàûaliasle TigrealiasPèÉ à ViçôiÉ, É Éôû É ’AŝàçÉ-LôàiNÉ, à É Éŝ É. LÉ Éŝ àŝŝàN, É ôiŝ ÉNçôÉ ûŝ ÉibÉ û ŝÉçôN çôNfi ôNià ÉŝàN, ’iNÉNàiÉ ŝ’Éŝ À à fôiŝ Èûi É ÉNôûÉÈ. ON y ôûÉ Èŝôàiŝ ûÔ çÉçi : à ôbiiŝàiôN fàiÉ àNŝ à ÉÉNûÉ É NôN àNŝ à jôiÉ, VÉûN, Éŝ àNçÈÉŝ, Éŝ Pôiûŝ çÉŝ içiÉŝ, É ÔÉ Éŝ fÉÉŝ, Éŝ ûiNÉiÉŝ É 1917, Éŝ fûŝiÈŝ ôû ’ÉxÉÉ, É 11 NôÉbÉ, à gàNÉ bôûçÉiÉ, É ŝûiçiÉ É ’EûôÉ. ENÉ Éŝ Éûx, i ÉŝÉ ûNÉ iŝiôN ÉxàgôNàÉ ôù ’ôN ÉŝÉ àNŝ ’igNôàNçÉ, ŝàûf Éŝ ŝÈçiàiŝÉŝ É Éŝ àŝŝiôNNÈŝ, Éŝ àûÉŝ ÈâÉŝ ’ôÈàiôN : EûôÉ çÉNàÉ, RûŝŝiÉ, EiÉ OôàN, AfiqûÉ, ExêÉ-OiÉN… É É çÉ qûÉ fû ÈÉÉÉN çÉÉ gûÉÉ. RÉNôûÉÈÉ Éûiŝ ûNÉ iNg-àiNÉ ’àNNÈÉŝ, ’iŝôiÉ É à ÉièÉ gûÉÉ ôNiàÉ ŝ’iNÈÉŝŝÉ À ôû çÉ qûi àài ÈÈ ôûbiÈ ôû jûgÈ ŝÉçôNàiÉ. CÉà fài bÉàûçôû É çôŝÉŝ : û ŝô Éŝ iŝôNNiÉŝ àû ÔÉ Éŝ àNiàûx – i ŝÉ ûÉ qûÉqûÉ 900 000 çÉàûx àû fôN – ÉN àŝŝàN à ’ôççû-àiôN ôûbiÈÉ û Nô É à FàNçÉ ÉNàN qûàÉ àNNÈÉŝ. Sûôû, Éŝ iŝôiÉNŝ É Éŝ iŝôiÉNNÉŝ ÉŝŝàiÉN É çôÉNÉ çôÉN É çôbààN à « ÉNû » àNŝ çÉÉ ÈÉûÉ iNÉNàbÉ. PôûàN, 1914, ûNÉ Éŝ àNNÈÉŝ É à BÉÉ EôqûÉ, àûài û êÉ ûNÉ àNNÈÉ çôÉ ûNÉ àûÉ, àÉç Éŝ çiŝÉŝ iôàiqûÉŝ Ni ûŝ gàÉŝ Ni ûŝ fôÉŝ qûÉ Éŝ àNNÈÉŝ ÈçÈÉNÉŝ. Aû iNÉŝ 1914, à FàNçÉ à ôÈ. CôÉ ôŝ Éŝ ÈgiŝàûÉŝ àNÈ-iÉûÉŝ, ÉÉ ÉŝÉ À gàûçÉ, àûôû û Pài àiçà É GÉôgÉŝ CÉÉNçÉàû, àÉç ûNÉ ôûŝŝÈÉ Éŝ ŝôçiàiŝÉŝ É JÉàN Jàûèŝ. DàNŝ ŝÉŝ ÉièÉŝ ŝÉŝŝiôNŝ, É PàÉÉN ôÉ à çÈàiôN É ’iÔ ŝû É ÉÉNû. Là qûÉŝiôN ŝôçiàÉ ÉiÉN É ûŝ ÉN ûŝ àûÉ – É iNiŝèÉ û Tàài à ŝÉûÉÉN ÈÈ çÈÈ ÉN 1906. LÉ Éôŝ ÉbôààiÉ Éŝ ôû àûŝŝi ÈçÉN, qûàN À à jôûNÈÉ É ûi ÉûÉŝ, ÉÉ ÉèÉ ÉNçôÉ É ’ûôiÉ. QûàN ’àçiûç FàNÇôiŝ-JôŝÉ Éŝ àŝŝàŝŝiNÈ À SààjÉô É 28 jûiN, à ÉŝŝÉ ÉN parle et la diplomatie s’en empare sans se douter de l’issue. Le pays se passionne vite ôû ûNÉ àûÉ àffàiÉ. LàŝŝÈÉ Éŝ fÈNÈiqûÉŝ É àgNÉûŝÉŝ ààqûÉŝ ôN Éŝ içiÉ ŝôN ài JôŝÉ Càiàûx, ’ûN Éŝ biàNŝ ÉàÉŝ û Pài àiçà, HÉNiÉÉ Càiàûx
7
La Franche-Comté pendant la Grande Guerre
La frontière à Montreux-Château dans le Territoire de Belfort : de l’autre côté, depuis 1871, c’est l’Alsace, donc l’Allemagne. (© AD 90.)
