La Guerre Italo-Grecque

De
Publié par

    28 octobre 1940, 5 h 45 : la division italienne Julia entreprend sa marche sur la Grèce. Mussolini, malgré les mises en garde de Hitler, vient de déclarer la guerre au peuple grec et à son dictateur, Metaxás. 
    Cette guerre demeure l’un des faits militaires les plus méconnus de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Dans un conflit marqué en partie par deux chocs idéologiques – la démocratie contre la dictature fasciste –, la guerre italo-grecque va opposer deux États fascistes, l’idéologie politique étant gommée par les intérêts territoriaux, tactiques et stratégiques. 
    Mussolini, malgré ses certitudes de victoire, va se heurter à une résistance héroïque de l’armée grecque. Durant six mois, attaques et contre-attaques vont se succéder sur un front montagneux de 250 kilomètres, dont certains sommets culminent à 2 600 mètres d’altitude. Parun froid terrible, sous la pluie, dans la neige et la boue, l’armée grecque parviendra à faire reculer l’envahisseur italien en territoire albanais. Ce conflit italo-grec, « caprice » de mégalomaniaque tenant l’armée italienne pour invincible, se soldera par des pertes effroyables dans les deux camps. La défaite de Mussolini contraindra l’Allemagne à intervenir dans les Balkans, retardant ainsi l’offensive contre la Russie.

    Dominique Lormier, s’appuyant sur de nombreux documents et témoignages, nous dresse un tableau saisissant et complet de cette guerre oubliée, et de ses conséquences dans les Balkans et en Russie.

Publié le : mercredi 15 octobre 2008
Lecture(s) : 56
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782702146545
Nombre de pages : 228
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
    28 octobre 1940, 5 h 45 : la division italienne Julia entreprend sa marche sur la Grèce. Mussolini, malgré les mises en garde de Hitler, vient de déclarer la guerre au peuple grec et à son dictateur, Metaxás. 
    Cette guerre demeure l’un des faits militaires les plus méconnus de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Dans un conflit marqué en partie par deux chocs idéologiques – la démocratie contre la dictature fasciste –, la guerre italo-grecque va opposer deux États fascistes, l’idéologie politique étant gommée par les intérêts territoriaux, tactiques et stratégiques. 
    Mussolini, malgré ses certitudes de victoire, va se heurter à une résistance héroïque de l’armée grecque. Durant six mois, attaques et contre-attaques vont se succéder sur un front montagneux de 250 kilomètres, dont certains sommets culminent à 2 600 mètres d’altitude. Parun froid terrible, sous la pluie, dans la neige et la boue, l’armée grecque parviendra à faire reculer l’envahisseur italien en territoire albanais. Ce conflit italo-grec, « caprice » de mégalomaniaque tenant l’armée italienne pour invincible, se soldera par des pertes effroyables dans les deux camps. La défaite de Mussolini contraindra l’Allemagne à intervenir dans les Balkans, retardant ainsi l’offensive contre la Russie.
    Dominique Lormier, s’appuyant sur de nombreux documents et témoignages, nous dresse un tableau saisissant et complet de cette guerre oubliée, et de ses conséquences dans les Balkans et en Russie.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.