La pension Belhomme

De
Publié par

Auteur
Depuis la parution de son premier roman Les fous de Guernesey en 1991, Frédéric Lenormand a été lauréat de la Fondation Del Duca, de la Villa Médicis Hors les Murs, de la Fondation Beaumarchais (S.A.C.D.), de la Société des Gens de Lettres et de la Fondation Hachette. Les princesses vagabondes a reçu en 1999 le Prix François Mauriac de l'Académie Française. Il a publié La jeune fille et le philosophe (2000) et Un beau captif (2001) aux éditions Fayard.

livre
Evoquée dans la plupart des ouvrages sur la Révolution française, la pension Belhomme n'avait jamais fait l'objet d'une étude historique. C'est pourtant la plus célèbre des maisons de santé transformée en prison sous la Terreur. Dans l'ombre de la guillotine, les détenus politiques y côtoient les fous, pensionnaires habituels du lieu. Le destin de ces cent-seize prisonniers, connus ou non, forme une « biographie collective » des plus romanesque, dans une atmosphère à mi-chemin entre Ubu et la maison du Docteur Petiot.

Publié le : mercredi 3 avril 2002
Lecture(s) : 78
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213647104
Nombre de pages : 506
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Auteur
Depuis la parution de son premier roman Les fous de Guernesey en 1991, Frédéric Lenormand a été lauréat de la Fondation Del Duca, de la Villa Médicis Hors les Murs, de la Fondation Beaumarchais (S.A.C.D.), de la Société des Gens de Lettres et de la Fondation Hachette. Les princesses vagabondes a reçu en 1999 le Prix François Mauriac de l'Académie Française. Il a publié La jeune fille et le philosophe (2000) et Un beau captif (2001) aux éditions Fayard.
livre
Evoquée dans la plupart des ouvrages sur la Révolution française, la pension Belhomme n'avait jamais fait l'objet d'une étude historique. C'est pourtant la plus célèbre des maisons de santé transformée en prison sous la Terreur. Dans l'ombre de la guillotine, les détenus politiques y côtoient les fous, pensionnaires habituels du lieu. Le destin de ces cent-seize prisonniers, connus ou non, forme une « biographie collective » des plus romanesque, dans une atmosphère à mi-chemin entre Ubu et la maison du Docteur Petiot.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.