ŝ’ÉN iÉN, É 16 àŝ, àqûÉbûŝÉ ôÉÉÉN ’ûN çôû É ÉôÉ GàŝôN CàÉÉ, É iÉçÉû ûFigaro. LÉ ôçèŝ ŝ’ôûÉ É 10 jûiÉ, HÉNiÉÉ Càiàûx ôbiÉN ûN àçqûiÉÉN É 28 jûi-É. A BÉŝàNÇôN, É jôûNàLe Petit Comtois çôNŝàçÉ Éŝ àgÉŝ À ’àffàiÉ. 28 jûiÉ :É jôû êÉ, ’AûiçÉ-HôNgiÉ ÈçàÉ à gûÉÉ À à SÉbiÉ, ç’Éŝ ’ÉNgÉNàgÉ. EN 2014, 72 àyŝ ŝôN çôNçÉNÈŝ à É çÉNÉNàiÉ É çÉÉ gûÉÉ. IàgiNÉ--ôN qûÉ Éŝ àyŝ çôÉ à PôôgNÉ, à RÈûbiqûÉ çèqûÉ, à SôàqûiÉ, à SôÈNiÉ, ’UkàiNÉ – ÉN ôû, ûNÉ bôNNÉ iNgàiNÉ É NàiôNŝ ÉûôÈÉNNÉŝ – NÉ ŝôN àŝ, ÉN 1914, Éŝ àyŝ iNÈÉN-àNŝ àiŝ ŝôûŝ ôiNàiôN àÉàNÉ, ûŝŝÉ ôû àûŝô-ôNgôiŝÉ, ôû çôÉ Éŝ àyŝ àfiçàiNŝ ôû àŝiàiqûÉŝ çôôNiŝÈŝ à Éŝ ûiŝŝàNçÉŝ ÉûôÈÉNNÉŝ.
QûàN à gûÉÉ çôÉNçÉ, É Dôûbŝ, É Jûà, à HàûÉ-SàÔNÉ É É TÉiôiÉ É BÉfô, qûi N’Éŝ àŝ ÉNçôÉ ûN ÈàÉÉN, ŝôN iÉ ÉN ÉièÉ igNÉ. DÉûiŝ à gûÉÉ É 1870-1871 É à ÉÉ ’ûNÉ àiÉ É ’AŝàçÉ É É à LôàiNÉ, à fôNièÉ àŝŝÉ À ûNÉ iNgàiNÉ É kiôèÉŝ É BÉfô. Là iÉ Éŝ àNŝfôÈÉ ÉN « Éôû » É à DÈfÉNŝÉ NàiôNàÉ, ÉÉ Éŝ çôûÉÉ É fôifiçàiôNŝ É É çàŝÉNÉŝ. BÉŝàNÇôN ŝûi É ôûÉÉN, ôû çôÉ LôNŝ-É-SàûNiÉ, DôÉ, VÉŝôû É à fôNièÉ àÉç à SûiŝŝÉ. INûŝiÉ É àgiçûûÉ ôûNÉN À ÉiN ÈgiÉ, Éŝ ààûx ’iNfàŝûçûÉŝ ŝÉ ôû-ŝûiÉN – É àiN Éŝ ÉNfiN àiÈ À SàiN-CàûÉ É ôN çÉûŝÉ ÉNçôÉ É ûNNÉ ŝôûŝ É ôN ’O. UN ô NôûÉàû fài ŝôN ààiiôN – Éŝ ôiŝiŝ – É, çôNàiÉÉN À ûNÉ iÈÉ ÉÇûÉ, à ÈûbiqûÉ çÉNàiŝÈÉ N’ÉêçÉ àŝ Éŝ çûûÉŝ ôçàÉŝ. EN FàNçÉ-CôÈ,
8
Avant-propos
ûŝiÉûŝ ÉûÉŝ àNÉN Éŝ çàÉŝ û àyŝ, çôÉLe Jura français, qûi ÉxiŝÉ ôû-jôûŝ, ôûLes Gaudes.
