La Guerre perdue de 1940

De
Publié par

À l’aube du 10 mai 1940, Hitler se lance dans une nouvelle guerre à l’ouest. La bataille de France désigne l’invasion allemande des États néerlandais, belge, luxembourgeois et français. À la veille de l’attaque, les Pays-Bas, le Luxembourg et la Belgique manifestent une politique de neutralité. Côté français, le climat de « la drôle de guerre » ne laisse pas présager une attaque imminente.

La bataille de France se déroule alors en deux étapes. D'abord le « Plan Jaune », à partir du 10 mai, consiste à envahir les Pays-Bas, le Luxembourg et la Belgique. Ensuite, le « Plan Rouge » doit amener, une fois les Ardennes franchies, à la conquête du territoire français jusqu'à sa capitulation complète. La stratégie allemande repose sur une action rapide à travers les Ardennes, pour ensuite dans un large mouvement enveloppant (le « coup de faucille ») remonter vers les plages de la Manche et prendre au piège les troupes franco-britanniques.

L’exode, la défaite, le désastre politique, l’armistice
Alors que les Panzerdivisionen s’engouffrent dans la brèche ouverte en direction de l’estuaire de la Somme, bombardées, les villes du nord-est de la France tombent les unes après les autres. Les forces alliées sont bientôt encerclées. Devant le désastre annoncé, les Britanniques décident le 28 mai de réembarquer pour l’Angleterre les troupes coincées dans la poche de Dunkerque. Le 5 juin, les sol-dats allemands déferlent vers la Seine malgré une résistance alliée héroïque. Le 14 juin, la Wehrmacht victorieuse défile dans Paris. Trois jours plus tard, le maréchal Pétain demande à l’Allemagne l’armistice, qui est signé à Rethondes le 22 juin. En en six semaines, l’Europe occidentale est balayée par une armée allemande conquérante.

La bataille de France telle qu’on ne vous l'a jamais racontée
De la préparation de l’offensive à la description des combats en passant par l’évocation de la vie des civils et de leur évacuation durant ce tournant décisif du conflit mondial, Pierre Stéphany retrace les événements d’une offensive « éclair » intense, lourde en pertes humaines et matérielles. Un livre captivant sur une bataille souvent méconnue, et qui rend compte de la puissance dévastatrice des troupes hitlériennes.

A propos de l'auteur
Pierre Stéphany est journaliste et historien, spécialiste de l'Entre-deux-guerres, les années 50, la Régence, l'occupation allemande. Il est l’auteur de 1929, La Première Grande Crise, Ardennes 44, La Guerre et après, et Hitler et les siens chez Ixelles Éditions.

Un livre publié par Ixelles éditions
Retrouvez-nous sur www.ixelles-editions.com
Contactez-nous à l'adresse contact@ixelles-editions.com

Publié le : mercredi 22 mai 2013
Lecture(s) : 17
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782875154606
Nombre de pages : 336
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
À l’aube du 10 mai 1940, Hitler se lance dans une nouvelle guerre à l’ouest. La bataille de France désigne l’invasion allemande des États néerlandais, belge, luxembourgeois et français. À la veille de l’attaque, les Pays-Bas, le Luxembourg et la Belgique manifestent une politique de neutralité. Côté français, le climat de « la drôle de guerre » ne laisse pas présager une attaque imminente.

La bataille de France se déroule alors en deux étapes. D'abord le « Plan Jaune », à partir du 10 mai, consiste à envahir les Pays-Bas, le Luxembourg et la Belgique. Ensuite, le « Plan Rouge » doit amener, une fois les Ardennes franchies, à la conquête du territoire français jusqu'à sa capitulation complète. La stratégie allemande repose sur une action rapide à travers les Ardennes, pour ensuite dans un large mouvement enveloppant (le « coup de faucille ») remonter vers les plages de la Manche et prendre au piège les troupes franco-britanniques.

L’exode, la défaite, le désastre politique, l’armistice
Alors que les Panzerdivisionen s’engouffrent dans la brèche ouverte en direction de l’estuaire de la Somme, bombardées, les villes du nord-est de la France tombent les unes après les autres. Les forces alliées sont bientôt encerclées. Devant le désastre annoncé, les Britanniques décident le 28 mai de réembarquer pour l’Angleterre les troupes coincées dans la poche de Dunkerque. Le 5 juin, les sol-dats allemands déferlent vers la Seine malgré une résistance alliée héroïque. Le 14 juin, la Wehrmacht victorieuse défile dans Paris. Trois jours plus tard, le maréchal Pétain demande à l’Allemagne l’armistice, qui est signé à Rethondes le 22 juin. En en six semaines, l’Europe occidentale est balayée par une armée allemande conquérante.

La bataille de France telle qu’on ne vous l'a jamais racontée
De la préparation de l’offensive à la description des combats en passant par l’évocation de la vie des civils et de leur évacuation durant ce tournant décisif du conflit mondial, Pierre Stéphany retrace les événements d’une offensive « éclair » intense, lourde en pertes humaines et matérielles. Un livre captivant sur une bataille souvent méconnue, et qui rend compte de la puissance dévastatrice des troupes hitlériennes.
A propos de l'auteur
Pierre Stéphany est journaliste et historien, spécialiste de l'Entre-deux-guerres, les années 50, la Régence, l'occupation allemande. Il est l’auteur de 1929, La Première Grande Crise, Ardennes 44, La Guerre et après, et Hitler et les siens chez Ixelles Éditions.

Un livre publié par Ixelles éditions
Retrouvez-nous sur www.ixelles-editions.com
Contactez-nous à l'adresse contact@ixelles-editions.com
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.