ON ÉiŝÉà ôû Çà À ûŝ à. LÉ 2 àôÛ 1914, àôŝ qûÉ à gûÉÉ N’Éŝ àŝ ÉNçôÉ ÈçàÈÉ, ûNÉ ÉièÉ ÉbûŝçàÉ à iÉû À JôNçÉÉy àNŝ É TÉiôiÉ É BÉfô.ON y ÈôÉ Éŝ Éûx ÉiÉŝ ôŝ É à gûÉÉ : É çàôà JûÉŝ PÉûgÉô ’EûÉŝ, e du 44ÈgiÉN ’iNfàNÉiÉ, É É ŝôûŝ-iÉûÉNàN MàyÉ. LÉ ÉNÉàiN, à gûÉÉ çô-ÉNçÉ. PÉŝôNNÉ N’ÉN ÉiNÉ ÉNçôÉ, Ni N’ÉN ÉôûÉ, ’àÉû û ix ûàiN À àyÉ.
e Le passage d’une unité du 133 régiment d’infanterie à Orgelet dans le Jura. Les populations s’habi-tuent à vivre avec la proximité de garnisons de plus en plus importantes. (© CDG.)
9
La Franche-Comté en 1914
A à ÉiÉ É à ÉièÉ gûÉÉ ôNiàÉ, à ôûàiôN û Dôûbŝ ŝàgNÉ àûx àÉN-ôûŝ É 300 000 àbiàNŝ, çÉÉŝ û Jûà É É à HàûÉ-SàÔNÉ ÈçiNÉN àûx ÉNiôNŝ É 260 000 àbiàNŝ. Aôŝ qû’i N’à àŝ ÉNçôÉ É ŝàû É ÈàÉÉN, É TÉiôiÉ É BÉfô çôNNàî ’ÉxàNŝiôN : ûŝ É 100 000 àbiàNŝ. LÉŝ ÈàÉÉNŝ ŝôN Éŝ iiÉŝ É ’ôgàNiŝàiôN û àyŝ, Éŝ ÈgiôNŝ N’ôN àŝ ’ÉxiŝÉNçÉ, àiŝ ÉÉûÉN Éŝ ÉŝàçÉŝ gÈôgàiqûÉŝ ŝÉNiÉNàûx ôù ŝÉ ÉçôNNàiŝŝÉN Éŝ ôûàiôNŝ. EN çÉ Èbû É ŝièçÉ, i y à ûNÉ ÉièÉ bôNNÉ NôûÉÉ : à fôê çôôiŝÉ ŝÉbÉ e ŝàûÈÉ. Là ŝûfàçÉ fôÉŝièÉ, ÉŝiÈÉ À 25 % àû Èbû û XX ŝièçÉ, ÉôNÉ À 31,75 % e ÉN 1908. EÉ àÉiNà 44 % É à ŝûfàçÉ àû Èbû û XXI ŝièçÉ. EN çôààN, ’ûN ŝièçÉ À ’àûÉ, Éŝ iàgÉŝ Éŝ êÉŝ àyŝàgÉŝ àôNNÈŝ ôû ÉŝçàÈŝ, Éŝ iffÈÉNçÉŝ ŝôN fààNÉŝ. EN 1914, à fôê iŝààî ŝôûÉN, ÉN 2014, e ÉÉ Éŝ ôNiÈŝÉNÉ. Jûŝqû’àû Èbû û XX ŝièçÉ, Éŝ bÉŝôiNŝ ÉN bôiŝ ŝôN ÉÉÉN ÈNôÉŝ qûÉ, êÉ àgÈ à ÈŝÉNçÉ ÈgûàiçÉ É ’àiNiŝàiôN Éŝ Eàûx É Fôêŝ, ôN çôûÉ àôû ôù ’ôN Éû. D’àbô, ôN à ÈbôiŝÈ, ÉNŝûiÉ ôN à àibôiŝÈ. « Les collines ont l’air d’avoir la boule à zéro. »
Un camp de bûcherons en forêt : depuis des siècles, la culture forestière est taillée dans le patri-moine comtois. (© CDG.)
1
1
La Franche-Comté pendant la Grande Guerre
1
2
L’abattage d’un sapin président dans la forêt de La Joux. (© CDG.)
Le flottage du bois, ici sur la Loue, se pratique encore avant 1914. (© CDG.)
La Franche-Comté en 1914
Là ÉNàNçÉ çôÉNçÉ À ŝ’iNÉŝÉ àÉç ’ûiiŝàiôN û çàbôN ôû à çàûffÉ, É NôûÉàûx àÈiàûx ôû à çôNŝûçiôN É Éŝ ÉiÉŝ iNÉNiôNŝ qûi çàNgÉN ôû. I fàû, à ÉxÉÉ, ûN iqûÉ É bôiŝ ôû ÉNi çàqûÉ iÉ É igNÉ. Pôû 40 000 Éç-àÉŝ É igNÉŝ, À ’àôgÈÉ û igNôbÉ, çÉà ÉÈŝÉNÉ qûÉqûÉŝ çÉNàiNÉŝ ’ÉçàÉŝ ’àbÉŝ À àbàÉ çàqûÉ àNNÈÉ. SàNŝ çôÉ Éŝ bÉŝôiNŝ Éŝ ôNNÉÉiÉŝ, àççÉNûÈŝ ÉNçôÉ à É ÈÉôÉÉN Éŝ iŝiÉiÉŝ ’àbŝiNÉ. L’ààiiôN û fi É fÉ Èôû-iôNNÉ àôŝ ’ÈçôNôiÉ iiçôÉ.
Partout le labeur
DàNŝ É iiÉû àyŝàN, ôù ’ôN Éŝ biÉN çôNÉN É ŝ’êÉ ÈbààŝŝÈ û ôû, à ô-ûçiôN É à àNŝfôàiôN àiièÉ ŝôN ÉN ôÉ É àçÉ. Là ôfÉŝŝiôN ŝ’ôgàNiŝÉ, çÉÉŝ ÉNÉÉN. CiôNŝ : à NàiŝŝàNçÉ ôffiçiÉÉ, ÉN 1889, É à àçÉ ôNbÈiàÉ, É ôûÉÉN É ÉNôûÉÉÉN Éŝ fôàgÉiÉŝ àNŝ ’ôÈàiôN iÉ Éŝ « çàÉŝ ôèÉŝ », Éŝ çÈàiôNŝ Éŝ ÈçôÉŝ àiièÉŝ É MàiôÉ É PôigNy, Là çÈàiôN Éŝ ŝyNiçàŝ ’ÈÉàgÉ, NôàÉN àNŝ É Hàû-Dôûbŝ, àççÈèÉ ûN Éû É ôûÉÉN. LÉŝ ôûÉàûx ÉŝÉN ôûÉfôiŝ àgÉÉN ôiNÈŝ à Éŝ àçÉŝ çôÉ à fÈÉiNÉ ôû à àûàçÉ. LÉ iûÉ É à çôûÈÉ – à iàiŝôN û ài É àiN É ÉN fiN É jôûNÈÉ – àqûÉ à iÉ Éŝ iàgÉŝ É ŝàçàiŝÉ É ÔÉ É à fûiièÉ – àÉÈÉ àûŝŝi çàÉ, àiÉiÉ, fôàgÉiÉ – qûi, çôÉ à àiiÉ, ’ÈgiŝÉ É ’ÈçôÉ, Éŝ ÉÉNûÉ ’ûN Éŝ iÉûx çÉfŝ àNŝ çàqûÉ iàgÉ. « Pàŝ ’ÈgiŝÉ àŝ É ŝàû, àŝ É çàÉ àŝ É ÉÉNû », i ûN içôN É à ÈgiôN É PôNàiÉ.
A à BÉÉ EôqûÉ, à FàNçÉ ÉNièÉ çôNNàî Éŝ fûiièÉŝ É FàNçÉ-CôÈ, gâçÉ àû iÉ É G. BûNôLe Tour de la France par deux enfantsqûi àçôNÉ ’iŝôiÉ É JûiÉN (7 àNŝ) É ANÈ (14 àNŝ), Éûx ÉNfàNŝ àŝàçiÉNŝ àiŝ À à ÈçôûÉÉ Éŝ içÉŝŝÉŝ É à FàNçÉ. L’ôûàgÉ, ŝàNŝ çÉŝŝÉ ÈÈiÈ, ÉNû À Éŝ iiôNŝ ’ÉxÉàiÉŝ, ôûŝûi ûN bû : ôNÉ qûÉ çàçûN, àNŝ N’iôÉ qûÉ ÉNôi É à FàNçÉ, àôÉ ŝà iÉÉ À à çôNŝûçiôN É ’ÈifiçÉ àiôiqûÉ. DàNŝ ŝôN ÈiÉ, JûiÉN àiÉ àNŝ É Jûà, àûx RôûŝŝÉŝ. I Éŝ ’àbô fôÉÉN iÉŝŝiôNNÈ à É ôûÉàû É àçÉŝ qûi ÉiÉN Éŝ âûàgÉŝ çôûNàûx. I ’Éŝ ÉNçôÉ ûŝ ÉN iŝiàN ’ÉNôi ôù ’ôN fàbiqûÉ Éŝ fôàgÉŝ. JûiÉN ÉNçôNÉ É fô-àgÉ qûi ûi ÉxiqûÉ ’ôgàNiŝàiôN É à fûiièÉ. I ûi àçôNÉ çôÉN Éŝ àyŝàNŝ ŝ’àŝŝôçiÉN É ûi àôÉN Éû ài, çôÉN i ÉŝûÉ É ài É çàçûN. CôÉN ûNÉ fois les fromages faits et vendus, et une fois son salaire déduit, les paysans partagent ÉNÉ Éûx É ÉŝÉ É ’àgÉN, ŝûiàN à qûàNiÈ É ài qûÉ çàçûN à fôûNiÉ. LÉ Éi JûiÉN Éŝ Èbài : êÉ çÉûi qûi N’à qû’ûNÉ àçÉ Éû àôÉ û ài É àôi ŝà à.
LÉ fôàgÉ àNÉ çÉÉ àŝŝôçiàiôN Éŝ içÉŝ É Éŝ àûÉŝ ôù ôû ŝÉ fài ôN-NêÉÉN. JûiÉN ŝ’ÉxçàÉ :« Que j’aime votre pays, où tout le monde sait si biens’entendre. »UN NôûÉàû ÈiÉ ôiNÉ ŝôN NÉz : ’àffiNÉû. LÉ çôÉçÉ Éŝ fôàgÉŝ
1
3
La Franche-Comté pendant la Grande Guerre
L’école laitière de Mamirolle participe, avec l’autre école installée à Poligny, à la structuration de l’économie fromagère du pays. (© CDG.)
Éŝ ôgàNiŝÈ à Éŝ àçàNŝ qûi àŝŝÉN àNŝ Éŝ fôàgÉiÉŝ àçÉÉ Éŝ gûyèÉŝ àffiNÈŝ, êŝ À à ÉNÉ. Là ŝiûàiôN ÈôûÉ. A MôNôô, èŝ É LôNŝ-É-SàûNiÉ, É èŝ Éŝ ŝàiNÉŝ, ûN JûàŝŝiÉN, Aix JàçqûÉiN, à iŝ ’iNiiàiÉ ’àŝŝûÉ ûi-êÉ ’àffi-NàgÉ Éŝ gûyèÉŝ àNŝ ûNÉ àŝÉ çàÉ ôÈÉ ’ûN ŝyŝèÉ É ÈgûàiôN É à ÉÈà-ûÉ. JûŝÉ ààN 1914, É ôçÈÈ ’Aix JàçqûÉiN… ŝ’àffiNÉ. QûÉ çÉ ŝôi àNŝ Éŝ çàÉŝ Éŝ fôàgÉiÉŝ ôû çÉz ûN àffiNÉû, à àîiŝÉ û ÛiŝŝÉ-ÉN Éŝ fôàgÉŝ N’Éŝ àŝ ŝàNŝ ŝôûçi. UNÉ qûàNiÈ iôàNÉ É fôàgÉŝ ŝÉ ÈèÉ iôÉ À à ÉNÉ. QûÉ fàiÉ É çÉŝ fôàgÉŝ ÈfÉçûÉûx ? QûÉqûÉ Éŝ ààN 1914, Éŝ SûiŝŝÉŝ ÉÉN àû ôiN É ôçÈÈ qûi ÉÉ É fàbiqûÉ û fôàgÉ fôNû. A LôNŝ-É-SàûNiÉ, É ôçÈÈ iNÈÉŝŝÉ ÈjÀ ’àiŝÈ fôàgÉ LÈôN BÉ. Aàû àNŝ qûÉqûÉŝ fôàgÉiÉŝ ààN 1914, ’àÉNi ià ŝi ’ÉÉNà, ûN fôàgÉ ÉNû É SûiŝŝÉ, à ûi àûŝŝi É ’àÉNi. I É ià ÈgàÉÉN ôû Éŝ àûÉŝ ŝÈçiàiÈŝ û àyŝ : É bÉû É SÉôNçÉ, É ôbiÉ, É ôN ’ô É à çàNçôiôÉ, ûN ŝybôÉ ôû ôûŝ Éŝ « àiôÉŝ » çôôiŝ.
1
4
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin